Le sport grec au féminin

Domaine privilégié de construction de la virilité, conçu comme un avatar de la guerre, le sport grec ne réserve qu’une place très limitée au genre féminin. La victoire, dans la culture grecque, est affaire masculine, au point que les femmes puissent être pensées et décrites comme promises à la défaite. Ainsi, Pythagore, selon les mots que lui prête Jamblique dans la Vie qu’il lui a consacrée, aurait invité les épouses de la cité de Crotone – cité grecque de Calabre où le philosophe avait élu domicile, dans le courant du VIe siècle av. J.-C. – à ne pas s’opposer à leur époux ou à considérer qu’elles ne triomphaient « que lorsqu’elles (avaient) été vaincues par lui ». L’exclusion du genre féminin du champ agonistique est à peine moins marquée avant le mariage. Quelques rares cités ont offert aux jeunes filles une éducation physique digne de ce nom. C’est le cas à Sparte, où les filles sont formées à la course, la lutte, le lancer du disque ou encore le lancer du javelot. Mais une réplique de l’Andromaque d’Euripide témoigne du caractère atypique d’une telle pratique. Ainsi, le héros Pélée, s’adressant au roi de Sparte Ménélas, souligne que :

« Le voulût-elle, une fille ne saurait être sage à Sparte, où, avec les jeunes hommes, désertant leurs maisons, cuisses nues et robes flottantes, elle partagent stades et palestres – mœurs intolérables à mes yeux ! ».

Euripide, Andromaque, 595-600 (trad. L. Méridier)

L’éducation physique des jeunes filles spartiates poursuit pour objectif de forger des corps à même d’engendrer des bébés robustes et donc, à terme, des soldats valeureux. Et, si les jeunes filles spartiates accèdent à certaines disciplines athlétiques, c’est bien toujours par leur ventre, comme leurs consœurs d’autres cités, qu’elles doivent contribuer à l’effort de guerre, en vertu d’une « équivalence de la mère et de l’hoplite », selon la formule de Nicole Loraux.

Atalante – Musée du Louvre

Le mythe d’Atalante relaie de manière expressive la distance séparant, dans l’imaginaire grec, les femmes de l’exploit sportif. Les versions concurrentes du mythe sont nombreuses, au point qu’on a pu envisager que, derrière le même nom, se soient cachés plusieurs personnages. Mais au fil des versions, c’est un même discours qui émerge sur le rapport d’Atalante à l’effort, à l’exploit cynégétique ou athlétique ou au déterminisme de genre. Abandonnée à la naissance par son père – qui espérait un garçon – et élevée par des chasseurs, Atalante a développé des compétences à la chasse et à la course

. Elle combine, de manière inhabituelle, une insolente beauté à une extrême vélocité. Mais, parvenue à l’âge de se marier, elle refuse de s’unir à un époux, et met tout prétendant au défi de courir plus vite qu’elle. Le fabuliste Hygin, après d’autres, en fait le récit :

« Qui voudrait l’épouser devrait d’abord se mesurer à elle dans une course, avec un but déterminé ; il était prévu qu’il courrait, ainsi, devant, sans armes, et qu’elle le poursuivrait avec un javelot ; après l’avoir suivi, avant d’arriver au but, elle le tuerait et planterait sa tête dans le stade ».

Hygin, Fables, CLXXXV, 2 (trad. J.-Y. Boriaud)

De nombreux jeunes hommes perdent ainsi la vie. Mais Hippoménès, prétendant plus avisé que les autres, jette au sol, durant la course, les pommes d’or que lui a confiées la déesse Aphrodite, afin de détourner l’attention d’Atalante. Cette dernière, victime du pouvoir érotique des pommes, et de la supposée fascination féminine pour les objets brillants, interrompt sa course, laissant filer vers la victoire celui qui va devenir son époux. Vaincue en dépit de ses aptitudes athlétiques, Atalante est renvoyée à sa nature féminine et au seul horizon matrimonial.

Dans le monde réel, les compétitions féminines sont restées longtemps rares. À Olympie, un concours féminin en l’honneur de la déesse Héra est organisé tous les quatre ans, depuis une date inconnue. Les concurrentes, réparties en trois catégories d’âge, s’affrontent au sprint. Pausanias a transmis la seule description conservée de la compétition :

« Le concours consiste en une épreuve de course pour les jeunes filles : toutes celles qui sont dans la catégorie jeunes filles ne courent pas ensemble, assurément ; la première série est constituée par les plus jeunes ; ensuite viennent celles qui sont de la deuxième catégorie ; enfin la dernière série comprend les plus âgées de jeunes filles. Voici comment elles courent : leur chevelure est dénouée ; leur tunique arrive un peu au-dessus du genou ; elle découvre leur épaule droite jusqu’à la poitrine. Le stade olympique leur est réservé pour ce concours ; mais on ampute à peu près du sixième la longueur du stade pour leur course. On donne aux lauréates une couronne d’olivier et une part de la vache qui a été offerte à Héra en sacrifice ».

Pausanias, Périégèse, V, 16, 2-3 (trad. J. Pouilloux)

Le choix d’une distance amputée d’environ un sixième par rapport à la distance masculine, s’il a pu faire l’objet d’interprétations divergentes, est sans doute destiné à marquer et réaffirmer, de manière symbolique, une hiérarchie de genre.

Sous l’Empire, la situation évolue, ce que l’on devine grâce à un document, isolé mais significatif. Il s’agit d’une inscription de Delphes, datée du IIe siècle apr. J.-C., sur laquelle est conservé, de manière fragmentaire, le palmarès des trois filles d’un dénommé Hermêsianax, citoyen de Césarée Tralles et de deux autres cités. Tryphôsa, spécialiste de la course de stade, a remporté la couronne lors des concours pythiques et lors des concours isthmiques. Hédéa et Dionysia, également spécialistes de stade, ont remporté différents titres, notamment lors des concours néméens, lors d’un concours de Sicyone, et lors des Asklepieia d’Épidaure. À travers leurs palmarès respectifs on devine l’existence, sous l’Empire, d’un plus grand nombre de concours athlétiques destinés aux jeunes filles. Les quatre sites des concours de la période sont alors le lieu de compétitions féminines, à quoi s’y ajoutent d’autres compétitions dont on ne peut, faute de documentation, reconstituer le nombre et la liste.

Si le développement des concours athlétiques féminins est tardif et semble avoir toujours été limité aux jeunes filles, en revanche, des femmes adultes en nombre ont remporté, assez précocement, des titres dans les concours hippiques. La documentation est, en la matière, abondante, et issue de nombreuses régions grecques. Mais l’écart frappant entre l’absence des femmes des concours athlétiques et leur place dans les concours hippiques est moins paradoxal qu’il n’y paraît. Dans les courses hippiques, la victoire ne revient pas au jockey montant un cheval ou à l’aurige guidant un char attelé, mais au propriétaire desdits chevaux ou attelages. Le système de valeur en vigueur dans ces compétitions est, en cela, distinct de celui des concours gymniques. Plutarque, quand il évoque la victoire hippique, au IVe siècle av. J.-C., à Olympie, de Kyniska, sœur du roi Agésilas de Sparte, pointe la nature des intentions supposées du monarque :

« Voyant que quelques-uns de ses concitoyens se prenaient pour des personnages importants et se montraient très fiers parce qu’ils avaient une écurie de course, il persuada sa sœur Kyniska de lancer un char à Olympie pour prendre part au concours, afin de montrer aux Grecs que ce genre de victoire n’est nullement affaire de mérite, mais de richesse et de dépense ».

Plutarque, Agésilas, XX, 1 (trad. R. Flacelière et É. Chambry).

Emportent-elles la couronne que les femmes grecques voient la valeur de leur victoire amoindrie et relativisée…

Jean-Manuel Roubineau,

Maître de conférence en Histoire ancienne – Université Rennes 2


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Manuel Roubineau (5 juin 2024). Le sport grec au féminin. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rhv


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search