Les agonothètes, indispensables maîtres d’œuvre des compétitions antiques

Les noms de Juan Antonio Samaranch, Sepp Blatter ou Gianni Infantino vous disent-ils quelque chose ? Certainement, si vous suivez l’actualité sportive : le premier a été président du Comité International Olympique pendant plus de vingt ans, les deux suivants, présidents de la FIFA pendant des décennies. Des figures indissociables du monde du sport donc, bien qu’étant de piètres athlètes eux-mêmes (Blatter était économiste et homme d’affaires, Infantino juriste). Pourtant, si leur notoriété est aujourd’hui plus grande que celle de bien des champions, c’est grâce au rôle qu’ils ont joué dans l’organisation des « méga-événements » sportifs de l’époque contemporaine que sont les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de football. Il est impossible en effet de concevoir le sport professionnel moderne sans l’existence de ces instances officielles qui fixent les règles, le calendrier et surtout qui organisent les compétitions les plus prestigieuses où s’illustrent nos sportifs favoris.

En Grèce ancienne, dès l’époque archaïque, en même temps que les concours deviennent périodiques et qu’un calendrier agonistique se met en place, des institutions spécifiquement chargées de leur organisation émergent et accompagnent cette structuration. Les noms des officiels chargés de la bonne tenue des compétitions peuvent varier selon les régions ou les époques : si à Olympie on les désigne sous le nom d’hellanodices (« juges des Grecs »), on trouve à la tête d’autres concours du monde grec des aisymnètes, des agonarques, des athlothètes… Mais un terme générique peut s’appliquer à tous, celui d’agonothètes (littéralement : « ceux qui mettent en place les compétitions »). Ils étaient en général des citoyens élus ou tirés au sort, originaires de la cité qui accueillait le concours, mais aucune expertise particulière dans le domaine agonistique ne semblait requise : dans leur immense majorité, les agonothètes connus n’étaient pas d’anciens champions ni des spécialistes de sport !

Les maîtres des concours

Malgré là encore des variantes locales, tous ces officiels remplissaient peu ou prou les mêmes fonctions, qui étaient assez nombreuses.

Les agonothètes devaient d’abord mettre en état les édifices destinés à accueillir les compétitions : une célèbre inscription de Delphes datée des environs de 250 a.C. donne par exemple à voir le détail des nombreuses opérations qui ont été menées en prévision du grand concours panhellénique des Pythia (CID IV 57) : désherbage et débroussaillage du stade et de l’hippodrome, relèvement des talus où prenaient place les spectateurs, ameublissement de la piste du stade et des virages de l’hippodrome, achat de piquets pour le demi-tour des épreuves de course, réfection du gymnase, etc. Ces travaux sont effectués par des entrepreneurs de Delphes mais ce sont bien les organisateurs des Pythia qui règlent la facture et supervisent les opérations. Le but est bien sûr de fournir le meilleur cadre d’entraînement et de performance aux athlètes, mais aussi de bonnes conditions d’accueil pour les spectateurs, afin que l’événement soit une réussite complète.

Pendant la durée du concours, les agonothètes président et veillent au bon déroulement des compétitions. Ils supervisent notamment les examens d’admission des athlètes et ils procèdent à l’inscription officielle de ceux qui sont effectivement autorisés à concourir.

La tribune des hellanodices dans le stade d’Olympie. Photo : Panagiotis Kanellopoulos, © Wikicommons.

Ces officiels respectés et craints étaient bien reconnaissables à plusieurs attributs qui symbolisaient leur autorité : comme le rappelle l’empereur Hadrien dans une inscription du IIe siècle (SEG 56.1359), « les agonothètes portent des couronnes et des tenues de pourpre » (une teinture coûteuse et qui était une marque de prestige) ; ils tenaient à la main un bâton ou un fouet. L’archéologie confirme cette place éminente accordée aux organisateurs ; dans le stade d’Olympie, une plate-forme spéciale était réservée aux hellanodices : une vraie tribune présidentielle avant l’heure ! À l’époque impériale, l’agonothète des Panathénées d’Athènes prenait place sur un trône de marbre superbement décoré où étaient figurés les prix mis en jeu : palmes, amphores et couronnes, posées sur une table agonistique.

« Trône de Biel », siège de proédrie de l’agonothète des Panathénées, IIe siècle p.C. © Trustees of the British Museum.

