Faire vivre l’histoire autrement. Entretien avec Brice Lopez

Brice Lopez et l’équipe d’Acta font vivre l’Antiquité par la représentation de combats de gladiateurs avec un point de vue historique, mais également pédagogique, au cours d’ateliers ou de démonstrations organisés auprès de musées, écoles et collèges, ou lors de journées antiques. Spécialisés dans l’archéologie expérimentale du sport, leur action s’étend des jeux olympiques antiques au théâtre romain, en passant par le phénomène de la gladiature et de la légion romaine. Avec Brice Lopez et ACTA, tentons de mieux cerner les gladiateurs, leur entraînement, leur vie et leurs combats pendant la Rome antique…

Reainfo : Comment se déroulait un combat de gladiateurs au temps de la Rome antique et quel type de combat proposez vous aujourd’hui lors de reconstitutions historiques ?

Brice Lopez : Dans un premier temps, il faut prendre en compte la longue durée (plusieurs siècles) pendant laquelle les « combats de gladiateurs » ont existé dans l’Antiquité. Nous distinguons trois périodes au moins :

  1. L’origine extra-romaine de la gladiature ;
  2. La proto-gladiature romaine ;
  3. La gladiature du Ier siècle avant notre ère au IVe siècle de notre ère.

La période que nous connaissons le mieux, qui est la mieux documentée, est la période du Ier siècle avant notre ère au IVe siècle de notre ère. Nous présentons en « spectacle » cette période d’apogée de la gladiature. Cette gladiature du Ier siècle avant notre ère au IVe siècle de notre ère est une pratique qui a donc plus de trois siècles d’existence et de développement. Aussi est-elle parfaitement structurée, codifiée et unifiée. Elle va se développer dans toute la République et l’Empire comme un facteur de romanisation. Les Romains vont lui associer la construction d’édifices dédiés, les amphithéâtres, ce qui accentuera encore le processus de romanisation. Mais il faut bien comprendre que l’édifice seul ne suffit pas, il est comme un clou sans marteau. Il ne peut, à lui seul, servir à lier le monde romain et les peuples conquis. C’est l’action, proposée dans les amphithéâtres, appelée par les romains ludi (jeux), qui servira de « marteau » pour enfoncer le clou de la romanisation et lier les peuples conquis à la civilisation romaine. Outre tout le cérémonial important avant les jeux eux-mêmes, le combat se déroule de façon très « spectaculaire » et codifiée :

  1. Des publicités s’étalent sur les murs des villes accueillant les combats ;
  2. Une présentation des combattants est prévue avant le show : la pompa ;
  3. L’entrée des gladiateurs sur la piste est digne de grands shows américains ;
  4. Des pancartes avec les noms des gladiateurs sont brandies et permettent au public d’identifier et de soutenir leurs combattants préférés ;
  5. Les combattants portent des noms de scène qui permettent de mettre en scène des duels manichéens. Exemple : Eros / Xanthus ;
  6. La mise en scène est bien rodée, tout est fait pour donner aux gladiateurs un statut de « star » ;
  7. L’espace de combat est parfaitement calibré, de manière non seulement à donner au public un spectacle grandiose, mais aussi à assurer une distance entre spectateurs et hommes de spectacles.

Si le combat est effectivement lancé par un arbitre, nous ne savons en revanche que peu de choses sur le salut éventuellement fait par les gladiateurs avant le combat. Je rappelle ici que la fameuse phrase « moritori te salutant » rapportée par Suétone n’a pas été prononcée par des gladiateurs, mais par des naumattes (prisonniers combattants lors d’une naumachie).

