La bande dessinée et l’histoire ancienne. Entretien avec Pauline Ducret

Pauline Ducret est rédactrice en chef d’une revue en ligne, spécialisée dans l’étude des bandes dessinées historiques Cases d’Histoire le mag., avec son pendant un site internet. Y sont présentées des bandes dessinées, décryptant la représentation des faits historiques. La réflexion est mise sur le traitement de l’Histoire par la bande dessinée sur un temps long. Cette pensée se fait au travers d’articles d’analyse, d’entretiens avec des auteurs, mais aussi et surtout avec des scientifiques, chercheurs, universitaires ou spécialistes des sujets traités.

Reainfo : La bande dessinée historique a le vent en poupe, avec 450 titres parus en 2014. Peut-on parler d’un genre  à part au sein du 9e art ?

Pauline Ducret : Définir la bande dessinée historique est un exercice difficile. Un certain nombre de librairies choisissent une définition très réductrice et limitent leur rayon « bandes dessinées historiques » à des albums à visée pédagogique. Au contraire, à Cases d’Histoire, nous avons retenu une définition large prenant en compte l’ensemble des titres qui font référence à un moment donné de l’histoire humaine, sans la limiter aux ouvrages à visée didactique. Cela nous permet de souligner la vivacité de cette production pléthorique, mais aussi très riche.

Pascal Ory[1] distingue quant à lui deux sous-genres de bandes dessinées où apparaît l’Histoire : la bande dessinée historienne, dont le propos principal est de mettre en scène l’Histoire, et la bande dessinée historique, qui utilise un cadre historique plus ou moins précis pour construire des histoires originales. Pour la période antique, Alix, du moins dans sa version originale, plus récemment les séries Le Casque d’Agris[2] ou Arelate[3], sont à ranger dans ce premier ensemble globalement homogène : un style réaliste, une intrigue-prétexte, l’apparition de grands personnages historiques… Le deuxième ensemble, à la fois plus hétérogène et bien plus riche, comprend quant à lui des titres aussi divers que Murena[4], Les Aigles de Rome[5] ou Astérix[6]. Bien sûr, ces catégories sont en partie poreuses. Mais il me semble que, là où ces deux pans se rejoignent et permettent de définir un genre que l’on appelle communément la bande dessinée historique, c’est dans leur rôle dans la création et l’utilisation d’un imaginaire historique commun. Je le définirais bien pour ma part comme l’ensemble des titres qui participent de cet imaginaire historique collectif ; ce qui explique par exemple que la première image qui vient à l’esprit lorsque l’on parle d’un druide est un barbu grisonnant. De fait, cet imaginaire n’est pas construit par la seule bande dessinée, loin de là ; mais le point de rencontre entre Astérix, Murena et Les Aigles de Rome, pour rester dans la bande dessinée franco-belge, me semble à chercher dans leur utilisation et leur recréation de cet imaginaire collectif qu’ils contribuent à former.

Reainfo : Quels sont les différents sujets abordés dans ce type de bandes dessinées ?

Pauline Ducret : Les sujets sont également très divers, à l’image de la production. On observe cependant de grandes tendances, notamment dans les époques évoquées. La période contemporaine est ainsi très largement surreprésentée et, en son sein, les deux guerres mondiales – plus encore, la Seconde – tiennent le premier plan. Cela peut s’expliquer par la prépondérance de l’histoire contemporaine dans d’autres domaines : celui de l’enseignement, les programmes scolaires étant largement déséquilibrés au profit des périodes récentes, ou celui de la recherche, où le nombre de chercheurs comme de publications scientifiques en histoire contemporaine est supérieur à celui des autres périodes. Cela dit, cette explication ne suffit pas à rendre la très nette majorité d’albums portant sur cette période. La raison principale est plutôt d’ordre économique : la Seconde Guerre mondiale est le moment historique le plus « vendeur » et les éditeurs acceptent bien plus facilement des projets dont le scénario se déroule sous l’Occupation que ceux qui prennent pour cadre l’empire parthe… D’autres aspects matériels sont également à prendre en compte. Il est par exemple plus difficile pour un dessinateur de dessiner un cheval qu’une voiture et donc pour un scénariste ou un éditeur de faire illustrer un album se passant dans l’empire des steppes. À cela s’ajoute la documentation disponible : l’apparition de la photographie facilite grandement la représentation du XXe siècle.

Cette préférence pour des moments historiques plutôt que d’autres se retrouve aussi pour d’autres périodes. Pour ce qui est de l’Antiquité romaine, ce sont les Iers siècles avant et après J.-C. et, dans une moindre mesure, les débuts de la chrétienté, qui tiennent le haut du pavé, alors que la Monarchie, la Haute République ou les IIe et IIIe siècles après J.-C. sont très peu traités. Et que dire de la période byzantine, que seule la série Maxence[7] sauve du néant ?

Ces préférences d’ordre chronologique sont bien sûr liées à des attraits thématiques : la guerre, quelle que soit l’époque, est souvent un cadre dramatique privilégié (350 albums sur les 450 sortis en 2014), et les amours de César et Cléopâtre intéressent bien plus que la crise politique et économique du IIIe siècle après J.-C. De même, le nombre plus important d’albums se déroulant au IVe après J.-C. s’explique par l’intérêt des auteurs et du public pour les débuts d’un christianisme d’État.

Ce serait un sujet de recherche à part entière que de déterminer exactement quels moments, quels personnages et quels thèmes sont privilégiés dans la bande dessinée historique et d’en tenter une explication. Une recherche passionnante pour qui voudrait bien la mener…

Reainfo : Y-a-t-il une évolution dans le traitement de l’Histoire, observable dans la bande dessinée ?

Pauline Ducret : Un autre sujet de recherche passionnant concernerait les liens entre le monde de la bande dessinée et celui de la recherche qui, me semble-t-il, sont sous-jacents à votre question. En suivant leurs évolutions respectives, on se rend vite compte qu’une porosité existe et que les sujets traités dans les bandes dessinées historiques suivent en partie des thématiques mises en lumière par les différents courants historiographiques, avec un « retard » différent selon les questions. Sur l’empire romain, par exemple, on est passé de bandes dessinées centrées sur le cœur géographique du territoire de l’empire, Rome, et sur la Gaule, à des albums qui prennent en compte ses marges, tels Les Aigles de Rome qui se passent en partie sur le front germain ou Pour l’Empire[8] qui met en scène l’exploration des confins du monde connu ; ces confins qui ont justement fait l’objet d’un sujet d’agrégation en 2011. Le numéro de Cases d’Histoire consacré à l’Antiquité a été pour moi l’occasion de vérifier cette importance de la recherche historique dans les évolutions des représentations antiques de la bande dessinée, à travers l’exemple de la ville de Rome[9]. Ces évolutions sont, là-encore, à lier à des questions matérielles et la recherche peut devenir source d’inspiration pour les scénaristes et les dessinateurs.

Les évolutions qu’on observe dans la bande dessinée historique s’expliquent également par les liens qu’elle entretient avec d’autres media, notamment avec le monde du cinéma. C’est particulièrement intéressant pour les bandes dessinées traitant de l’Antiquité : l’influence du péplum a longtemps été prépondérante, et la présence de scènes d’orgies jusque dans la très prude série Alix[10] en est une manifestation. Les deux genres suivent désormais des chemins moins proches, le péplum continuant sa course dans le spectaculaire tandis que la bande dessinée antique tend vers un certain réalisme historique – qui ne va pas obligatoirement avec un réalisme graphique. Peut-être parce que la bande dessinée a pu prendre son indépendance au moment où, entre les années 1970 et les années 2000, le péplum n’était plus guère en vogue. Cela dit la nouvelle vague des bandes dessinées antiques, ouverte par le succès de la série Murena, est plutôt contemporaine du regain d’intérêt pour l’Antiquité dans le 7e art.

Cette évolution s’explique aussi, bien entendu, par les attentes du public – réelles ou fantasmées par les auteurs et les éditeurs. Aujourd’hui, dans un album qui choisit de situer l’intrigue dans un cadre historique un tant soit peu réaliste, le lecteur s’attend à une certaine vraisemblance qui passe par un traitement documenté de l’Histoire. Les dossiers pédagogiques qui prennent de plus en plus d’importance à la fin des albums en sont un bon indice.

Reainfo : La bande dessinée peut-elle être un sujet d’étude scientifique en Sciences Humaines et Sociales ?

Pauline Ducret : La bande dessinée est déjà un sujet d’étude dans de nombreux domaines, surtout littéraires et artistiques. Mais elle l’est aussi, notamment depuis les travaux fondateurs de Pascal Ory, en histoire : le 9e art entre pleinement dans l’histoire culturelle, mais aussi sociale et politique des périodes où elle est produite. On peut ainsi faire une histoire de la bande-dessinée ou utiliser la bande dessinée comme une source de l’histoire contemporaine.

