Actualités : colloque “Les vaisseaux du désert. Présence et usages du chameau (Camelus dromedarius) entre le Tigre et le Nil du milieu du Ier millénaire av. J.-C. à l’époque romaine”

Date / lieu : 15-16 septembre 2016 / Lyon, MOM

Le dromadaire ou chameau à une bosse (Camelus dromedarius) n’est pas une espèce autochtone en Égypte, ni même au Proche-Orient ou dans la péninsule Arabique. L’animal, surnommé « vaisseau des déserts », est pourtant particulièrement bien adapté aux environnements arides et semi-arides de ces régions. Il a des utilisations multiples (transport de charge, transport de personnes, labour, course, consommation humaine etc.), mais son élevage est délicat et requiert un savoir-faire précis.

Arrivé d’Asie, il est domestiqué tardivement, au cours du IIIe-IIe millénaire av. J.-C., dans la péninsule Arabique. Quant à la date de son introduction au Proche-Orient et en Égypte, elle fait encore débat. Sur ce dernier territoire, les opinions divergent entre les tenants d’une date haute (époque prédynastique) et d’une date basse (époque perse, ptolémaïque voire romaine). Car la découverte d’ossements, de mentions écrites ou de représentations figurées de dromadaires dans ces territoires ne signifie pas que le dromadaire ainsi cité était domestiqué, ni quelle fonction il remplissait.

Le dromadaire est un animal qui a généré une bibliographie abondante. Les études ne manquent pas sur sa physiologie étonnante, ses comportements, son alimentation, ses origines et ses utilisations actuelles dans les déserts africains et orientaux. Il est également systématiquement associé avec les peuples nomades, qui ont été l’objet de bon nombre d’études anthropologiques et/ou ethnographiques.

Pourtant, sur le plan historique, le dromadaire reste en partie une énigme. Les modalités et la date de l’introduction du dromadaire au Proche-Orient et en Égypte restent inconnues, de même que le rôle que les Arabes (dans le sens « populations vivant en péninsule Arabique ancienne ») ont joué dans cette implantation.

Or les données à propos de l’animal sont actuellement en plein renouvellement : des ostraca (tessons de poterie inscrits) les mentionnant ont été découverts récemment à Ayn Manawir, dans le désert occidental égyptien, et à Bi’r Samut, dans le désert oriental d’Égypte, en lien avec des populations arabes, à des époques hautes (Ve et IIe s. av. J.-C.). En Arabie, au Proche-Orient et en Égypte, les fouilles récentes (notamment dans les déserts et les oasis) ont livré un matériel faunique abondant, dans des assemblages de mieux en mieux datés.

Le contexte semble favorable pour croiser les données. Il a donc semblé opportun de réunir pour la première fois des philologues, des archéologues et des archéozoologues, spécialistes de leur discipline, pour confronter les informations et tenter de mieux cerner l’histoire du chameau, de son élevage et de ses utilisations dans les déserts d’Égypte, du Proche-Orient et de la péninsule Arabique, du milieu du Ier millénaire av. J.-C. à l’époque romaine.

Pour en savoir plus…

Crédits image : affiche du colloque, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search