Actualités : appel à communication pour séminaires “Manger, boire, parer, parfumer pour l’éternité Les offrandes biologiques pour les morts du Néolithique à l’époque moderne”

Date limite d’inscription : 12 décembre 2016

Date / lieu des séminaires

  • Premier séminaire, Université de Bretagne Sud (Lorient), 10 novembre 2016 : Substances aromatiques, cosmétiques et magico-médicinales pour les morts
  • Deuxième séminaire, Aix-Marseille Université, printemps 2017 : Le banquet funéraire et les offrandes alimentaires
  • Troisième séminaire, Université de la Rochelle, automne 2017 : Offrandes biologiques, gestuelle rituelle et espace funéraire

En archéologie, les rituels funéraires sont toujours complexes à appréhender, restituer et comprendre. L’abondance des témoignages matériels qu’ils peuvent parfois laisser est trompeuse, car ne correspondant qu’à un moment précis des funérailles, celui du dépôt dans la tombe du défunt et du matériel l’accompagnant. Les autres phases du rituel, de la préparation du corps à la commémoration, sont souvent mal documentées tandis que les nombreuses substances organiques n’ont que rarement survécu à l’épreuve du temps. Parmi celles-ci, les offrandes biologiques (végétales/florales, alimentaires, cosmétiques, aromatiques, médicinales et magico-thérapeutiques…) posent de nombreux problèmes d’identification et d’interprétation, dans le cadre des funérailles ou des commémorations.

La manipulation, consommation, l’offrande de matériaux et produits biologiques sous forme de dépôt, de libation, d’ornement (tapis de fleurs, couronnes végétales…) représentent des moments forts des funérailles et célébrations, avec une gestuelle codifiée où les liquides comme les larmes, le sang, le lait, le vin, l’huile, le parfum coulent pour le défunt tandis que les offrandes alimentaires peuvent être très diversifiées (œufs crus ou cuits, pains, galettes, bouillies, oiseaux crus ou cuits, parts de viandes, ragouts…). Parfois, ce sont des fac-similés en terre cuite qui remplacent les offrandes alimentaires tandis que des vases à parfum déposés dans la tombe ont pu ne jamais contenir de parfum comme l’attestent différentes campagnes d’analyses de contenus. Si le défunt n’a pas le même statut avant et après avoir été déposé dans la tombe, il a des besoins qui doivent être comblés et les offrandes biologiques contribuent, avec la gestuelle rituelle, à le satisfaire tout en exaltant son souvenir dans la communauté des vivants.

C’est le rôle fonctionnel et le statut symbolique des différentes offrandes biologiques qui sont au cœur de la problématique d’archéologie funéraire de notre cycle de séminaires. Les différentes sources littéraires, épigraphiques et iconographiques seront convoquées pour être croisées avec les données archéologiques et archéométriques afin d’arriver à une meilleure compréhension de la place des offrandes biologiques dans les rituels funéraires, du Néolithique à l’époque moderne.

Ce cycle  fera l’objet d’une publication de synthèse dans une nouvelle collection du Gaaf au début de l’année 2018. Cette publication intègrera les communications présentées lors des trois séminaires, mais aussi les travaux de chercheurs qui n’auront pu être présents. Il est tout à fait possible de participer à la publication sans avoir participé aux séminaires et donc de proposer un article sans communiquer. Les travaux de recherche en cours, ceux des étudiants de master et de thèse sont les bienvenus.

Pour en savoir plus…

Télécharger l’appel à communication.

Crédits image : affiche des séminaires, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.