Actualités : ateliers Hospitam “Acteurs et actrices de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne”

Date / lieu : 14-15 octobre et 15-16 décembre 2016 / Lyon, ENS de Lyon

Après s’être penché sur le lexique de l’hospitalité (ENS de Lyon, 24-25 mars 2016) puis sur les normes et des institutions de l’hospitalité autour de la Méditerranée (École française de Rome, 27-28 juin 2016), le projet HospitAm entend à présent aborder la question des acteurs et des actrices de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne. Eu égard à l’ampleur du sujet envisagé, deux ateliers sont consacrés à cette thématique.

Dans la continuité de notre réflexion sur le rôle joué par les institutions (en particulier étatiques et religieuses) dans la construction et l’encadrement des réseaux d’accueil – par comparaison notamment avec l’hospitalité privée, il s’agit de personnifier ces réseaux à travers l’étude précise de l’identité, du statut et des parcours des différents acteurs de l’hospitalité : cela doit nous amener en particulier à mettre en regard, sur le temps long, les acteurs qui pratiquent l’accueil, les « hôtes-accueillants », et ceux qui en sont les bénéficiaires, les « hôtes-accueillis ». Par le prisme des acteurs, l’objectif de ces deux ateliers est également de préciser le fonctionnement de ces réseaux hospitaliers, notamment à travers l’étude des mécanismes de protection et d’appui réciproque entre groupes sociaux, qui dans de nombreuses sociétés antiques structurent les relations d’hospitalité (patronage classique, évergétisme chrétien…).

Ces deux ateliers seront dans le même temps l’occasion d’interroger la pertinence de concepts employés dans la littérature secondaire pour caractériser l’identité de ces acteurs, en particulier à titre collectif. En prenant l’exemple de l’Antiquité tardive, les sources des IVe-VIe siècles laissent-elles réellement apparaître une « globalisation » progressive des acteurs, comme certains historiens semblent l’affirmer ? Les sources, chrétiennes en particulier, tendraient ainsi à regrouper les bénéficiaires de l’hospitalité en des catégories de plus en plus figées, sous les vocables génériques de « pauvres » ou « d’étrangers », avec une difficulté accrue pour le chercheur de parvenir à la restitution d’initiatives précises. Ainsi, au sujet des pauperes de l’Antiquité tardive, on rappellera par exemple qu’à l’encontre d’E. Patlagean, pour qui il a réellement existé un appauvrissement d’une partie de la société entre le IVe et le VIe siècles, Chr. Freu  considère que ces pauvres qui apparaissent dans les textes chrétiens sont davantage une création du discours qu’une réalité2. Il convient plus largement de réfléchir à la composition effective des catégories d’hôtes évoquées par les sources, à leur degré d’homogénéité réelle ou construite et à leur rapport aux pratiques individuelles.

Pour en savoir plus…

Crédits image : stèle d’Aesernia, Ier s. ap. J.-C. © I. De Stefano Manzella.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search