Triche, fraude et corruption dans les concours antiques

Le sport moderne, s’il érige ses plus grands champions en héros et en modèles, connaît aussi une part sombre, avec de nombreux cas de sportifs prêts à tout pour remporter la victoire, y compris en recourant aux moyens les plus déloyaux.

Les exemples ne manquent pas, et certains scandales ont eu un retentissement bien au-delà de la sphère des amateurs de sport : qui a vécu dans les années 1990-2000 a au moins entendu parler du « match arrangé » VA-OM en 1993, où l’équipe de football de Marseille, présidée par l’ancien ministre Bernard Tapie, avait acheté la victoire ; de la terrible morsure de Mike Tyson au cours d’un match de boxe en 1997, arrachant un morceau de l’oreille de son adversaire Evander Holyfield ; des nombreux cas de dopage dans le cyclisme, à commencer par la célèbre « affaire Festina » qui avait ébranlé le monde du vélo en 1998, jetant à bas l’idole nationale Richard Virenque ; ou encore du contrôle de la main commis par Thierry Henry dans un match capital pour la qualification de l’équipe de France à la Coupe du Monde de football 2010… Mauvais gestes, matches arrangés, agression de l’adversaire, tentatives de corruption : apanage de nos sociétés du spectacle modernes, où le professionnalisme et l’argent-roi renversent sur leur passage la glorieuse incertitude du sport et l’équité de la compétition ? Que nenni, disent les sources antiques !

Certes, avant de prendre part aux compétitions d’Olympie, tous les concurrents devaient formellement jurer devant une statue de Zeus horkios (protecteur des serments) de « ne se rendre coupable au concours d’Olympie d’aucun méfait » (Pausanias, V, 24, 9). Point d’angélisme ou de naïveté cependant : ces précautions n’ont pas suffi à empêcher dans l’Antiquité toute une série de fraudes plus ou moins graves, allant du « simple » mauvais geste à de véritables scandales de grande ampleur.

Mauvais gestes et coups fourrés

Première solution pour un sportif en difficulté et qui se retrouve dominé par d’autres concurrents : recourir à des gestes normalement interdits par le règlement. Le 5 août 2020, lors d’une arrivée au sprint sur le tour de Pologne, le cycliste néerlandais Dylan Groenewegen voyant son concurrent Fabio Jakobsen revenir à sa hauteur et être sur le point de le dépasser sur la droite, changea sa trajectoire pour venir percuter volontairement son adversaire. À pleine vitesse, le coup d’épaule provoqua la chute spectaculaire de Jakobsen dans les barrières, qui fut grièvement blessé et même plongé dans le coma pendant plusieurs jours1. Groenewegen fut exclu et suspendu de toute compétition pendant neuf mois.

Des pratiques déloyales tout à fait comparables ont existé dans l’Antiquité, par exemple dans les épreuves de course à pied, comme l’évoque Lucien de Samosate au IIe siècle de notre ère :

« Dès que le signal est donné, le coureur loyal se contente de s’élancer vers l’avant, de se concentrer sur le but, et de placer dans ses pieds son espoir de vaincre : il ne fait pas de mal à ses concurrents et ne les gêne en rien. Mais l’autre, le mauvais joueur, le concurrent indigne de la compétition, désespérant d’être le plus rapide, se tourne vers la tricherie (kakotechnian) : une seule chose compte pour lui : parvenir par n’importe quel moyen à ralentir le coureur adverse, à le gêner et à le brider, car il pense que s’il n’y arrive pas, il ne pourra jamais gagner » (Lucien, Qu’il ne faut pas croire à la légère à la calomnie, 12).

Bien entendu, la pratique du mauvais geste ne se limitait pas au domaine de la course. Le phénomène était peut-être même encore plus répandu dans les disciplines dites « lourdes », c’est-à-dire les sports de combat. Le plus brutal d’entre eux était le pancrace, sorte de Mixed Martial Arts à l’antique où pratiquement tous les coups étaient permis :

« Les pancratiastes pratiquent un genre de lutte dangereux. Il faut savoir tomber à la renverse, ce qui n’est pas sans danger pour un lutteur, ils doivent apprendre des prises par lesquelles quelqu’un qui est tombé peut quand même gagner, et ils doivent être habiles dans divers genres de strangulations. Ils tordent des chevilles, plient des bras, envoient des coups et sautent sur leurs adversaires. Tous ces genres de choses sont permis au pancrace, sauf mordre et écraser les yeux. » (Philostrate, La galerie de tableaux, 2, 6).

Tous les coups ? Presque ! Philostrate évoque ici l’interdiction de planter ses doigts dans les yeux de l’adversaire (un geste qui ne manquera pas de rappeler aux rugbymen et -women le souvenir ému de « fourchettes » reçues ou infligées dans le feu de quelques mêlées agitées…).

détail d’une kylix attique à figures rouges (vers 480 a.C.) par le Peintre de la fonderie, découverte à Vulci. British MuseumGR 1850.3-2.2.

Dans l’Antiquité, ce procédé prohibé est par exemple représenté sur un vase athénien à figures rouges daté du Ve siècle av. J.-C.. Deux jeunes pancratiastes se battent au sol. Celui de gauche paraît avoir l’avantage : il opère de sa main gauche une prise de strangulation sur son adversaire, tout en armant son bras droit pour lui asséner un coup de poing. Le pancratiaste de droite, en mauvaise posture, cherche manifestement à atteindre les orbites de son adversaire pour y enfoncer ses pouces et se défaire ainsi de la pression. Mais l’irrégularité n’a pas échappé à l’arbitre, barbu et vêtu, qui se tient debout à droite : celui-ci s’apprête à frapper le coupable de son bâton, et probablement à mettre fin au combat en disqualifiant celui qui a enfreint la règle.

C’est qu’en effet la tricherie qui consiste à recourir à un geste interdit présente l’inconvénient majeur d’être facilement visible, et donc d’être immédiatement sanctionnée par l’arbitre (encore que selon l’adage « pas vu, pas pris », certains de ces gestes ne furent jamais punis, comme la « célèbre » agression de Harald Schumacher sur Patrick Battiston en demi-finale du Mondial 1982…). Pour s’assurer une victoire agonistique à coup sûr, il existait un autre moyen d’apparence plus efficace et moins risqué : payer ses adversaires pour qu’ils fassent exprès de perdre.

La victoire à prix d’argent

Dans les sources antiques, ce sont en effet les affaires de corruption et d’achat de la victoire qui sont les tricheries les mieux attestées. Le premier exemple connu de scandale sportif de grande ampleur eut lieu à Olympie en 388 av. J.-C. :

« Lors de la quatre-vingt-dix-huitième Olympiade, le Thessalien Eupôlos corrompit à prix d’argent les concurrents au concours de boxe : l’Arcadien Agètor, Prytanis de Cyzique, et en outre Phormion d’Halicarnasse qui avait remporté la victoire à l’Olympiade précédente. Ce fut, dit-on, de la part des athlètes le premier manquement commis au concours et Eupôlos et ceux qui avaient accepté les présents d’Eupôlos furent les premiers à être frappés d’une amende en espèces par les Éléens. » (Pausanias, V, 21, 3).

Bases des Zanes et entrée du stade d’Olympie. Photo : Jean Housen, WikiCommons.

Avec le produit des amendes infligées aux tricheurs, les Éléens (habitants de la cité d’Élis qui organisait les concours d’Olympie) faisaient fabriquer les célèbres Zanes, c’est-à-dire des statues en bronze à l’effigie de Zeus. Ces statues ont malheureusement aujourd’hui toutes disparu (elles ont été arrachées il y a bien longtemps et refondues pour récupérer le métal), mais le touriste qui se rend à Olympie peut toujours voir les bases en pierre sur lesquelles elles étaient érigées. On remarque que les Éléens ont pris soin de bien aligner ces statues le long du chemin qui mène à l’entrée couverte du stade qui était réservée aux athlètes. Les sportifs devaient donc nécessairement longer cette « haie de déshonneur » quelques instants avant de concourir eux-mêmes : sans doute une manière très pédagogique de leur mettre sous les yeux le châtiment qui les attendait s’ils se risquaient à vouloir tricher ! D’autant que l’une des inscriptions gravées sur les bases rappelait très explicitement que « ces statues sont une leçon destinée à tous les Grecs afin que personne ne verse de l’argent pour obtenir une victoire olympique… » (Pausanias, V, 21, 4).

Sans surprise, la tricherie du boxeur Eupôlos ne demeura pas un cas isolé. Rien que pour Olympie, Pausanias rapporte en effet plusieurs autres histoires de corruption avérées impliquant des pentathlètes, des lutteurs, des pancratiastes et même les pères de deux jeunes concurrents dans la catégorie des paides… Il y en eut sûrement bien d’autres qui ne furent jamais éventées, ou qui se produisirent dans le cadre des centaines d’agônes qui avaient lieu périodiquement dans l’ensemble du monde grec !

Et le dopage dans tout ça ?

Fléau du sport professionnel moderne, le dopage est probablement de nos jours la façon de tricher à laquelle le grand public pense en premier, particulièrement en athlétisme (le sprinteur Ben Johnson dopé aux stéroïdes aux JO de 1988) ou en cyclisme (EPO, affaire Puerto, Lance Armstrong déchu de ses victoires a posteriori…).

Dans le sens où l’entend aujourd’hui, le cas ne paraît pas s’être présenté dans les compétitions antiques, pour des raisons assez simples : les connaissances médicales ou chimiques de l’époque ne permettaient pas l’extraction ou la fabrication d’une pharmacopée qui aurait été de nature à améliorer artificiellement les performances sportives de façon significative. Ainsi, malgré leurs noms bien grecs, les stéroïdes anabolisants ou l’érythropoïétine ne durent jamais faire partie de l’arsenal des tricheurs antiques…

De toute façon, et pour les mêmes raisons, il n’aurait pas pu exister non plus de moyens de contrôle « anti-dopage » pour prouver la tricherie d’un athlète. Au risque de décevoir les amateurs d’Astérix aux Jeux Olympiques, il faut se rendre à l’évidence : la potion magique comme le dopage révélé par les langues bleues des Romains ne sont que des inventions de fiction…

Pourquoi tricher ?

Lorsqu’il évoque les scandales de corruption qui ont émaillé l’histoire des compétitions olympiques, Pausanias livre au détour d’un paragraphe ce commentaire personnel, mi-naïf, mi-scandalisé :

« Il est vraiment étonnant, s’exclame-t-il, de ne faire aucun cas du dieu d’Olympie [Zeus], et de recevoir ou de donner des présents pour le concours ! ».

Quelles raisons poussaient ces athlètes à parjurer le serment qu’ils avaient prêté avant la compétition, et à risquer ainsi d’offenser Zeus, surtout si une simple couronne de feuillage était seulement en jeu ?

Il ne faut pas oublier que l’athlète victorieux était à son retour chez lui couvert d’honneurs et d’avantages réels et symboliques que lui décernait sa cité d’origine : exemptions fiscales, nourriture offerte aux frais de l’État à vie, statues honorifiques, distinctions en tout genre… On comprend que de telles perspectives aient pu pousser certains, comme de nos jours, dans les bras du mensonge et de la fraude.

Malgré, ou par, leurs actes répréhensibles, Eupôlos, Ben Johnson et leurs semblables antiques et modernes font eux aussi pleinement partie, à leur manière, de la grande histoire du sport.

Clément Sarrazanas,

Maître de conférences en histoire et archéologie anciennes, Université de Picardie Jules Verne (Amiens) – Laboratoire TRAME UR 4284



Citer ce billet
Clément Sarrazanas (2024, 19 avril). Triche, fraude et corruption dans les concours antiques. Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8s8

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/04/2024

    […] Triche, fraude et corruption dans les concours antiques […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search