Pour les historiens s’intéressant à d’autres périodes historiques, le problème est plus délicat. Il est impossible – et il serait dangereux – de sortir la bande dessinée de son contexte de production, comme n’importe quelle source historique. D’un autre côté, le genre de la bande dessinée historique a des choses à nous dire, moins sur l’Histoire que sur ses représentations et, par-là même, les imaginaires collectifs construits autour de nos périodes historiques. Des premiers pas ont été faits dans ce sens, avec, une première en France, un colloque organisé à Pau sur la bande dessinée antique[11]. S’y retrouvaient divers représentants des études antiques : littéraires, historiens, archéologues, pédagogues… Des colloques plus récents se sont penchés sur la représentation de la guerre dans la bande dessinée[12] ou sur celle des catastrophes[13] ; ces deux derniers thèmes de recherche sont cependant moins liés à la bande dessinée historique qu’à un autre genre, qui ne le rejoint qu’en partie, celui de la bd-reportage.

On sent qu’un « objet d’histoire » est en train de se construire et que la bande dessinée en gagnant progressivement les différents domaines de la recherche en Humanités commence à constituer un véritable champ disciplinaire.

Reainfo : Peut-elle être un moyen de diffusion de la recherche ?

Pauline Ducret : Oui, mais cela pose un double problème : celui de la création et celui de la réception.

La bande dessinée est avant tout une création artistique co-réalisée par un scénariste et un dessinateur, dont les personnes se confondent parfois. Un danger à utiliser la bande dessinée à des fins de diffusion de la recherche serait d’enfermer la nécessaire liberté créative de l’un ou de l’autre pour « coller » au mieux aux résultats que l’on veut mettre en lumière. De fait, peu de bandes dessinées dont le but premier est de diffuser la recherche sont vraiment réussies sur le plan scénaristique et graphique. Des essais de coopération entre un chercheur et un professionnel de la bande dessinée ont donné lieu à d’intéressantes expériences, comme Arelate qui met en scène la ville d’Arles du Ier siècle après J.-C., mais elles sont souvent trop hybrides pour contenter à la fois le lecteur et le curieux. Il est parfois plus payant d’assumer ce caractère hybride et de faire, comme Gilles Chaillet dans sa Rome des Césars[14] ou la série des Voyages d’Alix[15], un objet mixte entre le livre illustré, la bande dessinée et le guide historique.

D’ailleurs, très peu d’entre ces albums de vulgarisation sont des réussites commerciales, à l’exception notoire des productions de Jacques Martin. Peut-être est-il d’ailleurs plus difficile aujourd’hui d’utiliser la bande dessinée historique comme moyen de diffusion de la recherche, car le public a changé : il est moins jeune et plus exigeant sur les plans scénaristiques et graphiques.

Cela dit un certain nombre de sites historiques et de musées utilisent la bande dessinée pour rendre accessibles les informations qu’ils entendent diffuser, et cela « marche » tout à fait. La bande dessinée est donc utile pour aider à la vulgarisation, mais pour une diffusion ciblée et, finalement, limitée.

Reainfo : Un médium utile à des fins pédagogiques ?

Pauline Ducret : La réponse à cette question est bien plus simple : il est impératif que l’on donne à la bande dessinée le même crédit pédagogique qu’aux autres arts graphiques et narratifs. De nombreux professeurs l’ont déjà intégré dans leurs classes de français, d’histoire ou de latin, et de plus en plus d’outils permettent cette prise en compte. Cela ne peut cependant se faire qu’à une condition : que l’on apporte aux élèves les outils permettant l’étude de ce medium spécifique qui lie de manière inédite le texte et l’image. L’utilisation de la bande dessinée en classe ne peut se faire sans un apprentissage préalable ou concomitant de cette lecture spécifique – comme n’importe quel medium en somme.

Il serait cependant dangereux de limiter l’utilisation de la bande dessinée en classe à des albums « historiens » pour reprendre la distinction de Pascal Ory ; des albums dont la qualité documentaire est indéniable, mais qui ne brillent pas toujours par leur originalité artistique. Ces albums ne sont représentatifs ni de la diversité de la production ni des virtualités d’un art graphique et narratif reposant sur la séquentialité. Ce serait comme de ne recourir à la peinture qu’avec l’art de Puvis de Chavannes…

Reainfo : Quel est l’apport des bandes dessinées historiques dans la vulgarisation et la valorisation de l’Antiquité ?

Pauline Ducret : Pour la période antique, nous avons la chance d’avoir à la fois une longue tradition de productions qui ont marqué les esprits, Astérix et Alix dans leurs genres respectifs, et une production actuelle très riche, bien qu’un peu écrasée par ces deux mastodontes médiatiques et économiques dont les séries sont reprises aujourd’hui.

Au sein de cette production, ce sont peut-être les marges qui participent le mieux à valoriser l’Antiquité. Elle est ainsi récemment entrée par la grande porte dans le monde du manga, avec de très grands succès au Japon comme en Europe, tels Thermae Romae[16] et Ad Astra[17] qui mettent en scène des périodes moins présentes dans la production franco-belge, respectivement le règne d’Hadrien et les Guerres Puniques. Le mélange des genres permet aussi de belles réussites, à la fois artistiques et commerciales : les deux séries de Valérie Mangin – qui a d’ailleurs une formation classique – transposant la fondation de Rome et les invasions barbares dans un monde de science-fiction, Le Dernier Troyen[18] et Le Fléau des dieux[19], font entrer des périodes peu connues de l’histoire romaine dans un genre qui vise des publics très divers.

Il serait dommage de se priver d’un tel « patrimoine ». Mais, une fois encore, la vulgarisation ne doit pas être un but en soi. Faire découvrir l’Antiquité et la bande dessinée en parallèle est peut-être le meilleur moyen d’introduire les élèves et le grand public à ces deux mondes passionnants.

Entretien réalisé par Séverine Garat.

Page Academia de Pauline Ducret.

[1] Distinction opérée pour la première fois dans O. Mitterrand (dir.), L’Histoire par la bande, Syros, 1993.

[2] S. Luccisano et L. Libessard, Le Casque d’Agris, Assor BD. Série en cours depuis 2005, 4 tomes parus.

[3] A. Genot et L. Sieurac, Arelate, 100Bulles. Série en cours depuis 2009, 5 tomes parus.

[4] J. Dufaux et Ph. Delaby, Murena, Dargaud, série en cours depuis 1997, 9 tomes parus.

[5] E. Marini, Les Aigles de Rome, Dargaud, série en cours depuis 2007, 5 tomes parus.

[6] Astérix, série créée par R. Goscinny et A. Uderzo aux éditions Dargaud en 1961.

[7] R. Sardou et C. R. Duarte, Maxence, Le Lombard, série en cours depuis 2014, 2 tomes parus.

[8] Merwan et B. Vivès, Pour l’Empire, Dargaud, 3 tomes, 2010-2011.

[9] P. Ducret, « Images changeantes de la Ville éternelles », dans Cases d’Histoire n°5, La Rome antique : une époque mythifiée (mars-avril 2016).

[10] Alix, série créée par J. Martin aux éditions Lombard en 1956.

[11] J. Gallego (dir.), La Bande dessinée historique. 1er cycle : Antiquité, Presses de l’Universitaire de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, 2015 (actes du colloque international organisé en 2011).

[12] Colloque international Guerres et BD, organisé par J. Mathieu et B. Severin-Barboutie, Bnf, Goethe-Institut Paris, 9-10/06/2016.

[13] Colloque international Art séquentiel et catastrophes : bandes dessinés, mangas, romans graphiques organisé par C. Krauss et F. Lavocat, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 11-13/02/2016 (publication à venir).

[14] G. Chaillet, Dans la Rome des Césars, Glénat, 2004.

[15] Les Voyages d’Alix, série créée par J. Martin aux éditions d’Orix en 1996.

[16] M. Yamazaki, Thermae Romae, Casterman, série en 6 tomes, 2012-2013 (pour la version française).

[17] M. Kagano, Ad Astra, Ki-oon, série en cours, 9 tomes parus depuis 2014 (pour la version française).

[18] V. Mangin et Th. Démarez, Le Dernier Troyen, Quadrants, série en 6 tomes, 2004-2008.

[19] V. Mangin et A. Gajic, Le Fléau des dieux, Quadrants, série en 6 tomes, 2000-2006.

Citer cet article comme : Séverine Garat, La bande dessinée et l’histoire ancienne. Entretien avec Pauline Ducret, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 18/01/2017, https://reainfo.hypotheses.org/6923.

Crédits image : © Cases d’Histoire.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/09/2019

    […] S. Garat, “La bande dessinée et l’histoire ancienne. Entretien avec Pauline Ducret”, in : Actualités des études anciennes, 18/01/2017, en ligne. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.