Recherches : compte rendu de la journée d’étude “Labraunda Day: New Research at the Karian Sanctuary of Zeus”

Date / lieu : 2 février 2016 / Institut de Recherches Suédois d’Istanbul (SRII)

Le 2 février 2016 s’est tenu la journée d’étude consacrée aux recherches sur le sanctuaire de Labraunda en Carie. L’événement est accueilli depuis 2012 par l’Institut de Recherches Suédois (SRII) à Istanbul. L’ensemble des communications était en anglais. Cette journée fait écho à la journée d’étude qui a eu lieu à Paris, au laboratoire AOROC (ENS), lors de la journée du vendredi 13 novembre 2015. La rencontre stambouliote a commencé par une introduction d’Olivier Henry, directeur des fouilles, des différents projets archéologiques et de mise en valeur du site (topographie, photogrammétrie, archéobotanique, étude des mortiers et des tuiles, restitutions 3D, construction des laboratoires céramique, etc). Elle a permis de souligner la vivacité des recherches menées par une soixantaine d’intervenants et sur deux mois, à l’intérieur comme à l’extérieur du sanctuaire. L’accent a été mis sur la continuité de la collaboration avec les chercheurs suédois dont les prédécesseurs avaient donné leurs premiers coups de pioche dans le sanctuaire de Zeus en 1948.

La première session avait trait à l’eau dans et autour d’un sanctuaire qui compte une multitude de fontaines. L’intervention de Felipe Rojas, Angela Comito et Peter De Staebler avait pour objet l’étude des fontaines monumentales réalisée par la Brown University Labraunda Project. Cette étude avait débutée en 2012 par la fouille du bâtiment hypostyle situé à l’angle sud-est du sanctuaire. Ce bâtiment entièrement construit en pierre (y compris la toiture) paraît avoir été érigé à la fin de l’époque classique et avoir été réaménagé à l’époque romaine. Une seconde fontaine monumentale (fontaine ouest) a été fouillée lors de la campagne 2015 au nord-ouest du sanctuaire. La céramique et l’architecture suggèrent une date de construction similaire à celle du bâtiment hypostyle. Ayşe Henry et Christophe Bost ont ensuite présenté leurs recherches sur les Bains Est débutées en 2014. Si le plan des thermes n’est pas encore connu en totalité, plusieurs salles des thermes ont été mises au jour. Le bâtiment a visiblement été réoccupé et l’une des pièces s’est vue équipée d’un four domestique pour lequel une datation au Ve-VIe s. ap. J.-C. est proposée. Il est très probable que cette réoccupation soit contemporaine du fonctionnement de l’Église Est. En 2015, les recherches se sont poursuivies en avant du mur du temenos au sud du sanctuaire. Les fouilles menées par Ömür Çakmaklı portent sur une série de bassins construits à l’époque romaine dont on tente de comprendre la fonction de même que la séquence de comblement. Le matériel découvert dans celui-ci est d’une grande qualité et comprend une quantité très importante de vaisselle fine d’époque romaine.

La seconde session portait sur le territoire de Labraunda. Axel Frejman a présenté la méthodologie et les premiers résultats de la prospection systématique (Surroundings of Labraunda) qu’il entreprend aux abords proches du sanctuaire et qui a pour but de localiser les potentielles zones d’habitats. Plusieurs nouveaux bâtiments ont été découverts. Construits en grand appareil, ils pourraient dater des époques hécatomnide ou hellénistique. Les nombreux murs de terrasse dans la forêt au nord de l’acropole pourraient également appartenir à la période faste du sanctuaire. L’intervention de Baptiste Vergnaud portait sur les recherches entreprises depuis 2012 sur la forteresse de l’acropole située au nord du sanctuaire. Au terme de quatre campagnes de fouilles, il est permis de proposer une nouvelle chronologie pour la construction de cette forteresse qui semble avoir connu deux grandes phases : une première construction sous les règnes de Mausole et Idrieus (dans les années 370-340 av. J.-C.) et une seconde dans le dernier quart du IIIe s. av. J.-C., marquée notamment par l’érection de la tour pentagonale. Cette chronologie correspond avec celle mise en évidence par Lars Karlsson dans les tours et forteresses du réseau défensif établi au sud du sanctuaire. Olivier Henry a ensuite présenté les recherches qu’il mène depuis 2006 sur les nécropoles et les tombes de Labraunda. Il existe trois types de tombes, dont les plus impressionnantes sont celles creusées dans la roche et recouvertes d’énormes couvercles monolithiques. Celles-ci ont en grande partie été pillées dès l’antiquité. Les tombes plus simples ont parfois conservé leur matériel mais aucun reste humain du fait de l’acidité du sol. Ces tombes présentent une séquence d’occupation qui s’échelonne du Ve s. av. J.-C. à l’époque romaine tardive. La communication d’Olivier Henry a également porté sur la fameuse tombe monumentale dominant le sanctuaire et le bâtiment en Pi découvert au sud de celle-ci. Il s’agit probablement d’un espace de banquet lié à la tombe monumentale. Les recherches 2015 ont permis de mettre au jour une nouvelle construction en dessous du bâtiment en Pi. La chronologie de ce secteur demeure problématique mais il semble qu’il fut aménagé entre l’époque archaïque et l’époque hellénistique.

