Les disciplines : sports lourds, sports légers

Le répertoire des sports antiques est constitué, de manière presque exclusive, d’activités individuelles, à l’exception des courses aux flambeaux, pratiquées en relais. Bien plus réduits en nombre que les sports modernes – on ne compte guère qu’une dizaine de disciplines antiques contre plusieurs centaines de disciplines modernes –, les sports grecs ont en commun d’être pensés comme propices au développement de compétences et savoir-faire élémentaires utiles au soldat d’infanterie : courir, sauter, lancer, lutter, saisir, projeter, ou encore frapper. Dans ses Propos de table, le moraliste Plutarque souligne ainsi que la boxe, la lutte et la course ne sont qu’ « une imitation de la guerre et qu’un entraînement en vue de celle-ci », que « le pugilat représente l’attaque et la parade, la lutte, l’acharnement de la mêlée, tandis que la course sert d’entraînement pour la fuite et la poursuite ». Ce sont, plus largement, les mêmes vertus qui sont attendues de l’athlète et du guerrier : abnégation, courage, résistance physique et sacrifice de soi. Les épitaphes peuvent se faire l’écho de cette culture commune, à l’exemple d’une inscription péloponnésienne, du début de l’époque hellénistique, célébrant, de manière conjointe, les mérites athlétiques et les mérites militaires d’Athanichos, mort la lance à la main :

J’ai emporté la victoire au pancrace à Némée, et trois fois lors des Basileia, à la fois comme garçon et comme homme. Et la troisième fois j’ai été couronné à la boxe ! Je suis mort en commandant les lances aux premiers rangs d’Arès, moi, le fameux Athanichos, qu’Arès l’impétueux a soumis.

(IG VII 4247)

Hoplitodrome – BNF

Mais, au-delà de l’objectif militaire, le classement grec des sports opère une distinction majeure entre deux catégories : les sports dits lourds et les sports dits légers. À ces deux catégories correspondent deux qualités athlétiques principales : la force, pour les premiers, la vitesse pour les seconds.

Les sports légers sont constitués d’épreuves de course ou de disciplines assimilées à des courses. Plusieurs types d’épreuves existent, qu’il s’agisse de sprints – course de stade, course de double-stade, course en armes – ou de courses de fond. S’y ajoutent le saut en longueur et le lancer du javelot qui, en raison de la course d’élan qui les précède – certainement pour le javelot, probablement pour le saut en longueur –, sont pensés comme des courses.

Les sports lourds rassemblent les sports de combat ainsi que le lancer du disque, disciplines pensées comme des démonstrations de force et attirant, de manière préférentielle, des athlètes au physique massif. Surtout, la dénomination de sports lourds fait écho à l’absence de catégories de poids. Là où les sports de combat modernes démultiplient les sous-catégories pondérales, leurs équivalents antiques ne couronnent qu’un unique athlète par concours et par discipline.

Lutteurs – Galerie des Offices de Florence

D’un concours à l’autre, ce sont, le plus souvent, les trois mêmes sports de combat que l’on retrouve : la lutte – sport de préhension –, la boxe – sport de percussion –, et le pancrace, combinant techniques de lutte, techniques de boxe et coups de pied. Dans cette dernière discipline, ancêtre des formes modernes de combat libre, les deux seuls gestes interdits sont de mordre son adversaire et de lui mettre les doigts dans les yeux. Mais le répertoire des sports lourds se complète, à partir de la fin du IIIe siècle apr. J.-C., d’une discipline appelée pammachon, littéralement « combat total », distincte des disciplines préexistantes, décrite par Hésychios comme « rustique » (agroikon) et qui se pratique hors de la palestre (apalaistron), apprise sur le tas, aux attendus techniques moins élevés que ceux des sports enseignés dans le cadre réglé du gymnase.

Les épreuves inscrites au programme des différents concours sont assez proches, mais l’harmonisation n’est pas totale. L’unité de mesure du stade (stadion), qui a donné son nom à l’enceinte au sein de laquelle se déroule la compétition, sert de base au calcul de longueur des différentes courses (course de stade, de double-stade, etc.). Mais si un stade fait habituellement 600 pieds, il ne fait pas partout la même distance, chaque cité fixant, de manière souveraine, la longueur de son pied. De plus, des singularités locales existent, à l’exemple du quadruple stade, épreuve en vigueur dans un nombre limité de concours – à Némée ou encore à Isthmia, mais pas à Olympie ou à Delphes –, ou du pancrace sans saisie, attesté à Misthie de Pisidie.

