Être admis à concourir

L’Antiquité n’a pas connu de divisions, de ligues ou de classes d’athlètes. La masse des pratiquants d’une même discipline n’y a jamais été ordonnée en catégories hiérarchisées de niveau. Les seules catégories en vigueur sont des catégories d’âge. Ainsi, à Olympie, les athlètes sont répartis en deux catégories : les garçons (12-18 ans), et les hommes.

À l’absence de classement, s’ajoute l’absence de sélection nationale. Chaque athlète est libre de se présenter aux compétitions de son choix, sans que sa cité d’origine n’opère de tri préalable dans les candidatures. Mais l’accès aux concours n’est pas pour autant pleinement ouvert. Ainsi, les athlètes souhaitant participer aux concours olympiques doivent se présenter à Élis (cité organisatrice des Olympia) un mois avant le début de la compétition. Chaque athlète s’entraîne alors sous le regard des magistrats lesquels décident, au terme de cette période probatoire, si l’athlète en question est suffisamment aguerri pour être admis à concourir dans la ou les disciplines choisies. À défaut, sa demande d’inscription est rejetée.

Un petit corpus de tablettes de plomb d’époque impériale, découvertes dans le sanctuaire de Poséidon, sur l’Isthme de Corinthe, fournit un éclairage original sur le processus en vigueur dans les concours isthmiques. Sur l’une d’elles, de 14,1 cm de long sur 3,6 cm de haut, on peut lire le texte suivant :

Moi, Marios Tyrannos, je disqualifie Sémakos. (D.R. Jordan &. A.J.S. Spawforth, “A New Document from the Isthmian Games”, Hesperia, 51, 1982, p. 65 (65-68)).

La tablette, retrouvée au fond d’un réservoir d’eau du sanctuaire, n’aurait sans doute jamais dû être conservée mais martelée avant réemploi ou détruite. La responsabilité de la sélection est endossée collectivement par le collège de juges responsables, et le secret des décisions est indispensable au bon fonctionnement de la procédure. Le processus de sélection, moment de grande tension, est pris très au sérieux et peut faire l’objet de tentatives de pressions. Pour cette raison, dans certains concours, la sélection est réalisée à l’abri des regards, dans des chambres de sélection, dans lesquelles les magistrats font défiler les athlètes, un par un, avant de rendre leur verdict.

Mais tous les concours ne sont pas logés à la même enseigne. Certains ont une politique d’admission beaucoup plus restrictive que d’autres, gage d’un niveau plus relevé de la compétition et d’un spectacle plus attrayant. Au IVe siècle apr. J.-C., l’érudit Libanios oppose ainsi les concours les plus prestigieux (Olympia et Pythia) à ceux dans lesquels des athlètes en grand nombre sont admis, au point de contraindre à allonger la durée de la compétition :

On peut voir la même chose dans ce qui se passe pour les athlètes : le héraut introduit les uns par son cri et exclut les autres par son silence. Une épreuve de sélection à laquelle on les a soumis en décide. Pourtant ils seraient plus nombreux s’il n’y avait pas d’examen, mais alors le pire se trouverait mêlé au meilleur. Ici le moins est donc préférable au plus. Et les Éléens le savent bien, eux qui se glorifient de n’admettre au combat que sept athlètes au plus. Il en est de même à Delphes. Chez d’autres, il est vrai, on a des troupeaux entiers d’athlètes, qui exigent une deuxième journée pour le concours. Mais la renommée de ces concours n’est pas comparable, et personne n’aurait l’impudence de prétendre qu’à cause du nombre des athlètes ils doivent passer avant ceux qui en emploient très peu.

(Sur le plèthre, XXXI-XXXII, trad. modifiée de J. Martin)

L’appréciation de Libanios est confirmée par les indications conservées, au fil de l’Antiquité, d’effectifs d’athlètes engagés dans une compétition donnée. En la matière, concours panhelléniques et concours locaux ne sont pas à la même enseigne. Dans les sports de combat comme au pentathlon, les athlètes admis à concourir lors des concours majeurs se comptent le plus souvent sur les doigts d’une main. Ils peuvent être un peu plus nombreux dans les épreuves de course, en raison des spécificités de ces dernières : d’une part, elles peuvent fonctionner avec des séries, qui permettent de laisser concourir davantage de concurrents sans allonger significativement la durée du concours ; d’autre part, l’absence de dommages physiques encourus dans les courses permet à des athlètes moins expérimentés de tenter leur chance sans conséquence dramatique. Toutes disciplines confondues, la situation est sensiblement différente dans les concours mineurs, où plusieurs dizaines d’athlètes peuvent être admis à concourir dans une même épreuve. Une inscription de Xanthos relative à un concours d’époque impériale fait ainsi état des neuf tours de l’épreuve de lutte pour hommes, ce qui implique un minimum de 257 et un maximum de 512 lutteurs inscrits à la compétition.

La sélection des magistrats, quand elle existe, est complétée par un deuxième filtre : chaque athlète, soucieux de protéger son capital corporel – en particulier dans les sports de combat –, évalue ses chances de remporter la victoire, en fonction de ce qu’il sait du niveau des autres athlètes admis à concourir, selon qu’il les a déjà affrontés, les a vus concourir, a entendu parler de leurs exploits, ou constaté leur puissance physique lors des entraînements préliminaires ou au moment du tirage au sort. Une inscription d’Antioche de Pisidie en l’honneur du lutteur Tibérius Klaudius Marcianus, évoque comment, simplement en se déshabillant, il a provoqué l’abandon de ses adversaires. Le moment du tirage au sort – ou plutôt des tirages au sort successifs, puisqu’il y en a un à chaque tour dans les sports de combat – est souvent déterminant.

Quand l’ensemble des adversaires potentiels d’un athlète abandonne avant de l’affronter, la victoire de ce dernier est dite akoniti, « sans poussière », c’est-à-dire sans avoir eu à fouler la terre battue du stade. Nec plus ultra, de telles victoires, qui témoignent de la reconnaissance, par les principaux concurrents d’un athlète, de son incontestable supériorité, sont régulièrement mentionnées dans les palmarès. Ce type de victoire est suffisamment fréquent pour avoir engendré des usages métaphoriques. Ainsi, en contexte judiciaire, Eschine évoque, dans le plaidoyer Contre Timarque, la reculade de Pittalacos dans son procès contre Hégésandros, et le fait que ce dernier, dès lors, triomphe akoniti. De même, en contexte guerrier, Photios évoque ces barbares qui, certains de la terreur qu’ils inspirent, pensent qu’ils vaincront sans combattre :

Les barbares avaient mis tant d’orgueil dans leurs préparatifs et dans leurs actes qu’ils croyaient qu’il leur suffirait de se montrer ; ils pensaient, en effet, que, comme dans les concours, tous renonceraient d’emblée et se rendraient sans poussière (akoniti).

Photios, Bibliothèque, cod. 246 (502a) (trad. modifiée de R. Henry)

On le comprend, l’absence de sélection nationale n’est donc pas synonyme de fonctionnement ouvert : la procédure d’admission par les magistrats organisateurs des concours, complétée par l’appréciation par les athlètes de leurs chances de l’emporter constituent des filtres efficaces. Mais un tel système ne va pas sans erreur et, ainsi que le rappelle cruellement Épictète, « l’homme qui est entré sans réflexion (dans un concours) devra se faire rosser mais, avant d’être rossé, il aura souffert la soif, la chaleur, avalé quantité de poussière ». En dépit des efforts des athlètes pour ne pas s’engager inconsidérément dans un concours perdu d’avance, ils ont été nombreux à quitter le stade, vaincus, fourbus, meurtris dans leur chair autant que piétinés dans leur ego.

Jean-Manuel Roubineau,

Maître de conférence en Histoire ancienne – Université Rennes 2


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Manuel Roubineau (12 juin 2024). Être admis à concourir. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11svl


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search