Habitats ruraux et ensemble funéraires à l’époque gallo-romaine, en Gaule septentrionale

Date boutoir. Dimanche 30 juin 2024

Lydie Blondiau (Inrap), Pierre-Yves Groch(Inrap) et Frédérique Blaiziot (Université de Lille) lancent un appel à communication sur le thème des habitats ruraux et ensemble funéraires à l’époque gallo-romaine, en Gaule septentrionale.

Rares sont les ouvrages archéologiques abordant la relation entre les sépultures et les habitats ruraux à l’époque romaine. Depuis le colloque AGER instigué par A. Ferdière en 1992 « Monde des morts, monde des vivants », le sujet a en effet été peu traité, sinon ponctuellement à l’occasion d’articles monographiques, ou dans le cadre de synthèses dont ce n’est pas l’unique questionnement (par exemple : Monteil 2004 ; Blaizot dir. 2009). Pour la partie septentrionale des Gaules, les opérations archéologiques conduites ces dernières années dans le cadre de l’archéologie préventive permettent de reposer la question à la lumière de nouvelles données.

Les exemples d’ensemble funéraires associées à des habitats ruraux laténiens sont aujourd’hui légion et constituent, pour les protohistoriens, une source de données régulièrement renouvelée et enrichie, ouvrant à des travaux de synthèse sur la question. De même, le phénomène d’agrégation des sépultures autour des sanctuaires qui accompagne la christianisation ne fait pas mystère. Mais entre deux, le monde gallo-romain fait preuve d’une pusillanimité sur ce sujet à laquelle il ne nous a guère habitué.

Si la loi des Douze tables, rédigée au milieu du Ve s. av. J.-C., nous informe explicitement de la situation des sépultures en contexte urbain, à savoir en dehors de l’espace sacré délimité par le pomerium, le monde rural pâtit du silence des textes. En archéologie, force est de constater que dès lors que l’on s’éloigne des agglomérations, les données se font rares : les sites d’habitats à caractère ruraux d’époque impériale fouillés avec leur ensemble funéraire font figure d’exception.

L’une des causes évidentes à cet état de fait est la forte distance que les gallo-romains mettent entre leurs lieux d’habitation et leurs morts : beaucoup de surfaces diagnostiquées par l’archéologie préventive deviennent, vues par ce prisme, trop faibles pour espérer accrocher lieux de vie et lieux funéraires de repos. Et lorsque les projets concernent des aires plus vastes, chaque archéologue sait qu’un ensemble funéraire entier peut se cacher entre deux tranchées de diagnostic. Un autre écueil, et non des moindres, résulte de la difficulté qui est la nôtre de déterminer les limites des domaines ruraux, leur statut et leurs interrelations.

De fait, monde des vivants et monde des morts ne sont souvent abordés que de façon disjointe dans la ruralité gallo-romaine. Les fouilles d’ensembles funéraires donnent lieu à des études archéothanatologiques portant sur les pratiques et coutumes, et abordant parfois la sociologie des défunts, sans vraiment les replacer dans leur cadre de vie. À l’opposé, l’étude des habitats se focalise souvent sur des problématiques typologiques, paysagères, évolutives et n’aborde leurs occupants successifs que par le palimpseste imparfait de la culture matérielle. Ce constat établi, a germée l’idée d’une journée d’étude au cours de laquelle seraient exposés les résultats de fouilles archéologiques récentes, ou de travaux de synthèse, dont les sujets ont pu rétablir la complémentarité entre les deux domaines.

La présentation des sites pourra adopter différentes approches : l’existence de passerelles entre culture funéraire gallo-romaine et habitudes domestiques, les choix d’implantation privilégiée d’installation des ensembles funéraires ruraux… Par ailleurs, sachant que les occupations romaines sont rarement crées ex-nihilo, mais dérivent souvent de sites d’origine laténienne comportant habitat et aire funéraire, il nous paraît intéressant de tenter de s’interroger sur les mécanismes présidant au déplacement de cette dernière. Ces suggestions d’approches ne doivent pour autant pas décourager l’exposition de sites joignant habitat et pôle funéraire mais pour lesquels des réponses à ces interrogations n’auraient pas été obtenues : ils pourront nourrir les travaux de réflexion et de synthèse de la journée.

Comité d’organisation :

Lydie Blondiau, INRAP, Pierre-Yves Groch, Inrap, Frédérique Blaiziot, Université de Lille.

Les propositions doivent être envoyées avant le 30 juin 2024 à l’adresse : lydie.blondiau@inrap.fr

avec les éléments suivants :

  • NOM, prénom, adresse mail
  • Affiliations institutionnelles
  • Titre de la communication (provisoire)
  • Résumé de 300 à 500 mots

Les propositions seront examinées et sélectionnées par le comité scientifique. Les réponses seront transmises avant la fin du mois de septembre 2024.

Le colloque donnera lieu à une publication.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (18 juin 2024). Habitats ruraux et ensemble funéraires à l’époque gallo-romaine, en Gaule septentrionale. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ueg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search