Tomber des nues avec Louise Guillemot

Guillemot (L.), Nues. – Paris : Manifeste éditions, 2024. – 240p. – ISBN : 9782492908262

Crédit image. Première de couverture – Manifeste éditions

Comme l’encre s’incarne dans le livre, les Nues de Louise Guillemot s’incarnent dans 12 figures mythique ou semi-mythiques de l’Antiquité gréco-romaine. Chacun des 12 textes proposés dans le livre est donc fondé sur les connaissances, principalement les sources littéraires qui ont mentionnées ces 12 figures. Le choix de la nue est lui-même signifiant car l’histoire ayant un fort penchant à préférer les grands hommes, ces femmes quoique exceptionnelles sont toutes devenues pour nous des entités fantomatiques et nébuleuses : Néphélé, Écho, Hélène, Arété, la philosophe, Agnodice, l’accusée, Hydna, la nageuse des Thermopyles, Aglaonice de Thessalie, Théanô la mathématicienne, Diotime la sage, Phantasia l’allégorique,  Callirhoé de Sicyone et Corinne de Tanagra, l’amie de Pindare sont soit inconnues soit méconnues. Voilà pour l’angle d’approche de ce livre : cette nue est donc dans l’air du temps.

Et tout le reste est littérature et c’est tant mieux car Louise Guillermot a vraiment un univers qui lui est propre et beaucoup de talent d’écriture pour le décrire à son lecteur. Chaque chapitre, chaque femme, est l’occasion pour l’autrice d’explorer une nouvelle forme, maniant tant la prose que le dialogue, la forme épistolaire que la poésie surtout, remarquable. 

Écoutons Agnodice :

 

 

Où suis-je?

Qu’ai-je fait?

Je suis morte.

Je suis nue. Il fait froid.

N’était-ce que ça — la vie?

Un éclair de souffrance et puis 

Rien…

Ne priez pas mon ombre

La mort n’est pas un voile, une vapeur

La mort pèse

Mon ombre est rivée à sa mort comme l’ancre

Écrasée par la mer

La terre, la terre n’est pas légère!

 

Écoutons surtout Écho que Narcisse, lui, n’a pas su entendre :

« Narcisse, à qui je n’ai jamais dit Je t’aime, à qui je n’ai pas dit Attention. Amour, amour, Narcisse, nous avons été aussi fous l’un que l’autre, toi sur ton sentier, moi sur le mien. Je dure et durerai plus longtemps encore sans jamais être moi-même. Je suis Écho, Écho née au front des montagnes, Écho solitaire.

 

Amour

Amour

Je t’aime tant

Je suis Écho,

Écho née au front des montagnes

Offrons des montagnes

Une étoile d’or

Des océans

Une étoile dort.

Des os, céans.

La Lune ancienne est morte La nouvelle me fuit

Je suis Écho solitaire

Solide terre

Et le front de la nuit s’est fermé à mes yeux »

 

Certains lecteurs pourront peut-être regretter que le livre soit parfois nébuleux et labyrinthique en raison des très nombreuses allusions, dans domaines culturels variés et éclectiques ou bien qu’il tienne de l’exercice de style. C’est vrai, mais quel style et il y a tout à gagner à demander à être un peu exigent avec son lecteur! 

Il faut beaucoup de courage, et d’adresse, pour ainsi mélanger les formes, convoquer Homère et faire parler Socrate: voilà une autre bonne raison de lire ce livre, ainsi que pour sa prose ingénieuse. Cet ouvrage est audacieux mais par conséquent en demande parfois beaucoup à son lecteur : il lui en donne tout autant. 

Laure de Chantal,

Normalienne et agrégée de lettres classiques


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laure de Chantal (10 juin 2024). Tomber des nues avec Louise Guillemot. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sd3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search