Nus, huilés, empoussiérés

Discobole en marbre – Musée du Louvre

Les Grecs ont adopté précocement le principe de la nudité athlétique. La pratique est généralisée dès la fin du VIe siècle av. J.-C., ce dont témoignent plusieurs centaines de scènes athlétiques sur vase, figurant des athlètes dépourvus de tout vêtement. De manière cohérente, l’historien Thucydide et le philosophe Platon soulignent, dans le courant de l’époque classique, que la nudité est une invention relativement récente. Elle est vécue, par les habitants des cités, comme une singularité culturelle, les distinguant de l’ensemble des peuples barbares. L’historien Hérodote pointe ainsi que « chez les Lydiens, comme aussi chez les autres barbares en général, être vu nu est, même pour un homme, chose qui induit en grande honte ». La nudité et l’exposition du corps, ou leur absence, produisent un effet sur le teint de peau : les hommes grecs se prévalent ainsi d’avoir un teint hâlé, tanné par le soleil. Par opposition, toujours vêtus, les barbares ont un corps dont la blancheur est rapprochée de celle du corps des femmes. Xénophon rapporte, non sans un certain amusement, le procédé employé par le roi de Sparte, Agésilas, campant avec ses troupes à Éphèse en 395 av. J.-C. :

« Comme, à ses yeux, le mépris des ennemis était aussi une source d’énergie pour la bataille, il donna l’ordre aux crieurs de vendre nus les barbares faits prisonniers par les corsaires ; les soldats, qui leur voyaient la peau blanche parce qu’ils ne se déshabillaient jamais, le corps mou et flasque parce qu’ils allaient toujours en char, pensèrent que dans cette guerre ce serait tout comme s’il fallait se battre contre les femmes ».

Xénophon, Helléniques, III, IV, 19 (trad. J. Hatzfeld, Belles Lettres).

Si les Grecs se prévalent de s’exercer nus, la nudité n’est cependant pas toujours totale : en effet, les athlètes peuvent s’équiper d’un casque destiné à protéger les oreilles (amphotides), mais aussi d’un suspensoir pénin (kynodesmè), lien de cuir servant à ligaturer le prépuce, à maintenir le sexe au plus près du corps et à empêcher toute manifestation inconvenante de désir. De manière contre-intuitive pour un moderne, le dénudement des athlètes n’est pas synonyme d’impudeur mais s’insère, au contraire, dans un ensemble de pratiques contribuant à faire du corps athlétique un corps discipliné, normé. Le poète comique Aristophane rappelle ainsi que, au gymnase, les garçons, s’ils s’assoient sur le sol, doivent adopter une position permettant de « ne rien montrer de choquant » et, quand ils se redressent, doivent penser à effacer toute empreinte laissée par leur virilité sur la terre battue.

Caractéristique de la vie à la grecque, la nudité des athlètes est précocement interdite aux esclaves, au même titre que l’onction préalable à l’entraînement. Dans le plaidoyer Contre Timarque, Eschine rappelle ainsi une loi athénienne en vertu de laquelle « un esclave ne pourra s’exercer (gymnazesthai) ni se frotter d’huile à sec – c’est-à-dire sur peau sèche (xéraloiphein), par opposition à une onction après ablution – dans les palestres ». Les trois activités – dénudement, onction, exercice – sont à ce point intriquées qu’elles peuvent être assimilées les unes aux autres. On va ainsi volontiers dire que quelqu’un se dénude ou s’oint pour dire qu’il vient s’entraîner. Un paragraphe du règlement gymnasiarchique de Béroia de Macédoine, adopté au début du IIe siècle av. J.-C., en témoigne :

« Ne se mettront nus au gymnase ni l’esclave ni l’affranchi, ni leurs fils, ni le non-inscrit, ni le prostitué, ni (l’un) de ceux qui exercent un métier d’agora, ni quelqu’un en état d’ivresse ou de démence. Si le gymnasiarque laisse l’un de ceux-là s’oindre d’huile (…) il paiera en amende mille drachmes ».

Si la pratique de l’onction n’est pas exclusive à la culture athlétique – les habitants des cités, hommes ou femmes, peuvent s’oindre hors de tout contexte sportif – elle lui demeure fortement associée dans l’imaginaire au point que, à Olympie, quand la compétition tire à sa fin, le héraut, convoquant les concurrents de la course en armes – dernière épreuve inscrite au programme –, enjoint aussi d’enlever l’huile et de la porter au loin, afin de marquer symboliquement la fin de la compétition.

Au quotidien, chaque athlète se rend au gymnase muni de son aryballe, petit vase à huile qui appartient à la trinité du paquetage athlétique, lequel inclut également un racloir et une éponge, destinés aux ablutions de l’après sport.

Cratère à calice – Berlin, Antikensammlung

Au premier chef, l’onction permet, sous l’effet du massage, de chauffer le corps. Au Ier siècle apr. J.-C., le médecin Dioscoride souligne, dans son manuel médical, que les huiles chauffent et assouplissent le corps, évitent son refroidissement inopiné et le préparent à l’activité. De manière complémentaire, Pline rapporte que, utilisée dans les cheveux et sur la tête, l’huile a également des vertus rafraîchissantes. Le temps de l’onction est également un temps social : les professeurs de gymnastique peuvent alors aider les athlètes, ou les athlètes s’aider entre eux à appliquer l’huile sur la peau. La fourniture de l’huile est fréquemment confiée au gymnasiarque (magistrat du gymnase), qui en organise la distribution, à heure fixe et pour une durée limitée. Mais certains gymnasiarques font assaut de générosité, et mettent de l’huile à disposition des habitués du gymnase sans limite de temps, ce qui leur garantit un supplément de popularité.

Les quantités d’huile en jeu sont importantes. Plusieurs tentatives d’estimations par les modernes permettent de situer la consommation par personne et par an entre une vingtaine et une cinquantaine de litres. Ladite consommation varie en fonction de l’âge des athlètes, et donc de leur niveau de développement physique et de familiarité avec l’onction. Denrée coûteuse, l’huile fait l’objet d’un processus de récupération : au terme de l’entraînement, le gloios, crasse couvrant le corps des athlètes, mélange d’huile, de sueur, de poussière et de terre battue, est raclé et récupéré. Le philosophe cynique Cratès est passé à la postérité pour son habitude d’utiliser, en guise de substitut à l’huile, cette crasse, pour s’oindre avant de s’entraîner. Mais il s’éloigne, ce faisant, des usages normaux de ce produit qui, commercialisé, sert habituellement de combustible pour les lampes à huile mais aussi de médicament, notamment pour le traitement de plaies ouvertes ou de douleurs articulaires.

Si la pratique de la nudité, de l’onction et de l’empoussièrement sont connues et bien documentées, en revanche, la bonne compréhension des origines de la nudité athlétique résistait aux Anciens eux-mêmes, qui ont multiplié les hypothèses explicatives : pour certains, elle aurait été mise en place à la suite de la chute mortelle d’un athlète, causée par le glissement inopiné de son pagne. Pour d’autres, elle répondrait à une recherche d’efficacité, un athlète ayant triomphé à la course après s’être délesté de sa tunique. Une combinaison de motifs a dû contribuer à la persistance de la pratique au fil de l’Antiquité. D’une part, la nudité participe de la valorisation esthétique du corps masculin. Scènes sur vase, statues, statuettes, reliefs, ou encore monnaies, exposent ainsi des corps dénudés d’athlètes, en train de s’entraîner ou de concourir, et contribuent à leur valorisation. D’autre part, les athlètes étant empoussiérés après l’onction, l’absence de vêtement permet d’éviter de désagréables frottements. En effet, au côté de l’huile, la poussière constitue un élément fondamental du quotidien athlétique. Sa bonne utilisation implique à la fois une gestuelle propre et une connaissance des formes de poussière les plus adaptées aux spécificités dermiques de chaque athlète. L’érudit Philostrate a fourni, dans son Traité de gymnastique, un aperçu éclairant de ce savoir-faire :

« La poussière boueuse est capable de désinfecter et d’équilibrer ceux qui suent exagérément ; la poussière des poteries est bonne pour ouvrir et faire transpirer les pores bouchés ; la poussière d’asphalte est bonne pour chauffer les parties refroidies ; la poussière noire et la jaune sont bonnes pour assouplir et entretenir, mais la poussière jaune ajoute aussi du scintillement et est belle à voir sur un corps en bonne forme. La poussière doit être appliquée avec un poignet souple et les doigts écartés, en aspergeant comme un nuage plutôt que comme une tempête, afin que cela recouvre finement l’athlète ».

Philostrate, Traité de gymnastique, 56 (trad. Charles Daremberg)

Au-delà de ses propriétés supposément rééquilibrantes, la poussière permet, à la lutte et au pancrace, d’éviter que les corps ne soient trop glissants et de garantir une meilleure préhension.

On le comprend, le corps athlétique, plus qu’à un dénudement univoque, est soumis à une dialectique de l’exposition et de la couverture : déshabillé, l’athlète est recouvert d’une double pellicule d’huile et de poussière et équipé de différents éléments de cuir (protège-oreilles ; suspensoir ; gants), en fonction des contextes et des disciplines. Un corps dans le plus simple appareil, oui. Mais pourtant pas.

Jean-Manuel Roubineau,

Maître de conférence en Histoire ancienne – Université Rennes 2


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Manuel Roubineau (29 mai 2024). Nus, huilés, empoussiérés. Actualités des études anciennes. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qlj


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search