Être athlète

Dans le courant de l’époque archaïque, les cités grecques voient surgir en leur sein une figure sociale nouvelle mais appelée à persister jusqu’à la fin de l’Antiquité : l’athlète. Individu consacrant l’essentiel de son temps à l’entraînement en vue de la participation à des concours, l’athlète (athlétès) doit son nom aux prix (athla) qu’il s’efforce de remporter dans le cadre d’affrontements réglés, compétition après compétition. Dès l’origine, sa figure est affiliée, aussi bien idéologiquement que techniquement, à celle du guerrier, les disciplines athlétiques étant pensées comme préparatoires à l’art de la guerre. L’érudit du IIIe siècle apr. J.-C. Philostrate souligne ainsi, dans son Traité de gymnastique, que les athlètes de l’ancien temps « faisaient de la guerre un exercice pour la gymnastique, et de la gymnastique un exercice pour la guerre ». C’est une même vertu, l’andreia – terme qui désigne tout à la fois la virilité et le courage –, qui est attendue des soldats et des participants à une compétition gymnique, en particulier des spécialistes des sports de combat. Lutteurs, boxeurs et pancratiastes se doivent de faire preuve d’abnégation, d’endurance, de résistance à la douleur, d’aptitude au sacrifice de soi. En témoigne, de manière tragique, la stèle funéraire d’Agathos Daimôn, retrouvée à Olympie et datée du IIe siècle apr. J.-C. Boxeur originaire d’Alexandrie, Agathos Daimôn a trouvé la mort au stade, à l’âge de 35 ans. Son épitaphe rapporte qu’il a imploré Zeus de lui « offrir la couronne ou la mort », manière d’ériger la disparition brutale et sans doute accidentelle de l’athlète, en démonstration ultime de son immense courage.

Mais l’idéal athlétique n’est pas uniquement comportemental. Il comporte également une dimension corporelle et esthétique. L’athlète constitue une figure masculine à la fois valorisée et érotisée. L’ode à la victoire (épinicie) composée par le poète Pindare en l’honneur d’Hippokléas de Thessalie en porte témoignage. Le dénommé Hippoklèas a remporté, lors des concours pythiques de 498 av. J.-C., la couronne dans la course de double-stade. Dans son poème, Pindare souligne les sentiments que ses exploits suscitent autour de lui et auxquels l’ode aspire à contribuer :

Oui, je l’espère, si les Éphyréens, sur les rives du Pénée, répandent mes doux chants, je saurai, grâce à mes vers, faire admirer encore plus Hippokléas par ses jeunes compagnons aussi bien que par les vieillards, pour les couronnes qu’il a gagnées ; et je ferai rêver de lui les jeunes filles.

(Pythiques, X, 55-59. Trad. A. Puech)

L’admiration suscitée par les meilleurs athlètes produit de nombreux effets : les champions font l’objet, de la part de leur cité d’origine, de privilèges symboliques, alimentaires ou financiers, qu’il s’agisse du droit d’ériger une statue à leur effigie, du privilège d’être nourri aux frais de la cité, ou encore du versement d’une prime ou d’une pension. Ce faisant, les cités manifestent l’importance qu’elles accordent aux exploits athlétiques. Les communautés d’origine des athlètes tirent des bénéfices de notoriété des succès de leurs champions. Les athlètes concourent pourtant en leur propre nom et sans avoir été sélectionnés par leur cité. Mais, quand ils remportent une épreuve, le héraut de la compétition, après avoir cité leur nom et le nom de leur père, ne manque pas de proclamer le nom de leur cité d’appartenance. La victoire, en même temps qu’elle nimbe l’athlète de gloire, le transforme en un représentant de sa communauté, ce dont témoigne, de manière anecdotique, une question posée par le philosophe Socrate à Charmide, au détour d’un dialogue :

Dis-moi, Charmide, si un homme qui est en mesure de remporter des couronnes à l’occasion des concours, et par là de recevoir des honneurs pour lui-même et d’accroître la renommée de sa patrie en Grèce, ne consentait pas à concourir, quel genre d’homme penserais-tu qu’il est ? – Il est évident, répondit-il, que c’est un mou et un lâche.

(Xénophon, Mémorables, III, vii, 1. Trad. modifiée de L.-A. Dorion)

Le ruissellement de la gloire des champions sur leur communauté est tel que, à l’époque classique, les tyrans de Sicile se font une spécialité du débauchage d’athlètes dont ils achètent, sans scrupule, le changement de cité. Le commerce des passeports, très prospère dans le sport professionnel contemporain, trouve ici des origines antiques inattendues. De telles manœuvres, quand elles aboutissent, sont vécues douloureusement par les cités de naissance des athlètes. L’exemple du sprinteur Astylos, originaire de la cité de Crotone, est éloquent, en la matière. L’athlète crotoniate remporte, en 488, deux couronnes olympiques, au stade et au double-stade. Mais, cédant aux sirènes du tyran Hiéron de Syracuse, ce n’est plus en qualité de Crotoniate mais de Syracusain qu’il réédite son exploit en 484, puis parvient en 480 à remporter non seulement les épreuves de stade et de double-stade mais aussi celle de la course en armes. En rétorsion, ses anciens concitoyens crotoniates transforment sa maison en prison et détruisent sa statue érigée dans le sanctuaire d’Héra lacinienne, à Crotone.

Perçus comme des représentants de leur communauté, les athlètes ne sont pas pour autant également issus de l’ensemble des composantes socioéconomiques de la société des cités. L’accès précoce à des leçons de gymnastique est l’apanage des enfants issus de familles argentées. C’est, en effet, aux parents d’endosser le coût des leçons, hors le cas des fondations scolaires. Seules les familles aisées peuvent financer de telles dépenses et faire le sacrifice de la main d’œuvre potentielle que constitueraient leurs garçons. Ceux issus de familles modestes sont le plus souvent tenus éloignés du gymnase, prêtant main-forte à leur père dans les activités du foyer, qu’il s’agisse d’activités de nature agricole ou artisanale. La légende du jeune paysan Glaukos de Karystos en témoigne, à sa façon. L’érudit voyageur Pausanias rapporte que c’est le père de Glaukos, Démylos qui, après avoir vu, aux champs, le garçon rajuster le soc d’un araire qui s’était détaché, en utilisant son poing fermé en lieu et place d’un marteau, a décidé de le conduire à Olympie pour l’inscrire au concours de pugilat. Parvenu, contre toute attente, en finale du concours, le novice est sur le point d’abandonner, sous l’effet conjugué de son inexpérience et de ses blessures. Son père lui crie alors de réaliser « le coup de l’araire » et le garçon, s’exécutant, assomme son adversaire d’un coup porté sur le sommet du crâne, et remporte le titre olympique, sans doute en 520 av. J.-C. Son palmarès va s’étoffer, par la suite, d’une série de titres dans les autres concours majeurs, et notamment de deux victoires lors des concours pythiques, huit victoires lors des concours isthmiques et autant lors des concours néméens. Si l’historicité d’une victoire obtenue en convertissant un geste paysan en geste sportif est incertaine, le constat sociologique implicite est, en revanche, lucide : rares, parmi les garçons issus de foyers peu argentés, sont ceux qui ont pu bénéficier d’une formation athlétique précoce et mener à bien une carrière sportive dès l’enfance. Disponibilité, accès aux leçons des pédotribes et déplacements – coûteux et chronophages – vers les concours ont durablement constitué un frein à l’extension de la pratique sportive.

Pour ceux qui peuvent se lancer dans une vie athlétique, reste à sélectionner soigneusement les concours dans lesquels s’engager, ceux où les chances de l’emporter sont réelles et les risques de blessure contenus. En fonction de son niveau, de sa trésorerie et de ses dettes, de sa mobilité, de son capital corporel et des opportunités offertes par le calendrier sportif, chaque athlète choisit à quelles compétitions participer. Certains font preuve, dans ces choix, de plus de sagacité que d’autres. Ainsi, à la fin du Ier siècle apr. J.-C., l’athlète Apollônios d’Alexandrie, arrivé en retard à Élis – cité organisatrice des concours olympiques –, est condamné à une amende, par les magistrats des Olympia, pour avoir menti sur les raisons dudit retard. Rappelons que la règle, aux Olympia, veut que les athlètes se présentent un mois avant le début de la compétition, et s’entraînent dans le gymnase d’Élis sous le regard des magistrats qui décident, au terme de cette période probatoire, qui est admis à concourir. Apollônios, afin de convaincre les magistrats de le laisser participer à la phase d’observation, en dépit de son arrivée tardive, affirme avoir été retenu dans les Cyclades par des vents contraires. Mais un concurrent bien informé dénonce le caractère mensonger de ses allégations. Le retard de l’athlète est dû, en réalité, au fait qu’il « était en train de récolter de l’argent dans les concours d’Ionie » (Pausanias). Ce n’est pas le vent qui l’a mis en retard, mais le fait d’avoir fait passer ses intérêts financiers immédiats avant l’espoir d’une couronne olympique…

Jean-Manuel Roubineau,

Maître de conférence en Histoire ancienne – Université Rennes 2



Citer ce billet
Jean-Manuel Roubineau (2024, 7 mai). Être athlète. Actualités des études anciennes. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nbf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search