Olympie et les autres

Dans une tribune publiée en décembre 1945, l’écrivain Eric Arthur Blair, plus connu sous le nom de plume de George Orwell, écrit, au sujet de la tournée en Grande Bretagne de l’équipe du Dynamo de Moscou que, « à un certain niveau, le sport n’a plus rien à voir avec le fair-play. Il met en jeu la haine, la jalousie, la forfanterie, le mépris de toutes les règles et le plaisir sadique que procure le spectacle de la violence : en d’autres termes, ce n’est plus que la guerre sans les armes (war minus the shooting) ».

Souvent citée, la formule finale soulignant les liens entre le sport et la guerre n’aurait pas surpris un Grec ancien ; en revanche, l’acidité des remarques initiales dénonçant les bassesses supposées de la pratique sportive, l’aurait décontenancé. Le sport est bien perçu par les habitants des cités comme un avatar de la guerre, une manière de préparer cette dernière et de cultiver les vertus attendues du guerrier. Mais cette intimité des pratiques sportive et guerrière constitue alors une raison de promouvoir et célébrer les athletika, non de les brocarder. Avant même que la figure sociale de l’athlète ne s’impose dans les cités – dans le courant du VIe siècle av. J.-C. –, avant que des espaces dédiés au sport ne surgissent de terre et qu’un calendrier de compétitions régulières ne se mette en place, les guerriers ont pu s’adonner à différentes activités compétitives. Ainsi, au début de l’époque archaïque, dans le récit des concours funèbres en l’honneur de Patrocle, Homère campe des héros s’affrontant dans le cadre d’épreuves de lutte, de course, de lancer du disque ou du javelot, ou encore de courses hippiques. Au-delà du champ sportif, la recherche de l’excellence, élément cardinal de l’éthique aristocratique, oriente les comportements. Dans l’Iliade, le poète rappelle comment « à son fils Achille, le vieux Pélée (recommande) d’être le meilleur toujours, de surpasser tous les autres ». Jusqu’à l’époque impériale, le monde grec ancien est marqué par un goût particulièrement prononcé pour le concours (agôn), sous toutes ses formes et en tous domaines. Il existe ainsi des compétitions de théâtre, de musique, de dessin ou encore de cardage de laine, raison qui a pu conduire à qualifier la civilisation grecque de civilisation agonale ou agonistique, ou à souligner l’esprit agonistique grec, dont le sport constitue un espace de déploiement privilégié.

Objet d’étude et de recherche resté longtemps méprisé du monde savant, le sport antique est sorti, durant les dernières décennies, de cette ornière historiographique, sous l’effet conjugué de travaux de plus en plus nombreux et de la découverte de documents nouveaux, qu’il s’agisse de papyri, d’inscriptions ou encore de matériel et de données archéologiques. Qu’il suffise de citer l’inscription d’Alexandrie de Troade, publiée en 2006, conservant le texte de trois lettres adressées par l’empereur Hadrien à l’association des technites dionysiaques (134 apr. J.-C.), et fournissant de nombreux renseignements précieux sur le fonctionnement des concours au IIe siècle apr. J.-C., ou encore le contrat de corruption rédigé sur un papyrus d’Oxyrhynchos, publié en 2014, liant les entourages de deux jeunes lutteurs avant leur affrontement lors des Megala Antoneia d’Antinoopolis (267 apr. J.-C.).

S’y ajoutent des travaux de reconstitution historique du sport antique.

Pour le meilleur souvent. Ainsi des travaux récents de reconstitution du lancer du javelot avec lanière de lancer ont permis d’établir les bénéfices du recours à une telle lanière : ont été constatés un gain de vélocité de 25 % au moment du lancer, et un gain de distance parcourue de 60 %, par rapport à un lancer sans lanière.

Pour le pire parfois, à l’exemple du commerce pseudo-reconstitutif du sport antique, charlatanisme déguisé en exercice scientifique, ignorant tout de la manière grecque de préparer et montrer le corps athlétique (nudité, onction, empoussièrement, port d’un suspensoir pénin, etc.), éléments pourtant déterminants dans une perspective reconstitutive. Gageons que les lucratifs spectacles seraient moins commandés par les écoles et collectivités et les stages moins fréquentés si le principe de la nudité athlétique y était respecté.

Pour le reste, des nombreuses recherches produites durant le dernier demi-siècle se dégage une image plus complexe et nuancée du sport et du paysage des compétitions antiques. Ainsi, une grande variété de concours sportifs existe, au-delà des compétitions majeures dont les Olympia constituent l’exemple archétypique. Certains sont organisés en l’honneur d’un défunt, d’autres en l’honneur d’un dieu. Certains sont épisodiques, à l’exemple des concours organisés parfois pour la distraction d’une armée en campagne. D’autres sont réguliers et encadrés par des magistrats ayant reçu mandat, et assurant l’organisation et le bon déroulement du concours mais aussi la sélection et l’admission des athlètes. Certaines compétitions prennent place dans des lieux improvisés, d’autres dans des lieux dédiés, gymnases ou stades (pour les concours gymniques) et hippodromes (pour les concours hippiques) notamment. Des moyens financiers considérables peuvent être mobilisés pour assurer au spectacle sportif un cadre à sa mesure.

D’un concours à l’autre, ce sont les mêmes épreuves, les mêmes disciplines, ou peu s’en faut, que l’on retrouve au programme : course de stade, de double-stade, course longue, pentathlon, lutte, boxe ou encore pancrace. Il s’agit toujours d’épreuves individuelles, les Grecs n’ayant jamais éprouvé la nécessité de sports collectifs, à l’exception notable des courses aux flambeaux. Seuls les garçons et les hommes libres sont admis à concourir, à de rares exceptions près. Les femmes n’y sont pas les bienvenues et sont tenues à distance du sport autant qu’elles sont tenues à distance de la guerre. La figure mythologique d’Atalante, dotée de toutes les qualités athlétiques, mais réduite à l’horizon de la conjugalité après sa défaite à la course contre son prétendant Hippoménès, en constitue un rappel saisissant. On ne trouve guère trace que d’un sport de petites filles et de jeunes filles.

Lutteurs et pédotribes. Black-figure column crater. Attic. By the “Swing Painter”. Clay. 540—530 BCE. Height 28.9 cm. Inv. No. Б. 1524 (St. 55, Б. 209). Saint Petersburg, State Hermitage Museum

Les athlètes suivent un mode de vie exigeant, combinant suralimentation et abstinence sexuelle, mais aussi impliquant de se soumettre à un entraînement intensif. Quand l’entraînement ne suffit pas ou plus à assurer la suprématie dans un concours, certains n’hésitent pas à recourir à des procédés frauduleux : l’Antiquité, si elle n’a pas connu le dopage, n’a, en revanche, pas manqué d’inventivité en matière de tricherie et de corruption.

Les champions font l’objet, dans leur cité, de nombreux honneurs et privilèges. Mais il faut, au préalable, avoir manifesté sa supériorité en remportant des prix (athla) dans des compétitions renommées. En la matière, on distingue, de manière schématique, entre les concours dits sacrés et/ou stéphanites, lors desquels le vainqueur d’une épreuve reçoit principalement une couronne végétale (stéphanos désigne la couronne) en guise de prix, et les concours dits chrématites (ta chrémata désigne l’argent), où le vainqueur reçoit principalement un prix en argent ou doté d’une valeur marchande. Une hiérarchie existe entre ces compétitions, au bénéfice des concours stéphanites, et notamment de quatre d’entre eux, les plus prestigieux : les Olympia, les Pythia, les Isthmia et les Nemea. Un circuit quadriennal voit se succéder et alterner, à partir du début du VIe siècle av. J.-C., les quatre concours en question.

Source : Shaded Relief – ©ESRI 2024. Illustration réalisée par Julien Gravier

À ce premier circuit s’ajoute, à l’ère chrétienne, un deuxième cycle prestigieux de quatre concours créés à l’initiative des empereurs romains. Un athlète ayant remporté un ou plusieurs titres dans l’une ou l’autre de ces compétitions ne manque jamais de le faire figurer en bonne place dans son palmarès.

 

Le palmarès du lutteur Marôn de Séleucie du Kalykadnos – IIe siècle apr. J.-C.

« La cité des Séleuciens (a honoré) son concitoyen Titus Aelius Aurelius Marôn, (…) couronné dans les concours sacrés isélastiques* (suivants) : les Olympia, deux fois les Kapetôlia, les Pythia deux fois, les Isthmia trois fois, les Nemea trois fois, à Athènes cinq fois, les Aktia, à Naples deux fois, à Pouzzoles, les Halieia de Rhodes, à Antioche trois fois, à Éphèse deux fois, à Smyrne deux fois, à Pergame trois fois, à Tarse, le Bouclier d’Argos, et d’autres concours dotés de prix en argent au nombre de quarante-quatre ».

(trad. J.-Y. Strasser, Mémoires de champions. Corpus des palmarès, d’Octavien à Valentinien Ier, 2021, n° 64)

* isélastique = ouvrant droit au versement d’une pension

Sous l’Empire, plusieurs centaines de compétitions se tiennent, bon an mal an, autour de la Méditerranée. Ce n’est guère qu’à partir de la fin du IIIe siècle apr. J.-C. qu’une raréfaction des concours s’observe, jusqu’à leur extinction à l’orée du Moyen Âge, après plus d’un millénaire d’existence, sous l’effet d’une évolution dans les goûts des Grecs. Et c’est, plus d’un millénaire plus tard, l’évolution d’un autre goût, anglais celui-là, qui va permettre la résurrection du sport, au grand dam de George Orwell…

Jean-Manuel Roubineau,

Maître de conférence en Histoire ancienne – Université Rennes 2



Citer ce billet
Jean-Manuel Roubineau (2024, 17 avril). Olympie et les autres. Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w87t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search