Les larmes de Rome. Le pouvoir de pleurer dans l’Antiquité

Rey (S.), Les larmes de Rome. Le pouvoir de pleurer dans l’Antiquité. – Paris : Anamosa, éditions de poche 2023. – 240 p. – ISBN : 9782381910789

Crédit image. Première de couverture – Anamosa éditions

Les historiens ont pendant longtemps ignoré les émotions des acteurs collectifs et individuels de l’histoire, parce qu’ils les jugeaient irrationnelles et à ce titre hors de propos pour une discipline qui se voulait scientifique. L’appel de Lucien Febvre, en 1941, à une histoire du sensible et des émotions resta longtemps lettre morte : les historiens n’ont enfin considéré les émotions comme un sujet d’étude à part entière qu’à partir des dernières décennies du XXe siècle et plus récemment encore pour les spécialistes de l’Antiquité. L’histoire des émotions ne peut évidemment prétendre accéder aux émotions et sentiments véritablement éprouvés en leur for intérieur par les hommes et femmes du passé, mais vise plus modestement à analyser les discours tenus à différentes époques et dans des contextes variés sur ces émotions et les normes qui encadraient leur expression. C’est dans cette perspective que les historiens s’intéressent notamment à certaines formes d’expression physique des émotions qui ont pu être consignées dans nos sources, comme les larmes qui, dans le seul champ des études antiques, ont été l’objet de plusieurs ouvrages récents : un ouvrage collectif dirigé par T. Fögen1, deux monographies signées par J. Hagen2 et J. Vekselius3 et, entre-temps, le livre en français de S. Rey, publié en 2017 et réédité en 2023 en format poche.

L’étude de S. Rey propose un large panorama sur les circonstances des pleurs et les regards portés sur eux par les Romains, depuis l’origine de la cité jusqu’à l’Antiquité tardive. L’autrice adopte un plan thématique et aborde successivement les différents contextes dans lesquels les larmes pouvaient être versées. Le premier chapitre (p. 23-51) présente le rôle des pleurs dans les rites funéraires et le deuxième (p. 53-73) étudie leur place en contexte religieux. L’analyse se déplace ensuite sur le Forum, en abordant dans le troisième chapitre (p. 75-115) l’usage des larmes en politique puis, dans le chapitre suivant (p. 117-147), la manière dont les orateurs recouraient au pathos pour persuader leur auditoire. Le cinquième chapitre (p. 149-174) traite de la retenue prônée dans les discours philosophiques. L’ouvrage se termine par un dernier chapitre (p. 175-200) qui étudie le nouveau régime émotionnel auquel adhèrent les premiers Chrétiens, en décalage avec les normes « païennes ».

Les analyses de S. Rey montrent toute l’ambivalence des larmes à Rome qui, en fonction du contexte et de l’identité de ceux qui les versent, n’ont pas la même signification. Elles nous mènent bien au-delà de la problématique formulée en introduction par l’autrice, qui se propose d’écrire une histoire de la faiblesse à Rome (p. 7). En effet, il apparaît clairement, à la lecture de l’ouvrage, que les larmes versées par les Romains ne sont pas toutes signes de faiblesse, mais qu’elles peuvent au contraire, dans certaines circonstances, démontrer la force d’âme de l’intéressé, voire affermir l’autorité des puissants lorsqu’ils expriment ainsi leur humanitas ou leur clémence, vertu royale s’il en est : les pleurs d’un empereur lorsqu’il prononce une condamnation à mort rappellent à tous qu’il est source de justice et que lui seul peut décider de la peine capitale.

Au fil des pages, S. Rey met en exergue une véritable « sociologie » des pleurs à Rome. Elle note ainsi (p. 202) que les larmes versées par les plus humbles, par les simples plébéiens ne sont évoquées qu’en passant dans les sources littéraires, qui s’intéressent davantage aux pleurs des grands hommes. Le constat n’est guère surprenant, et on pourra éventuellement regretter que l’autrice suive le regard des auteurs anciens et n’accorde pas plus de quelques pages (p. 105-109) aux règles encadrant l’usage des pleurs en-deçà des élites, lorsque les plébéiens ou les provinciaux s’adressaient aux puissants ou dans leur vie quotidienne. En effet, chacun à Rome pleure différemment selon son statut et son rang dans la cité : des normes lacrymales distinctes opposent ainsi les Romains aux étrangers, les hommes libres aux esclaves, les hommes aux femmes, etc. Les larmes les plus efficaces sont celles des grands (p. 109) qui, selon les circonstances, démontrent par ce biais leur miséricorde lorsqu’ils pleurent sur les ruines d’une ville ennemie prise par leurs soldats, leur clémence et leur humanitas lorsqu’ils compatissent avec leurs subalternes, voire leur humilité lorsqu’ils conjurent en pleurs les dieux, les jurés des procès, leurs pairs sénateurs ou le tribunal de l’opinion publique. On comprend dès lors l’insignifiance, aux yeux des auteurs anciens, des larmes des plus humbles qui ne peuvent s’abaisser davantage et qui, lorsqu’ils pleurent, ne sacrifient pas une dignitas qu’ils n’ont déjà pas.

S. Rey montre bien au fil de son analyse que les larmes, pour être admises et efficaces, doivent être contrôlées. S’il faut savoir pleurer pour ne pas paraître insensible au malheur d’autrui, ce qui est le propre des tyrans qui ne soucient que d’eux-mêmes (p. 96), il convient aussi de ne pas trop pleurer pour ne pas perdre toute décence et déchoir de son rang, à l’instar de Cn. Papirius Carbo, accusé dans les sources de pleutrerie parce qu’il pleure au moment de son exécution (p. 109-111). Ainsi les larmes trop abondantes versées devant les dieux relèvent-elles de la superstitito plutôt que de la véritable religio ; les élites pétries de culture hellénique se font fort d’appliquer les préceptes philosophiques qui exhortent le sage à maîtriser ses émotions et contenir ses pleurs. Il apparaît tout au long de l’ouvrage que les pleurs sont à Rome une forme de communication, ce qui n’empêche pas une certaine sincérité. Les larmes sont des « instants de vérité » (p. 146), le reflet des émotions ressenties en leur for intérieur par celles et ceux qui les versent : le sophiste Polémon de Laodicée déduit ainsi qu’un marchand éploré par la mort de son fils n’est qu’un simulateur parce qu’il ne verse pas de vraies larmes ; au contraire, l’orateur doit faire corps avec sa cause et les larmes qu’il verse à l’issue de sa plaidoirie démontrent la justesse de celle qu’il défend. Aussi les critiques sont-elles très vives à l’encontre de celles et ceux qui trichent et qui versent des larmes de crocodile pour tromper leurs interlocuteurs : le reproche s’adresse aux femmes, toujours suspectes de duplicité (p. 112 et 135), aux soldats, aux effusions trop violentes pour être sincères (p. 113-114) et bien sûr aux tyrans, trop arrogants pour être capables de miseratio (p. 137-138).

Certains textes, sans doute, pourraient faire l’objet d’analyses plus approfondies, ce qu’empêche le format du livre, destiné à un public plus large que les seuls experts de l’histoire romaine. Sur ce point, l’ouvrage atteint pleinement son but, grâce notamment à l’écriture claire et entraînante de l’autrice. Ouvrant de nombreuses pistes de recherche, il constituera assurément un jalon important dans l’écriture de l’histoire des émotions à Rome.

Mathias Nicolleau

Université Jean Moulin Lyon 3 – UMR 5189 HiSoMA

1 T. Fögen (dir.), Tears in the Greco-Roman World, Berlin-New York, 2009.

2 J. Hagen, Die Tränen der Machtigen und die Macht der Tränen : eine emotionsgeschichtliche Untersuchung des Weinens in der kaiserzeitlichen Historiographie, Stuttgart, 2017.

3 J. Vekselius, Weeping for the res publica. Tears in Roman Political Culture, Lund, 2018.



Citer ce billet
Matthias Nicolleau (2024, 13 mai). Les larmes de Rome. Le pouvoir de pleurer dans l’Antiquité. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nun

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search