Chevaux et hommes en concours : centaurisation athlétique et symbiose agonistique

Les épreuves hippiques des JO de 2024 auront lieu à Versailles, face au château. On ne saurait mieux traduire le caractère élitiste des sports équestres. En vérité, leur popularité est bien moindre que celle de l’athlétisme ou de la natation. Les parcours d’obstacles mettent un peu d’adrénaline dans le spectacle. Dans l’Antiquité, les spectateurs frissonnaient plutôt de la vitesse des chars et des cavaliers : avant l’invention des moteurs, le cheval avait offert aux hommes une première révolution de la vitesse. Puis il y avait les virages à prendre qui étaient en eux-mêmes un danger bien propre à exciter les tribunes. Aux JO modernes, la première fois qu’il y a eu des épreuves équestres, ce n’est que lors de la deuxième olympiade, en 1900. Pendant longtemps, elles ont été réservées aux militaires et les femmes en étaient exclues.

Le spectacle de l’hippodrome

À Athènes, en 1896, lors de la première édition des jeux modernes, il n’avait donc pas eu d’épreuves hippiques. Curieux renoncement, alors qu’on tentait de renouer avec le passé antique. Aux Olympiakoi agônes, c’étaient les épreuves reines, comme dans bien d’autres grands concours, tels les Pythia de Delphes, les Panathénées d’Athènes ou les Ptolémaia d’Alexandrie. Question de standing. Dans la pratique, beaucoup de concours avaient renoncé à en organiser, reculant devant la charge que cela représentait.

Le site d’Olympie : l’hippodrome se trouvait à droite du stade, dont la piste est ici bien visible. Wikimedia Commons.

 D’abord, il fallait un hippodrome, même s’il ne faut pas imaginer ceux des Grecs à l’image du Cirque Maxime de Rome. L’hippodrome d’Olympie, au sud du stade, jouxtait l’Alphée, dont les débordements ont amené à le réaménager régulièrement. Tel que le décrit Pausanias, sous l’Empire, il paraît encore bien modeste. Les spectateurs s’installaient sur des talus engazonnés. Les pistes étaient de longueur variable, parfois courtes quand l’espace manquait, comme à Délos. Il fallait en effet de la place pour un hippodrome. Celui de Delphes n’avait pu être créé que nettement en contrebas du sanctuaire localisé à flanc de montagne. Les archéologues le cherchent encore. Ces hippodromes étaient aussi provisoires et, entre les concours, on les louait comme pâturages à des particuliers. L’élément le plus complexe était la ligne de départ, l’hippaphèsis où un système de couloirs décalés permettait de compenser les inégalités du placement des compétiteurs par rapport à la courbure des virages. 

Une extrémité de la piste, à Olympie, était ornée d’une statue d’Hippodamie couronnant Pélops. Une épreuve de chars avait, aux temps mythiques, opposé le héros Pélops au roi de Pisa Œnomaos. L’enjeu était un mariage avec Hippodamie (« celle qui maîtrise les chevaux » !), la fille du roi. Œnomaos avait dit qu’elle n’épouserait que celui qui arriverait à le battre lui à la course de chars. Il tuait les vaincus et était certain de gagner grâce à ses juments divines. Pélops l’emporta pourtant, par tricherie selon certains. La compétition entre Pélops et Œnomaos semble faire remonter les épreuves hippiques d’Olympie à l’âge héroïque. En fait, elles ne sont documentées qu’à partir du VIIe s. a.C.

Pausanias en donne la chronologie. En 680 a.C. aurait eu lieu la première course de char attelé à quatre chevaux (harma). La course de cheval monté (kélès) apparaît en 648 a.C. Puis pause, jusqu’en 408 a.C., quand est introduite la course attelée à deux chevaux adultes (synôris) et, en 384 a.C., c’est l’épreuve d’harma avec poulains qui apparaît. La synôris de poulains date de 264 a.C. et le kélès de poulain de 256 a.C. On voit donc la conjonction d’épreuves attelées ou montées et, par ailleurs, l’apparition de courses distinguant les chevaux selon leur âge (adultes, téleioi ou bien poulains, pôloi). La chronologie olympique n’est pas révélatrice des tendances les plus novatrices en matière de courses : aux Panathénées, la synôris existe déjà vers 500 a.C. Par ailleurs, à Olympie, des épreuves ont disparu. De 500 à 444 a.C., les Olympia ont comporté une épreuve d’attelage de mules. Dès 440, elle était supprimée, en raison du manque prestige de la mule, hybride d’une jument et d’un âne, animal réputé ignoble.

Une prolifération de courses hippiques

Les courses hippiques, à cause de l’engouement qu’elles suscitaient ont été nombreuses. Une inscription mentionne celles qu’un Spartiate, un certain Damonon, a remportées durant la seconde moitié du Ve s. a.C. La plupart des concours cités sont inconnus mais témoignent de la multiplicité d’occasions de faire courir ses chevaux. Les armées en campagne en organisent aussi. Les Grecs de l’Anabase le font à Trapézonte, au bord de la mer Noire, en 400 a.C., de même l’armée d’Alexandre, en 326 a.C., alors qu’elle se trouve dans le Nord-Ouest de l’Inde. En temps de paix, les cavaleries des cités se donnent en spectacle en organisant des épreuves publiques. Cela entraîne hommes et animaux, renforce la cohésion de la troupe et plaît aux citoyens. À Athènes au IVe s. a.C., à un moment où le dèmos se montre féroce face à ces élites cavalières qui n’ont pas montré une grande inclination pour le régime démocratique quand il a été menacé, la cavalerie donne presque la sensation de chercher ainsi à améliorer son image. Les cavaliers utilisent leurs chevaux d’armes et, comme on ne peut en attendre les mêmes efforts que ceux que l’on aurait demandés à des chevaux de courses, les galops sont exécutés sur des longueurs moindres. Pour une armée, tout cela est facile. En revanche, pour une cité, c’est une autre affaire, pas tellement à cause des équipements, qui ne sont guère coûteux, mais parce qu’il faut attirer des compétiteurs, qui doivent se déplacer avec toute leur écurie de course, ce qui est une affaire complexe et onéreuse, surtout quand le voyage doit se faire par mer.

Au pays des centaures

En 2001, la publication d’un papyrus a porté à notre connaissance 112 poèmes inédits d’un grand nom de la poésie hellénistique, Posidippe de Pella. Dans le lot, il y a 18 épigrammes célébrant des victoires hippiques. Elles nomment souvent les chevaux vainqueurs avant même leur propriétaire. Voici l’épigramme 18. Si le texte paraît lourd au lecteur, qu’il en blâme le traducteur, moi en l’occurrence. En vérité ces textes de quelques vers ont été ciselés avec un soin extrême par le poète : « Avec panache, il a fait la course en tête aux Isthmia ; ce cheval a aussi été quatre fois vainqueur de la course montée à Némée ; cet Aithôn, monture de Messène, a par ailleurs deux fois remporté la course à Pythô ; en d’autres occasions encore il a fait que moi, Eubôtas, ai été couronné. » L’épreuve est donc celle du kélès. L’animal et celui à qui il appartient sont les vainqueurs ; de manière frappante Posidippe énonce l’origine du cheval, non celle de son propriétaire. En revanche, il ne mentionne pas le jockey qui a monté Aithôn. En réalité, jockeys et cochers ne comptent pas. Ce sont souvent des esclaves, parfois des enfants, qui sont plus légers.

Ce qui se joue là est ce qu’anthropologues et historiens qui étudient les cultures équestres ont appelé un processus de centaurisation. On désigne ainsi la symbiose entre les cavaliers et leurs montures qui, à la fin, finissent par ne plus faire qu’un. Dans les cultures où l’on utilise les chevaux, mais qui ne sont pas devenues des cultures équestres, c’est-à-dire qui n’ont pas fait des chevaux un élément crucial de leur système socio-culturel, la centaurisation ne se produit pas. En Grèce, ce sont les élites qui ont tendu à développer une culture équestre, dès le VIIe s. a.C. au moins, ce qui n’est pas vrai de toutes les couches de la société.

 Le cheval de course, en grec, est parfois appelé un hippos athlètès, un cheval-athlète. C’est souvent une jument en fait. Il est bon qu’il sorte d’un haras prestigieux, comme ceux du Nord-Est du Péloponnèse ou bien de Thessalie. « Produire » un cheval de course implique la sélection d’un individu apte à cela et dressé dans ce but. Il semblerait qu’on prenait son temps avant de le faire courir. Les éleveurs le savent : on obtient des adultes plus forts en ménageant les animaux dans leurs premières années. Les représentations favorisent une silhouette longiligne, comme semble l’indiquer un grand bronze du Musée National d’Athènes, le cheval de l’Artémision.

Le cheval de l’Artémision et son jockey, Musée national, Athènes ; milieu du IIe s. a.C. Wikimedia Commons.

Les chevaux sont des animaux fascinants. Osons encore citer les mots de Buffon, qui ouvrent son chapitre sur le cheval : « La plus noble conquête que l’homme ait jamais faite est celle de ce fier et fougueux animal qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats. » Dans la France du milieu du XVIIIe s. comme en Grèce ancienne, le caractère aristocratique de la possession des chevaux est évident. Depuis la poésie homérique, les courses hippiques sont l’affaire des élites. Le héros Achille, dans l’Iliade, fait de la course de chars le sommet des concours funèbres à la mémoire de Patrocle. Les aristocrates athéniens de l’Archaïsme se passionnent pour les chevaux de course. Cimon l’Ancien, du génos des Philaïdes, fait enterrer à côté de lui les juments avec lesquelles il avait par trois fois remporté la couronne à Olympie. En 416 a.C., Alcibiade vient en personne dans le sanctuaire de Zeus pour participer aux compétitions hippiques. Aristophane a beau, dans les Nuées, en 423 a.C., se moquer de cette hippomanie que Platon dénoncera à son tour dans les Lois, rien n’y fait. Au IIIe s., les épigrammes de Posidippe montrent que les souverains hellénistiques affichent à leur tour leur richesse et leurs rivalités dans les hippodromes.

