Recherches : compte rendu « Les Gaulois à petit pas » de Patrick Maguer

Maguer (P.), Les Gaulois à petit pas. – Illustré par M. Puech. – Paris : Actes Sud Junior, I.N.R.A.P., 2010. – 77 p. – (À petit pas) – ISBN : 978.2.7427.9437.9.

9782742794379

La deuxième de couverture explique ce que signifie I.N.R.A.P., Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, créé en 2002, mais est-ce qu’un enfant comprend l’adjectif préventif ? Et à quel âge est destiné ce petit livre maniable de 78 pages ?

Toujours en deuxième de couverture se trouve un bref tableau des âges : depuis l’Âge du Bronze (2000 à 850 av. J.-C.) jusqu’à la fin de l’Empire romain d’Occident (476 ap. J.-C.).

La présentation est celle du style des bandes dessinées familière aux enfants, avec des dessins coloriés qui accompagnent le texte, dont les mots les plus abstraits sont expliqués dans une rubrique en bas de page, appelée « Kézako ? »… Mais les définitions données font parfois appel à des mots de compréhension difficile. La formule du tout dessin ne rend pas la matière, le volume, les jeux de lumière que des clichés auraient pu donner pour des objets aussi exceptionnels que le casque d’Agris ou le vase de Vix (Fig. 1 à 3). En revanche, elle fournit une atmosphère aux scènes qui sont reconstituées.

dessin-p-61-2

Fig. 1. Dessin du vase de Vix, page 61.

 

cratere-de-vix-1-2

Fig . 2. Vase de Vix (Ve siècle av. J.-C.). Musée de Châtillon-sur-Seine. © Alix Barbet

cratere-de-vix-3-2

Fig. 3. Vase de Vix (Ve siècle av. J.-C.). Détails. Musée de Châtillon-sur-Seine. © Alix Barbet

 

Une succession de chapitres, courts et bien illustrés, traitent de façon exhaustive l’histoire des Gaulois. On commence par les Celtes et par la carte de la Gaule entourée par la Germanie, l’Ibérie, la Bretagne et la Provincia. Un petit historique sur les premiers découvreurs fixe bien les jalons de la percée et de l’émergence de l’intérêt pour les Gaulois, qui intéressera plutôt des adultes. Les deux chapitres suivants sur la maison mettent bien face à face les constructions en terre, bois ou pierre dans le Nord et plutôt en pisé ou en brique crue dans le Sud. L’intérieur est qualifié de « home sweet home » ; est-ce un vieux reste de langue celtique ? On apprend que l’absence de cheminée dans l’unique pièce où l’on fait du feu permet de lutter contre les parasites chassés par la fumée… quand elle ne sert pas à fumer les viandes et la charcuterie.

Plusieurs chapitres traitent ensuite de la ferme et de tout ce qu’elle produit. On apprend que plus le fossé qui entoure la ferme est profond, plus le propriétaire doit être riche… fossé dans lequel on trouve parfois des dizaines d’amphores à vin jetées ! Un dessin panoramique montre alors tous les corps de bâtiments, greniers à usage divers et le puits central. On apprend que les Gaulois étaient de bons agriculteurs et, grâce aux nouvelles techniques de fouilles, on sait qu’ils utilisaient des labours croisés et du fumier. Côté nourriture, à part les céréales et les légumes, il n’y a pas d’arbres fruitiers et seulement une cueillette de raisin sauvage jusqu’à l’arrivée de Romains. Côté élevage, les restes d’animaux mieux observés donnent des informations plus précises sur les animaux domestiques et sur leur taille, par exemple le cochon a la taille d’un chien. À noter que ce sont les belettes apprivoisées qui éliminent les rongeurs, et non pas les chats. Bien entendu, peaux et os d’animaux sont exploités.

À la chasse, il faut abandonner l’idée d’une préférence pour les sangliers. La pêche a du succès, de même les coquillages, mais la mode des huîtres arrivera avec les Romains. La façon de cuire et de manger les aliments variés est passée en revue et l’on note que nos ancêtres aimaient aussi bien boire. À côté du vin importé d’Italie pour les riches, il y a la cervoise ou korma (bière de blé ou d’orge), mais aussi l’hydromel, mélange d’eau et de miel qui fermente. On mange assis sur des sièges ou par terre, mais pas allongés à la romaine. On apprend par Diodore de Sicile qu’un riche gaulois est prêt à échanger un esclave contre une amphore de vin.

