Le xyste du gymnase de Delphes, un espace d’entraînement pour les coureurs des Pythia

Dans l’histoire du sport et de ses infrastructures, les cités grecques de l’Antiquité font figures de pionnières dans l’aménagement de monuments spécialement conçus pour la formation athlétique et la préparation des participants aux concours. Au VIe siècle av. J.-C., le gymnasion, littéralement l’endroit où l’on est nu (gymnos) pour s’entraîner (gymnazomai), est encore un espace aux installations rudimentaires, mais il devient à partir du IVe siècle un ensemble monumental composé de plusieurs constructions répondant à différentes activités. La palaistra, l’emplacement réservé à l’origine à la lutte (palè), devient ainsi un édifice doté d’une cour à péristyle et de plusieurs salles aux fonctions diverses, notamment un vestiaire (apodytètion) et un bain (loutrôn). Le gymnase comprend également de vastes terrains à l’air libre occupés notamment par des pistes d’entraînement à la course à pied, que les textes antiques désignent comme des dromoi ou des paradromides. Leur longueur équivaut à un stadion, une unité de mesure correspondant à 600 pieds de dimensions variables selon les cités, soit à une longueur pouvant atteindre 200 m. En outre, certains gymnases ont été équipés d’une piste supplémentaire et abritée sous un toit, qu’il s’agisse d’un simple couloir ou d’un long portique. Ce type de monument, appelé xystos ou xyston, protège la piste, qui est généralement composée d’une couche d’argile soigneusement entretenue, et offre aux coureurs un espace d’entraînement à l’abri du soleil et des intempéries. L’édification d’un xyste d’un stadion de longueur constitue une dépense si conséquente que seules quelques cités et grands sanctuaires ont pu offrir ce confort aux usagers de leur gymnase.  

Orthophotoplan du gymnase de Delphes (EFA – Lionel Fadin, 2019)

Plan schématique restitué du gymnase (EFA – Didier Laroche, 2015, modifié par Guy Ackermann)

Le gymnase de Delphes 

C’est le cas de la cité de Delphes, située sur le versant méridional du massif du Parnasse en Grèce centrale. La petite communauté civique des Delphiens n’auraient sans doute jamais eu les moyens financiers pour construire un gymnase muni d’un xyste sans son prestigieux sanctuaire d’Apollon et sans l’organisation des concours panhelléniques des Pythia. Les inscriptions nous apprennent en effet que l’Amphictionie, la ligue régionale en charge de l’administration du sanctuaire d’Apollon, a financé la construction du xyste et veille à son entretien. Le gymnase était principalement destiné à l’accueil des très nombreux athlètes qui affluaient de l’ensemble du bassin méditerranéen pour participer aux Pythia organisées tous les quatre ans depuis 582 av. J.-C., ainsi qu’aux concours des Sôtéria, Rhômaia, Euméneia et Attaleia institués à l’époque hellénistique. Ce monument offrait dès les années 330 av. J.-C. un espace de préparation, d’entraînement et de bain avant et après les épreuves, qui se déroulaient depuis le VIe siècle av. J.-C. dans le dromos situé dans la plaine du Pleistos, puis dans le stade aménagé en contre-haut du sanctuaire à la fin du IVe ou au début du IIIe siècle av. J.-C. En marge des concours, le gymnase servait également à la formation des jeunes Delphiens, comme l’attestent plusieurs inscriptions qui mentionnent des enseignements et des conférences données par des orateurs, des poètes et même un astronome ! 

Vue de l’extrémité méridionale du xyste et de la paradromis du gymnase de Delphes depuis le nord-ouest (EFA – Guy Ackermann, 2022)

Le gymnase se situe dans la partie orientale de la ville de Delphes, entre le sanctuaire d’Apollon et le sanctuaire d’Athéna Pronaia au lieu-dit Marmaria. Son installation dans un terrain en forte pente a nécessité l’élévation de hauts murs de soutènement pour former deux vastes esplanades. La terrasse supérieure accueille deux pistes d’entraînement à la course à pied, le xystos abrité sous un portique long de près de 186 m et la paradromis à l’air libre. Sur la terrasse inférieure, de dimensions plus réduites, les usagers du gymnase disposaient d’une palestre et d’un loutrôn. La palestre est un édifice doté d’une cour à péristyle et de plusieurs salles aux fonctions diverses, parmi lesquelles les inscriptions delphiques nous apprennent l’existence d’un vestiaire (apodytèrion), d’une salle de lutte (konima) et de boxe ou de jeu de balle (sphairistèrion). Adossé à la palestre, le loutrôn est un vaste espace à l’air libre consacré au bain des athlètes après l’effort : ils pouvaient y nager dans une piscine circulaire de plus de 10 m de diamètre et s’y laver avec l’eau fraîche de la source de Castalie canalisée vers dix grands bassins en pierre. Un petit établissement thermal muni de salles et de bassins chauffés par un système d’hypocaustes fut finalement édifié au nord du loutrôn pour offrir davantage de confort aux usagers du gymnase. 

Ce vaste complexe architectural a été exploré par l’École française d’Athènes en plusieurs étapes à partir de 1898 et a été publié en 1953 par Jean Jannoray. Des fouilles conduites entre 1985 et 1994 en collaboration avec l’Éphorie des antiquités de Phocide sous la direction d’Évangélos Pentazos, Vincent Déroche, François Queyrel et Évangélia Trouki n’ont été l’objet que de rapports préliminaires et de quelques études ponctuelles, notamment sur les inscriptions peintes à l’époque impériale sur le mur de fond du xyste et sur les vestiges d’habitat, d’ateliers et d’une basilique qui sont établis sur les ruines du gymnase durant l’époque protobyzantine.  

Une nouvelle étude archéologique du xyste 

Les dernières campagnes de fouilles ont été principalement consacrées au dégagement complet de la terrasse supérieure et en particulier du xyste. Une nouvelle étude complète de ce monument est menée depuis 2019 par l’auteur, sous l’égide de l’École française d’Athènes et en collaboration avec Sotiria Kriemadi pour l’analyse architecturale et Anthoula Tsaroucha pour celle du mobilier archéologique. L’objectif principal est de retracer l’histoire du xyste durant ses quelques six à sept siècles d’utilisation et de restituer ses différents états de construction. Sept campagnes d’étude sur le site archéologique ont été conduites depuis 2019 pour établir un nouveau plan de l’ensemble des vestiges conservés, pour relever de manière détaillée en plan et en élévation les murs, le stylobate, les vestiges de la colonnade et les caniveaux du xyste, ainsi que pour inventorier et dessiner les blocs d’architecture appartenant à ses deux colonnades successives. En parallèle, l’analyse du mobilier céramique issu de remblais de construction du portique permet d’en préciser la datation.  

Les résultats de cette nouvelle étude archéologique peuvent aujourd’hui être confrontés aux informations qu’une série d’inscriptions nous fournissent sur l’histoire et l’utilisation du xyste. Dans son état d’origine, le portique comprend 83 colonnes d’ordre dorique en travertin local enduit de stuc. Sa date de construction, désormais fixée au troisième quart du ive siècle av. J.-C., s’accorde à son identification avec la « stoa au-dessus du [gymnasion] » mentionnée dans un compte de l’automne 334 av. J.-C. Elle permet ainsi d’écarter la restitution par Christian Wacker d’une stoa précédant le xyste et de confirmer son statut de plus ancien exemple de monument de ce type connu par des fouilles dans l’ensemble du monde antique. Le terme xystos n’apparaît toutefois à Delphes qu’au milieu du IIIe siècle av. J.-C. dans un compte relatif aux dépenses occasionnées par la remise en état de l’infrastructure destinée à l’organisation des Pythia. Ce document comptable dresse en effet une liste détaillée de travaux au gymnase, au stade et à l’hippodrome. Les dépenses les plus importantes concernent l’entretien des pistes de course à pied et notamment du xystos, dont le terrain est ameubli et nivelé, avant l’ajout de 270 médimnes d’une terre qualifiée de blanche (ga leuka), soit un apport d’une épaisseur d’environ 1,4 cm sur l’ensemble de la surface du portique. Les fouilles de la fin du XXe siècle n’ont malheureusement pas permis d’observer par la stratigraphie la couche formant la piste et ainsi d’en identifier la nature exacte.  

À un moment encore indéterminé de l’époque impériale, le monument connaît une importante destruction, vraisemblablement due à plusieurs phénomènes naturels, à savoir l’importante pression des terres retenues par son mur de fond, la chute de rochers des falaises des Phédriades qui surplombent le gymnase et de légers glissements de terrain, qui sont sans doute liés à la forte activité sismique que connaît le site. La remise en état du portique a nécessité la reconstruction de plus d’un tiers de son mur de fond et le remplacement de son ancienne colonnade d’ordre dorique en travertin local par 60 nouvelles colonnes ioniques en marbre de la carrière de Livadia en Béotie voisine.  

Plusieurs inscriptions peintes sur l’enduit de mortier de son mur de fond témoignent enfin de l’utilisation du gymnase aux IIe et IIIe siècles apr. J.-C. pour une partie des épreuves de course à pied des Pythia, en particulier dans la catégorie des enfants, à savoir le stadion, le diaulos et le dolichos. Ces acclamations de victoire en l’honneur d’Apollon sont les témoins les plus tardifs de l’utilisation du xyste comme piste de course à pied. Si la date d’abandon du portique reste encore à fixer entre le IIIe et le IVe siècle apr. J.-C. par l’étude du mobilier archéologique découvert dans ses couches de destruction, il est certain que la paradromis a été condamnée au Ve siècle apr. J.-C. par l’installation d’un atelier de potier. 

Le xyste de Delphes comparé aux autres xystes du monde antique 

Seule une petite dizaine de xystes sont connus par des fouilles archéologiques et des prospections. Le xyste de Delphes, édifié à partir de 334 av. J.-C. est assurément le plus ancien connu par les fouilles et aussi l’un des rares à avoir été intégralement dégagé. La plupart des xystes semblent avoir été des portiques simples à l’instar de celui de Delphes : c’est le cas de celui du gymnase d’Amphipolis, de celui du gymnase du bas à Priène, de celui du gymnase de Samos et probablement aussi de celui du gymnase d’Érétrie. Dans le gymnase de Pergame, le xyste est également un portique simple, mais qui est structurellement intégré au complexe du gymnase édifié au début du IIe siècle av. J.-C. Les xystes n’adoptent cependant pas systématiquement la forme d’une stoa à une seule colonnade : l’exemple d’Olympie est un portique double, celui de Messène est sans doute l’une des trois stoas encadrant le stade et celui de Milet serait un vaste espace délimité par trois portiques. Dans deux autres cités, à Cyrène et à Délos, le xyste n’est pas un portique, mais une galerie couverte fermée sur ses deux longs côtés formant un long couloir. Ces rares exemples démontrent que le xyste ne peut pas être considéré comme un type architectural clairement défini, à l’exception de sa longueur qui doit être suffisamment importante pour abriter une piste de course à pied d’un stadion. 

Guy Ackermann,

Collaborateur scientifique au Département des Sciences de l’Antiquité de l’Université de Genève

Pour en savoir plus 

https://www.efa.gr/section-categorie/le-xyste-du-gymnase-de-delphes-g-ackermann/ 

Choix de références bibliographiques

Jean-François Bommelaer, « Les portiques de Delphes », RA 1993, p. 33-51. 

Jean-François Bommelaer, Guide de Delphes. Le site, dessins de Didier Laroche, Athènes, 20152 (1991). 

Jean Delorme, Gymnasion. Étude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce, BEFAR196, Paris, 1960.  

Théophile Homolle, « Le Gymnase de Delphes », BCH 23, 1899, p. 560-583.  

Jean Jannoray, Fouilles de Delphes, tome II : Topographie et architecture, Le gymnase, Paris, 1953.  

Évangelos Pentazos, « Le Gymnase », in Jean-François Bommelaer (éd.), Delphes. Centenaire de la « Grande Fouille » réalisée par l’École française d’Athènes (1892-1903), Leiden, 1992, p. 225-232.  

Jean Pouilloux, « Travaux à Delphes à l’occasion des Pythia. ‘Les comptes de Dion’ 247/6 ? », BCH Suppl. IV, 1977, p. 103-123. 

François Queyrel, « Inscriptions et scènes figurées peintes sur le mur de fond du xyste de Delphes », BCH 125.1, 2001, p. 333-387. 

Christian Wacker, Das Gymnasion in Olympia. Geschichte und Funktion, Würzburg, 1996.  

Christian Wacker, « Die bauhistorische Entwicklung der Gymnasien. Von der Parkanlage zum ‘Idealgymnasion’ des Vitruv », in Daniel Kah – Peter Scholz (éds), Das hellenistische Gymnasion, Berlin, 2004, p. 349-362. 



Citer ce billet
Guy Ackermann (2024, 26 avril). Le xyste du gymnase de Delphes, un espace d’entraînement pour les coureurs des Pythia. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9um

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search