Les deux combattants s’affrontent avec, comme volonté principale, de faire du spectacle tout en sortant vivants du combat. Nous savons aujourd’hui qu’il y a deux types de victoires représentées dans l’iconographie : d’un côté par les palmes et de l’autre par les couronnes, qui illustrent deux types de combat, et vraisemblablement deux issues différentes pour lesquelles nous ne pouvons qu’émettre des hypothèses. Nous supposons que certains combats ne vont jamais jusqu’à la mort d’un des deux combattants, quand d’autres, plus prestigieux, sont des combats où les gladiateurs risquent la mort, risque prévu à l’avance et rédigé par contrat. Dans tous les cas, l’iconographie montre bien des gladiateurs en train de lever le doigt pour demander l’arrêt du combat, poser un genou au sol et ensuite, dans certains cas, faire un signe très précis pour demander la mort. Ce geste n’a rien à voir avec celui montré dans les péplums et inventé par Gérôme, peintre pompier du XIXe siècle.

Que montrent les sources archéologiques ? Elles montrent bien la main tendue du gladiateur dirigée vers l’adversaire, les gradins ou l’arbitre. Ce geste décrit par Quintilien dans L’art oratoire est nommé  « infestus pollex », qui signifie la main contre, la main du malheur. C’est un choix de traduction contestable d’un texte de Juvénal qui a amené cette erreur de Gérôme, reprise allégrement ensuite par les péplums et par l’ensemble de la communauté jusqu’à ce que nous pointions du doigt cette erreur avec Dario Battaglia, archéologue italien, au début des années 1990. Le gladiateur vaincu est-il mis à mort par le producteur du spectacle ? Ce dernier fait-il un geste précis ? Nous n’en savons rien car aucune source archéologique n’en fait mention.

En revanche, ce que semblent nous montrer les sources archéologiques, c’est un gladiateur victorieux qui dirige son arme vers le cou du vaincu et qui, et avec l’aide de celui-ci, l’enfonce sous la clavicule en direction du cœur.

Reainfo : Quelle préparation est nécessaire pour proposer de telles restitutions ? Quelle était la formation des gladiateurs pendant l’Antiquité ?

Brice Lopez : Dans notre travail de restitution de ces combats, il y a deux grandes parties  :

  1. La recherche ;
  2. La pratique.

Les recherches sont menées par une équipe constituée d’historiens et d’archéologues, mais aussi de spécialistes du sport. Je coordonne personnellement les recherches et les mets en application dans des exercices pour l’équipe de sportifs combattants. Cette équipe met ensuite en pratique les restitutions sous forme de spectacles. Cette deuxième partie pratique est très longue et nécessite beaucoup de temps d’apprentissage afin d’obtenir des résultats probants. Les combattants passent beaucoup d’heures à l’entraînement et surtout ils font beaucoup de combats. L’équipe actuelle d’ACTA est composée d’une dizaine de combattants et réalise environ 2500 combats par an. Le rythme est très soutenu et très physique. C’est une véritable pratique sportive de haut-niveau.

Dans l’Antiquité, nous savons que les volontaires gladiateurs intègrent une école dans laquelle ils vont apprendre le maniement des différentes panoplies sous la férule d’un ou plusieurs entraîneurs les « doctores ». Les situations devaient être très diverses en fonction de la richesse de l’école. Nous avons une hypothèse qui fait débat dans le milieu de l’expérimentation, celle sur un cursus d’apprentissage. En effet, nos expériences tendent à démontrer que les gladiateurs doivent passer par des bases techniques communes qui sont toutes incluses dans la panoplie du Provocator. Ils passent ensuite par l’étape du triptyque Murmillon/Thrace/Hoplomaque qui constitue le cœur de la gladiature de cette période, avant d’entamer l’apprentissage des panoplies complexes que sont les oppositions entre le rétiaire et ses adversaires : Secutor et Scissor.

Reainfo : À partir de quelles sources se basent vos reconstitutions des combats ?

Brice Lopez : Notre travail de recherche s’appuie sur trois types de sources :

  1. Les sources archéologiques directes : casques, armes, pièces d’armures, tous les éléments directement utilisés par les gladiateurs antiques et découverts par les archéologues ;
  2. Les sources archéologiques indirectes : objets du quotidien des Romains et des peuples antiques qui sont décorés de représentations de combats : lampe à huile, vase, pierres tombales, couteaux décorés, mosaïque, bijoux… Cela représente plusieurs milliers d’images ;
  3. Les textes de la littérature classique.

Ces trois sources ne sont pas étudiées de la même manière. Les sources archéologiques directes nous servent pour l’archéologie expérimentale. Sans objet direct, on ne peut pas retrouver le geste associé, et donc pas appliquer d’archéologie expérimentale ! Les sources iconographiques nous servent pour l’archéologie du geste et les sources littéraires nous donnent, outre les contextes, des points de vue et des situations qui nous permettent de faire des restitutions de situations (voir ci-dessous les schémas explicatifs).

Fig. 1. Schema explicative de l'utilisation des sources.
Fig. 1. Schema explicative de l’utilisation des sources.
Fig. 2. Schéma explicatif de recherche expérimentale d'Acta sarl. Cl. B. Lopez.
Fig. 2. Schéma explicatif de recherche expérimentale d’Acta sarl. Cl. B. Lopez.

Reainfo : Et en ce qui concerne l’armatura, la panoplie des gladiateurs ?

Benoit Lopez : Pour les panoplies, nous utilisons principalement les sources archéologiques directes, mais les autres sources sont aussi intéressantes quand il n’y a pas de sources directes ; cela a été le cas pour les boucliers. Nous utilisons aussi des sources qui ne sont pas directement liées à la gladiature. Gardons l’exemple des boucliers : il n’y a pas de boucliers de gladiateurs qui ont été découverts, mais plusieurs boucliers de légionnaires l’ont été. Les boucliers de légionnaires découverts nous donnent des indications sur les modes de fabrication. Ces modes de fabrication sont sûrement les mêmes ou du moins très proches en ce qui concerne les boucliers de gladiateurs. Ils nous donnent aussi de bonnes indications sur les dimensions et les masses. Nous utilisons donc principalement des sources archéologiques directes plus fiables, mais sans jamais perdre de vue les autres documents.

Reainfo : Qu’apporte l’archéologie expérimentale au renouvellement des connaissances des combats antiques ?

Brice Lopez : Les recherches expérimentales – archéologie expérimentale et archéologie du geste – nous éclairent d’un nouvel angle. L’étude historique, qui prend en compte principalement les textes comme sources premières et principales, ne donne qu’une vision plane d’un objet en trois dimensions. L’archéologie amène une deuxième dimension, les recherches expérimentales la troisième dimension nécessaire pour réduire le champ des possibles et se rapprocher de la « vérité » historique (voir image 3D ci- dessous).

Image 3D. Cl. B. Lopez
Fig. 3. Image 3D de la vision d’un objet historique. Cl. B. Lopez

De façon concrète pour la gladiature, nous pouvons affirmer grâce à l’archéologie expérimentale que les gestes utilisés par les gladiateurs du Haut-Empire sont le fruit de l’évolution des gestes, permis par l’armement guerrier utilisé dans les premiers temps de la gladiature (rites funéraires), mais placés dans un contexte de spectacle sportif et ludique, plusieurs siècles plus tard. Si dans les premiers temps, les gladiateurs s’affrontent avec des armements guerriers, ils vont modifier ces armes pour qu’elles puissent s’adapter au monde du spectacle, que leur utilisation soit lisible pour les spectateurs, mais aussi à un duel où on ne doit pas tuer l’autre, un contexte où le geste doit être contrôlé ; un corpus de gestes très spécifiques à la gladiature va donc voir le jour, des gestes complexes, visuels, permettant aux deux adversaires de devenir davantage des partenaires, un peu à l’image de ce qui se passe dans les matches de catch. Tout ceci ne s’est évidemment pas fait d’un seul coup d’un seul, mais durant une longue évolution qui va s’étaler sur plus de 600 ans.

Reainfo : Les gladiateurs appartiennent à l’imaginaire collectif. Les représentations et clichés de leurs affrontements sanguinaires perdurent. Les combats de gladiateurs étaient-ils des jeux de massacre où tous les coups étaient permis et la mort systématique ?

