L’agôn en question ou les dessous d’une course de chars bien particulière

Les civilisations invitent au temps long, “immobiles dans le temps et dans l’espace, quasi immobiles”, comme l’écrivait Fernand Braudel1. Cette notion amène à isoler un noyau dur hors de l’histoire, qui traverserait les siècles, inchangé. Nul ne s’étonnera dès lors qu’elle aime à cheminer avec une voisine, convoquant tout autant qu’elle une permanence : la mentalité. Qu’importe si toutes les deux ont depuis longtemps étaient contestées, elles résistent à l’historicisation qui montre pourtant à quel point elles sont filles de leur temps. Dans la perspective critique générale proposée ici, que faire alors de la mentalité agonistique, conçue comme un trait essentiel de la civilisation grecque ? Il ne s’agit en effet pas de récuser par avance toute permanence, seulement d’interroger leur évidence.

La mentalité agonistique a une histoire. Elle apparaît dans les travaux de Jacob Burckhardt2. L’historien allemand l’associait à l’aristocratie. Son déclin aurait accompagné l’avènement de la démocratie. Elle constitue ainsi un trait singulier permettant d’énoncer une altérité entre eux et nous. Dans un texte posthume, Nietzsche appliquait la même logique. Les Grecs auraient légitimé “le combat et la joie de vaincre”. Il ajoutait : “quel abîme entre son jugement moral et le nôtre !”3. Cette permanence a été avancée bien plus tard par l’historien et archéologue Alain Duplouy. “La mentalité agonistique n’est […] ni un phénomène social, en ce qu’elle n’était pas liée à des groupes sociaux particuliers, ni un phénomène chronologique4. À la différence de Burckhardt, elle concernerait les Grecs dans leur ensemble ou plus exactement ceux qui vivaient en cité5. “C’est toute une cité qui partage les règles de l’émulation sociale : le prestige que d’aucuns engendrent est accordé par l’ensemble de la communauté, qui est prise à témoin de leur mérite et reconnaît sans difficulté leur valeur. Aux dispositions mentales incitant les individus à rivaliser entre eux, correspond en ce sens une culture commune de l’agôn, qui permet au groupe d’évaluer les stratégies de chacun selon la même échelle de valeurs”6.

L’existence d’une telle mentalité se rencontrerait dans le plus ancien texte littéraire grec connu, l’Iliade d’Homère. Un chant particulier concentre l’attention concernant l’agôn, le numéro 23 consacré aux jeux funèbres en l’honneur du défunt Patrocle, l’ami d’Achille mort au combat sous les coups du Troyen Hector. La première épreuve est une course de chars (v. 257-652). Cinq concurrents s’affrontent ; des récompenses à la valeur décroissante sont prévues pour chacun d’eux en fonction de l’ordre d’arrivée. Achille, l’organisateur, n’y participe pas et invite les Achéens à y prendre part. À son appel, se lèvent successivement Eumèle fils d’Admète, Diomède fils de Tydée, l’Atride Ménélas, Antiloque fils de Nestor et Mérion.

Il faut ici partir des remarques de Michel Foucault qui observe que cette description entre en contradiction avec l’idée même de compétition7. Attentif au texte, il souligne : “La désignation même par les adjectifs qui sont accolés à leur nom montre bien dès le départ quelles sont les forces respectives et la vigueur des attelages de chacun des héros. Ils ne sont pas du tout donnés comme égaux au départ. Au contraire, ils se lèvent à tour de rôle en fonction même de leur force, qui en ordre décroissant va de celui qui doit l’emporter à celui qui n’a aucune chance de l’emporter. […] C’est-à-dire que la course n’a plus de raison d’être : on sait déjà tout. Mais on sait déjà tout parce que la course a une tout autre fonction que celle de faire émerger un vainqueur au milieu d’individus égalisés et parmi lesquels il n’est pas possible de prévoir celui qui va gagner”8. Autrement dit, la description hiérarchisée annoncerait, à l’avance, le résultat de la course.

Une objection arrive alors à l’esprit. Cette épreuve connaît bien des péripéties. Apollon et Athéna interviennent de façon décisive sur le résultat. La rivalité entre Eumèle et Diomède est réglée non pas par la force des chevaux mais par l’intervention des dieux, Athéna détruisant le char d’Eumèle. Il n’est pas indifférent de rappeler que les deux héros n’étaient pas mis sur le même plan. Eumèle se lance le premier. Homère explique ainsi sa prétention. Il “brillait par sa science des chevaux”9 (v. 289). Concernant Diomède qui vient juste après lui, le poète insiste sur l’identité des chevaux. Deux critères sont donc mis en balance, la qualité des chevaux et l’art de mener son char. Cette opposition est manifeste dans le cas d’Antiloque, le jeune fils de Nestor. Aimé des dieux, Zeus et Poséidon, il sait conduire un char comme personne. Jeune, il en sait pourtant autant que son père. Il a des chevaux faibles mais il a la mêtis, cette intelligence pratique souvent assimilée, sans doute de manière excessive, à la ruse.

Le déroulement et l’issue de la course se cristallisent autour de la dispute entre Ménélas et Antiloque. Côte à côte, ils voient la route se rétrécir. Le premier demande alors au second de ralentir pour éviter un accident entre eux. Antiloque refuse. Ménélas choisit de ralentir. Le fils de Nestor arrive deuxième, derrière Diomède et devant l’Atride. Lorsqu’Eumèle arrive finalement bon dernier, Achille propose de lui donner le deuxième prix, une proposition approuvée par l’ensemble des Achéens spectateurs. C’est alors que la dispute commence avec le refus d’Antiloque d’une telle distribution des prix. Trois possibilités existaient en effet. La deuxième place pouvait être revendiquée par Antiloque au nom de la place obtenue, par Eumèle parce qu’il devait être au minimum deuxième et par Ménélas au nom du refus d’Antiloque de le passer devant. Achille accepte de laisser ce prix au fils de Nestor et offre à Eumèle une cuirasse prise sur son butin.

Ménélas se lève alors et conteste la place d’Antiloque. Il lui dit : “Tu as humilié ma valeur. Tu as lésé mes chevaux / en jetant les tiens devant, alors qu’ils sont nettement moins bon” (v. 371-372). Il l’accuse d’avoir usé de ruse (dolos). Le fils de Nestor rejette l’accusation, reconnaissant simplement avoir recouru à une leptê mêtis, une mêtis légère (v. 590). Finalement, après un long échange, il accepte de rendre son prix à Ménélas qui, aussitôt, le lui restitue. Cet échange a pu surprendre. Pourquoi l’Atride rend-il ce qu’il n’a eu de cesse de réclamer ? C’est ici que le sens de cette course de chars apparaît. Le prix qu’Antiloque refusait de rendre à Achille était celui dévolu au deuxième, raison pour laquelle ce dernier voulait le donner à Eumèle, pour lui assurer la deuxième place. Au contraire, lorsque Ménélas le rend à Antiloque, il n’a plus cette valeur. Il vaut reconnaissance de la valeur de Ménélas et témoigne de la valeur du troisième, Antiloque, qui reçoit son prix d’une personne de plus haut rang que lui.

Œnochoé à figures noires : course de chars Photo (C) RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski musée du Louvre

Que révèle donc cette course de chars ? D’abord que l’épreuve vise ici à reproduire une hiérarchie sociale, en la légitimant de nouveau par un résultat normalement connu à l’avance. Comme diverses circonstances ne le permettent pas, il faut plusieurs interventions pour que le classement corresponde finalement à l’ordre social : Diomède, Eumèle, Ménélas, Antiloque et Mérion. Ensuite qu’une incertitude ait acceptée. Deux critères entrent en concurrence : la mêtis par l’art de conduire un char et la biê ou force qui est la valeur intrinsèque des chevaux. Dans ce cas, ce sont les divinités qui tranchent. Diomède est choisi par Athéna au détriment d’Eumèle connu néanmoins aussi pour la qualité de son attelage10. La compétition est donc circonscrite à la possibilité de distinguer le vainqueur dans les deux légitimes dès le début à prétendre à la victoire.

Il est ainsi pour le moins périlleux d’affirmer l’existence d’une mentalité agonistique, en tout temps, au sein du monde grec ancien. Est-ce si surprenant ? La valeur n’existe pas en soi. Elle suppose un ordre symbolique dans lequel sa définition est partagée. Le sport n’échappe pas à cette règle. Comme l’écrit le sociologue et l’historien du sport Jacques Defrance, “le fait que des qualités de corps permettent d’exceller dans la vie sociale et viennent jouer dans le classement et la hiérarchisation des hommes […] n’a rien d’“évident” ni de “naturel””11. La course de chars des jeux funèbres en l’honneur de Patrocle montre qu’une compétition peut n’être qu’une apparence destinée à légitimer un ordre qui lui préexiste et qui prétend résister aux épreuves du temps. Faut-il rappeler qu’aux Jeux Olympiques contemporains, derrière les médailles individuelles, il y a des pays, riches, qui utilisent le sport pour légitimer leur prestige ?

Christophe Pébarthe,

Université Bordeaux Montaigne

1La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Paris, Flammarion, 1985, p. 160.

2Griechische Kulturgeschichte, 1898-1902

3Œuvres philosophiques complètes. Sur l’avenir de nos établissements d’enseignement. La philosophie à l’époque tragique des Grecs. Vérité et mensonge au sens extra-moral et autres écrit posthumes 1870-1873, Paris, Gallimard, p. 194 et 195.

4Le prestige des élites. Recherches sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce entre les Xème et Vème siècles av. J.-C., Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 276 ; je souligne.

5Je me contente ici de rappeler que l’expression “les Grecs” implique de ne prendre en considération que la moitié masculine, comme si la “mentalité” des Grecques était hors de propos.

6Ibid., p. 278.

7Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice. Cours de Louvain, 1981, Louvain, University of Chicago Press-UCL Presses universitaires de Louvain, 2012.

8Ibid., p. 27-28.

9Toutes les traductions sont de Pierre Judet de La Combe.

10Cf. Il., 2.763-767.

11Cité par M. Schotté, La valeur du footballeur. Socio-histoire d’une production collective, Paris, CNRS Éditions, 2022, p. 12.



Citer ce billet
Christophe Pébarthe (2024, 24 avril). L’agôn en question ou les dessous d’une course de chars bien particulière. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9jg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search