La dernière session portait sur la culture matérielle. La communication de Pontus Hellström (directeur des fouilles de Labraunda de 1979 à 2003) portait sur l’architecture des bâtiments les plus emblématiques du sanctuaire de Zeus : les Andrones. Ces salles de réception monumentales se comptent au nombre de trois et furent érigées par Mausole (Andron B) et Idrieus (Andron A). La date de l’Andron C reste problématique. Pontus Hellström a procédé à une description générale de l’architecture de ces bâtiments et présenté ses réflexions sur la chronologie de ces derniers. Cette présentation a été complétée par celle de Jasper Blid qui est chargé de l’étude des marbres associés aux Andrones. De nombreuses restitutions architecturales sont proposées et seront incluses dans la publication finale des salles de banquet qui devrait intervenir en 2017. Jasper Blid a particulièrement insisté sur les piliers d’antes et leurs chapiteaux dont la partie supérieure faisait saillie et portait des sculpture (griffons ?) à en juger par les encoches visibles à la surface des blocs. Ragnar Hedlund a ensuite présenté l’état d’avancement du projet entrepris, avec le contributeur précédent, sur la terrasse M qui s’étend à l’ouest du temple. Cette terrasse porte une grande stoa (au sud) et était accessible par des propylées (est) dont le premier état, sans doute tardo-archaïque, fonctionnait avec le premier temple de Zeus, daté de la toute fin du VIe s av. J.-C. Les bâtiments de ce secteur ont subi de nombreuses transformations entre l’époque hécatomnide et l’époque romaine impériale. Vasilica Lungu a ensuite présenté les recherches entreprises sur la céramique de Labraunda par elle et son équipe depuis 2012. Un inventaire général est en voie de réalisation. L’étude porte sur l’ensemble des secteurs actuellement étudiés, mais elle inclut également les découvertes effectuées par le passé dans le cadre des fouilles suédoises. Enfin, Agneta Freccero a présenté son étude de la provenance des marbres qui ornaient les grands monuments du sanctuaire (temple, andrones, propylées, etc.). Il s’avère que les marbres, de qualité variable, proviennent de plusieurs gisements localisés autour de Mylasa, Eurômos ou encore Héraclée du Latmos.

 Cette journée d’étude, qui a permis de faire le bilan des découvertes des dernières campagnes de recherche, a été clôturée par Pontus Hellström qui a offert une présentation étendue des Andrones de Labraunda. L’auditoire a pu mesurer l’étendue des efforts investis dans l’étude de ces bâtiments exceptionnels, examinés avec la minutie d’un grand archéologue qui avait posé le pied à Labraunda pour la première fois en 1960 et qui connaît chacun des blocs du sanctuaire de Zeus comme s’il les avaient taillés lui-même.

Rapports préliminaires et informations générales sont disponibles à l’adresse suivante : http://labraunda.org/Labraunda.org/Welcome_to_Labraunda.html

Le sanctuaire de Labraunda est inclus dans un reportage en cours de réalisation sur le Mausolée d’Halicarnasse. Les premières images sont visibles en suivant ce lien :

Baptiste Vergnaud

Post-doctorant, LaScArBx, Université Bordeaux Montaigne

Programme de la journée.

Citer cet article comme : Baptiste Vergnaud à propos de Recherches : compte rendu de la journée d’étude “Labraunda Day: New Research at the Karian Sanctuary of Zeus”, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 16/02/2016, https://reainfo.hypotheses.org/662.
Pour rebondir :

Une exposition : une exposition de photographies  d’A. Konyall qui a eu lieu à l’ENS à Paris du 26 oct au 26 nov 2015.

Crédits image : affiche de la journée d’étude, site internet des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search