Brice Lopez : Comme je viens de l’évoquer plus haut, l’arsenal technique découvert par la recherche expérimentale montre bien que l’on est loin de l’image d’Épinal. Les armes de poing des gladiateurs sont courtes, voire très courtes. Ce type d’armes favorise les phases de corps-à-corps et, dans le cadre d’un objectif non mortel, elles sont plus faciles à contrôler que de longues épées.

On sait bien que si l’on souhaite mettre à mort l’autre, l’estoc, c’est-à-dire la pointe en avant, sera l’attaque la plus « efficace ». Pourtant, sur les milliers d’images archéologiques nous montrant des combats de gladiateurs, on n’observe pas distinctement d’armes plantées dans le corps de l’adversaire ; on y voit en revanche nombre de blessures par entailles. Même la lance et le trident des armes, pourtant dédiées à l’attaque en pointe, ne se retrouvent jamais plantées dans le corps de l’adversaire. Il s’agit donc bien d’un contrôle précis des gestes et des attaques que le gladiateur réalise pendant le combat et pas d’une avalanche de coups débridés cherchant à tuer l’autre.

Si l’on prend en compte l’archéologie des armes et des armures découvertes, l’expérimentation et l’iconographie abondante, on voit clairement apparaître une forme de combat donc l’objectif n’est pas la mort systématique. Oui, des gladiateurs pouvaient mourir au combat, mais :

  1. Ce n’est pas le combattant adverse qui met à mort le gladiateur.
  2. Tous les combats ne se font pas avec des armes « tranchantes et piquantes ».
  3. Il y a des combats particuliers avec des armes particulières, qui permettent une mise à mort éventuelle du gladiateur. Ex : I. Cret. IV, n°305.
  4. Les deux combattants font très souvent partie de la même école, se connaissent et un lien fort les unit au ludus . Ex : le Médaillon de Cavillargues (voir ci-dessous) qui montre que les deux gladiateurs appartiennent à la même école, CAES, pour Caesaris.
    Fig. 3. Médaillon de Cavillargues. Cl. B. Lopez
    Fig. 4. Médaillon de Cavillargues. Cl. B. Lopez

    Autre exemple : les inscriptions sur des tombes de gladiateurs montrent qu’elles ont été offertes par les membres de la familia.

    Mur(millo) Columbus Serenianus XXV nat(ione) Aedus hic adquiescit Sperata conjux.

    Le murmillon Columbus Serenianus de 25 ans, éduen d’origine, repose ici. Sa femme Sperata a fait élever ce tombeau.

    CIL XII, 3325.

    Tr(ax) Q(uintus) Vettio Gracili cor(onarum) trium annorum XV natione Hispan donavit L(ucius) Sestius Latinus D(octor?).

    Au thrace Quintus Vettius Gracilis, aux trois couronnes, âgé de 25 ans, de nationalité espagnole, le doctor(?) Lucius Sestius Latinus a donné ce tombeau.

    CIL XII, 3332.

  5. Les inscriptions latines et les textes retrouvés sur différents supports laissent entendre que pour qu’il y ait la mort, il faut que l’un des deux gladiateurs soit au sol. Donc si aucun des deux ne veut se soumettre, on retrouve des « égalités ». Sur le Médaillon de Cavillargues, on retrouve l’inscription STANT MISSI, stantes missi, qui signifie « renvoyés debout ».
  6. Cette mort était le choix, accepté par le combattant au préalable, d’une mort rare et donnée sur ordre du producteur du spectacle en fin de combat en cas de soumission, dans des combats prévus à l’avance pour être sine missione (sans soumission).

On voit donc que la mort est loin d’être systématique et loin d’être le fait d’un asservissement barbare d’un condamné par une élite. Je renvoie à ce titre au texte de Sénèque : Lettres à Lucilius, I, 7. Il existe bien des « jeux » barbares, où des condamnés sont mis à mort mais ils sont différents des jeux de gladiateurs. Ce sont les ludi meridiani que l’on pourrait assimiler à nos condamnations à mort avec public.

Reainfo : Le personnage de Spartacus participe au mythe des gladiateurs. Que connait-on réellement de lui ?

