Les courses de flambeaux en Grèce ancienne

  Le 8 mai prochain débarquera à Marseille la flamme olympique allumée à Olympie trois semaines plus tôt. C’est le 20 juillet 1936 que fut allumé pour la première fois un flambeau dans le sanctuaire antique dOlympie. Douze jours plus tard, ce flambeau servait à embraser un trépied trônant dans lOlympia Stadion construit à Berlin pour les Jeux Nazis. Rien natteste, en revanche, que le sanctuaire dOlympie ait jamais accueilli une telle cérémonie auparavant.

C’est en effet par un amalgame qu’on a inventé, pour les J. O. de Berlin 1936, la cérémonie de la flamme, inspirée certes de véritables courses de relais qui avaient lieu à Athènes et ailleurs dans le monde grec dès l’époque classique, mais pas à Olympie. Cette invention revient à Carl Diem, éducateur sportif qui avait assumé le rôle de numéro deux du comité national olympique en charge de l’organisation des jeux.

      À Athènes, à l’époque classique, ces courses, appelées lampadèdromies ou lampadèphories, sont organisées plusieurs fois par an par la cité. Elles se tiennent dans le cadre de fêtes religieuses en l’honneur de divinités différentes : Héphaïstos, le laid forgeron qui sait ciseler des beautés, Prométhée, qui au creux d’une férule a dérobé le feu pour le donner aux hommes, Athéna, celle qu’on appelle parfois Erganè, l’artisane. Lorsqu’en 490 av. J.-C. le messager Philippidès part en urgence demander le secours des Spartiates face aux Perses qui débarquent à Marathon, il croise, sous l’effet d’une hallucination provoquée par sa trop longue course, le dieu Pan qui lui demande pourquoi les Athéniens ne l’honorent pas lui aussi d’une course de flambeaux. Et Pan d’entrer dans la liste.

C’est une jeunesse censément glorieuse qui doit traverser l’axe principal de la ville d’Athènes, la voie des Panathénées sur laquelle marche la grande procession lors de la fête religieuse principale de la cité. Le premier coureur de chaque équipe allume son flambeau dans un autel du gymnase d’Akadémos. Celui-ci, qu’on appelle l’Académie et où Platon fondera plus tard son école, se trouve environ un kilomètre au nord-ouest de l’enceinte urbaine d’Athènes. Servant de témoin, le flambeau, constitué d’un manche à bobèche dans lequel est fixé, pour combustible, un fagot de tiges de brai, est passé de main en main par les éphèbes qui doivent bien s’assurer qu’il reste allumé. Le parcours aboutit à un autel au cœur de la cité, peut-être — en particulier lors des Grandes Panathénées — le grand autel d’Athéna polias, la divinité tutélaire et éponyme d’Athènes, sur l’Acropole.

Ces courses sont le résultat de toute une organisation où des hommes fortunés se voient obligés de contribuer à l’effort collectif en fournissant aux éphèbes les flambeaux, le combustible et l’huile avec laquelle ils s’oignent pour courir. Leur titre : gymnasiarques.

La course vise à cultiver l’esprit d’équipe des garçons en passe de devenir adultes. Ils doivent — fait rare dans le sport grec, foncièrement individualiste — construire une performance collective en se passant de main en main le flambeau en guise de témoin. Ces courses ont lieu de nuit sous le regard des spectateurs qui peuvent, si l’on en croit Aristophane, en venir aux mains avec les jeunes les plus incapables :

DionysosEh non, nom de Zeus ! Même que je perdrais de leau
Tant j
ai ri, aux Panathénées, quand un jour
Un homme lent courait la tête dans ses pieds,
Blanc, gras, laissé en queue
Dans d
effroyables efforts. Et ceux du Céramique,
À la porte, le tapent
Au ventre, aux côtes, aux creux des flancs, à
la fesse.
Lui, battu de claques,
P
ète en douce,
Souffle sur sa torche et s
enfuit.

Aristophane, Grenouilles, vv. 1089-1098 (traduction de Pierre Judet de La Combe)

C’est que cette jeunesse, mise en scène dans la course, est censée représenter l’excellence athlétique athénienne et concentre les espoirs des générations plus anciennes qui la voient défiler, la nuit sous ces torches mobiles, pour s’intégrer au cœur de la cité.

Les équipes sont constituées sur la base du découpage du corps civique instauré par Clisthène, le réformateur à qui on attribue l’invention de la démocratie athénienne en 508/7 av. J.-C. Il redéfinit l’organisation sociale de la cité en dix « tribus », regroupements au sein desquels sont notamment tirés au sort les cinq-cents membres du Conseil (Boulè) qui élabore des propositions de loi soumises ensuite à l’Assemblée (Ekklèsia). Les membres du Conseil issus d’une même tribu assurent aussi durant un des dix mois de l’année civique la permanence du gouvernement dans le Prytanée, sorte d’hôtel de Ville où brûle sans interruption le foyer de la cité. Participer à la course de flambeaux en représentant sa tribu c’est donc aussi se préparer à la participation politique active en développant la solidarité des citoyens au sein du sous-groupe civique.

Cratère en cloche de Nikias – BA 217462 par Alexis Groussaud

Sur un cratère en cloche de la fin du Ve siècle av. J.-C., on peut voir au centre un personnage dont la barbe interdit d’en faire un éphèbe, selon les codes en cours chez les peintres sur vases. Sur sa tête, il porte une couronne à pics peut-être faite de roseaux fixés sur un bandeau où l’on peut lire « ANTIOX », l’abréviation d’Antiochis ou Antiochos, Antiochis étant le nom d’une des dix tribus évoquées, Antiochos celui du héros éponyme, incarnation de l’unité du groupe. À gauche de ce personnage, une figure féminine ailée représente sûrement la divinité de la victoire : Nikè. L’interprétation la plus séduisante voudrait que le peintre ait ici figuré un jeune éphèbe métamorphosé en héros éponyme après avoir remporté la course avec ses coéquipiers.

L’équipe victorieuse endosse ensuite un rôle particulier dans les rituels qui succèdent à la course. Sur le cratère évoqué, on peut voir sur l’autel ce qui ressemble à des viscères enflammés, part de choix consumée pour la divinité. Sur d’autres scènes sur vase, l’équipe tribale est parfois représentée en train de mener vers lautel la vache qu’elle a reçue en prix, pour la mise à mort sacrificielle. S’ensuit un partage de la viande dans un banquet où les éphèbes vainqueurs à la course côtoient vraisemblablement les vainqueurs d’autres épreuves. La performance athlétique est donc étroitement liée à des rituels qui l’encadrent et qui viennent sanctionner le nouveau statut des membres de l’équipe victorieuse.

Si aujourd’hui le relais cérémoniel du flambeau olympique symbolise la récupération d’une tradition antique — avec tout ce que cela charrie d’amalgames et de déformations — son inspiration antique est, quant à elle, une véritable épreuve de compétition sportive. Elle fonctionne cependant aussi comme un rite de passage vers l’âge adulte favorisant la collaboration des futurs citoyens pour incarner, aux yeux de leurs aînés, l’excellence athlétique de la jeunesse.

Alexis Groussaud,

Doctorant – Université Rennes 2

Pour aller plus loin :

A. Chankowski, Les courses aux flambeaux dans lAthènes classique : essai danalyse institutionnelle et culturelle, Paris, Les Belles Lettres, à paraître.

– K. Chryssanthaki-Nagle, “Le feu dans les cérémonies grecques” in : G. Poccardi & G. M. Sanidas (dir.), Les feux dans la cité antique. Usages, risques, réglementations, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve dAscq, 2022, pp. 33-44



Citer ce billet
Alexis Groussaud (2024, 20 avril). Les courses de flambeaux en Grèce ancienne. Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w90w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search