Actualités : colloque “Être archéologue, historien de l’art ou conservateur face à des patrimoines dévastés”

Date / lieu : 14 septembre 2016 / Paris, Palais du Louvre

L’actualité médiatique relative aux désastres de la crise politique au Proche-Orient insiste particulièrement sur les offenses faites aux patrimoines : utilisation de sites archéologiques comme bases stratégiques ou lieux d’atteinte à la vie humaine, pillages, dégradations, voire destructions massives. Journalistes, politiques, chercheurs, conservateurs et marchands d’art relaient ces actes, estiment les conséquences des pertes des cultures et histoires des peuples et s’interrogent sur les réactions affectives liées à la disparition de « vieilles pierres » millénaires. D’autres, qu’ils soient archéologues ou simples citoyens, locaux ou étrangers, continuent de fouiller et de protéger des sites.

Aujourd’hui, universitaires et conservateurs continuent leurs recherches en archéologie ou histoire de l’art sur les patrimoines matériels de la région. Dépassant, et l’état des lieux connu des destructions en Syrie et en Irak, et la question des difficultés pratiques à se rendre sur place (risque sécuritaire, baisse d u nombre de visas délivrés, etc.), cette journée d’étude souhaite soulever les conséquences de la crise politique et de sa médiation sur l’étude des objets et sites du Proche-Orient, selon deux axes de réflexion.

Le premier concerne le renouvellement de la démarche de recherche imposé par l’actualité : que signifient le pillage ou la destruction d’un site archéologique sur l’étude de celui-ci ? Comment renouveler l’étude du musée comme institution « au service de la société et de son développement […] » lorsque des acteurs locaux sont impliqués dans des destructions ? Quelles sont les conséquences de la médiatisation des destructions et pillages sur l’entrée des objets archéologiques sur le marché de l’art et dans la sphère du « patrimoine universel » ?

Le second s’intéresse à la nécessaire adaptation des activités scientifiques et culturelles par une mise en regard de deux tendances : celles d’institutions officielles dont les activités de protection et de valorisation d’antiquités sont largement médiatisées, face à des initiatives populaires méconnues en Syrie et en Libye lancées par des citoyens qui souhaitent se réapproprier leur histoire et leurs patrimoines.

Pour en savoir plus…

Télécharger le programme.

Crédits image : affiche du colloque, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search