Toute logique de standardisation n’est pourtant pas absente, mais elle se met en œuvre essentiellement au sein d’un même concours, et vise à l’équité entre les concurrents d’une même épreuve plus qu’à une harmonisation disciplinaire d’un concours à l’autre. Ainsi, les pentathloniens participant à une compétition sont invités à lancer les mêmes disques et sans doute les mêmes javelots.

représentation des disciplines du pentathlon – The Trustees of the British Museum

Le pentathlon, combinaison de deux sports lourds (lutte ; disque) et de trois sports légers (stade ; saut en longueur ; lancer du javelot), constitue la discipline de prédilection des athlètes touche-à-tout. Si les pentathloniens sont rarement en mesure de briller dans une discipline unique – trop légers pour s’imposer dans les sports lourds, trop lourds pour triompher dans les sports légers –, le compromis athlétique qu’ils incarnent a conduit Aristote, dans son traité de Rhétorique, à dire d’eux qu’« ils sont les plus beaux ; car ils sont doués par la nature à la fois pour la force et pour la vitesse ».

Les scènes athlétiques sur vase relaient, de manière idéalisée et typologique, les morphotypes attendus dans les différentes disciplines : les coureurs sont figurés élancés, les pentathloniens musclés mais secs, les boxeurs, plus musculeux et puissants, les lutteurs, souvent plus lourds encore.

Au sein même des courses, les attendus biomécaniques ne sont pas complètement identiques d’une discipline à l’autre. Ainsi, les coureurs de double-stade doivent accomplir deux sprints consécutifs d’une longueur d’un stade, entrecoupés d’un dérapage, d’un demi-tour et d’une réaccélération. Pour cette raison, ils doivent développer des appuis particulièrement agiles et ont pu être comparés à des gazelles. De leur côté, les coureurs en armes, dont la course est ralentie par le port d’un bouclier, doivent disposer d’une ceinture scapulaire tonique, à même de soutenir le poids du bouclier et de compenser l’asymétrie qu’il engendre.

Certains athlètes lourds parviennent à prospérer simultanément dans plusieurs sports de combat, à l’exemple de Kleitomachos de Thèbes qui est parvenu, lors des concours isthmiques, en 216 av. J.-C., à remporter la couronne dans les trois épreuves. Une épigramme accompagnant sa statue en a conservé le souvenir :

Cette image de bronze te fait voir, étranger, les traits vaillants de ce même Kleitomachos dont la Grèce a pu admirer la vigueur : à peine avait-il détaché de ses mains les instruments sanglants du pugilat qu’il affronta avec agilité le combat du pancrace ; dans une troisième épreuve, il ne laissa pas la poussière souiller ses épaules, mais il lutta sans être renversé et remporta, aux concours de l’isthme, une triple victoire. Seul parmi les Grecs il possède ce titre de gloire ; et Thèbes aux sept portes y a gagné une couronne, ainsi que son père Hermocratès.

(Alcée, apud Anthologie palatine, IX, 588, trad. modifiée de P. Waltz & G. Soury)

De même, certains athlètes légers cumulent les couronnes dans différents types de courses, à l’exemple de Léonidas de Rhodes, quadruple champion olympique dans chacune des trois courses rapides des Olympia (stade, double-stade, course en armes), au milieu du IIe siècle av. J.-C. En revanche, en raison des caractéristiques des différentes disciplines, il est très rare, pour un athlète lourd, de triompher dans un sport léger, et vice versa. Le cross-over disciplinaire constitue, pour cette raison même, l’ultime coquetterie des champions. L’athlète de Thasos, Théogénès, en fournit un exemple. Tout en enchaînant les titres à la boxe et au pancrace au début du Ve siècle av. J.-C. – remportant notamment une couronne olympique à la boxe en 480 et au pancrace en 476 –, il parvient à s’illustrer à plusieurs reprises à la course longue (dolichos). Il remporte notamment, dans cette discipline, le titre lors d’un concours de Phthie de Thessalie et lors des Hekatomboia d’Argos. Il traduit, ce faisant, la brûlante aspiration des champions d’hier et d’aujourd’hui à l’exceptionnalité, et pave le chemin d’un Michael Jordan s’essayant au base-ball après sa carrière de basketteur, ou d’un Usain Bolt ambitionnant de triompher au football après sa carrière de sprinteur, l’un comme l’autre sans aucun succès, à leur grand désespoir…

Jean-Manuel Roubineau,

Maître de conférence en Histoire ancienne – Université Rennes 2



Citer ce billet
Jean-Manuel Roubineau (2024, 15 mai). Les disciplines : sports lourds, sports légers. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o6m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search