Atalante-athlète : une figure ambivalente de la mythologie grecque

Atalante est une héroïne illustre de la mythologie grecque. Elle est notamment connue pour avoir participé à la Chasse de Calydon en compagnie de héros célèbres comme Thésée, Pélée ou Méléagre, ou même au voyage des Argonautes conduit par Jason pour ravir la Toison d’Or. Pourtant, outre le fait qu’elle est une chasseresse d’exception, Atalante est aussi décrite comme une athlète notamment dans deux épisodes de son mythe. D’abord, l’héroïne est célèbre pour sa fameuse course contre Hippoménès qui lui jette des pommes d’or pour la ralentir. Enfin, un épisode moins connu de son mythe et qui n’apparaît pratiquement que dans l’iconographie antique décrit sa lutte athlétique contre le héros Pélée lors des jeux funéraires de Pélias.

La figure d’Atalante-athlète se manifeste notamment dans l’épisode de la course décrit par des auteurs comme Ovide, Hygin, le Pseudo-Apollodore ou encore Diodore de Sicile1. Dans ces versions, le père de l’héroïne, Schœnée veut la marier à tout prix. Pourtant, Atalante refuse ce mariage. Pour éviter d’aller à l’encontre de la volonté de son père, la jeune femme organise des courses pour repousser ses prétendants. Le règlement de ces concours est simple : ceux qui perdent meurent, celui qui gagne reçoit sa main en récompense. Seul un homme réussit cette course, Hippoménès ou Mélanion selon les versions, qui s’aide de trois pommes d’or données par la déesse de l’amour, Aphrodite, pour distraire Atalante pendant la course. Si cette course est un thème très prisé par les sources textuelles, elle est négligée dans le corpus iconographique. Seul un cratère attique à figures rouges du Peintre de Dinos, peint vers 430 avant J.-C.70 évoque la course d’Atalante, même s’il ne représente que la préparation qui précède l’épreuve. Nous y retrouvons la jeune athlète à gauche de la composition, dans la nudité la plus complète, à l’exception de sandales et d’un bonnet qui sert à retenir ses cheveux et qu’elle remet en place. Trois de ses prétendants, vêtus de chlamyde, se tiennent des deux côtés de la scène et semblent l’admirer, tandis qu’un quatrième, situé à droite, complètement nu, se prépare à la course en jouant avec un strigile qu’il tient à la main. Il s’agit sans doute d’Hippoménès. Au centre de la composition, Aphrodite et Érôs échangent des pommes d’or, préparant la ruse qui va perdre l’héroïne.

Atalante combattant Pélée Staatliche Antikensammlungen, Munich

La figure d’Atalante-athlète apparaît surtout lors de la lutte qu’elle mène contre Pélée. Celle-ci est évoquée chez le Pseudo-Apollodore2 mais est surtout extrêmement représentée dans l’iconographie sur des vases à figures noires et datant pour la plupart de la première moitié du VIe siècle avant J.-C.3. Sur ces vases, Atalante est souvent vêtue d’une tenue particulière : un perizôma, sorte de culotte de lutte, une brassière et un bonnet destiné à contenir sa chevelure. Elle ne porte pas toujours les trois vêtements ensemble. Pélée, quant à lui, est toujours dévêtu, dans une nudité qui évoque, selon les codes iconographiques de l’époque, son héroïsme. Le schéma du combat est pratiquement le même durant toute l’époque archaïque : Pélée et Atalante se tiennent au centre de la composition, face à face, dans la position de lutteurs, chacun tenant les avant-bras de l’autre, le combat étant généralement regardé par des spectateurs et des juges ou des entraîneurs qui se tiennent de chaque côté de la scène. Atalante est la seule femme figurée dans l’iconographie grecque en train de participer à l’activité sportive qu’est la lutte.

Nue, vêtue d’un perizôma, d’un bonnet d’athlète et d’une brassière ou encore d’une robe qui découvre un de ses seins, la figure d’Atalante-athlète dans l’iconographie antique se distingue à la fois des hommes-athlètes puisque tous ses attributs participent de sa condition féminine, celle-ci étant elle-même un attribut de l’héroïne, mais également des autres femmes-athlètes puisqu’elle est la seule femme représentée en position de lutte et qui plus est contre un homme. Femme-athlète, les vêtements qu’elle porte et les activités qu’elle pratique ne font pas d’elle une exception puisqu’il existe d’autres femmes sportives et parce qu’elle est une héroïne. Ce statut la rend incomparable aux femmes grecques. Atalante est une figure singulière et étrange parce qu’elle vit à l’âge héroïque et qu’elle fait partie de ces grandes figures mythiques qui croisent les Immortels. Elle peut chasser et lutter seule avec des hommes et être représentée dans un environnement masculin comme le gymnase.

Ainsi, les distances prises par Atalante par rapport aux normes de la société – elle refuse le mariage et les activités qui lui sont traditionnellement assigné –, mais également par rapport à son sexe – la jeune femme s’adonne à la lutte qui est un sport masculin, elle pratique la course et la chasse –, ne sont pas à comprendre comme une insubordination par rapport à la norme civique, mais plutôt comme illustrant un âge et un statut. C’est parce qu’elle est jeune, et c’est parce qu’elle est une héroïne – la jeunesse allant souvent de pair avec l’héroïsme –, qu’elle peut impunément refuser le mariage ou même battre un héros comme Pélée à la lutte et un autre héros comme Hippoménès/Mélanion à la course. Ces deux critères que sont l’âge et l’héroïsme permettent également de comprendre le fait qu’elle puisse refuser le mariage, se vêtir de vêtements considérés comme masculins tels le perizôma, ou même s’exhiber dans la nudité la plus complète.

Emilie Druilhe

1 Ovide, Métamorphoses, X, v. 560-739 ; Hygin, Fables, 185 ; Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, III, 9, 105 et Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, IV, 34, 4-6.

2 Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, III, 9, 105.

3 Ce schéma est représenté sur une hydrie attique à figures noires datée de 560-550 avant J.-C. et conservée à Bonn, sur une hydrie attique à figures noires peinte par le Groupe d’Atalante datée des années 550, sur un fragment d’une coupe attique à figures noires datée de 550-500 avant J.-C. ou encore sur un miroir étrusque en bronze.



Citer ce billet
Emilie Druilhe (2024, 21 avril). Atalante-athlète : une figure ambivalente de la mythologie grecque. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w921

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search