Les prix pour les vainqueurs

En effet, c’est aussi aux agonothètes qu’il revenait de faire fabriquer les prix qui seraient remis aux vainqueurs (athla). Dans l’Antiquité, pas de médailles, mais des récompenses qui pouvaient prendre des formes variées selon les concours : couronnes de feuillage ou de métal précieux, trépieds, boucliers, denrées alimentaires, vases commémoratifs, etc…

Pour ces dépenses, la cité qui accueillait la compétition accordait normalement aux organisateurs un budget, pris soit sur les fonds publics, soit sur le trésor « sacré » de la divinité à laquelle le concours était consacré. Au IIe siècle a.C., un agonothète du concours des Délia de Tanagra (Béotie) fait par exemple procéder à « la dorure de 38 couronnes dorées, dont le poids est de 190 statères d’or ». Le poids moyen des couronnes remises aux vainqueurs des Délia était donc de 43,1 grammes d’or, ce qui correspond à une jolie somme, dans l’Antiquité comme de nos jours, alors qu’il s’agissait d’un concours local de second ou plutôt de troisième plan. Aux Panathénées d’Athènes, ce sont les dix athlothètes qui doivent superviser à l’époque classique la fabrication des « amphores panathénaïques », qui contenaient l’huile d’olive sacrée qui récompensait les gagnants.

Amphore panathénaïque attribuée au Peintre de la procession nuptiale, signée par Nikodémos, 363/2 av. J.-C. (détail du revers). © The J. Paul Getty Museum, Villa collection, Malibu, California.

Le décor figuré d’une de ces amphores nous donne à voir une autre tâche qui revenait aux agonothètes : celle de la proclamation du vainqueur. Au centre, une Nikè ailée (déesse de la victoire) couronne le jeune athlète nu, qui tient une palme dans sa main droite et a un ruban passé autour du bras gauche, deux autres symboles de sa victoire. À droite, un athlothète barbu, vêtu et couronné, désigne à la déesse et aux spectateurs celui qui a triomphé d’un geste du bras droit. Bien sûr, c’est le vainqueur qui est au centre de l’attention, mais on remarque que l’organisateur est lui aussi intégré à « l’imagerie » des concours, un peu à la manière, de nos jours, dont le président du CIO apparaît sur les photographies de remise de médailles sur les podiums…

Les concours antiques, déjà une affaire de gros sous…

À la fin de leur mandat, les agonothètes devaient scrupuleusement rendre les comptes de leur administration aux contrôleurs de la cité, qui vérifiaient qu’ils n’avaient pas détourné l’argent public qui leur avait été confié. Un extrait d’un de ces comptes-rendus, gravé sur une stèle, indique ainsi :

Comptes (apologia) de Xénarchos, fils de Sôkratès, de Hyettos, agonothète des Basileia. […]

J’ai payé personnellement toutes les dépenses pour les sacrifices et pour le concours. Je n’ai porté en compte ni les sommes versées au personnel et au sous-secrétaire, ni la préparation de la stèle, ni la transcription des vainqueurs, ni la gravure des comptes, des décrets et des autres textes.

La recette que j’ai encaissée, soit 260 drachmes en bronze et 198 drachmes attiques, après y avoir prélevé de quoi faire une phiale que j’ai consacrée à Zeus Basileus, je l’ai transmise à l’agonothète qui me succède. (Nouveau choix d’inscriptions grecques, n°22)

En lisant bien le texte, on comprend que Xénarchos, agonothète du concours des Basileia de Lébadée (Béotie) au Ier s. a.C., a en fait payé de sa propre poche l’ensemble des dépenses liées aux compétitions, ainsi que les salaires du personnel subalterne qui l’a assisté dans sa tâche. C’est ce qui explique qu’il remette le total des recettes encaissées à son successeur, sans y avoir touché.

Xénarchos n’a donc pas utilisé le budget mis à sa disposition, et il a ainsi évité une dépense importante aux cités béotiennes qui organisent ce concours. Ce genre de générosité, fréquent de la part des agonothètes, est ce que l’on appelle une évergésie : c’est-à-dire un bienfait prodigué par un particulier à ses propres frais, et qui profite à l’ensemble de la communauté. Les agonothètes qui s’étaient montrés particulièrement zélés et généreux pouvaient à la fin de leur mandat être officiellement honorés par leurs concitoyens. Certains profitaient même de la cote de popularité qu’ils avaient ainsi acquise pour se lancer dans une carrière politique !

Les athlètes sous la menace du fouet : arbitres et mastigophores

Comme dans tous les sports codifiés par un ensemble de règles, la question de l’arbitrage était cruciale. Dans la majorité des concours du monde grec, il semble que les agonothètes n’assuraient pas en personne le rôle d’arbitres. À ce titre, les hellanodices d’Olympie constituaient sans doute une exception : les sources antiques indiquent qu’ils recevaient une formation spéciale de dix mois (Pausanias, VI, 24, 3), et qu’ils arbitraient eux-mêmes les épreuves de courses à pied ou hippiques notamment.

Mais dans des concours de moindre ampleur, et pour des épreuves comme la lutte, la boxe ou le pancrace, la présence d’arbitres plus spécialisés, aptes à repérer et sanctionner les gestes interdits propres à chaque discipline, devait être nécessaire. Les scènes d’affrontement agonistique font souvent figurer l’arbitre, habillé, positionné juste à côté des athlètes, qui eux sont nus. Les arbitres n’utilisaient pas de sifflet, comme de nos jours, mais appliquaient un coup de bâton ou de fouet sur le corps des athlètes pour signaler une faute ou interrompre le combat.

L’agonothète avait aussi sous ses ordres un groupe de mastigophores (« porteurs de fouet ») ou de rhabdophores (« porteurs de bâtons »), dont le rôle était au moins double : ils devaient assurer le service d’ordre au sein du stade pour contenir les éventuels débordements du public, mais il leur revenait aussi de procéder aux flagellations pour sanctionner les concurrents qui s’étaient rendus coupables de tricherie ou de fraude majeures comme l’achat de la victoire par corruption. Au IIe siècle de notre ère, l’empereur Hadrien édicte d’ailleurs des consignes afin de limiter les excès de zèle éventuels des mastigophores :

Quant au fouet donné à un concurrent, s’il y en a nécessité : que des porteurs de fouet aient été désignés par le sort à cet égard, et qu’ils interviennent par deux, dans l’ordre que le sort aura fixé : des hommes du premier groupe, puis du deuxième et, si c’est nécessaire, du troisième. Il faut, en effet, que les concurrents aient à craindre la menace d’une sanction et que les fautifs soient ramenés à la raison, mais de façon telle qu’ils ne soient pas frappés par un grand nombre de gens en même temps, qu’ils le soient seulement sur les jambes et que personne ne soit mutilé ni autrement atteint d’une lésion qui pourrait constituer pour lui un handicap dans la pratique même de sa discipline. (SEG 56.1359, trad. B. Puech)

Aussi étonnant que cela puisse nous paraître, surtout pour des champions admirés de toute la Grèce, il ne devait donc pas être rare pour un athlète de recevoir des coups de fouet, aux yeux de tous les spectateurs présents dans les stades…

« Aux latrines l’arbitre ! » Équité et partialité des juges

Bien entendu, comme les officiels du CIO de nos jours, les agonothètes devaient aussi jouer le rôle de garants de l’équité de la compétition. Les inscriptions relatives aux Théseia d’Athènes au IIe siècle a.C. ne manquent pas de rappeler que l’agonothète a supervisé les compétitions « en veillant à ce qu’aucun des concurrents ne soit victime d’une injustice (adikèma) » (IG II2 958, l. 7-8). Il en allait évidemment de la réputation du concours qu’il se déroule dans un esprit de justice et d’impartialité à l’égard de tous les concurrents, quelle que soit leur cité d’origine.

Si l’immense majorité de la documentation nous donne à voir des concours qui se sont déroulés sans accroc à cet égard, Pausanias rapporte cependant un cas qui fit scandale. À la course du stade du concours olympique de 396 a.C., deux hommes semblent avoir été au coude à coude, car sur les trois hellanodices qui se tenaient sur la ligne d’arrivée, deux donnèrent la victoire à Eupolémos d’Élis, le troisième à Léon d’Ambracie (Pausanias, VI, 3, 7). Léon, s’estimant lésé et injustement privé de sa victoire, fit appel de cette décision devant le conseil olympique, en accusant les deux hellanodices (donc originaires d’Élis), soit d’avoir été corrompus à prix d’argent, soit d’avoir fait preuve de partialité en faveur de leur concitoyen Eupolémos.

Pausanias ne dit pas si Léon était dans son bon droit, mais force est de constater que les accusations de complot arbitral, si fréquentes dans le sport moderne, ne datent pas d’hier…

Clément Sarrazanas,

Maître de conférences en histoire et archéologie anciennes, Université de Picardie Jules Verne (Amiens) – Laboratoire TRAME UR 4284

Pour aller plus loin :

C. Sarrazanas, « Organisateurs de concours et épreuves hippiques », dans P. Valavanis et J.-C. Moretti (éd.), Les hippodromes et les concours hippiques dans la Grèce antique, Supplément au Bulletin de Correspondance Hellénique 62 (2019), p. 243-257 

C. Sarrazanas, La cité des spectacles permanents. Organisation et organisateurs des concours civiques dans l’Athènes hellénistique et impériale, éd. Ausonius, coll. Scripta Antiqua 146, Bordeaux, 2021.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Clément Sarrazanas (25 avril 2024). Les agonothètes, indispensables maîtres d’œuvre des compétitions antiques. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9un


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search