Le personnage de Spartacus, tout comme le signe de la vie et de la mort, sont symboliques de l’historiographie de la gladiature et de l’énorme influence des artistes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle sur l’écriture de l’histoire antique. Le XIXe siècle a vu un regain d’intérêt pour l’Antiquité comme on le voit assez régulièrement dans l’histoire dès le Moyen Âge. À cette période donc, de nombreux artistes se sont intéressés au sujet, ils ont écrit des romans historiques : Salammbô, Quo Vadis… ; ils ont peint des tableaux ou réalisé des sculptures, etc. ; le tout en s’appuyant plus ou moins sur les données historiques de leur époque, c’est-à-dire bien souvent lacunaires et surtout loin de la réalité historique, car dépourvues de données archéologiques fiables. Prenons l’exemple de Flaubert : qu’a-t-il pu connaître de la Carthage antique en se promenant sur les ruines d’un site à peine dégagé à l’époque et dont on ne sait aujourd’hui encore pas grand chose ? Et que dire de Quo Vadis qui est la transposition d’un conflit russo-polonais dans le monde de Néron !

Nous connaissons tous aujourd’hui le pouvoir de l’image et il est évident que ces œuvres ont largement influencé les réalisateurs de cinéma, qui ont eux-mêmes très largement influencé les jeunes historiens du début du XXe siècle. Tout cela a contribué à constituer des « mythes historiques », dont Spartacus fait partie.

À ce sujet, il est bon de rappeler ici que seuls cinq auteurs antiques ont écrit sur la révolte de Spartacus. Ces cinq auteurs ont vécu à plusieurs siècles différents et aucun d’entre eux n’a été un contemporain de Spartacus. De plus, ils écrivent tous à partir de documents aujourd’hui perdus et que l’on ne peut pas étudier ou à partir de traditions orales. On voit bien en relisant ces cinq auteurs qu’ils ne sont pas même d’accord entre eux, ne serait-ce que sur des éléments simples comme la date de naissance de Spartacus, qui varie de plus de quarante ans d’un auteur à l’autre. Il n’est donc pas possible de faire un travail de recoupement des sources et donc impossible d’alimenter la thèse d’une révolte. Plusieurs questions que je me pose n’ont pas de réponse et jettent le trouble sur ce que l’on croit savoir de cette révolte. Pourquoi aucune source archéologique ne reprend-elle l’image de Spartacus ? Pourquoi ne trouve t-on aucune monnaie à son effigie ? Il n’aurait donc pas fait battre monnaie ? Mais alors comment a t-il pu faire vivre et équiper les milliers de combattants qui sont censés l’avoir suivi, sans monnaie d’échange ? Où a-t-il trouvé les armes pour équiper ses partisans ? Aucune arme ni aucune trace de leur fabrication n’ont été retrouvées… Vous imaginez bien qu’une campagne de combat aussi importante que celle-là laisse des traces archéologiques visibles !

Et pourquoi ne retrouve-t-on pas de poteries ou de pièces archéologiques à son effigie ? Aucune lampe à huile, aucune urne, aucun vase, aucune mosaïque, aucun document archéologique ne représente ce fameux Spartacus…

Pour finir, nous savons que les historiens marxistes se sont accaparés la révolte de Spartacus pour en faire un symbole de la révolte du peuple. Je rappelle ici que « les Spartakistes » fut un mouvement politique d’extrême gauche marxiste révolutionnaire, actif en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale et le début de la révolution allemande de 1918-1919. Avec cet exemple, on voit combien la période de la fin XIXe siècle et du début du XXe siècle a été influente sur la vision que nous nous sommes faits de l’Antiquité. Donc, et pour résumer, on ne sait pas grand chose sur Spartacus et le peu que nous en savons ne nous donne aucune certitude sur son statut de gladiateur. Nous savons que des révoltes serviles ont eu lieu, qu’un Spartacus a pu mener une de ces révoltes, mais nous ne pouvons pas affirmer qu’il était gladiateur. L’histoire de Spartacus est à placer davantage comme un symbole marxiste que comme une réalité marquante du monde romain.

Reainfo : Quel était le statut social des gladiateurs à l’époque romaine ?

Brice Lopez : Les gladiateurs ont pour la plupart un statut servile. Cependant, la servitude dans l’Antiquité n’est pas comparable à celle des esclaves des champs de coton américains. Certes, une forme d’esclavage existe, mais elle cohabite avec une forme de servitude consentie et volontaire pour certains cas. De nombreux métiers font appel à des esclaves volontaires signant l’auctoramentum, un contrat particulier de servitude. Les gladiateurs sont souvent dans cette catégorie d’esclaves volontaires. Mon hypothèse est que s’ils endossent le statut d’esclaves, c’est à des fins juridiques. Comme la mort est possible dans l’amphithéâtre, notamment lors des combats de gladiateurs sine missione, ces derniers ne peuvent pas avoir le statut de citoyen romain, car tout citoyen romain est protégé par la loi et ne peut être mis à mort sans procès. Il faut donc que le gladiateur ait un statut autre, celui d’esclave permet de ne pas aller à l’encontre du droit romain.

Reainfo : Au-delà du travail de recherche, une partie importante de vos actions consiste à diffuser les connaissances ainsi acquises auprès d’un large public, et notamment auprès des plus jeunes. En quoi ces restitutions participent à la valorisation des Sciences de l’Antiquité ?

Brice Lopez : Qui dit valorisation des Sciences de l’Antiquité à un niveau sérieux, dit combattants et médiateurs professionnels. Et pour financer une équipe de combattants professionnels à même de faire un nombre important de combats nécessaires à la recherche et à toutes les phases de tests expérimentaux, j’ai rapidement compris qu’il fallait trouver des moyens financiers importants. J’ai opté pour la création d’animations et de spectacles ludo-pédagogiques. Le but est de donner des informations historiques dans un cadre spectaculaire et ludique. Nous partons du postulat que les émotions fortes suscitées par le combat de gladiateurs permettent de fixer les connaissances distillées. Nous travaillons pour cela en collaboration avec des enseignants de lettres classiques, d’histoire et d’E.P.S. qui nous font venir dans leurs établissements ou qui viennent nous voir en Provence romaine. Nous avons notamment créé un module sur vingt heures « Les Civilisations anciennes par le sport » dans lequel nous abordons le monde des gladiateurs en incluant le résultat de nos dernières recherches. Les élèves suivent avec des cours de civilisation axés sur la gladiature, ainsi que des cours d’E.P.S. dans lesquels ils apprennent des techniques de combats de gladiateurs avec du matériel adapté que nous avons créé pour cette activité. Ainsi, en fin de cursus, les élèves ont rempli un livret pédagogique reprenant l’histoire des gladiateurs et appris des techniques de combats et des termes latins que l’arbitre utilise pendant les combats. Ils sont alors en mesure de se présenter devant les autres élèves de l’établissement et leurs familles pour une « démonstration     spectacle ».

Nos animateurs rencontrent environ 20 000 élèves par an dans les établissements scolaires de toute l’Europe francophone, dans les monuments d’Arles et sur notre lieu d’accueil, le Parc Historique de Beaucaire. Je pense que toutes les initiatives qui offrent au jeune public l’occasion de rencontrer l’Histoire, le patrimoine, les civilisations et langues anciennes sont les bienvenues. Elles permettent de montrer l’étendue et l’influence de ces périodes, les liens qu’elles ont avec nous et leur imbrication dans nos sociétés modernes. Elles permettent une ouverture d’esprit qui est importante pour le vivre ensemble, c’est en tout cas dans cet objectif que nous œuvrons  à les faire connaître.

Vidéos YouTube : Thrace vs murmillon

Page Facebook d’Acta.

Entretien réalisé par Séverine GARAT.

À lire dans la R.E.A. :

Kayser (Fr.), « La gladiature en Égypte »R.E.A. 102-3/4, 2000, p. 459-478.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Faire vivre l’histoire autrement. Entretien avec Brice Lopez, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/04/2017, https://reainfo.hypotheses.org/6919.

Crédits image : © Magali Aguilera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *