Valorisation : à propos de la chaîne « C’est une autre histoire ». Entretien avec Manon Bril

La plate-forme Youtube constitue un exemple d’espace possible pour raconter l’histoire. La chaîne « C’est une autre histoire » propose des vidéos au format court. Elle est animée par Manon Bril, doctorante en histoire à l’Université de Toulouse-2-Jean Jaurès, qui s’intéresse, dans le cadre de sa thèse, à la mythologie et de lecture de l’image.

Reainfo : Comment est née l’idée d’une chaîne YouTube consacrée à l’histoire ancienne ?

Manon Bril : Alors déjà, elle n’est pas exclusivement consacrée à l’histoire ancienne. Ce n’est qu’une petite partie des formats, puisque je suis spécialiste de la réception. Je m’intéresse aussi à d’autres périodes. Sinon, j’ai eu l’envie de me lancer dans la vulgarisation après avoir participé au concours Ma Thèse en 180 secondes en 2015. L’expérience m’avait beaucoup plu. Et puis, nous avons fait une petite vidéo sur Toulouse, avec un ami, qui a fait le buzz sur Vimeo en juin 2015. De là est née l’idée de créer une chaîne YouTube qui pourrait combiner à la fois l’expérience de la vulgarisation et celle de la vidéo.

Reainfo : Quel est l’objectif de ces vidéos et à quel public s’adressent-elles ?

Manon Bril : Le public visé est un public de non spécialistes. Le but est d’essayer de réconcilier certaines personnes avec l’histoire, en leur montrant que ce n’est pas élitiste ou poussiéreux.

Reainfo : Comment se fait le choix d’un sujet traité ? La volonté de lisibilité influence-t-elle le choix de sujets ?

Manon Bril : Je choisis les sujets en fonction de mes envies. Mais on peut tout vulgariser, même ce qui est très austère ; c’est aussi le défi. Je regarde aussi les suggestions que me fait la communauté.

Reainfo : Comment se construit un discours de vulgarisation scientifique ? Que permet la vidéo en cette matière ?

Manon Bril : Il faut en premier lieu réfléchir à qui on s’adresse. Il y a plein de cibles possibles, en fonction des pré-requis, de l’âge, etc. Il faut ensuite adapter son discours, la durée du format, etc., à ce critère. En général, il faut prendre le temps de tout expliquer, faire parfois des choix, éventuellement ne pas tout traiter dans la même vidéo. La vidéo permet d’apporter des illustrations, tout comme en conférence, mais surtout de jouer sur le rythme par le montage.

Reainfo : Divertir et instruire. Comment proposer un savant dosage entre ces deux notions pour fournir une information de qualité ?

Manon Bril : J’utilise beaucoup l’humour, car je pense qu’il est un excellent moyen pour apprendre. Les gens se rappellent de la blague. Et pour pouvoir la réexpliquer, il faut retrouver le contenu. Après, chacun a son sens de l’humour et on ne peut pas plaire à tout le monde. Le mien est assez potache. Pour ma part, le dosage est très instinctif ; je ne sais pas s’il est toujours réussi.

Reainfo : Les vidéos sont tournées en contexte urbain. Est-ce une façon de désacraliser le cours magistral en amphi ? Une référence à la pop-culture ?

Manon Bril : C’est en premier parce que je trouve ça beau, et que je ne voulais surtout pas une énième vidéo devant la bibliothèque, avec un « décor d’historien » avec moulage en plâtre et autre vieux globe. Par contre, on est loin du cours magistral, dans le format déjà, ça c’est sûr.

Reainfo : Le ton utilisé est humoristique et décalé. Cette présentation du récit historique permet-elle de « conquérir » de nouveaux publics ou est-ce le support de la vidéo qui permet un nouveau point de contact ?

Manon Bril : Les deux probablement !

Reainfo : Les vidéos de vulgarisation scientifique se sont popularisées sur Internet, en même temps que la démocratisation de la plate-forme YouTube. En quoi ces nouveaux formats participent-ils à la valorisation des études anciennes ?

Manon Bril : La vulgarisation et la médiation scientifique, d’une manière générale, font du bien à la recherche, que ce soit en sciences de l’Antiquité ou ailleurs. Il est plus qu’important de sortir de nos tours d’ivoire pour faire comprendre au public l’importance des enjeux de la recherche, et en quoi elle consiste, en particulier dans une période de restriction budgétaire où les gens ne comprennent pas forcément pourquoi on paye les chercheurs.

Reainfo : L’explosion des vidéos de vulgarisation scientifique n’a-t-elle pas ouvert la voie à bien des dérives, issues d’une démocratisation anarchique du partage des savoirs ?

Manon Bril : Le fait est que beaucoup de passionnés non historiens se lancent dans la vulgarisation, pour le meilleur et pour le pire. Certains profitent effectivement de la tendance et se soucient peu de bien sélectionner leurs sources, d’avoir une démarche cohérente et de faire un travail sérieux. Cela est parfois pris comme un divertissement et donc une activité sans responsabilité. C’est pour cela qu’il faut que l’université s’intéresse à ces nouvelles plateformes. Je passe mon temps à le répéter, mais la vulgarisation se fera, avec ou sans nous. Internet est un outil comme un autre, à nous d’en proposer une utilisation intelligente.`

Entretien réalisé par Séverine Garat.

Pour regarder les vidéos de la chaîne « C’est une autre histoire » :

Zeus et le relooking mythologique ;
Athéna et le relooking mythologique ;
Aphrodite et le relooking mythologique.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Valorisation : à propos de la chaîne « C’est une autre histoire ». Entretien avec Manon Bril, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/06/2016, https://reainfo.hypotheses.org/3678.

Crédits image : © « C’est une autre histoire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *