L’Histoire de Rome comme si vous y étiez !

Boqueho (V.), L’Histoire de Rome comme si vous y étiez !. – Paris : Albin Michel, 2024. – 384p. – ISBN : 9782200635923

Crédit image. Première de couverture – Armand Colin

À quoi bon un nouveau livre d’histoire romaine ? Que dire de neuf concernant des événements connus depuis des siècles ? Telles sont les remarques que s’attirent parfois les antiquisants de la part de leur entourage… et c’est bien un questionnement de ce type que pourrait susciter l’ouvrage ici recensé, n’étaient les cinq derniers mots du titre : comme si vous y étiez ! À l’instar des autres volumes de la collection, dus au même auteur (L’Histoire de France, L’Histoire de l’Égypte, L’Histoire des Vikings), L’Histoire de Rome a ceci d’original que dans chaque chapitre, V. Boqueho s’adresse à son lecteur en lui prêtant l’identité d’un contemporain des événements, lequel contemporain peut avoir ou non laissé son propre nom dans l’histoire : agriculteur, colon, légionnaire, sénateur, mais aussi Tarquin l’Ancien, Polybe, Agrippine la Jeune ou Aetius. L’on retrouve là le procédé des « Livres dont vous êtes le héros », familier à ceux qui, tels V. Boqueho et l’auteur de ces lignes, sont nés dans les années 1970 – et, comme dans ces ouvrages, votre propre mort vous est quelquefois soudainement signifiée (p. 65, 206, 252…) ! Toutefois, le récit est ici strictement linéaire et chronologique, puisque l’on ne peut plus modifier le passé. Dans une série de courtes sections, l’auteur retrace la naissance, l’expansion puis le déclin de Rome, de ses origines à la déposition de Romulus Augustule par Odoacre, en adoptant un ton percutant ; chacun des quatre chapitres (I. Époque archaïque [750-264 av. J.-C.] ; II. L’apogée de la République [264-27 av. J.-C.] ; III. Le Haut Empire [27 av. J.-C.-274 ap. J.-C.] ; IV. Le Bas Empire [274-476]) s’ouvre par une carte sommaire mais commode ; en revanche l’auteur ne fournit pas de bibliographie.

Cet ouvrage se destine en priorité à des lecteurs peu au fait de l’histoire romaine ou simplement désireux de se rafraîchir agréablement la mémoire. Pour eux assurément le ton léger, les formules frappantes, le suspens lié au destin de personnages anonymes ou même d’individus censément illustres mais en réalité mal connus soutiennent puissamment l’intérêt, comme j’ai pu m’en persuader en feuilletant L’Histoire des Vikings comme si vous étiez !, peuple dont je ne savais pas grand-chose (il m’était difficile de faire cette expérience aussi candidement pour l’histoire romaine). Le néophyte suit avec facilité le déroulement des faits, leurs origines et leurs conséquences ; des rappels ponctuels d’un chapitre à l’autre permettent de se remémorer tel ou tel épisode ou, mieux encore, de le voir sous un autre angle (celui d’un Romain puis d’un Wisigoth, par exemple)… Même un phénomène aussi complexe que l’inflation est expliqué de façon concise et accessible (p. 264-266). Fatalement, l’auteur doit sacrifier des nuances (Néron et Domitien ne bénéficient guère d’indulgence) et choisir une version unique (ainsi Brutus serait le fils biologique de Jules César, Britannicus aurait été assassiné – l’auteur parle même, mais c’est là excessif, d’une « exécution » [p. 205]) ; on ne saurait cependant lui en faire grief compte tenu de la brièveté de l’ouvrage.

Bref, à cet égard et dans ces limites, le livre constitue une belle réussite qu’il convient de saluer. Néanmoins, quitte à passer pour un universitaire par trop vétilleux, j’aimerais émettre cinq légères réserves :

a) le volume contient quelques erreurs historiques[1], de même que des incohérences[2]: tout cela sera facile à corriger en cas de nouvelle édition ;

b) des expressions ou des notions semblent employées de façon anachronique, et, qui pis est, difficilement intelligible, en étant par exemple empruntées à l’univers des religions monothéistes sans raison valable : peut-on vraiment dire qu’avec la prise de Véies, « on entre déjà dans une conception urbi et orbi de la République romaine » (p. 43) ? Pourquoi écrire que lorsque Pompée est mis à mort sur ordre de Ptolémée, il est « lâchement décapité comme un vulgaire mécréant » (?! p. 160) ? Après sa mort, Jules César serait devenu « un messie providentiel » (p. 188) ; une fois éliminé, Domitien n’est pas voué par le Sénat à la « damnation éternelle », mais à la damnatio memoriae, ce qui n’a rien à voir (p. 220) ; pourquoi appeler « fils prodigue » l’enfant d’Athaulf et Galla Placidia, assassiné alors qu’il est tout bébé (p. 339) ?

c) sur le plan formel, sans parler de menues coquilles[3] ou incorrections[4], qui trahissent parfois un manque de familiarité avec la langue latine[5], l’on peut douter de l’opportunité de recourir à un registre si relâché : quel est le bénéfice d’écrire « rigoler » au lieu de « rire » (p. 44 et ailleurs), « en avoir marre » (p. 138) au lieu d’« en avoir assez », etc. ? De la même façon certaines plaisanteries ont leur place pendant une séance de cours, mais est-il bienvenu de déclarer, pour décrire leur montée en puissance, que « Les Romains ont manifestement mangé des épinards » (p. 59) ?

d) comme dans « Les livres dont vous êtes le héros » que nous évoquions ci-dessus, le narrateur a cette particularité de partager le code de valeurs du personnage auquel il s’adresse, mais aussi d’être omniscient. Il en résulte des passages qui peuvent déconcerter aujourd’hui dans un ouvrage historique, où les ennemis de Rome à l’époque de la République ou du Haut-Empire sont souvent dénoncés comme des êtres lâches, odieux, vils[6]… Cela dit le lecteur saura sans doute faire la part des choses et, comme nous l’avons dit, c’est occasionnellement le point de vue d’étrangers et/ou d’ennemis qui est fourni.

e) le parti pris d’organiser de brefs chapitres essentiellement narratifs laisse certes une place restreinte à la réflexion sur la causalité, mais il reste dommage d’avoir ressuscité le Leitmotiv de la « décadence » morale et politique de Rome. Le terme apparaît tôt dans le volume, est presque martelé et semble parfois érigé en élément explicatif principal, en phénomène si puissant qu’il induit une forme de déterminisme, comme l’illustre la phrase suivante : « La décadence romaine est bel et bien engagée, et plus rien ni personne ne pourra dorénavant l’arrêter » (p. 241).

C’est en toute humilité que nous soumettons ces observations à l’auteur, qui a réussi le tour de force de rendre accessibles et passionnants quelque mille ans d’histoire en moins de quatre cents pages. Le curieux de tout âge y trouvera son compte (il n’est que de voir les appréciations élogieuses déposées sur l’internet par les lecteurs des précédentes publications de V. Boqueho) et incontestablement, tous les moyens sont bons pour diffuser la connaissance d’une histoire ancienne si souvent méconnue.

Guillaume Flamerie de Lachapelle,

Maître de conférences en langue et littérature latines – U.M.R Ausonius

[1] Entre autres p. 73 : le siège de Numance s’achève en 133 av. J.-C. et non en 131 ; p. 85 : opérant un lien entre « des sacrifices humains » et le premier semblant d’un « suicide collectif », l’auteur semble négliger qu’il n’y eut que quatre victimes en 216 av. J.-C., et qu’aucune n’était romaine ; p. 102 : un simple soldat et ses compagnons ne peuvent consulter les augures avant une ronde ; p. 143 : le prénom de Pompée le Grand est « Cnaeus » et non « Caius » ; p. 168-169 : Octave n’était pas à Rome au moment de l’assassinat de Jules César et n’a donc pu y exciter la foule contre Brutus ; p. 178 : il est trompeur de dire que « Caius Octavius » est traduit tantôt par « Octave », tantôt par « Octavien », ce second appellatif correspond à Octavianus qui est théoriquement celui du jeune homme après l’adoption par Jules César, même si en pratique il ne semble pas l’avoir employé ; p. 185 : la révolte de Zénobie prend fin non en 223, mais cinq décennies plus tard ; p. 187 : il est erroné de dire que grâce à Auguste et aux poètes qu’il patronne, le grec est rejeté « dans la catégorie des vieilleries primitives » alors que tous les enfants de bonne famille continuent à être nourris d’Homère ; p. 208-209 : le successeur d’Othon se nomme Vitellius et non Vitellus ; p. 339 : Athaulf n’a pas été assassiné en même temps que son fils Théodose, mais un peu après.

[2] Hésitation entre les graphies « Gaius » (p. 85) et « Caius » (presque partout ailleurs) ; pourquoi écrire, à propos des nombreux enfants appelés Publius chez les Cornelii Scipiones : « Dans la famille, il y a clairement un manque d’imagination au niveau des prénoms » (p. 81) avant de donner une raison plus convaincante à propos des Gaius de la famille Iulia (p. 151) ? À la p. 167, Brutus le césaricide est d’abord présenté comme le descendant de celui qui chassa Tarquin le Superbe, puis la dernière ligne du même paragraphe indique que « rien ne [le] prouve ».

[3] P. 80 : lire « Apollonie » (un « p » et deux « l », et non l’inverse) ; p. 86, « un des plus grands massacres qu’on ait jamais vus » ; p. 87 : « Quoi qu’on en dise » ; p. 135 : « la tournure qu’ont prise les choses » ; p. 188 : lire « quatre-vingts » ; p. 223 : « dans l’une des villes qui l’ont vu naître », etc.

[4] Au lieu de « suintant » il aurait fallu « suant sous l’effort » (p. 53) ; emploi fautif par anglicisme du verbe « confronter » là où le français aurait voulu « affronter » (p. 83) ; à « au final » on préférera « finalement » ou « au total » (p. 147) ; au lieu de « plein d’autres » il faut écrire « beaucoup d’autres » (p. 149) ; « suite à » doit être remplacé par « à la suite de » (p. 157) ; « initier » est employé à tort au sens de « lancer, mettre en mouvement » (p. 171) ; ce n’est pas un chien mais un âne qu’on dresse « à la carotte et au bâton » (p. 198).

[5] P. 25-26 : « le Cloaca maxima », alors que le nom est féminin ; p. 112 : on ne peut écrire « un hastati » (soit un hastatus, soit des hastati).

[6] Quelques exemples parmi beaucoup d’autres aux p. 145 : « un roi qui s’est lâchement enfui » (Mithridate) ; p. 156 : « une vermine » (Vercingétorix).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Guillaume Flamerie de Lachapelle (24 juin 2024). L’Histoire de Rome comme si vous y étiez ! Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vjd


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search