Si vous avez de l’argent, vous pouvez avoir des chevaux de course. Si vous avez des chevaux de course, vous pouvez prétendre à une part de la gloire qui revient aux vainqueurs des concours. C’est aussi simple que cela. Avantage du système : il n’est pas besoin de vous déplacer. Il suffit d’envoyer une écurie. Dès le IVe s., des femmes s’engouffrent dans la brèche et obtiennent ainsi la couronne grâce aux chevaux qu’elles envoient concourir.

Une communauté hybride

Fragment d’un dinos de Sophilos, vers 575 a.C. Musée National d’Athènes. Wikimedia Commons.

L’hippodrome est un chaudron qui avale hommes et animaux dans la poussière et le bruit. Le public se presse au bord de la piste pour assister au spectacle et en devient co-acteur. Un fragment de dinos peinte par Sôphilos illustre les funérailles de Patrocle et montre les spectateurs vociférant et gesticulant pour encourager chevaux et cochers. Xénophon complète le tableau à propos des concours de Trapézonte organisés en 400 par l’armée de l’Anabase et décrit ainsi l’épreuve qu’organise la cavalerie : « Il fallait lancer les chevaux sur des terrains en pente, leur faire prendre le virage dans la mer puis les ramener vers l’autel. À la descente, nombre de chevaux tombaient en roulant, tandis qu’à la remontée, qui était très pentue, ils progressaient presque au pas ; là, s’entendaient de grands cris, des rires et des encouragements. » Tout cela génère un tel remue-ménage que dans l’Hymne homérique à Apollon, une déesse des eaux, Telphouse, conseille au dieu d’établir son sanctuaire loin du lieu où se tiendront les courses hippiques pour ne pas en subir les nuisances.

Comment qualifier ce qui ressort de cela ? D’abord, souvenons-nous que, pour les Grecs, les chevaux sont des sujets en cette affaire. On leur reconnaît une agentivité pour employer un mot qui a désormais gagné sa place en histoire. D’où des récits comme celui de la victoire de Pheidolas de Corinthe au kélès, à Olympie : le jockey avait pourtant été jeté à terre par Aura, la jument qu’il montait, dès le début de la course. Aura n’en avait pas moins continué jusqu’à la ligne d’arrivée et les hellanodices avaient attribué la couronne à Pheidolas. Une épigramme de Posidippe expose un cas cette fois-ci d’indécision quant au résultat d’une course de chars aux Pythia, dans les années 270 a.C. Un mouvement de la tête d’une pouliche avait convaincu les juges de proclamer la victoire de son quadrige. En cette communauté qui naissait dans les hippodromes, il y avait donc des animaux et des hommes, propriétaires d’écuries et spectateurs. Et quoi qu’en aient pensé les Grecs, il fallait aussi compter sur ces invisibilisés qu’étaient les palefreniers, les soigneurs, les jockeys et les cochers. Aucune chance que les chevaux aient assimilé les hiérarchies socio-politiques propres au monde grec : ils étaient en vérité plus familiers de ceux qui les montaient ou les guidaient que de ceux qui les possédaient. Les chercheurs qui essaient aujourd’hui de rendre aux non-humains la place qu’ils ont eue dans les sociétés du passé diraient que l’hippodrome grec était le creuset d’une communauté hybride, un groupe de sujets interagissant, humains ou non.

Les chevaux ont été des animaux-athlètes, reconnus comme tels, admirés, célébrés par les poètes et les sculpteurs. Ne dirait-on pas que nous revenons un peu à cette façon de voir quand, à l’entrée de l’hippodrome de Vincennes, on rencontre la statue en bronze d’Ourasi, le « cheval du siècle », avec sa base qui enregistre ses victoires ?

Statue d’Ourasi à l’hippodrome de Vincennes. La base de marbre dresse le palmarès de ses victoires. Wikimedia Commons.

Christophe Chandezon,

Professeur d’Histoire ancienne – Université Paul-Valéry/Montpellier

Pour aller plus loin :

J.C. Moretti et P. Valavanis (dir.), Les hippodromes et les concours hippiques dans la Grèce antique, Athènes, 2019.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christophe Chandezon (22 avril 2024). Chevaux et hommes en concours : centaurisation athlétique et symbiose agonistique. Actualités des études anciennes. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w95q


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search