Recherches : compte rendu du colloque « From Maple to Olive : A Colloquium to Celebrate the 40th Anniversary of the Canadian Institute in Greece »

Les 10 et 11 juin 2016, l’Institut canadien en Grèce (ICG) organisait à Athènes une conférence pour célébrer ses 40 ans d’existence, au titre évocateur : « From Maple to Olive : A Colloquium to Celebrate the 40th Anniversary of the Canadian Institute in Greece ».

Fondé en 1976, il s’agit de l’un des dix-sept instituts étrangers présents en Grèce. Outre le parrainage de missions de recherche archéologique, l’institut a un rôle d’accueil des chercheurs (il dispose d’une bibliothèque et d’un appartement permettant de loger les étudiants et les chercheurs), de financement (il offre des bourses de séjour à des doctorants et post-doctorants) et de diffusion des résultats de la recherche (à travers des cycles de conférences, séminaires, la tenue de colloques et un service de publication).

13512019_10154201732154463_4055394348992860490_nDans son discours d’introduction, David W. Rupp, directeur de l’ICG depuis 2005, a brièvement présenté les différents projets parrainés par l’institut, articulés autour de onze thèmes de recherche, en se demandant si la recherche en Grèce serait différente si l’institut canadien n’existait pas. Would it make any difference ? La réponse a été apportée par les trente communications qui ont suivi, articulées suivant un ordre chronologique allant du Paléolithique à l’époque médiévale.

La première session était consacrée aux projets axés sur l’époque préhistorique. Maragarita Nazou (Université de Gand) a présenté son étude de la céramique néolithique de Kiapha Thiti, qui doit faire l’objet d’une future monographie. La fouille de ce site du sud-ouest de l’Attique a été menée de 1986 à 1988. Dans la discussion, Jim Wright a souligné la difficulté à étudier la céramique en dehors de la stratigraphie, ce qui impose de mettre l’accent sur l’étude stylistique. La seconde communication concernait la grotte de Kamares en Crète centrale. En 2002, Loeta Tyree (École américaine d’études classiques à Athènes) et Aleydis Van de Moortel (University of Tennessee Knoxville) ont repris l’étude du matériel provenant de la fouille de la grotte en 1913 par l’École britannique à Athènes, leur permettant d’étudier les pratiques rituelles, ainsi que les liens avec le palais de Phaistos et plus généralement avec la Messara occidentale. Puis, Matthew Buell (Concordia University) a réexaminé deux hypothèses émises par l’archéologue canadien James Walter Graham (1906-1991), dans son livre fondateur The Palaces of Crete, publié en 1962 : l’une selon laquelle le saut au-dessus des taureaux (bull-leaping) avait lieu dans la cour centrale des palais, et qu’il rejette, et l’autre concernant les espaces de banquet dans les palais, montrant une hiérarchie dans le déroulement de ces activités de banquet. Dans la discussion, Gerald Schaus et Louise Hitchcock sont intervenus pour abonder dans son sens. Pour terminer la session, R. Angus K. Smith (Brock University) a montré comment les sciences appliquées à l’archéologie ont permis de reconstituer les pratiques funéraires mycéniennes dans le cadre des fouilles conduites en 2006-2008 dans la nécropole d’Hagia Sotira, dans la vallée de Némée. L’étude microstratigraphique des sédiments de remplissage apporte une nouvelle gamme d’informations, généralement inconnues et inexploitées.

La seconde session a été consacrée à deux projets de longue date de l’ICG, sur les îles d’Eubée et de Mytilène. L’exploration diachronique du sud de l’Eubée, qui couvre grossièrement le territoire de la cité classique de Karystos, a été effectuée en plusieurs phases, dans les années 1980, 1990 et 2000. Alors que la région était considérée comme peu habitée, le projet a permis d’identifier 375 sites, dont 75 sites préhistoriques. Les deux communications se sont concentrées sur ces derniers. Zarko Tankosic (Institut norvégien à Athènes) s’est particulièrement penché sur les seize sites de la plaine du Kampos (autour de Karystos) ayant livré uniquement du matériel lithique, en grande majorité de l’obsidienne. Les deux interventions suivantes ont présenté les fouilles effectuées depuis 1983 à Mytilène, sous la direction d’Hector Wiliams (University of British Columbia), en particulier le sanctuaire de Déméter et Korè, sur l’acropole et la maison romaine dans la ville basse. Plus spécifiquement, Gerald Schaus (Wilfrid Laurier University) s’est penché sur la céramique fine importée d’époque archaïque mise au jour lors des fouilles de la ville basse.

Les trois dernières conférences de la journée (dans une troisième session amputée de sa dernière communication qui devait concerner la Crète) ont concerné la cité d’Argilos, en Thrace, fouillée systématiquement depuis 1992. Jacques Perrault (Université de Montréal) a présenté la fouille, débutée en 2012, d’un complexe commercial qui pourrait avoir constitué la limite nord de l’agora. Les interventions de Martin Perron (Parks Canada Agency) et Mark Lawall (University of Manitoba) ont concerné leurs études respectives de la céramique archaïque et des timbres amphoriques.

13458667_10154201731894463_6970053280766153302_oLa seconde journée a débuté avec la présentation, par Tristan Carter (McMaster University), des recherches effectuées sur la colline de Stelida (Naxos), occupée du Paléolithique inférieur au Mésolithique. La prospection en 2013-2014, puis la fouille débutée en 2015 et se poursuivant cette année, d’une carrière et d’un atelier d’outils, apportent un éclairage nouveau dans les débats actuels sur la dispersion des hominidés en Europe et spécialement dans le bassin égéen. Tristan Carter a terminé sa présentation en montrant les divers moyens de rendre les résultats de cette recherche accessibles au grand public, une question apparue en filigrane tout au long de la journée. Étant le projet le plus récent sur une période peu étudiée, la communication a attiré beaucoup de monde. Dans la discussion, deux points ont été soulevés par Georgia Philippakis : d’une part, il reste encore à trouver les lieux d’habitation des personnes utilisant cet atelier ; d’autre part, il serait intéressant d’identifier du matériel naxien sur les sites connus de Grèce continentale (mais le fait qu’ils aient été fouillés dans les années 1980 complique les choses). Les deux communications suivantes ont permis de présenter le résultat des fouilles effectuées depuis 2011 sur le site d’Eleon, en Béotie orientale. Bryan Burns (Wellesley College) a présenté un complexe funéraire rectangulaire d’époque mycénienne, puis Brendan Burke (University of Victoria) s’est penché sur l’occupation archaïque et classique du site, notamment l’impressionnant mur polygonal en appareil lesbien. Des vidéos prises par drone ont permis d’illustrer ces communications de façon spectaculairement vivante. Puis Matthew Maher (University of Winnipeg) a présenté son étude des défenses de la chora de Mantinée, dans le Péloponnèse, en détaillant particulièrement sa méthodologie. Pour terminer cette quatrième session, Spencer Pope (McMaster University) s’est interrogé sur le lien entre Athènes et les Sicules au Ve siècle.

Dans la cinquième session, Dimitri Nakassis (University of Toronto) et Scott Gallimore (Wilfrid Laurier University) ont présenté la prospection menée en Argolide en 2014-2015 et qui se poursuit cette année. Puis, toujours dans le Péloponnèse, deux communications ont concerné la cité de Stymphalos, fouillée en 1994-2001, sous la direction d’Hector Wiliams (University of British Columbia). Le sanctuaire de l’acropole a été publié très récemment (Gerald P. Schaus éd., Stymphalos : The Acropolis Sanctuary. Volume One, Publications of the Canadian Institute in Greece 7, 2014) et Alexis Young (Wilfrid Laurier University) a présenté son étude des bijoux. Enfin, Lana Radloff (University at Buffalo) a exposé sa recherche sur le lien entre l’urbanisme et les ports à travers les exemples de Milet et de Pergame.

Les deux premières communications de la sixième session ont concerné la citadelle fortifiée hellénistique de Kastro Kallithea en Thessalie. Laura Surtees (Bryn Mawr College) a présenté les résultats de la prospection effectuée en 2004-2009 et notamment la très intéressante méthode utilisée, afin de prendre en compte l’influence de la pente sur le processus post-dépositionnel. Puis Colette Beestman-Kruyshaar (University of Amsterdam) a présenté une analyse de la céramique de l’une des maisons (Building 10). C’est ensuite logiquement que Craig I. Hardiman (University of Waterloo) s’est penché sur la contribution de la recherche canadienne sur les études d’architecture domestique grecque. Toujours en Thessalie, Gino Canlas (University of Alberta) a ensuite montré comment, dans la région de Perrhaibia, l’étude des cultes permet d’étudier les questions d’identité régionale.

À cheval entre les sessions 6 et 7, deux communications nous ont conduit dans la région de Sphakia en Crète occidentale, où une prospection a été menée de 1987 à 1992. Lucia Nixon (Wolfson College, Oxford) a présenté quelques résultats de la prospection et Jane Francis (Concordia University) a montré comment l’influence romaine y apparaissait, la question de la romanisation de la Grèce étant un thème de recherche qui commence à se développer. Ian Begg (Trent University) a présenté la prospection effectuée en 2011-2013 dans la baie de Leukos sur l’île de Karpathos, concernant un habitat protobyzantin (IVe-VIe siècles), et un habitat fortifié occupé aux XIe-XIIIe siècles. Maria Papaioannou et Peter Dare (University of New Brunswick) ont ensuite montré comment le scanner tridimensionnel (Terrestrial Laser Scanning) pouvait être utilisé en archéologie, comme outil de mesure, mais aussi pour créer des animations permettant au public de se représenter l’objet ou l’espace étudié. Les deux dernières communications de la journée ont concerné le monastère cistercien de Zaraka, en Achaïe, dont la publication finale, par Sheila Campbell (University of Toronto) doit bientôt sortir.

Dans sa conclusion, R. Angus K. Smith a souligné la diversité des thèmes abordés par les chercheurs canadiens ainsi que l’étendue des zones concernées, de la Macédoine à la Crète et de Mytilène à la Sicile. L’ensemble des projets peuvent être retrouvés sur le site de l’ICG : Portal to the Past.

On peut regretter que l’événement ait attiré relativement peu de personnes en dehors des intervenants. Souhaitons que la publication de ces journées – prévue, de façon optimiste, pour l’année prochaine – connaisse une plus grande diffusion.

Nadia Coutsinas

Post-doctorante, Université Paris1-Panthéon Sorbonne

Page Academia de Nadia Coutsinas

Citer cet article comme : Nadia Coutsinas, Recherches : compte rendu du colloque « From Maple to Olive : A Colloquium to Celebrate the 40th Anniversary of the Canadian Institute in Greece », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/08/2016, https://reainfo.hypotheses.org/4197.

Crédits image : affiche du colloque, voir le site des organisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *