Le stade

De tous les termes du vocabulaire sportif que l’Antiquité nous a légués, celui de stade reste, sans doute, avec ceux d’athlète et de gymnase, le plus connu et le plus employé. Mais s’il désigne aujourd’hui uniquement une enceinte destinée au spectacle sportif, son extension est plus large dans le monde grec ancien. Il peut alors s’appliquer non seulement au cadre de déroulement des concours gymniques, mais aussi à une distance ou encore à une course sur ladite distance. L’ordre d’apparition des différents sens du terme a fait l’objet de débats que l’étymologie peut aider à trancher. Le terme de stadion pourrait venir du verbe histêmi, qui désigne notamment le fait de se tenir debout, le stade étant dès lors « le lieu où l’on se tient (pour regarder la compétition) ». Si une telle origine est avérée, stadion a sans doute servi initialement à désigner l’aire depuis laquelle les spectateurs regardaient le spectacle, avant de désigner également l’épreuve de course regardée puis la longueur de la course en question, et enfin le lieu combinant la zone réservée aux spectateurs et celle réservée aux concurrents.

C’est la présence d’un talus, naturel ou artificiel, depuis lequel les spectateurs peuvent regarder plus confortablement les concurrents, qui fait stade. Mais l’aspect matériel des stades a évolué au fil des siècles : les gradins, initialement d’un confort très rudimentaire, ont été, par la suite, de plus en plus fréquemment habillés d’assises en bois ou en pierre. Les plus anciennes traces matérielles de talus ont été trouvées à Olympie et Isthmia. Elles datent du milieu du VIe siècle av. J.-C. Sur le site d’Olympie, a ainsi été conservée une section d’un mur de soutien du talus situé en bordure sud du premier stade, de 7,5 mètres de long sur 2,57 mètres de haut. Les autorités d’Olympie ont procédé, par la suite, à deux déplacements du stade. Le stade III, le dernier jamais construit, à la fin du ve siècle av. J.-C., est ainsi situé 10 mètres plus au Nord et 75 mètres plus à l’Est que le stade originel. Si les premiers stades sont rectangulaires, à l’exemple d’Olympie, ils sont fréquemment dotés, par la suite, d’une ou deux extrémités convexes, comme en témoignent les fouilles et prospections des différents stades antiques localisés, comme en témoigne également, de manière anecdotique, la seule maquette antique de stade parvenue jusqu’à nous. Trouvée dans la villa Adriana, à Tivoli, elle date du IIe siècle ap. J.-C. Il s’agissait sans doute d’un projet de construction d’un stade à un hémicycle. En marbre, de grande taille (173 cm de long, 90 cm de large), la maquette montre ainsi un stade doté d’une extrémité convexe, et de cinq rangées de gradins, avec des escaliers d’accès placés à intervalles réguliers.

Maquette de stade de la villa Adriana – Marbre. Hauteur : 5 cm / Longueur 173 cm / Largeur 90 cm Tivoli, Musée didactique de la villa Adriana, 4714a et 4714b

Les plus grands des stades peuvent accueillir plusieurs dizaines de milliers de spectateurs, à l’exemple du stade d’Aphrodisias, en Asie Mineure. Érigé au Ier siècle apr. J.-C., il est en mesure d’accueillir, sur ses trente niveaux de gradins, quelque trente-mille spectateurs, à raison de places de 50 cm de large.

Du fait de la variation des unités de mesure d’une cité à l’autre – chaque cité définit de manière souveraine son système de mesure et donc son pied et son stade de référence – , la course de stade a une longueur variable d’un concours à l’autre : à Olympie les coureurs s’affrontent sur une distance parmi les plus longues, dépassant légèrement 192 mètres (mesure connue grâce à la conservation des lignes de départ et d’arrivée).

stade d’Olympie (Jean-Manuel Roubineau)

L’épreuve de stade, la plus anciennement inscrite au programme des concours olympiques, est également intégrée, de manière précoce, au programme de la plupart des compétitions, à l’exemple des Grandes Panathénées d’Athènes : en témoigne ainsi une amphore panathénaïque datée du milieu du vie siècle, sur laquelle a été peinte une scène de course accompagnée de la légende suivante : « de la course de stade pour hommes ». Quelques décennies plus tard, surgissent les premières attestations du terme stadion et de ses dérivés dans la documentation poétique : ainsi, les poètes Simonide, Bacchylide ou Pindare font référence à l’enceinte du stade, à la course de stade ou encore aux « coureurs de stade » (stadiodromoi). Mais c’est à Hérodote que l’on doit d’avoir transmis la première définition parvenue jusqu’à nous du stade comme unité de longueur équivalent à 6 plèthres, 100 orgyes ou 600 pieds.

Durant toute l’Antiquité, la course de stade constitue l’épreuve reine des concours. Elle partage, avec la lutte, la particularité de figurer sous deux formes dans le programme des concours : d’une part, comme discipline isolée, d’autre part, comme discipline du pentathlon. Épreuve courte, intense, immédiatement intelligible même pour un spectateur peu versé dans le sport, elle suscite un engouement durable et occupe, dans l’imaginaire athlétique antique, une place équivalente de celle de la course de 100 m dans l’athlétisme moderne. Elle constitue le cadre de démonstration privilégié d’une des principales qualités attendues des athlètes : la vélocité. Et le philosophe Xénophane de Colophon n’hésite pas à décrire la vitesse à la course comme « la plus estimée de toutes les démonstrations de la force masculine dans les concours ». Certains champions sont entrés dans la légende pour leur capacité, alléguée, à rivaliser à la course avec les plus rapides des animaux. Ainsi, Polymnestor de Milet, vainqueur à la course de stade pour enfants lors de la quarante-sixième olympiade – et cité à ce titre par Eusèbe de Césarée –, était réputé être si rapide qu’il était « parvenu à attraper un lièvre dans la prairie ».

Le vainqueur olympique à la course de stade donne son nom à l’olympiade. Il est le seul à être systématiquement cité après le numéro de ladite olympiade dans les listes d’olympioniques. En raison de son ancienneté même, l’épreuve de stade est impliquée dans certaines des légendes racontant les origines prétendues de la nudité athlétique. Le voyageur Pausanias, au IIe siècle apr. J.-C., raconte ainsi qu’Orsippos de Mégare « fut le premier à Olympie à courir nu la course de stade et remporta la victoire », et que « c’est à dessein qu’il se débarrassa de son caleçon, car il savait qu’il est plus aisé de courir quand on est nu que lorsqu’on a un caleçon ». Mais une telle tenue, pour autant que les bénéfices qu’elle apporte en termes de performance soient avérés, ne suffit pas à elle seule à garantir la rapidité et, sur les gradins des stades, les moqueries et les sarcasmes sont adressés, avec la plus grande énergie, à ceux des athlètes les moins véloces. En écho à cette cruauté, constitutive du microcosme qu’est chaque stade, le poète Lucillius s’est plu à mettre en scène, dans celles de ses épigrammes satiriques consacrées aux athlètes, des figures de coureurs peu talentueux, à l’exemple d’Érasistratos :

Hier, le coureur au stade Érasistratos, alors que la grande terre ébranlait tout, elle n’a pu le faire remuer, lui seul !

(Anthologie Palatine, XI, 83, traduction Louis Robert)

Même un tremblement de terre n’est pas parvenu à faire décoller du sol les pieds de cet athlète aussi imaginaire qu’atypique, véritable statue humaine, inerte comme la pierre, plus immobile même que les spectateurs assis sur les gradins, rappelant combien la course de stade est, d’abord et avant tout, la célébration épurée des principes de l’effort et du mouvement.

Jean-Manuel Roubineau,

Maître de conférence en Histoire ancienne – Université Rennes 2


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Manuel Roubineau (19 juin 2024). Le stade. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11unc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search