Entretien avec Jean-Paul Thuillier, historien du sport antique

  • Les études scientifiques portant sur le sport se développent à partir du XIXe siècle surtout dans les pays germaniques et anglo-saxons alors qu’en France le sport peine à être considéré comme un objet de recherche “sérieux”. Le sport est un fait social majeur pendant l’Antiquité, comment expliquer que des générations de chercheurs l’ont laissé de côté ?

C’est vrai même si avant le XIXe s. il y a eu des auteurs comme G. Mercuriale (je vous renvoie à mon article « L’Histoire du sport antique » dans T. Terret et T. Froissart éd., Le sport, l’historien et l’histoire, Reims épure, 2013, où vous trouverez aussi des réponses à vos questions). C’est un vrai paradoxe puisqu’on reconnaît que la culture grecque est « agonistique » et que les jeux du cirque ont enflammé tout le peuple romain! Mais, comme le rappelle Jean-Manuel Roubineau dans son dernier livre « Sport », notre culture judéo-chrétienne a longtemps privilégié les études sur l’esprit, et il y a aussi le fait que le sport est lié à tort ou à raison au divertissement, à l’amusement : l’objet de la recherche rejaillit sur la recherche elle-même qui n’est pas vue comme sérieuse ; on a pu écrire qu’il valait mieux pour l’Université écrire sur la tragédie que sur la comédie… Écrire sur des épreuves sportives avait un côté technique, donc longtemps dévalorisé aux yeux des doctores umbratici

  • En France, vous avez été un des premiers à faire du sport un objet historique, pourquoi avoir porté votre attention et vos travaux sur cette thématique et dans quelle mesure votre expérience sportive vous a aidé pour vos recherches sur le sport antique ?

Mon père avait fait longtemps du rugby dans une équipe lyonnaise, le FCL, et m’emmenait au stade tous les dimanches (contrairement à mes petits camarades du lycée ou de l’ENS, j’ai plus fréquenté les stades que les musées pendant mon enfance!) J’avais gardé le goût du sport et au moment où je commençais des recherches, j’ai découvert un livre d’un auteur polonais sur le sport grec. Comme les documents figurés étrusques sur les jeux sportifs étaient assez nombreux j’ai commencé à m’intéresser à ce sujet même si je n’étais pas spécialement encouragé sur ce point… J’avais bien compris que pour faire carrière il valait mieux s’attarder sur Platon même si on n’avait rien d’original à dire, mais tant pis j’ai continué. 
J’ai fait de l’athlétisme, du sprint, et puis après des sports collectifs et surtout du football, ce qui ne m’a pas beaucoup servi. C’est plutôt mon expérience de spectateur qui m’ a permis de comprendre les réactions des supporters, surtout quand je me suis  intéressé aux jeux du cirque à Rome et aux factions.

  • Comment avez-vous vécu le fait que le sport dans l’Antiquité ait été marginalisé pendant longtemps ? Comment réussir à trouver sa place/se faire une place ? Avez-vous noter une évolution dans la prise en compte de l’objet sport dans le champ de la recherche scientifique ?

J’ai pu tirer mon épingle du jeu parce que j’étais normalien, agrégé et docteur d’État. Selon mes interlocuteurs, je pouvais me présenter comme étruscologue ou comme historien du sport antique (pour parodier un publiciste, ne dites pas à ma mère que j’étudie l’histoire du sport: elle croit que je suis latiniste à la Sorbonne…) J’ai souvent cité les remarques désagréables de membres de jury ou de collègues universitaires qui critiquaient les sujets de thèse que je pouvais suggérer.
Aujourd’hui, les choses ont un peu changé surtout pour le sport moderne parce que la présence du sport dans nos sociétés est tellement écrasante, mais pour l’Antiquité il faut bien une année olympique à Paris pour que l’ouverture se fasse un peu. Je ne parle pas des revues grand public ou des médias qui sont souvent intéressés et d’autant plus cette année, et surtout depuis que j’ai écrit que les ludi circenses étaient déjà du sport-business (imaginez ici la tête de certains). Mais pour faire carrière, pour entrer par exemple à l’Institut, il vaut mieux suivre les filières traditionnelles, faire de l’épigraphie, de la philosophie, de la linguistique, travailler sur les religions, l’architecture : ça, c’est du sérieux, comme le disait un ancien président de la République. Mais étudier les sports antiques, ce ne peut être que le fait d’un amateur désinvolte et pas d’un savant (toujours la dictature des doctores umbratici) En fait, je ne regrette rien pour citer quelqu’un d’autre qui n’était pas universitaire : étant latiniste et connaissant les sports, j’ai pu établir le sens de plusieurs mots latins que ne comprenaient ni les latinistes ni les épigraphistes…
Reste qu’aujourd’hui encore, je ne sais pas si j’aurais raison de pousser un étudiant dans cette discipline.

  • Comment décririez-vous le rapport des Romains et des empereurs romains au sport grec ?

Les Romains ont été longtemps très réticents vis-à-vis des athlètes et des concours grecs. Ils sont choqués en particulier par la nudité athlétique qui favorise la dépravation des mœurs. Sous Néron encore, les milieux conservateurs s’opposent aux certamina graeca, aux concours grecs : cf. la trilogie de Tacite gymnasia et otia et turpes amores (les gymnases, l’oisiveté et les amours honteuses). Si Rome voit ses premiers athletae à la grecque (surtout des pentathloniens nus) en 186 av., ceux-ci n’ont guère de succès (et comme le dit G. Ville, on aime ce qu’on voit souvent en matière de spectacle sportif) et il faut attendre Néron et Domitien pour que les choses changent un peu : la création des Capitolia, certamen graecum, et la construction du stade de Domitien (Place Navone) sont révélatrices. Si on est frappé par la fréquence des mosaïques en noir et blanc, à Rome et Ostie et Pompéi, représentant apparemment des athlètes à la grecque, c’est surtout la Grande Grèce et des villes restées grecques comme Naples ou Pouzzoles qui sont marquées par le succès des concours (et c’est aussi le cas en Narbonnaise, Nîmes, Vienne…) Ces concours n’auront pas le succès des jeux du cirque.
Certains empereurs romains ont été fascinés par la Grèce et Olympie, comme Néron, Hadrien, Marc-Aurèle: ils ont beaucoup construit dans les sanctuaires comme Olympie, ils ont institué de nombreux concours dans la partie orientale de l’Empire qui portaient leur nom et étaient liés au développement du culte impérial. Néron voulait absolument être couronné à Olympie et a utilisé tous les subterfuges, sans succès d’ailleurs à la fin. Au-delà des préférences personnelles, toute cette politique assurait le prestige de l’empereur et l’unité de l’empire: les sports sont un élément de soft power à cette époque déjà bien entendu.

  • Vous êtes historien du sport antique et étruscologue, comment avez-vous réussi à allier cette double spécialité ?

Assez facilement, puisque j’ai fait ma thèse de doctorat d’État (environ 10 ans!!) sur les jeux sportifs dans la civilisation étrusque. Mais après quelques années j’ai compris que le monde romain offrait une documentation, littéraire et épigraphique surtout, beaucoup plus importante (alors que pour les Étrusques, l’iconographie était l’essentiel). Et je me suis spécialisé de plus en plus dans les jeux du cirque, les courses de chars et autres, dans lesquels l’influence étrusque était d’ailleurs primordiale, plus même que les influences grecques.

  • Diriez-vous que la gladiature a eu une influence sur les pratiques sportives grecques ?

Depuis les travaux de Louis Robert, on sait que la partie grecque et orientale de l’Empire a connu les munera et que ceux-ci ont eu un certain succès dans quelques villes surtout (Athènes, Corinthe qui a aussi été dotée d’un amphithéâtre en tant que colonie romaine). Des conséquences sur le plan architectural puisque plusieurs théâtres ont reçu des aménagements de leur orchestra pour accueillir gladiateurs et venationes. Peut-être aussi une accentuation de la violence pour un sport comme le pugilat (c’est d’ailleurs un vocabulaire semblable qui est utilisé en grec pour la boxe et la gladiature): avec des « gants » des cestes à la romaine encore plus meurtrière qu’à l’époque hellénistique.

 

Entretien réalisé par Audrey Lacroix


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (7 juin 2024). Entretien avec Jean-Paul Thuillier, historien du sport antique. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11s1u


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search