Un Socrate décentré et choral

Pourriol (O.), Stalner (E.), La vérité sur Socrate. – Paris : Les Arènes BD, 2023. – 136p. – ISBN : 9791037507105

Crédit image. Première de couverture – Les arènes BD

Le titre de cette bande dessinée est une plaisanterie assumée, la « question socratique » et ses remous témoignant à eux seuls de l’impossibilité d’établir une vérité sur Socrate, a fortiori « la » vérité. Néanmoins, le personnage de Socrate semble être une source inépuisable d’inspiration près de 2500 ans après sa mort, comme en témoigne cette variation élégante sur le thème de la fin de sa vie que l’on doit à Ollivier Pourriol pour le texte et à Eric Stalner pour le dessin. Ce nouveau livre peut rappeler l’adaptation très fidèle et réussie de la République, réalisée par Jean Harambat, parue il y a trois ans, qui permettait de donner une vue d’ensemble, décalée et suggestive du dialogue de Platon.

Cependant, la transposition de la République cherchait avant tout à rendre le mouvement d’une œuvre géniale mais imposante. Dans le cas de La Vérité sur Socrate, le choix du sujet est différent. Comme il l’explique dans son avant-propos, O. Pourriol fait le « pari de faire entendre d’autres voix de Platon », c’est-à-dire de décentrer Socrate des seuls éléments qu’un ancien élève de terminale ayant eu des cours de philosophie pourrait en avoir retenu, c’est-à-dire le personnage qui expose l’allégorie de la caverne, le héros du Banquet et du Phédon. Il a donc créé une fiction mémorielle à partir de sources qui dépassent l’horizon des dialogues platoniciens. Certes, Platon est bien présent de la première à la dernière page, mais les souvenirs de Xénophon jouent aussi un rôle essentiel dans le choix du cadre principal, puisqu’il s’agit de la maison de la courtisane Théodote, proche d’Alcibiade, où se passe l’un des dialogues les plus savoureux des Mémorables (III, 11) ; ce dialogue fournit d’ailleurs la matière du chapitre 5 consacré à l’amitié. C’est sans doute aussi un entretien entre Socrate et son fils irrité (Mém. II, 2) qui a permis de donner à Lamproclès une place centrale dans cette fiction socratique.

Plutôt que d’évoquer directement le personnage de Socrate, O. Pourriol choisit de le faire à travers le prisme de ceux qui l’ont connu, ses contemporains et surtout ses disciples, en se demandant ce qu’ils ont retiré de cette relation. L’action se déroule trois ans après la mort de Socrate, en 396 av. J.-C., avant même qu’il ne soit devenu un objet littéraire central dans la littérature du IVème siècle grâce à la floraison du logos sokratikos et surtout avant qu’il ne devienne le héros de la philosophie occidentale par l’intermédiaire de Platon.

Ils sont venus, ils sont tous là dans cet andrôn de Théodote, après avoir reçu un mystérieux message sous la forme d’une pièce qui les invite à un banquet clandestin à Athènes : Platon, ses frères Glaucon et Adimante, Xénophon, Aristippe, Apollodore, Aristophane, Eschine de Sphettos, Antisthène, et Criton – soucieux d’emblée d’honorer l’ultime dette de Socrate à l’égard d’Asclépios dans le beau crépuscule du cimetière du Céramique ; tous confrontés à un traumatisme survenu exactement trois ans auparavant, celui de la mort du maître, et au ressentiment d’un jeune garçon égaré qui a perdu son père. Ce nouveau banquet qui s’ouvre alors est plein de dissonances et de souvenirs, il est propice aux évocations et aux débats d’idées, et se prête aussi aux rebondissements inattendus et aux échos suggestifs. Il dessine en filigrane un portrait oral et éclaté de Socrate, saisi avant que la plupart des divers protagonistes ne passe à l’écriture de leurs propres logoi sokratikoi.

Ollivier Pourriol a bien perçu le décentrement des études socratiques de ces trente dernières années dont son scénario se fait l’écho, et qui ont contribué à relativiser le témoignage de Platon et à donner une place plus importante aux autres témoignages socratiques, fussent-ils fragmentaires. Dans le sillage de ce courant, il pose la question essentielle de la transmission, d’un père à un fils, d’un maître à ses disciples, des disciples à la postérité, voire d’intellectuel du XXIème siècle à des lecteurs potentiels. Le lecteur initié pourra s’amuser à repérer dans cette fiction post-socratique les allusions, les transpositions et les renvois à telle ou telle source. A défaut de trouver la vérité, le lecteur non initié, lui, sera d’emblée séduit par les dessins réalistes et soignés d’Eric Stalner, du cimetière du Céramique dans la nuit au bateau qui ramène Platon à Athènes, dessins qui donnent une consistance certaine aux personnages ; on peut espérer qu’un tel écrin lui donnera envie de décoder les allusions du scénario en lisant les sources primaires indiquées dans la bibliographie, afin de se forger à son tour sa propre vérité.

Pierre Pontier,

Sorbonne Université


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Pontier (27 mai 2024). Un Socrate décentré et choral. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pze


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search