Valorisation : fictions antiques “B. comme Homère : l’invention de Victor B.” de Sophie Rabau

Rabau (S.), B. comme Homère : l’invention de Victor B. – Toulouse : Éditions Anacharsis, 2016. – 251 p. – ISBN : 979.10.92011.34.0.

b-comme-homere

Les études homériques sont vivantes, souvent passionnantes, mais, il faut le reconnaître honnêtement, elles sont rarement amusantes (à moins qu’on ne rie sous cape aux dépens de l’auteur…). C’est pourquoi il convient de saluer le livre de Sophie Rabau, né de ses lectures très créatives de l’œuvre de Victor Bérard.

Victor Bérard ! Un personnage de roman, en effet, helléniste, géographe, diplomate (espion, peut-être ?), homme politique… Un phénomène très français, devenu un peu encombrant. C’est en tout cas grâce à sa traduction que, comme tant de lecteurs, j’ai découvert l’Odyssée, à l’âge de dix ans ; l’édition possédée par mes parents était agrémentée de quelques photographies de Frédéric Boissonas, et d’une carte qui m’a très tôt posé des problèmes. Les années passant, j’ai pris une conscience plus nette des bizarreries de l’édition, où le texte se trouve bouleversé, embrouillé, mutilé de toutes les façons, et des invraisemblances des thèses philologiques et historiques. C’est dire si la « lecture » de Sophie Rabau me parle directement. En un sens, il s’agit pour elle de faire à Victor Bérard ce que ledit V. B. à fait à Homère : «  J’ai lu Victor Bérard ; j’ai inventé Victor B. » (p. 23).

Son ouvrage suit une certaine progression. Dans un premier temps, il ne s’éloigne pas vraiment d’une réflexion sur les incohérences de la méthode de Victor Bérard, en particulier sur sa conception de l’interpolation, traquée par le savant sur des critères tout-à-fait subjectifs. « L’interpolateur est le nom que l’on donne à l’auteur des passages que l’on n’arrive pas à lire. » (p. 51). Sophie Rabau s’amuse alors à expurger ou, au contraire, à interpoler de façon incongrue un poème des Illuminations de Rimbaud ou la Phèdre de Racine.

Ensuite, Sophie Rabau plonge avec une certaine délectation dans les lourds volumes des Navigations d’Ulysse : Bérard, on le sait, entend démontrer que le Poème, dont il a souligné d’autre part le caractère théâtral, n’est autre chose que la mise en forme poétique « mais non déformée » de très anciennes instructions nautiques phéniciennes. C’est donc commenter le texte homérique que de reconnaître, sur les côtes méditerranéennes, ou dans les récits de voyage les plus exotiques, les lieux et les mondes d’Ulysse. Le seul but du savant est d’identifier les référents du texte homérique. Le temps est arrêté : « L’Odyssée que rêve (voit) Bérard en Grèce est jouée par les pourceaux mêmes que Circé garda dans sa porcherie… » (p. 119). Notons en passant que l’épisode de Circé n’est pas situé en Grèce, mais sur la côte du Latium : il arrive à l’auteure, qui du reste ne se veut ni historienne ni géographe, d’écrire un peu vite…

Sophie Rabau crée ensuite le concept de géographie arbitraire, fondée d’abord sur les identifications traditionnelles et sur des étymologies sémitiques des plus hasardeuses. On pourrait bien sûr reprendre ces analyses en distinguant les identifications les plus anciennement attestées (comme celle de Corcyre avec la Phéacie) des rêveries proprement bérardiennes. Mais le jeu de la carte va plus loin : « Le trajet d’Ulysse permet de décrire n’importe quel lieu dans le monde. » (p. 135). Du reste, d’autres ont retrouvé Ulysse dans la Baltique, en Islande ou dans les Caraïbes. Sophie Rabau, elle, impose sans trembler la carte de Bérard à la Seine-Saint-Denis et aux États-Unis d’Amérique.

Print

Fig. 1. Carte d’Ulysse en Seine-Saint-Denis. ©Anacharsis et Sophie Rabau

 

Homere Carte USA

Fig. 2. Carte d’Ulysse aux USA. ©Anacharsis et Sophie Rabau

Par la suite, l’auteure lâche carrément son imaginaire : V. B., inventé par sa lectrice, tend à prendre définitivement la place de Victor Bérard, et le « factile » la place du factuel, décidément trop lourd. Je ne trahirai pas ici les révélations scabreuses et délectables, quoique parfaitement arbitraires, sur les tendances sexuelles de V. B. « Ne voilà pas de quoi rendre vraisemblables tous les soupçons ? » (p. 198). De la phrase de Victor Bérard, Sophie Rabau fait un principe. On découvrira aussi la rencontre supposée entre V. B. et V. R., grand-père de l’auteur et qui fut commissaire de la marine de son état : « Et tous deux – quand le calme du vent rendait trop monotone la navigation dans la rade de Corfou – compulsaient des volumes en langues sémitiques, en grec et en latin, pour montrer que Victor était le nom d’Ulysse – ils le démontrèrent d’ailleurs, mais se contentèrent de le savoir, sans vouloir divulguer au public leur secret victorien… » (p. 221). Il ne manque plus qu’une dédicace mystérieuse décryptée par un Lacan incontrôlable…

On pourrait discuter telle remarque (le duel n’est pas une personne, p. 201, mais un nombre, et, s’il pose des problèmes, il n’a rien d’étrange ; une « grosse » p. 203, est une unité de mesure, 12 x 12, et n’a rien à voir, en principe, avec une femme enceinte…), prétendre que l’auteure n’a pas toujours su – ou voulu – reconnaître une intuition intéressante, ni mesuré l’humour du vieux savant, comme dans cette phrase citée p. 106 : « Un Homère d’aujourd’hui pourrait faire se rencontrer ici [dans cette forêt] Ulysse et le Petit Chaperon Rouge ».

« Au lieu de trouver dans les livres ce que d’autres ont su du monde, il trouve dans le monde ce qu’il a lu dans les livres. » (p. 184). Je crains de faire parfois la même chose, et avant nous Chateaubriand, mieux que nous… Mais comment se permettre de critiquer, les sourcils froncés, un si intelligent délire, un ton de fantaisie si nouveau dans nos études ? Le genre lui-même de ce texte ne se laisse pas aisément définir. S’agit-il d’un roman ? Non, je ne pense pas, quoique… D’un essai ? Oui, en un sens… D’un pamphlet, peut-être ? Mais les fenêtres sont grandes ouvertes, le jeu de l’imaginaire l’emporte. Un texte trans-genre, en quelque sorte. « Toute certitude, à coup sûr, est impossible en ces matières… », comme l’écrivait Victor Bérard (à moins que ce ne fût V. B.).

Pierre Sauzeau

Professeur émérite, Université Paul Valéry

Page Academia de Pierre Sauzeau.

Lire le prologue.

Citer cet article comme : Pierre Sauzeau à propos de Valorisation : fictions antiques “B. comme Homère : l’invention de Victor B.” de Sophie Rabau, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/07/2016, https://reainfo.hypotheses.org/4393.

Pour rebondir :

Un article : Le complexe de Victor Bérard de Bérenger Boulay, publié sur le site Fabula. La recherche en littérature.

Crédits image : première de couverture. © Éditions Anacharsis.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search