Aux marges de la Gaule. Conquête militaire et développement économique de l’Occident romain

Reddé (M.), Aux marges de la Gaule. Conquête militaire et développement économique de l’Occident romain. – Longues-sur-Mer : PHAZE, 2023. -206 p. -ISBN : 9782957224111

Crédit image. Première de couverture – PHAE

Au début du IIIe siècle, Cassius Dion, dans son histoire romaine, place dans la bouche d’Antoine, aux funérailles de César, une description de la Gaule transformée par la conquête de César. Cultivée à l’image de l’Italie, elle est le seuil de la Bretagne (notre Grande-Bretagne), tandis que des navires sillonnent ses fleuves et rivières jusque sur le Rhin et même l’Océan. Ce dernier, si César n’avait pas été assassiné serait l’ultime frontière de Rome ! Dion n’exprime pas tant là la réalité de l’époque d’Antoine, qu’il ne décrit l’intégration des provinces gauloises et les enjeux de leurs frontières à son époque. Derrière les rêves de conquête septentrionale, il y eut la réalité des transformations de ces régions. C’est l’objet du livre de Michel Reddé ; un livre qui parle de frontières et travaille à en effacer : les premières sont celles de l’empire romain, les secondes celles qui séparent les multiples approches possibles de la réalité antique. Tous les types de sources sont donc convoqués : des textes classiques aux tessons de céramiques en passant par l’épigraphie, la numismatique ou encore la fouille d’un site particulier, dans un parcours croisant la confrontation des textes sur la navigation des Romains sur l’Océan, l’étude de la répartition des monnaies gauloises et romaines à l’époque d’Auguste ou des marques de potiers à Silchester, l’analyse des inscriptions mentionnant des nautae, les résultats de fouilles, anciennes à Fishbourne, et très récentes à Amiens, etc. Si des liens sont ainsi faits entre les multiples ressources disponibles et entre les multiples spécialités qui s’y consacrent, c’est pour révéler d’autres liens, ceux que la conquête romaine développa entre des régions éloignées de l’empire. Pour cela l’auteur considère les régions qui firent leur entrée dans le monde romain avec Jules César, à partir de 58 av. J.-C., lors des poussées les plus septentrionales de son aventure militaire : le nord de la Gaule, la région du Rhin, la Bretagne, mais aussi leur arrière-pays et leurs relations commerciales, parfois les plus lointaines. Leur destin est ensuite suivi jusque dans la seconde partie du IIe siècle de notre ère, quand les guerres Marcomaniques ouvrent une nouvelle période de l’histoire de la Germanie et donc des frontières.

Le lecteur assiste ainsi aux avancées de la conquête romaine, à ses échecs – en Germanie, en Écosse –, à la fixation puis à l’aménagement de frontières et à la transformation des territoires qui en résulta suite à l’installation, parfois massive, de troupes romaines et à l’insertion dans de nouveaux réseaux d’échanges, commerciaux mais aussi fiscaux. Les besoins nés de la présence romaine sont au cœur de l’enquête dans toute leur diversité depuis la perception de tributs et de réquisitions par Rome jusqu’à la création d’une demande pour de nouveaux produits, portée par les goûts des soldats italiens. Ces transformations sont replacées à la fois dans le cadre géographique et dans les réalités sociales et économiques des espaces concernés : les cartes abondent et visualisent clairement la distribution des objets, des enjeux et des transformations. Le propos est aussi attentif aux rythmes du temps et aux ordres de grandeur qui peuvent être matérialisés par de nombreux graphiques. Au sein de cette richesse en cartes, plans, graphiques, figures on aurait aimé, idéalement, voir plus d’images des objets enregistrés par les tableaux, les histogrammes ou les cartes, comme une amphore Haltern ou un bol de sigillée de la Graufesenque. Mais on touche là aux limites sans doute de ce qu’il est possible de faire en gardant une maquette claire, un ouvrage bref et un prix raisonnable. La conquête et la frontière romaine se retrouvent donc placées dans un contexte élargi et leur impact révélé sur plusieurs échelles, depuis le local – comme le mur d’Hadrien – jusqu’au niveau des relations inter-provinciales – comme pour l’arrivée de l’huile d’olive depuis la région d’Hispalis, actuelle Séville. Les fils de l’histoire militaire et politique sont donc tissés avec ceux d’une histoire économique et sociale pour éclairer en cinq grands chapitres, dans un parcours chronologique, les mutations du nord de la Gaule et de ses régions voisines, Bretagne et Germanie. Ainsi, les opérations militaires des deux régions sont mises en relation, mais l’on perçoit aussi comment ce qui s’y passait avait un effet sur les régions intérieures de l’empire, plus pacifiées et sans grande présence militaire, et sur leur activité économique, en témoigne, par exemple, les potiers gaulois de la région du Tarn.

Le propos est clair et concis mais précis et nuancé. Un seul petit regret, l’usage du terme limes, au singulier, pour désigner parfois le système militaire de protection des frontières et parfois le dispositif local (comme la palissade). L’usage des Romains était différent et surtout marqué par le pluriel, il n’y avait pas un limes de l’empire, mais des limites (et aussi des ripae, des termini et des fines). L’auteur le sait et il s’agit là sans doute d’une facilité d’exposition. La bibliographie, sélective et très à jour, reflète cet effort de pédagogie et de méthode. Les incertitudes ne sont pas masquées et les débats historiographiques sont clairement restitués – comme celui sur l’organisation du commerce de l’huile de Bétique. L’intérêt de l’ouvrage réside donc aussi dans les méthodes. Et cela à la fois dans le dialogue instauré entre elles et dans la manière dont il les mobilise et les illustre, que ce soit pour l’interprétation de cartes de répartition, ou les leçons à tirer des analyses archéologiques. Ce faisant, des questions décisives se trouvent donc éclairées comme la fixation de la frontière romaine, et ses usages, ou le fonctionnement de l’économie romaine dans ses divers aspects depuis les productions agraires jusqu’aux échanges commerciaux. Dans ce dernier domaine, l’ouvrage démontre comment se mêlaient les capacités des sociétés locales, les conséquences des décisions de l’autorité romaines et de ses exigences, les besoins des soldats, et l’opportunisme et l’activité de producteurs, de marchands et de transporteurs. Les personnes pouvant profiter du livre sont donc très nombreuses, depuis le simple curieux désirant comprendre comment l’empire romain s’est construit, jusqu’au spécialiste qui trouvera à la fois des éléments de connaissance très récents et surtout une synthèse remarquable procurant un recul bienvenu sur l’émiettement des spécialités et des données, en passant bien sûr par les étudiants en histoire et en archéologie qui trouveront là une information à jour, accessible mais exigeante et une démonstration de méthode. Souhaitons donc que nombreux soient les lecteurs arpentant ces marges de la Gaule.

Benoit Rossignol,

Avignon Université – UMR 5189 Hisoma


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Benoit Rossignol (29 avril 2024). Aux marges de la Gaule. Conquête militaire et développement économique de l’Occident romain. Actualités des études anciennes. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/xv4n


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search