Recherches : compte rendu du colloque “Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine”

Le colloque international « Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine » s’est tenu à l’Université Paris-Est Créteil, les 10 et 11 juin 2016. Il est l’un des prolongements du programme de recherches « Les mots grecs de la ville antique », porté depuis 2012 par l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (CNRS, AMU, Université Lumière Lyon 2, UPPA) et labellisé par le Labex IMU, visant à traduire et commenter la section de l’Onomasticon du lexicographe Pollux (IIe s.), consacrée aux termes désignant la cité (IX, 6-50). Il s’agissait de s’interroger sur les discours et le vocabulaire relatifs aux villes antiques et byzantines et sur les représentations qu’ils véhiculent, dans l’esprit de L’Aventure des mots de la ville, paru en 2010 (Chr. Topalov et al.). Le colloque a réuni une trentaine de spécialistes français et étrangers issus de plusieurs disciplines. Les communications étaient réparties en quatre sessions présidées par Pierre Chiron, Julien Du Bouchet, Silvia Milanezi et Sophie Gotteland.

Après une introduction prononcée par Isabelle Poutrin et Loïc Vadelorge, qui ont souligné l’importance de la connaissance des villes anciennes pour la compréhension des villes d’aujourd’hui et la construction de celles de demain, Virginie Mathé, Jean-Charles Moretti et Liliane Rabatel ont fait le point sur les résultats du groupe de recherches sur l’Onomasticon de Pollux.

La première session consacrée aux études philologiques a mis en évidence la pluralité des discours sur les villes et les cités depuis Hécatée jusqu’à l’antiquité tardive. Les intervenants ont aussi dégagé certaines caractéristiques de l’œuvre de Pollux. Au centre de la réflexion, le mot polis et certains de ses dérivés posent la question du regard porté sur les villes du monde gréco-romain et sur les villes des autres. Des termes comme philopolis et misopolis (Cinzia Bearzot), micropolitai et megalopolis (Thierry Grandjean) et une expression comme « ἔνδηµος ἀποδηµία » (« voyage à la maison », Yvona Trnka-Amrhein) s’appliquent tour à tour à l’éloge et au blâme d’une ville ou d’une cité. Chez tous les auteurs étudiés, la référence reste l’hellénikon (Stefania De Vido sur Babylone et Ecbatane), même lorsque la description concerne des peuples non-grecs et ne connaissant pas l’organisation en poleis, comme les Sicules ou les Gélontes (Flavia Frisone et Mario Lombardo).

La deuxième session s’est ensuite tournée vers les composantes de l’espace urbain, en confrontant textes et vestiges. L’étude des termes oikos, oikia, synoikia et domos a conduit à distinguer la place réelle de l’habitat collectif et individuel dans la ville et celle qu’il occupe dans le discours. Ainsi l’habitat collectif et locatif, désigné par le terme synoikia, est bien une réalité grecque avant de devenir une réalité de l’insula romaine (Stéphanie Maillot). La maison n’apparaît comme élément de l’identité urbaine que lorsqu’elle est résidence royale (Sylvie Rougier-Blanc). Le discours sur la forme urbaine a ensuite été abordé au travers du mot θεατροειδής, qui désigne des villes ou des sites dont la forme rappelle celle d’un théâtre. La comparaison, renforcée par le vocabulaire du théâtre, ne se limite pas à la forme urbaine, puisque l’emploi du terme assimile aussi la ville à un espace de représentation (Cécile Durvye et Jean-Charles Moretti). À Jérusalem, la confrontation de la lettre d’Arsitée à son frère Philocrate et de la carte de Madaba avec la trame urbaine a permis de restituer une partie du réseau viaire de la ville antique, marquée par l’hellénisme dans sa conception comme dans le regard porté sur elle. Les deux derniers intervenants de la session ont examiné le rapport entre les bâtiments et l’identité urbaine et civique en Méditerranée orientale. Dans les inscriptions hellénistiques, on décèle un souci pragmatique dans le choix des noms de lieux et dans les façons de se repérer dans la ville (Gabrièle Larguinat-Turbatte), ainsi que des préoccupations philosophiques dans les discours épidictiques de Dion de Pruse, qui associent les monuments à l’éthos et à la situation politique d’une cité (Eric Guerber).

La troisième session a porté sur les noms de villes et les façons de les classer. L’évolution du phénomène urbain et sa distribution géographique ont été questionnées en même temps que le lien entre cité et urbanisation. Apparue précocement à Sparte, l’institutionnalisation ne s’est pas accompagnée d’une organisation spatiale urbaine dans les premiers temps, ce que révèle l’expression de Thucydide maintes fois commentée « πόλις κατά κώµας » (Valeria Tosti). Plus tardive en Macédoine (IVe s.), l’urbanisation est le fait de souverains désireux de mieux contrôler leur royaume et de renforcer leur pouvoir (fondation de Cassandreia et de Thessalonique), tout en fixant dans certaines régions stratégiques des populations à dominante grecque ou macédonienne (Franca Landucci). Par la suite, l’évolution de la dénomination de Dion et Philippes reflète les variations de leur statut juridique (Julien Demaille). D’abord villes royales puis colonies romaines, leur titulature témoigne aussi d’un usage variable du grec et du latin. Pour le monde byzantin, on assiste à un glissement sémantique par rapport à l’antiquité, et à d’importantes variations régionales, reflets de l’évolution différenciée des espaces étudiés. En Méditerranée orientale (Catherine Saliou), l’apparition du terme catrum/ κάστρον pour désigner une agglomération ne doit pas être considérée comme un signe de déclin du prestige de la cité, mais s’appliquerait peut-être à des agglomérations présentant certains aspects urbains sans pour autant posséder le statut civique. En Épire (Brendan Osswald), l’importance des villes transparaît dans les sources littéraires, qui reflètent aussi la spécificité linguistique de cette région, car les mots employés pour désigner la ville dépendent de la variante de grec utilisé par les auteurs.

Dans la dernière session, les intervenants ont replacé les villes dans le contexte de l’Empire romain. Matteo Di Franco et Jean-Luc Vix ont chacun porté leur attention sur les Discours d’Aelius Aristide, où les topoi sont si nombreux qu’il est parfois difficile de percevoir l’expérience réelle de l’auteur et de reconstituer l’apparence des villes décrites. L’Éloge de Rome est déterminé par la vision idéologique d’Aelius Arsitide, qui voit dans l’Urbs la synthèse de l’œcoumène (Matteo Di Franco). Dans ses Discours Smyrniotes, c’est l’assimilation de la ville à un corps vivant qui domine, les espaces urbains évoqués étant choisis par l’auteur pour leurs liens avec le pouvoir impérial ou pour des raisons personnelles (Jean-Luc Vix). Olivier Gengler a prolongé la réflexion sur le IIe siècle en discutant des descriptions de villes données par Pausanias, dont les propos sont déterminés par sa conception de la cité comme centre urbain et communauté politique, et par son attachement au passé visible dans les monuments publics et religieux.

L’épilogue du colloque, proposé par Laurent Coudroy de Lille, l’un des éditeurs de L’Aventure des mots de la ville, a souligné l’intérêt d’une approche diachronique, et insisté sur la nécessaire prise en considération du contexte historique et géographique de l’apparition et de l’usage des mots, qui sont le reflet de systèmes de représentations collectifs. Il a aussi mis en lumière l’importance de la ville comme lieu d’élaboration du langage et de la définition de modèles encore appliqués aujourd’hui.

Les discussions ont porté sur des termes précis (philopolis/misopolis, méson, oikopédon, obai, kastron) et ont élargi la réflexion à d’autres auteurs (Pseudo-Skyllax, Isocrate, Vitruve). Elles ont aussi permis d’éclaircir le sens de certains textes en les rapprochant de vestiges archéologiques.

La publication du colloque est prévue pour 2017 aux Éditions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Gabrièle Larguinat-Turbatte

Membre associée, Laboratoire Ausonius (UMR 5607), Université Bordeaux Montaigne

Page Academia de Gabièle Larguinat-Turbatte

Citer cet article comme : Gabrièle Larguinat-Turbatte, à propos de Recherches : compte rendu du colloque “Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine”, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/07/2016, https://reainfo.hypotheses.org/4058.

Crédits image : © Gabrièle Larguinat-Turbatte.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search