Asimov (I.), La République romaine. – Paris : Les Belles Lettres, 2023. – 294p. – ISBN : 9782251455075

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Tout amateur de science-fiction connaît l’œuvre d’Isaac Asimov (1920-1992) a minima pour les cycles de Fondation et des Robots. C’est également à lui qu’on doit les fameuses trois lois de la robotique (et le mot même de robotique), qui ont eu une influence jusque sur les recherches en intelligence artificielle. On oublie en revanche souvent qu’Asimov était un véritable polygraphe qui a écrit des œuvres de vulgarisation à destination du grand public sur des sujets variés. Il est ainsi l’auteur de plus d’une dizaine de livres d’histoire, en particulier d’histoire ancienne. Sa République romaine, publiée pour la première fois en anglais en 1966, et republiée en 2023 en traduction française par Les Belles Lettres, se rattache à cette partie de son œuvre. Disons-le d’emblée, il s’agit d’un livre qui a fort mal vieilli si bien que la pertinence de cette republication interroge. Entendons-nous bien : il ne saurait être question ici de faire grief à l’auteur d’un livre écrit en 1966 de livrer sur son sujet une information largement dépassée aujourd’hui. L’ouvrage porte les stigmates stylistiques et les défauts de connaissances de son temps. Le problème tient en réalité plus à la vision de l’histoire de la République qui est celle d’Asimov car un livre dépassé du point de vue des connaissances factuelles peut encore mériter d’être lu pour l’originalité de son point de vue ou de ses idées. Ce n’est malheureusement pas le cas ici pour l’inventeur de la psychohistoire.

L’histoire de la République romaine selon Asimov est un squelette d’histoire, réduit à la conquête et à l’expansion romaine, le tout agrémenté de quelques rares développements sur l’évolution de l’armée (à l’époque des guerres samnites) ou sur le contexte économique (essentiellement pour le IIe siècle av. J.-C.). Là encore, force est de reconnaître qu’il n’y a pas tromperie sur la marchandise puisqu’il se situe d’emblée dans cette perspective lorsqu’il annonce : « j’entends privilégier ici les transports de la guerre et de la politique » ou « je dirai ce que je peux de la vie et de la pensée des Romains, mais ce sont les militaires et les politiques, quoi qu’il en soit, qui auront la plus grande part de l’histoire que je vais maintenant commencer de raconter » (p. 16). Soit, mais en réalité l’armée a la part belle alors que, pour ce qui concerne la politique, Asimov se contente des événements les plus marquants sans jamais véritablement entrer dans les complexes mécanismes à même d’expliquer certaines des évolutions de la cité romaine, à commencer par les soubresauts qui mirent fin à la République. Les événements s’enchaînent mécaniquement et les rares tentatives explicatives (comme sur les Gracques) sont malheureusement aujourd’hui dépassées. Les raisons d’un conflit aussi important que la première guerre punique (264-241 av. J.-C.) ne sont pas très bien rendues (p. 92) et Asimov reprend telle quelle la légende des bateaux carthaginois échoués pour expliquer la création de la première véritable flotte de guerre romaine (p. 94). L’histoire des IIIe et IIe siècles avant J.-C. se borne à l’expansion ultramarine et, par exemple, toute l’épineuse question du philhellénisme n’est pas abordée tandis que la vision des évolutions qui conduisirent aux réformes des Gracques est très datée (p. 159-161) : on ne croit plus désormais en une crise démographique associée à une désorganisation massive de la paysannerie italienne et à une prolétarisation de l’armée au IIe siècle[1]. Comme souvent, la période de domination de Cinna est survolée alors qu’elle est en réalité complexe et marquée par des lois intéressantes[2].

On en vient à se demander quel intérêt il y a à rééditer ce livre en l’état car il se limite à une lecture anecdotique et héroïque de la République qui n’apporte pas grand-chose et, pire, remet en circulation des idées dont il est désormais avéré qu’elles sont fausses. On peut en citer quelques exemples (parmi bien d’autres possibles). Contrairement à ce qu’affirme Asimov, Rasenna n’était ainsi probablement pas le nom que se donnaient les Étrusques et la première Rome ne fut pas une cité étrusque (p. 17), Alba longa est une ville qui n’a jamais existé (p. 23), l’existence d’une ligue latine vers 900 av. J.-C. est très douteuse (p. 21), la destruction totale de Rome par les Gaulois n’a pas eu lieu (p. 55) et l’Italie n’est pas entièrement sous domination romaine en 281 (p. 75). Asimov reproduit aussi quelques poncifs antiques, par exemple sur les femmes étrusques ou encore le topos sallustéen d’une Rome s’effondrant car malade de ses conquêtes. La traduction est en revanche propre et l’ouvrage se lit rapidement (on y reconnaît le style direct et sans fioritures caractéristique d’Asimov), en dépit de quelques coquilles, peu nombreuses mais parfois gênantes. Philippe V de Macédoine (qui régna de 221 à 179 av. J.-C.) est ainsi appelé durant quelques pages Philippe IV (qui ne régna qu’un an, en 297 av. J.-C.). Les notes ajoutées par l’éditeur – bien rares – sont en outre parfois inexactes. À la page 48, Asimov fait en réalité sans doute référence non pas au ius auspicandi mais au droit d’obnuntiatio que les tribuns reçurent effectivement, à une date incertaine (mais en se trompant. puisqu’il fait mention d’un usage de ce droit au Sénat ce qui n’est pas attesté).

On le voit, le livre reproduit plus ou moins la narration des sources antiques qu’il rend accessible en un seul volume (inutile de consulter Tite-Live ou Polybe en passant par Denys d’Halicarnasse ou Diodore de Sicile) et n’est pas du tout concerné par les thématiques économiques et sociales. Mais quel intérêt tout cela présente-t-il pour un lecteur d’aujourd’hui ? Le spécialiste de la République romaine sera, à n’en pas douter, horrifié de ce qu’il lira et n’y trouvera aucun intérêt. Le lecteur ingénu et de bonne foi pourra peut-être céder aux charmes d’une histoire événementielle à l’ancienne mais en sortira la tête farcie de poncifs et de simplifications désastreuses pour sa vision de l’histoire romaine. L’ouvrage aurait mérité un travail éditorial plus approfondi avec une introduction (ou une postface) offrant une réelle contextualisation et qui aurait rappelé, fut-ce brièvement, les évolutions de nos connaissances sur certaines questions cruciales.

Thibaud Lanfranchi,

Maître de conférence – Université Toulouse-Jean Jaurès

[1] Voir par exemple S. Roselaar, Public Land in the Roman Republic. A Social and Economic History of Ager Publicus in Italy, 396-89 BC, Oxford 2010 et F. Cadiou, L’armée imaginaire. Les soldats prolétaires dans les légions romaines au dernier siècle de la République, Paris, 2018.

[2] Voir le récent F. J. Vervaet, Reform, Revolution, Reaction. A Short History of Rome frome the Origins of the Social War to the Dictatorship of Sulla, Saragosse, 2023, p. 147-172 sur ce point.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thibaud Lanfranchi (3 juin 2024). . Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rbs


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search