Le mode de vie athlétique : manger, dormir, s’abstenir, s’exercer

À l’égal de leurs héritiers contemporains, les athlètes anciens se soumettent à une préparation athlétique rigoureuse, qui inclut non seulement un entraînement régulier et spécialisé, mais aussi une grande attention accordée à l’alimentation et à tous les paramètres susceptibles d’affecter leur niveau de forme, à commencer par la vie sexuelle. Les sources médicales soulignent ainsi, au fil des siècles, combien le maintien d’une vie sexuelle est source de « dissolution de (la) force », pour reprendre une formule du médecin Galien de Pergame. Symétriquement, Arétée de Cappadoce pointe, dans son traité Des causes et des signes des maladies aiguës, qu’un homme conservant sa semence sera féroce, et aussi puissant qu’une bête. Si la pratique de l’abstinence ne semble pas avoir été systématisée, plusieurs champions sont passés à la postérité pour avoir fondé leur succès sur une stricte abstinence, à l’exemple d’Astylos de Crotone (coureur), d’Ikkos de Tarente (pentathlonien), ou de Kleitomachos de Thèbes (lutteur, boxeur et pancratiaste).

De manière complémentaire, la diététique athlétique poursuit un objectif de renforcement. La viande occupe, dès le VIe siècle av. J.-C., une place centrale dans l’ordinaire alimentaire des athlètes, en particulier de celui des athlètes lourds. Les sportifs constituent, en cela, des figures de mangeurs atypiques dans des sociétés où l’alimentation est essentiellement végétale. Les légendes alimentaires relatives aux champions constituent autant d’échos de cette singularité. À l’image de leur héros et modèle Héraklès, certains des meilleurs athlètes sont crédités de repas pantagruéliques, le nec plus ultra étant constitué par la bouphagia, ou consommation d’un bœuf entier en un seul repas. Un tel menu, dont on soulignera l’impossibilité pratique, reflète, sous une forme amplifiée, combien la diététique athlétique s’éloignait du régime commun.

Lutteurs et pédotribes – Saint Petersburg, State Hermitage Museum

L’alimentation des athlètes est conçue comme une suralimentation. Le principal nom utilisé pour la désigner, anankophagia, ou « alimentation par nécessité, alimentation contrainte », s’en fait l’écho. Les athlètes doivent se forcer à manger au-delà de leur appétit. Certains vont jusqu’à se lever au milieu de la nuit pour ingurgiter un repas supplémentaire. Il s’agit, tout à la fois, de disposer de suffisamment d’énergie pour être en mesure d’affronter les intenses efforts physiques quotidiens mais aussi pour construire, en longue durée, un physique plus massif. Parmi les viandes consommées, celle de cochon, supposée tenir davantage au corps, occupe une place privilégiée, avec la viande de mouton ou de bœuf.

La suralimentation des athlètes, et notamment des athlètes lourds, a constitué un angle d’attaque récurrent des détracteurs de la vie athlétique. Les poètes, comiques ou tragiques, moquent les sportifs et les dépeignent en invétérés carnivores, insatiables ventres sur pattes. Les philosophes attaquent le déséquilibre de l’existence athlétique, centrée sur la construction du corps mais négligeant le développement de l’esprit. Les traités médicaux pointent les dangers organiques que la suralimentation fait courir aux athlètes durant et après leur carrière. Sans nuance, Galien de Pergame, convaincu que le métier d’athlète est le pire qui soit, n’hésite pas à dégrader les athlètes jusqu’à la condition de bêtes :

Leur mode de vie ressemble au comportement des cochons, si ce n’est que les cochons ne se fatiguent pas outre mesure, ni ne mangent par obligation, tandis que les athlètes se soumettent à ces excès et ont parfois en outre le dos lacéré par des lauriers roses…

Galien, Exhortation à l’étude de la médecine, XI, 5 (trad. V. Boudon).

