Traduire sans trahir

Date. Du Jeudi 13 au samedi 15 juin 2024

Lieu. Strasbourg

55e CONGRÈS DE L’APLAES STRASBOURG LES 13-14-15 JUIN 2024 TRADUIRE SANS TRAHIR ? LA TRADUCTION DES TEXTES ANTIQUES HIER, AUJOURD’HUI ET DEMAIN

Le congrès est consacré aux questions suscitées par l’activité de traduction, laquelle se trouve au cœur du métier de philologue. Destinée à permettre l’accès à des textes pour des lecteurs qui ne maîtrisent pas la langue originale dans laquelle ils ont été écrits, la traduction contribue ainsi à la diffusion d’un savoir. Elle comporte également une dimension éducative, en accompagnant l’apprentissage d’une langue étrangère ou étrange qui n’existe désormais qu’à l’écrit, voire en permettant le perfectionnement d’un style. Cependant traduire, déjà dans l’Antiquité, c’est aussi adapter, voire modifier. D’où le succès de la formule rhétorique « traduttore, traditore ». Car si traduire, c’est souvent et forcément trahir (toute traduction étant par essence imparfaite), la trahison peut être accrue en raison de la distance temporelle et culturelle qui nous sépare de l’Antiquité. Mais il y a plus. Les écarts existant entre le texte source et le texte d’arrivée s’expliquent aussi autrement : ils sont révélateurs, que ce soit à dessein ou inconsciemment, de présupposés ou d’objectifs méthodologiques, esthétiques, religieux, politiques, idéologiques, etc. Il n’en demeure pas moins que l’imperfection peut être limitée. Si l’époque des « belles infidèles » est révolue dans la recherche internationale, le contact direct avec les textes anciens suscite néanmoins toujours un dilemme, entre la littéralité et l’élégance, entre l’esprit et la lettre, entre l’effacement et la visibilité, entre le sens de l’écrit et le souffle de l’oral, l’idéal à atteindre se situant dans la synthèse d’éléments qui s’opposent mais qui ne devraient pas être contradictoires. 

Ce sont toutes ces modalités de la traduction, tous ces questionnements du traducteur qu’il s’agit d’analyser, en s’intéressant aux pratiques de traduction dans l’Antiquité, à l’époque de l’Humanisme et aujourd’hui, tout en s’interrogeant sur l’avenir de la traduction des textes antiques. Une telle réflexion se révèle d’une importance capitale dans un monde où les langues anciennes n’ont plus forcément la cote et où la maîtrise de ces langues devient une compétence rare, alors même que l’attrait pour l’Antiquité ne se dément pas. Elle s’avère aussi en phase avec l’évolution de la recherche littéraire contemporaine et avec tout un mouvement intellectuel s’intéressant aux questions de « traductologie », comme en témoignent par exemple les débats qu’ont suscités la traduction commentée de Mein Kampf par Olivier Mannoni ou les réflexions de Tiphaine Samoyault (cf. son ouvrage Traduction et violence, Paris, 2020). Sur ce genre de sujet, l’Antiquité permet de formuler des réponses et de fournir des clés, quand une réflexion sur le bien traduire concerne un aspect majeur de la transmission du patrimoine fondateur et fondamental des humanités.

Programme.

JEUDI 13 JUIN 2024 – JOURNÉE SCIENTIFIQUE (SALLE DE CONFÉRENCE DE LA MISHA)
9H15-10H accueil des participants
10H-10H30 allocutions de bienvenue
10H30-10H55 Traduire les rhéteurs, traduire les orateurs : deux différents cahiers des charges – Pierre CHIRON (Université Paris-Est Créteil, IUF)
10H55-11H20 Le goût du merveilleux : traduire la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate sous le Second Empire – Valentin DECLOQUEMENT (Université Lumière Lyon II)
11H20-11H45 La καλλιέπεια de la Vita Isidori de Damascius Miriam CUTINO (KU Leuven)
11H45-12H05 discussion
12H15-14H pause déjeuner
14H30-14H55 Enjeux pédagogiques des traductions et rapport au grec. L’exemple des traductions de l’Hécube d’Euripide du XVe au XXIe siècle – Marie JEANNOT-TIROLE (Université de Strasbourg)
14H55-15H20 La traduction en classe de langues anciennes : variations sur un même thème – Antje KOLDE (Haute École Pédagogique / Vaud, Lausanne)
15H20-15H35 discussion
15H35-15H50 pause
15H50-16H15 Traduire ou ne pas traduire : le cas des doctrines épicuriennes dans les lettres de Cicéron – Sophie AUBERT-BAILLOT (Université de Lille)
16H15-16H40 Traduire la Bible juive dans l’Antiquité : le vocabulaire du sacrifice – Élise ALBANESE (Université de Strasbourg)
16H40-16H55 discussion
17H conclusions générales / clôture de la journée scientifique
20H dîner

VENDREDI 14 JUIN 2024 – JOURNÉE ASSOCIATIVE (SALLE DE CONFÉRENCE DE LA MISHA)
09H-09H15 accueil des participants
09H15-09H30 introduction
09H30-10H30 cérémonie de remise du Prix de thèse de l’APLAES sous la présidence du Professeur Michael Trapp (King’s College London)
10H30-10H45 pause
10H45-12H00 interventions de l’Inspection générale et des sociétés amies
12H15-14H pause déjeuner
14H30-16H30 assemblée générale
16H30-17H réunion du bureau de l’APLAES
17H15 fin de la journée associative et administrative
Fin d’après-midi et soirée libres 

SAMEDI 15 JUIN 2024 – MATINÉE TOURISTIQUE ET CULTURELLE
10H-12H Visite (sur inscription préalable) du Musée Adolf-Michaelis (Palais Universitaire) et de l’Observatoire astronomique (rue de l’Université)

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (11 juin 2024). Traduire sans trahir. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sna


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search