Les chapitres suivants nous parlent de la société gauloise et des villes en particulier où l’on remarque que celles du Sud utilisent un système de petites maisons le long d’une rue, où l’on cuisine sur le pas de la porte. L’importance des druides est confirmée et, exceptionnellement une femme, la reine Boudicca, prend la tête de l’armée contre les occupants romains, mais il s’agit de la Grande-Bretagne, un brexit celtique ! Les voyages à pied, en char ou en bateau sont bien décrits, et l’activité commerciale intense, avec une solide réputation déjà pour la charcuterie gauloise. Mais il y a aussi l’artisanat, notamment des bijoux, les armes, dont des casques de parade, mais aussi les statues, dont le rendu en dessin fait penser à des totems africains plutôt qu’aux œuvres originales plus détaillées et qui étaient peintes (Fig. 4 et 5). Il y a bien sûr les ateliers monétaires qui copient au début ceux de Philippe II de Macédoine, et toutes les phases de la fabrication des monnaies nous sont expliquées en images.

Fig. Restitution du temple pré-romain de Glanum. © Alix Barbet

Fig. 4. Restitution du temple pré-romain de Glanum. © Alix Barbet.

dessin-p-37-1

Fig. 5. Dessin : mise en scène de bijoux, armes et casques dans un musée,  page 37.

Plus étonnant est d’apprendre combien contrôler la production et le commerce du sel est fondamental, et comment les Gaulois ont imaginé de placer l’eau salée, récoltée dans des petits pots placés au-dessus d’un four pour obtenir ensuite des pains de sel échangeables. Le chapitre sur le travail du fer est bien conçu avec les différentes étapes de la mine à la forge. Celui sur les vêtements nous apprend comment le dégraissage modéré de la laine la garde imperméable et comment toutes les opérations suivantes de cardage, tissage et couture, sans oublier la teinture, produisent des vêtements hauts en couleur, en contraste avec ceux des Romains. Parmi les accessoires, le torque est évidemment un ornement pour les nobles, hommes ou femmes. Pour les soins du corps, on apprend que ce sont les Gaulois qui ont inventé le savon, dixit Pline l’Ancien.

Quant à la médecine, c’est l’affaire des druides et des devins, car les Gaulois sont très liés à la religion de multiples divinités. Ce sont eux qui fixaient un calendrier à partir du mouvement des astres et le siècle gaulois était de 30 ans, d’après un calendrier en bronze retrouvé. Les grands festins collectifs lors des cérémonies religieuses ne sont pas une invention de bande dessinée et les trouvailles des reliefs de ces festins le prouvent. Suit la liste des principaux dieux gaulois, assimilés par la suite aux dieux romains, illustrée par le chaudron de Gundestrup avec toutes les constellations et les divinités représentées. Si l’importance des druides est avérée, celle des prêtresses, vivant dans des îles interdites aux hommes, est un élément peu connu. La statue d’un barde jouant de la lyre et portant un torque nous est mentionnée, mais sans photo, il y a peu de chance qu’on s’en souvienne.

On sait peu de choses sur les enfants ; quant au monde des morts, la description des différents types d’inhumation ou d’incinération manquent d’images concrètes. Bien sûr, il y a un effort pour présenter la tombe de Vix, mais là aussi des clichés auraient été nécessaires. On apprend que des momies ont été trouvées, piégées dans des tourbières et qu’il s’agit de victimes de sacrifices.

Les dernières pages de ce petit livre expliquent le travail des archéologues, du repérage à pied à l’utilisation de la photo aérienne ou celle de la résistivité électrique, ainsi que le recours aux spécialistes pour analyser et étudier aussi bien les ossements d’animaux ou d’humains, que des pollens ; mais on notera une erreur, celle d’écrire qu’il faut laver les tessons de poterie, ce qui peut entraîner la perte d’indices importants, comme des traces de peinture. Enfin, l’équipement militaire est passé en revue, et on découvre que l’arc est peu utilisé, mais que la cotte de maille est une invention gauloise. Deux pages entières sont consacrées à Vercingétorix, premier héros français ! Puis, bien sûr, la guerre des Gaules menée par Jules César est évoquée et l’on fait un sort à « nos ancêtres les Gaulois », en énumérant tous les peuples qui se sont installés sur ce territoire jusqu’au XXe siècle.

Une bonne idée clôt ce livre, c’est un quiz de quatre pages où l’on pose des questions avec des choix multiples, dont les bonnes réponses se trouvent dans les pages qui précèdent.

Alix Barbet

Directrice de recherches honoraire, C.N.R.S.

Pour rebondir :

Un dossier : magazine « Bienvenue chez les Gaulois » sur le site de l’INRAP. Avec un jeu-quiz en ligne.

Citer cet article comme : Alix Barbet, Recherches : compte rendu « Les Gaulois à petit pas » de Patrick Maguer, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/10/2016, https://reainfo.hypotheses.org/6143.

Crédits image : première de couverture. © Actes Sud Junior, INRAP.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search