Au-delà des grincements de dents des savants à l’égard des athlètes et de leur mode de vie – revenge of the nerds qui ne dit pas son nom –, le quotidien athlétique inclut une importante charge d’entraînement. Les plus jeunes athlètes suivent un entraînement collectif et qui n’est pas personnalisé mais, rapidement, ceux qui ambitionnent de participer à des compétitions s’adjoignent les services d’entraîneurs spécialisés, eux-mêmes anciens champions, le plus souvent. Ainsi, au IVe siècle av. J.-C., Hippomachos, entraîneur de boxe réputé, originaire de la cité d’Élis, a remporté, quand il était enfant, une couronne olympique dans sa discipline de prédilection. De manière anecdotique, Plutarque souligne l’attention que, devenu entraîneur, il accorde à tous les paramètres de la préparation, diététique incluse, au point d’être capable de « reconnaître de loin ses anciens élèves rien qu’à les voir rapporter de la viande du marché ».

Scène de lutte – Musée archéologique, Florence

 Parmi les nombreux exercices pratiqués au gymnase, on peut distinguer les exercices destinés à construire et entretenir la condition physique de ceux liés plus directement à des compétences disciplinaires. Marche lestée, monter à la corde, exercices fractionnés, exercices de déplacement sont, parmi d’autres, répétés pour augmenter la résistance des athlètes à l’effort. S’y ajoutent des ateliers techniques. Les boxeurs font des exercices en opposition, équipés de gants spéciaux, plus protecteurs et permettant donc de préserver l’intégrité corporelle des athlètes jusqu’aux compétitions. Les boxeurs et pancratiastes travaillent au sac de frappe, court pour les premiers, qui frappent principalement en ligne haute, long pour les seconds afin de permettre les coups de pied. Les lutteurs peuvent s’entraîner, quand le gymnase en dispose, dans une salle couverte spécifique, dont le sol a été ameubli afin d’amortir les chutes. Ils peuvent également pratiquer des exercices d’étreinte de statues, à l’aide des statues disponibles dans leur gymnase. Il s’agit alors de travailler les qualités de préhension, d’appui, mais aussi sans doute les enchaînements de position et de garde. Le philosophe Diogène le Cynique est passé à la postérité pour avoir détourné cet exercice à des fins philosophiques, étreignant, l’hiver venu, les statues gelées afin d’entraîner sa capacité à endurer le froid.

Encadré : fragment d’un manuel d’entraînement à la lutte – IIe siècle apr. J.-C.

(MS P.Oxy, III, 466)

Tiens-toi près de lui, attaque avec ton pied et combats.

Projette-le. Relève-toi et contourne-le. Combats.

Projette-le. Balaie et frappe son pied.

Tiens-toi près de ton adversaire, et avec ton bras droit fais une clef de tête et combats.

Ceins-le. Passe sous sa prise. Passe au travers et combats.

Crochète par-dessous avec ton bras droit. Enveloppe-le avec ton bras, là où il a crocheté, et attaque son flanc avec ton pied gauche. Pousse-le avec ta main gauche. Casse la saisie et combats. Tourne autour. Bats-toi avec une saisie des deux côtés.

Jette ton pieds en avant. Fais une saisie autour de son corps. Avance et force sa tête à reculer. Fais-lui face et penche-toi en arrière et jette-toi sur lui, en t’arc-boutant sur ton pied.

Beaucoup d’exercices échappent probablement à notre connaissance. Mais la logique de spécialisation technique est palpable, et témoigne d’une approche de la préparation physique très proche de la nôtre, par beaucoup d’aspects. Ce sont de complexes savoir-faire moteurs qui sont incorporés et acquis, jour après jour, dans les gymnases grecs. Les athlètes anciens méritaient sans doute, de ce point de vue, un peu plus de considération que ne leur en offre la comparaison galénique, aussi acide qu’expéditive, à des cochons nonchalants…

Jean-Manuel Roubineau,

Maître de conférence en Histoire ancienne – Université Rennes 2



Citer ce billet
Jean-Manuel Roubineau (2024, 22 mai). Le mode de vie athlétique : manger, dormir, s’abstenir, s’exercer. Actualités des études anciennes. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11p37

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search