Compte rendu « La Mythologie racontée par un témoin ? Tome 1 : Le Roman des dieux grecs »

Grosset (J.-C.), La Mythologie racontée par un témoin. Tome 1 : Le Roman des Dieux Grecs. – Saint-Denis : Edilivre, 2016. – 423 p. – ISBN : 978.2.3341.8932.6.

mythologie-temoin-couv-1

Premier volume d’une série qui a pour titre La Mythologie racontée par un témoin, ce roman a pour narrateur Tirésias qui, du royaume des morts où il s’ennuie, s’adresse aux mortels pour leur raconter la vie des dieux grecs. Composé de quarante chapitres, plus ou moins longs, l’ouvrage a une progression chronologique qui suit pour une part la Théogonie d’Hésiode. Chaque chapitre a pour titre le nom d’un dieu ou le thème traité. Ainsi se met en place la genèse du monde, du chaos au règne de Zeus. Le cercle olympien n’est définitivement fermé qu’avec la venue de Dionysos et au départ de « la douce Hestia » qui lui cède sa place pour se retirer dans les demeures des mortels, « sans faire d’histoires ». Le livre est d’une lecture plaisante. Le style aisé et volontiers lyrique se laisse aller à quelques facilités de langage pour favoriser l’empathie du lecteur.

Alors que Zeus domine l’ouvrage, comme il se doit, la couverture est illustrée par Poséidon, assis sur un rocher couvert de vagues. Armé de son trident, auréolé de bleu, le dieu se détache sur un fond formé de lames qui s’apparentent à des planches de surf. Le profil d’Athéna s’inscrit dans un médaillon rouge, placé aux pieds de son oncle. Cette composition renvoie à la dispute des deux divinités pour devenir la protectrice d’Athènes. Elle est significative de l’orientation du livre. À en croire Tirésias, les dieux passent en effet leur temps à se tromper, à se voler, à se chercher querelle. La leçon d’Hésiode n’a pas été retenue. Finalement, on ne comprend pas comment le règne de Zeus a fini par établir un monde d’harmonie où l’homme trouve sa place s’il respecte la justice et ne se laisse pas corrompre. Le roman se clôt sur la querelle qui éclate entre Héra et Zeus à propos d’Héraclès, et dont le seul but est d’annoncer le second tome de la série, qui porte sur l’histoire des hommes et des héros.

Les attributs des divinités intéressent moins le narrateur que leurs traits de caractère et leurs passions. Si leurs domaines d’intervention sont bien mis en valeur pour souligner leur polyvalence, Tirésias ne s’intéresse pas plus aux rituels qui les honorent qu’à leur signification pour penser l’espace et le temps. Ainsi Érichthonios n’est-il pas mis en relation avec le thème de l’autochtonie athénienne. En revanche, les amours divines sont longuement développées. Quand les dieux sont en présence de jeunes gens et de jeunes filles, c’est pour les courser et leur faire subir leurs assauts amoureux.

Chacune des divinités est une star placée sous les feux des projecteurs, avec son physique, ses mimiques et ses réactions très humaines. À ces individualités mythiques s’ajoutent les Titans, les Géants, les Gorgones, les Grées et Éos, sans que leur nature soit bien définie. On peut regretter également que certains mythes ne soient pas approfondis. La jarre de Pandore n’a de sens que parce qu’elle retient en son sein l’espoir de l’enfant à naître. Le rapt de Coré, assimilée au grain de blé, peut être mis en relation avec le rythme des saisons, ce qui permet de rappeler que le substrat de ces histoires qu’on raconte est une religion agraire.

Ce livre comprend un tableau des principaux dieux grecs et deux cartes très rudimentaires, sans légende ni échelle qui ne servent strictement à rien. Quant aux références qui témoignent des nombreuses lectures de l’auteur, elles portent préjudice à son entreprise, tant sont nombreuses les imprécisions, les fautes sur les titres et même sur les noms des auteurs.

En fait, il s’agit plus d’un lexique mythologique romancé que d’un roman, dans la mesure où le fil conducteur d’un chapitre à l’autre est bien tenu et où il n’y a ni intrigue ni trame romanesque. On ferme le livre, un peu étourdi. Il faut laisser Tirésias se reposer : « Tout se mélange un peu dans ma mémoire », concède-t-il. La confusion ne règne pas seulement dans la tête du devin ! En somme, un roman qui n’en est pas un ; une mythologie réduite à une compilation.

Geneviève Hoffmann

Professeure d’histoire grecque, Université d’Amiens

Citer cet article comme : Geneviève Hoffmann, Compte rendu « La Mythologie racontée par un témoin ? Tome 1 : Le Roman des dieux grecs », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/02/2017, https://reainfo.hypotheses.org/5601.

Crédits image : première de couverture. © Edilivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *