Le palais d’Ulysse

North (C.), Le palais d’Ulysse. – Paris : éditions Hauteville, 2024. – 512 p. – ISBN :  978-2-38122-679-8

Crédit image. Première de couverture – Hauteville éditions

Ce roman est au centre d’une trilogie intitulée Le chant des déesses, dont le premier élément est intitulé Pénélope, Reine d’Ithaque ; le dernier, The Last Song of Penelope, n’est pas encore traduit en français.

Il s’agit d’une réécriture de l’Odyssée du point de vue des femmes. Dans un entretien avec Sébastien Omont (4 /12/ 2023) qu’on peut lire sur internet, l’autrice s’explique en détail sur les choix qui ont été les siens. Elle insiste d’abord sur son engagement féministe : « Que l’égalité des genres soit reconnue ». De fait, le personnage central de la trilogie, Pénélope, n’est pas la figure désemparée et inondée de larmes qu’une certaine tradition a voulu retenir : de ce point de vue elle est proche de l’admirable reine et régente évoquée par Homère, fidèle certes, mais aussi supérieurement intelligente, voire aussi futée que son mari « aux mille ruses ». L’héroïne de C. North est capable de penser la « géopolitique ». Mais la Reine n’est pas la seule femme remarquable de ces aventures en Ithaque : l’île, longtemps privée d’hommes en âge de se battre, est défendue par des guerrières dignes des Amazones et un réseau d’espionnes.

Le problème qui se pose est celui du genre (littéraire). On est tenté de voir dans le Palais d’Ulysse une sorte de roman historique. Mais quelle est la référence ? Le « monde homérique » n’a jamais existé : c’est déjà une construction poétique. D’après le propos de l’autrice, elle aurait situé ses aventures dans « le monde mycénien » – or l’Ithaque qu’elle évoque, privée d’administration, de scribes, d’écriture, ne rappelle en rien la civilisation mycénienne. Cela dit, Claire North ne se prend pas pour une érudite, ni pour une spécialiste de l’Antiquité grecque ; c’est une romancière et personne ne lui reprochera telle ou telle erreur historique, comme ces cavalcades à travers l’île, pourtant peu faite pour les chevaux d’après l’Odyssée, dans un monde homérique où (presque) personne ne monte à cheval. La vie quotidienne à Ithaque est représentée de façon « réaliste », loin de toute idéalisation héroïque : en un sens, l’Odyssée était déjà engagée sur ce chemin. Mais l’autrice n’a pas su utiliser le « matériel » que proposait le texte homérique, comme le chien sur le fumier, la porcherie d’Eumée ou la ferme de Laërte, beaucoup plus pittoresque chez Homère que chez Claire North.

Comme dans la plupart des romans historiques, l’anachronisme menace à tout moment, parfois de façon gênante : « Électre n’interrompt pas ses prières […] elle reste au bord de l’eau, les mains jointes… » (p. 294) Cette héroïne semble déjà bien chrétienne…

On regrette surtout que certains personnages soient réduits à des clichés qui ne sont guère justifiés par le texte homérique. Ainsi Hélène « trop belle pour être intelligente » d’après Claire North, est présentée comme une sosotte bavarde, insensible et stupide : le chant IV de l’Odyssée en donne une tout autre image. La réécriture aboutit, nous semble-t-il, à un appauvrissement.

Cependant, l’autrice revendique son appartenance à la fantasy, ce qui me paraît à l’opposé du réalisme. De fait, les dieux n’interviennent guère dans le récit. Quelques passages du Palais d’Ulysse évoquent la présence d’Athéna sous forme de chouette, et surtout les cris des Érinyes qui poursuivent Oreste. Mais ces moments où le merveilleux commence à fonctionner sont rares. Claire North raconte, dans son entretien avec S. Omont, que son éditeur lui a rappelé qu’il publiait de la fantasy et que ses œuvres manquaient singulièrement de surnaturel. Elle a trouvé une solution inattendue et qui peut passer pour amusante : le récit du premier volume est confié à Héra, celui du Palais d’Ulysse à Aphrodite, celui du dernier livre à Athéna. Pour ma part, ce choix me paraît contestable. Certaines remarques de la déesse de l’amour sont plaisantes, mais elles créent une distance ironique fatale au pathétique de la situation.

Si l’on ajoute à ce bilan un nombre de pages excessif et une traduction qui n’arrange rien, on comprendra que je ne recommande guère la lecture de cette œuvre, qui semble pourtant plaire à son public.

 Il est vrai que ce type de réécriture féministe des mythes grecs est dans l’air du temps. Ces œuvres sont, à mon avis, fondamentalement condamnées à l’anachronisme le plus grave, parce que les femmes de l’Antiquité, et particulièrement celles de l’époque mycénienne ou du haut-archaïsme, ne pensaient pas, ne vivaient pas, ne ressentaient pas comme les femmes d’aujourd’hui. Cette distance, bien plus grande sans doute qu’avec l’époque impériale Romaine, par exemple, rend l’exercice du roman historique « réaliste » très difficile, voire impossible. Par exception, les romans de Pat Barker, Le silence des vaincues (2020) ou Les exilées de Troie (2022), me paraissent très supérieurs : les souffrances et la résilience de ces femmes sont évoquées de façon crédible et émouvante.

Cela dit, une œuvre de type fantasy est par nature plus libre, plus à même de continuer le mythe de façon critique-créative.

 Je suis du reste étonné qu’on choisisse l’Odyssée pour ce genre de relecture féministe des mythes grecs : c’est une épopée qui fait la part si belle aux héroïnes et aux déesses qu’on l’a imaginée écrite par une femme (S. Butler, The Authoress of the Odyssey, 1897) ; on y rencontre une série d’héroïnes ou de divinités féminines inoubliables : la déesse Athéna et les nymphes d’Ithaque qui protègent le héros ; Nausicaa, si charmante et si fine ; Circé, si belle et fascinante ; on y entend Calypsô – une féministe, pour le coup ! – mettre en cause l’injustice faite aux déesses éprises de mortels ; on admire l’astuce d’Hélène qui raconte à sa façon la fin de Troie ; on chante aux Enfers les Dames du Temps jadis, et pour finir, la gloire (kléos) immortelle de Pénélope, héroïne d’une « Pénélopide » – le Poète lui-même avait sans doute rêvé d’en écrire sa version :

Quel caractère honnête, celui de l’irréprochable Pénélope !

[…] Ainsi ne périra jamais la gloire

de sa vertu ; et les Immortels, en l’honneur de la très sage Pénélope, 

composeront un chant qui charmera les humains sur la terre ! »

Odyssée, XXIV 192-198 (trad. pers.)

Pierre Sauzeau,

Professeur émérite – Université Paul Valéry


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Sauzeau (17 juin 2024). Le palais d’Ulysse. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v1w


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search