Si Rome n’avait pas chuté

Doan (R.), Si Rome n’avait pas chuté. – Paris : Passés Composés, 2023. – 160p. – ISBN : 9791040403869

Crédit image. Première de couverture – Passés Composés

Le livre de Raphaël Doan peut être considéré comme un OVNI éditorial et le pari des éditions Passés Composés est audacieux. Si Rome n’avait pas chuté est présenté comme l’un des premiers livres rédigés à l’aide d’une intelligence artificielle. Cette publication témoigne du fait que l’irruption de cette nouvelle technologie ne saurait épargner le domaine artistique et intellectuel comme le rappelle l’auteur dans sa préface. Ici, l’IA est mise à contribution pour proposer une uchronie, c’est-à-dire imaginer les autres chemins qu’aurait pu suivre le cours de l’histoire.

L’exercice n’est pas nouveau si l’on songe par exemple au Maître du Haut Château de Philip K. Dick, adapté en série télévisée, ou encore plus récemment Civilizations de Laurent Binet. Pour l’Antiquité, le manga Thermae Romae de Mari Yamazaki avait aussi imaginé un récit où un ingénieur antique vivant sous Hadrien se trouve propulsé dans le Japon contemporain, avant de revenir dans l’Antiquité mettre au point des bains extraordinaires pour l’empereur.

L’introduction de l’ouvrage permet à l’auteur de préciser la méthode suivie pour employer l’IA et construire le livre. Si l’IA est à l’origine d’une part importante du volume, la plume de l’auteur permet de lisser le texte du point de vue stylistique et d’ajuster le propos. Le livre n’a pas été rédigé d’une seule traite par l’IA, mais celle-ci a été guidée en différentes étapes par l’auteur pour produire une trame cohérente et parvenir au résultat final.

Le récit débute sous le règne de l’empereur Néron. À Alexandrie, cité réputée pour les savants qui s’y sont succédé, la machine à vapeur est découverte au beau milieu du Ier siècle. L’innovation est alors discrètement transférée à Rome. À partir de là, l’Empire romain connaît des transformations technologiques fulgurantes qui bouleversent la société et le cours de l’histoire de Rome. Le livre suit une trame chronologique qui s’étend sur plusieurs siècles, du règne de Néron jusqu’à la fin de l’Antiquité. Une chronologique alternative est d’ailleurs présentée en fin de volume.

Le monde romain est alors touché par un processus d’industrialisation rapide comme le monde réel en connut à partir du XIXe siècle. L’économie, les divertissements ou encore la guerre sont profondément transformés par ces mutations induites par la machine à vapeur puis rapidement par l’électricité.  L’Empire est aussi touché par une révolution des transports sur terre, dans les airs et même dans l’espace. Une part importante du livre fait écho aux mutations que connaît l’époque contemporaine, avec l’automatisation et la robotisation des activités par exemple. Une lexicologie propre aux innovations est aussi développée, comme l’ingénieuse autopopina (popina : l’auberge) qui est un distributeur automatique de nourriture ou le servus automatus, un esclave automatique.

Ces innovations ne sont pas sans conséquences pour la géopolitique mondiale : l’empire parthe est définitivement vaincu grâce à des chars à vapeur, ou encore une guerre à l’échelle mondiale éclate entre les empires romain et chinois. Les rivalités entre les deux empires ne sont pas sans rappeler les tensions géopolitiques mondiales contemporaines. Les manières de faire la guerre finissent alors par être celles du monde actuel.

En outre, l’intérêt de l’ouvrage réside aussi dans les commentaires rédigés de la main de l’auteur et qui permettent de mettre en perspective le récit construit par l’IA avec les réalités du monde romain. Ces explications suggèrent que certaines créations de l’IA ne sont pas totalement infondées. Par exemple, au sujet de la machine à vapeur, l’auteur rappelle que le savant Héron d’Alexandrie, au Ier siècle, avait été à l’origine d’une invention où la vapeur obtenue par chauffage permettait de faire tourner une sphère. L’auteur se réfère également souvent aux écrits philosophiques qui nous éclairent sur les mentalités gréco-romaines, permettant de se figurer ce qu’auraient été les positions des Anciens face à ces transformations considérables dues à la technique. D’ailleurs, Technè devient même une abstraction divinisée particulièrement vénérée. À la suite du chapitre où l’IA imagine une révolte d’esclaves dans les usines de l’Empire et qui conduit à mettre au point des esclaves robotiques, l’auteur éclaire le récit par des écrits antiques, telle la Politique d’Aristote, où l’on peut puiser des éléments de réflexion sur la valeur du travail ou la place des esclaves dans la société. Ces réflexions qui éclairent le récit trouvent entrent aussi largement en résonnance avec les préoccupations contemporaines induites par les innovations technologiques les plus récentes.

Aux côtés du texte fluide et agréable, l’ouvrage comporte des illustrations générées par l’IA et dont l’esthétique fait aussi la force de l’ouvrage. Certaines œuvres imitent de façon parfois très vraisemblable des mosaïques ou sculptures antiques représentant les innovations évoquées dans le texte : par exemple une mosaïque figurant un bateau à vapeur sur le Tibre conservée au Musée archéologique d’Ostie ou bien un groupe statuaire conservé au Musée national romain qui représente Néron montrant la machine à vapeur au Sénat.

On pourrait reprocher à l’IA d’avoir développé dans une certaine mesure une approche téléologique, dans le sens où si Rome avait connu la machine à vapeur et une révolution industrielle, elle aurait nécessairement développé des innovations que le monde a connues du XIXe siècle à nos jours sans que d’autres chemins soient possibles. Il ressort parfois l’impression que notre société est projetée dans le récit et dans l’arborescence des technologies évoquées. La mise au point d’avions à réaction ou l’exploration spatiale par exemple peuvent parfois donner l’impression que le récit s’éloigne du champ des possibles, même si certains textes antiques comme ceux de Lucien de Samosate ont pu imaginer de tels voyages.

La lecture de Si Rome n’avait pas chuté est une expérience stimulante et intéressante qui dévoile le potentiel de l’intelligence artificielle du point de vue de la réalisation d’une œuvre. Les thématiques abordées et les commentaires de Raphaël Doan fournissent aussi une matière à réflexion pertinente par rapport aux enjeux du monde contemporain. L’annonce récente du déchiffrement des papyrus de la Villa des papyrus d’Herculanum par l’intelligence artificielle montre en tout cas que les historiens du futur seront sans aucun doute conduits, dans une certaine mesure, à prendre de plus en plus en compte dans leurs recherches le potentiel offert par les nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle.

Dimitri Tilloi-dAmbrosi,Docteur en histoire romaine – Chercheur associé au laboratoire HiSoMA – UMR 5189Chargé de cours Université Paris Nanterre – Sorbonne Université


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dimitri Tilloi-d'Ambrosi (11 mars 2024). Si Rome n’avait pas chuté. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzt1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search