Valorisation : à propos de la vidéo « Confessions d’histoire. D’Alexandrie à Actium (48-31 av. J.-C.) ». Entretien avec C.-G. Schwentzel

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’Histoire ancienne à l’Université de Lorraine (Metz), consacre ses recherches à l’Égypte et au Proche-Orient, aux époques hellénistique et romaine.

Après une première vidéo consacrée à la guerre des Gaules, Confessions d’Histoire nous raconte le retour de Jules César à Rome et les conséquences pour la République romaine, en faisant parler les principaux protagonistes, Cléopâtre, Jules César, Marc Antoine et Octave, le futur Auguste.

Reainfo : Une profusion de scènes de batailles (Pharsale, Philippes et Actium, pour les plus emblématiques d’entre elles) jalonne le récit de cette période troublée qu’est la fin de la République. Leurs descriptions et, plus généralement, l’enchaînement des événements, sont-ils conformes d’un point de vue historique au déroulé de l’histoire, même si des raccourcis sont inévitables ?

Christian-Georges Schwentzel : La vidéo est construite suivant un plan chronologique ; elle mène le spectateur de la guerre d’Alexandrie, en 48 av. J.-C., à celle qui oppose Marc Antoine à Octave en 31 av. J.-C. Dix-sept années d’histoire, d’Alexandrie à Actium, en passant par Philippes. Pharsale précède le début de l’épisode : si Jules César débarque en Égypte, c’est justement parce qu’il y poursuit Pompée en fuite. L’enchaînement des événements est forcément schématisé, puisqu’il s’agissait pour le réalisateur, Ugo Bimar, de résumer environ 17 ans d’histoire en 36 minutes. Mais il n’y a pas d’erreurs dans la chronologie. Quant au déroulement des combats, notamment à Actium, la question a intéressé des générations d’historiens et elle reste débattue. Ugo Bimar s’en sort plutôt bien : par exemple, quand Marc Antoine raconte la « manœuvre » qui permet à Cléopâtre de quitter Actium avec ses trésors, il n’a pas l’air totalement persuadé d’avoir remporté un franc succès. Ugo Bimar fait ici preuve de subtilité. C’est aussi le cas dans le passage sur l’origine ethnique de Cléopâtre qui a fait couler beaucoup d’encre : sa mère était-elle égyptienne, africaine, noire ou métisse ? Un malencontreux problème technique survenu lors de l’enregistrement, au moment précis où la reine répondait (enfin !) à cette question brûlante, a rendu la réponse inaudible. L’humour permet à Ugo Bimar de ne pas trop se mouiller dans cette affaire un peu douteuse.

Reainfo : Au-delà des batailles, qu’apprend-on sur le fonctionnement de la vie politique à l’époque républicaine (jeu des alliances politiques, stratégies matrimoniales) ?

Christian-Georges Schwentzel : Sur ce thème aussi, les raccourcis étaient inévitables, mais Ugo Bimar montre bien le jeu des alliances politiques (formation du triumvirat, élimination de Cicéron) et des stratégies matrimoniales (mariage entre Pompée et la fille de César, puis entre Marc Antoine et la sœur d’Octave). Il souligne bien le cynisme des protagonistes. Ugo Bimar me fait penser à un caricaturiste : il est à César ce qu’est Plantu à Nicolas Sarkozy ou à François Hollande. Il grossit certains traits de la stratégie politique de ses personnages. Cela donne des phrases comme : « J’ai compris, affirme Cléopâtre, que pour pas se faire bouffer par les Romains, fallait se la jouer fine » ; ou encore, selon Jules César : « C’est important l’opinion dans une République, faut toujours être subtil et délicat avec ces choses-là ». Ugo Bimar met en avant des stratégies de « communication », comme on dirait aujourd’hui. Octave et Marc Antoine se sont livrés, c’est indéniable, à une guerre des propagandes, avant même d’en venir aux armes. Y ont-ils eux-mêmes cru ? En nous montrant des personnages jubilant de leurs propres ruses, Ugo Bimar souligne le décalage entre propagande et réalité. Que César ou Octave aient tenté de manipuler l’opinion publique ne paraît guère faire de doute.

Reainfo : Le triomphe romain apparaît comme important dans la carrière d’un homme politique romain. Que représentait cette cérémonie à l’époque républicaine ?

Christian-Georges Schwentzel : Le triomphe romain est censé remonter à Romulus. Mais sa signification a évolué : dans les premiers siècles de la République, la cérémonie est un aboutissement pour le chef vainqueur, honoré du titre d’imperator, qui rend symboliquement son pouvoir (son imperium) à la Cité. Jules César instrumentalise cette ancienne institution pour servir sa gloire et ses ambitions personnelles. Ses triomphes, loin de clore sa carrière, ouvrent la voie à une série d’honneurs exceptionnels qui lui seront accordés jusqu’au début de l’année 44 av. J.-C. : droit de porter en permanence la couronne de laurier et le titre d’imperator, de faire figurer son buste sur les monnaies…

Reainfo : Les proscriptions de 43 av. J.-C. ont permis aux triumvirs Marc Antoine, Octave et Lépide d’éliminer leurs potentiels opposants politiques. Le recours aux proscriptions était-il fréquent à l’époque républicaine ?

Christian-Georges Schwentzel : Non, heureusement ! Il y a eu un précédent, lors de la guerre civile entre Sylla et les marianistes, en 82 av. J.-C. La proscription de 43 av. J.-C. s’explique elle aussi par le contexte de guerre civile entre les partisans et les assassins de César. Au passage, les triumvirs en profitent pour régler leurs comptes avec leurs ennemis ; Marc Antoine se débarrasse de Cicéron.

Reainfo : Un des personnages les plus connus de l’Antiquité est ici représenté, Cléopâtre qui est décrite comme une femme séduisant les deux hommes les plus importants de son temps, intelligente, ambitieuse et rusée. Cette image est-elle fidèle à celle que nous révèlent les sources antiques ?

Christian-Georges Schwentzel : Les sources littéraires grecques et latines sont biaisées car elles se nourrissent toutes plus ou moins de la propagande du vainqueur d’Actium. Cléopâtre est présentée comme une femme fatale, responsable de la déchéance de Marc Antoine, un monstre, une prostituée… Ugo Bimar contrebalance cette vision très négative en s’inspirant de travaux d’historiens qui montrent que Cléopâtre était (aussi) une dirigeante politique habile. Il ne tombe pas dans le piège tendu par les nombreuses sources négatives ou bourrées de fantasmes sur la dernière reine d’Égypte. Il ne cède pas à la facilité : il ne nous montre pas une obsédée sexuelle, experte en caresses et débauches diverses, mais un esprit calculateur, parfaitement conscient de ses intérêts et de ses objectifs. Cela permet, par exemple, de dépasser le problème historiographique posé par la paternité de Césarion. Était-il ou non le fils de César ? Qu’importe, puisque, de toute façon, « il était hors de question que Jules reparte sans me laisser un petit Césarion dans le tiroir », fait dire Ugo Bimar à Cléopâtre. La reine pense qu’il est valorisant pour elle d’être la mère du fils de César ; elle fait donc en sorte de tomber enceinte, par tous les moyens… Il est intéressant aussi de remarquer que la Cléopâtre de Ugo Bimar ne paraît pas vraiment croire en la divinité des membres de sa dynastie, les Lagides, contrairement au discours officiel qui assimilait les rois à des dieux : « Je vous dis pas la gueule des dieux ; ça au niveau débile, on a eu des champions dans la famille ». Évidemment, dit de cette manière-là, c’est caricatural ; mais lorsqu’on se souvient qu’elle a fait tuer deux prétendues « divinités », son frère-époux Ptolémée XIV et sa sœur Arsinoé IV, cela rend l’idée de Ugo Bimar assez vraisemblable. Avec humour, le réalisateur fait émerger la réalité très prosaïque, cachée sous les pompeuses dorures du discours officiel.

Reainfo : Marc Antoine, (presque) toujours un verre à la main, a une image d’ivrogne en armure (propagande augustéenne ou réel portrait de Marc Antoine ?). Octave en costume de sénateur apparaît, lui, toujours malade au moment des batailles, laissant Agrippa aux commandes des opérations militaires qu’il s’approprie. Qu’en est-il de ces représentations ?

Christian-Georges Schwentzel : Elles sont présentes dans les sources antiques. Marc Antoine éprouvait-il une fascination pour l’Orient hellénistique ? C’est bien possible. Mais cet attrait personnel a, de toute façon, un intérêt politique pour lui. Chargé de réorganiser l’Orient romain après Philippes, il s’adresse aux Grecs d’Orient dans un langage qui leur est familier. En se référant à Dionysos, dieu du vin et de la fête, il accroît sa popularité et son charisme auprès des populations locales. D’où sa remarque à propos des orgies, selon Ugo Bimar : « ce genre de trucs, c’est pas du vice, c’est politique. Je dirai même plus, c’est religieux ».

cmyjw1fwaaaphib

De son côté, Octave a pu souffrir d’une maladie chronique, mais là non plus, rien n’est certain. Cet homme, prétendument souffrant, a quand même vécu presque 77 ans ! A-t-il parfois fait semblant d’être malade pour éviter de s’exposer à certains dangers ? C’est possible. En matière militaire, il doit beaucoup au génie d’Agrippa, notamment à Actium. Mais, en tant que supérieur hiérarchique, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il s’attribue une part importante des succès remportés par son collaborateur.

Reainfo : L’histoire d’amour entre Cléopâtre et Marc Antoine est restée célèbre. Leur relation était-elle uniquement une manœuvre politique de la part de Cléopâtre afin de restaurer la grandeur passée de l’Égypte ?

Christian-Georges Schwentzel : Il était pertinent de souligner cette dimension politique, car le grand public voit souvent la relation entre Cléopâtre et Marc Antoine comme une simple histoire d’amour et de passion érotique. On me demande souvent si Cléopâtre était une reine du sexe ! Peut-être. Mais il y a au moins autant de politique que d’érotisme dans cette affaire. Il était valorisant pour le triumvir de s’afficher avec une reine qui passait pour la descendante d’Alexandre le Grand. Elle lui était aussi utile en mettant à sa disposition ses richesses et sa flotte. Quant à elle, reine « amie » des Romains, comme on disait alors, elle savait qu’elle était sur un siège éjectable. Ne serait-ce que pour conserver son trône, elle avait tout intérêt à s’attacher à Marc Antoine. Une histoire d’amour très politique donc, entre les individus Marc Antoine et Cléopâtre, mais aussi entre le triumvir qui a en charge l’Orient et la reine d’Égypte. On n’est pas forcément très loin de ce que sont aujourd’hui les époux Clinton.

Reainfo : Leur amour est synonyme de faste, de festins et de fêtes grandioses qu’ils ont eux-mêmes appelés La Vie Inimitable. À quoi correspond cette période ?

Christian-Georges Schwentzel : La propagande du vainqueur d’Actium a détourné le sens premier de ce faste qui se voulait monarchique et divin. Marc Antoine et Cléopâtre entendent mener une existence calquée sur celle des dieux de l’Olympe. Leur vie est dite « inimitable », car elle ne ressemble en rien à celle du commun des mortels. Cléopâtre est d’ailleurs elle-même considérée comme une déesse-reine. Il ne s’agissait pas seulement d’organiser fêtes, orgies et grands spectacles pour se divertir, mais aussi, par l’excès des dépenses, voire par le gaspillage, d’affirmer l’incommensurable supériorité des « Inimitables ». Cléopâtre aurait-elle préféré vivre en toute simplicité qu’elle n’aurait pas pu se comporter autrement. Ce luxe ostentatoire est attendu par le peuple, d’autant plus qu’il remonte aux premiers Lagides. C’est devenu une tradition dynastique.

Reainfo : Les vidéos de vulgarisation scientifique se développent sur internet. Qu’apportent-elles à la valorisation des Sciences de l’Antiquité ?

Christian-Georges Schwentzel : Il n’y a pas un type unique de film sur l’Antiquité. Comme partout, le meilleur peut côtoyer le pire. Si la vidéo d’Ugo Bimar mérite l’attention, c’est parce que la caricature des personnages n’empêche pas une réelle justesse historique. Elle permet même de prendre du recul par rapport à certains lieux communs. On pourrait parler d’humour historique pour qualifier ce genre de vidéos. La vulgarisation autour de l’Antiquité, notamment l’Égypte et Rome, connaît un succès jamais démenti : émissions de télé et de radio, magazines et films, comme le dernier Ben-Hur. Ce succès est un peu paradoxal, comme me l’ont fait remarquer d’anciens étudiants reçus cette année au CAPES d’Histoire/Géographie : à leur grande déception, la dernière réforme du collège a amoindri la place de l’histoire ancienne en sixième, sans parler de l’enseignement du grec et du latin, sérieusement mis à mal. Dans ce contexte un peu sombre, la vidéo d’Ugo Bimar nous aide, enseignants à l’université ou dans le secondaire, à défendre les Sciences de l’Antiquité. On peut aussi s’amuser en faisant de l’histoire ancienne. Et pourquoi pas : en rire !

Entretien réalisé par Séverine Garat.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Valorisation : à propos de la vidéo « Confessions d’histoire. D’Alexandrie à Actium (48-31 av. J.-C.) ». Entretien avec C.-G. Schwentzel, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/09/2016, https://reainfo.hypotheses.org/5217.

Pour rebondir :

Une émission de radio : « Cléopâtre : Amours ratées et triomphe de l’empire romain« , thème de l’émission de Timeline, de la radio Temporium.

Une source antique : Vie de Cléopâtre, reine d’Égypte, par le Cte Jules Landi. Traduit de l’italien par M. B. Barère.

Crédits image : © Confessions d’histoire.

3 réflexions au sujet de « Valorisation : à propos de la vidéo « Confessions d’histoire. D’Alexandrie à Actium (48-31 av. J.-C.) ». Entretien avec C.-G. Schwentzel »

  1. Bonjour !
    Un grand merci à Mr Schwentzel, un des plus éminents spécialistes de cette époque (auteur, outre de nombreux ouvrages, du Que Sais-Je sur Cléopâtre), d’avoir pris part à cet interview. Et puis aussi, bien évidemment, un grand merci à la Revue des Études Anciennes pour avoir organiser cet entretien…
    Décidément, après votre premier article sur la Guerre des Gaules, et aujourd’hui celui-ci tout aussi flatteur (pour ne pas dire dithyrambique), les gens vont penser que je vous paye ! (je plaisante : nul ne saurait mettre en doute l’intégrité des universitaires consultés !).
    Il me faut d’ailleurs rappeler ici que, par le plus grand des hasards, le livre de Mr Schwentzel « Cléopâtre, la Déesse-Reine », fait parti en bonne place du corpus d’ouvrages dont je me suis servi pour l’écriture de ce « D’Alexandrie à Actium ».
    Donc, si je suis toujours aussi honoré et ravi (et rassuré aussi !) que ces Confessions soient validées par des sommités du monde universitaire, je le suis doublement par le fait que cela vienne de Mr Schwentzel…
    Ce (très) long épisode m’a pris plus de 5 mois de boulot, hors écriture (principalement parce que réalisé en plus de mon « vrai » travail). C’est par conséquent un vrai bonheur de voir qu’il rempli correctement son double objectif pédagogique et humoristique.
    Une grosse bise à tous et à bientôt !
    Ugo Bimar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *