Compte rendu GAIA 18, 2015

Πολυφοόρβ Γαί. Mélanges de littérature et linguistique offerts à Françoise Létoublon. Études réunies par Francesca dell’Oro et Odile Lagacherie. Gaïa. Revue interdisciplinaire sur la Grèce ancienne. Numéro 18, 2015. – Grenoble : Université Stendhal, 2015. – 652 p. – (ISSN : 1262.3717). – ISBN : 978.2.8431.0310.0.

27000100217660lQuarante contributions réunies en hommage à Françoise Létoublon constituent le dix-huitième volume de GAIA, la revue conçue il y a presque vingt ans par cette helléniste dont les recherches, fondées sur des approches à la fois linguistiques et littéraires, s’incarnent dans une production qui commence en 1977, et s’étire maintenant sur une quarantaine d’années. La richesse des thèmes traités dans le volume, la multiplicité des perspectives adoptées, font écho à la diversité des domaines abordés par Françoise Létoublon, mais aussi à son aptitude à fédérer autour d’elle les collègues qu’attirait l’étude de la Grèce archaïque et tout particulièrement, mais pas uniquement, celle des poèmes homériques. C’est le réseau très dense des relations ainsi nouées au fil du temps qui fournit son fil conducteur au présent ouvrage, organisé en quatre sections.

La première, qui est aussi la plus copieuse (plus de 400 pages), réunit vingt-six contributions concernant « Homère et la Grèce archaïque ».

Dans un premier ensemble, sept études s’interrogent sur la narration, ses thèmes, ses procédés et ses enjeux. Il y a d’abord l’étude de Danièle Aubriot : « De l’Iliade comme accomplissement artistique : poésie et religion », dans laquelle l’auteure réaffirme son approche, d’une Iliade porteuse d’une cosmogonie destinée à assigner aux dieux et aux humains leur place respective, loin de la proximité qui caractérise le monde héroïque. Un projet tout particulièrement perceptible dans la façon dont sont traités à la fois le personnage d’Achille et l’objet qui lui est destiné et qui est longuement décrit, à savoir le bouclier que lui forge Héphaïstos. Il apparaît que c’est désormais à travers les pratiques cultuelles que sont voués à communiquer des êtres que leur condition inégale place sur des plans radicalement différents.

Douglas Cairns : « The First Odysseus : Iliad, Odyssey, and the Ideology of Kinkship », pointe de son côté le rôle de négociateur et d’ambassadeur que l’Iliade assigne à Ulysse à travers l’aptitude qui lui est reconnue de savoir formuler des avis toujours appropriées, apaisants et conformes aux exigences du code de valeurs. Des aspects qui sont en résonnance avec l’évocation qui est faite d’Ulysse dans l’Odyssée (II, 230-234 et IV, 686-695), où il est représenté sous les traits d’un souverain soucieux de paix et attentif à la justice. Des évocations qui trouvent aussi un écho dans la manière dont Hésiode construit la figure du roi idéal.

Dans une perspective assez similaire, celle de la représentation du souverain telle que la construit l’épopée, Joel P. Christensen : « Reconsidering ‘Good’ Speakers : Speech Act Theory, Agamemnon and the Diapeira of Iliad, II », revisite la nature des propos tenus par Agamemnon lors de l’épisode fameux au cours duquel le roi, trompé par un songe, éprouve son armée en lui proposant de renoncer à poursuivre un siège que les Achéens ne semblent pas destinés remporter. Ceci pour tenter de réévaluer la figure assez peu glorieuse ordinairement dévolue à ce roi dont l’Iliade met fréquemment en scène les insuffisances. C’est également la rhétorique qui est l’objet de l’étude conduite par Stefano Dentice di Accadia Ammone : « L’oratore dimenticato. Strategie di persuasione nell’Odissea ». Laquelle étude s’attache à Ulysse et aux stratégies rhétoriques mises en œuvre par le héros au fil des récits que les circonstances l’amènent à élaborer. Rester fidèle au vraisemblable dans les fictions qu’on élabore, savoir s’adapter au contexte en choisissant de dire ou de taire tout ou partie de la vérité, donner une image de soi adaptée aux attentes de l’interlocuteur, autant de stratégies très précisément analysées, dont Ulysse domine parfaitement l’usage et qui sont pour lui autant de moyens d’action.

Par ailleurs Catherine Cousin : « Le songe et la mort dans les poèmes homériques », explore une dimension des rêves, qui n’avait pas jusqu’alors vraiment retenu l’attention, le lien qu’ils entretiennent fréquemment avec la mort.

Enfin Sylvie Perceau : « Visualisation, oralisation, dramatisation : la poétique des listes de noms dans l’épopée homérique », scrute le rôle imparti à ces listes dans la dramaturgie épique à travers leur configuration, pensée pour solliciter l’imagination du récepteur. Un mécanisme analysé de manière particulièrement convaincant à partir de l’exemple que fournit le « catalogue » des Néréides, dans l’Iliade (XVIII, 39-51).

Dans une autre perspective, Giampiero Scafoglio : « Sopravvivenze della traditione orale nell’ Odissea », met en parallèle les récits que le roi et la reine de Sparte font au jeune Télémaque en visite chez eux et qui évoquent l’un et l’autre un épisode mettant en scène Hélène. La reine rappelle ainsi comment Ulysse, qui s’était glissé dans la cité de Troie sous un déguisement de mendiant, avait été accueilli par elle. Mise dans la confidence des plan prévus par les Achéens, non seulement elle ne l’avait pas trahi, mais elle s’était réjouie, de ce que la prise tant attendue de Troie lui permette de retrouver sa fille et son époux. En écho à ce récit, Ménélas évoque un autre épisode, censé mettre en valeur les talents d’Ulysse, mais qui prête à Hélène une attitude beaucoup plus ambiguë. Alors que le cheval avait été introduit dans Troie et pour s’assurer qu’il ne contenait pas de piège, Hélène avait entrepris d’en faire le tour en imitant la voix des épouses des héros achéens. Lesquels, submergés de nostalgie, n’auraient pas résisté à l’envie de répondre, si Ulysse, devinant la ruse, ne les en avait empêchés. On voit poindre à travers ces deux récits l’ambivalence fondamentale qui caractérise le rôle dévolu à Hélène, tantôt amante consentante, tantôt victime contrainte. Les deux récits ont été sans aucun doute l’un et l’autre véhiculés par la tradition orale et ainsi réunis dans un même contexte, ils lui confèrent une complexité narrative accrue.

Toujours au sein de cette première section, un deuxième ensemble se caractérise par des approches de nature plus spécifiquement linguistique ou philologique.

On retiendra ainsi la réflexion historiographique menée par David Bouvier : « Quand le concept de « formule », devient un obstacle épistémologique : la conception du stock de formules préfabriquées. Ier partie ». Il s’agit de reconstituer le processus au terme duquel une constatation, la présence évidente de formules dans la poésie homérique, a généré une théorie devenue incontournable. Héritier d’une longue tradition de poésie épique orale, le texte homérique reposerait sur un canevas de formules préfabriquées et mémorisées. Le travail du poète aurait ainsi consisté à sélectionner des éléments préexistant et disponibles dans une sorte de stock, pour élaborer le texte de son choix. David Bouvier explore la genèse de cette théorie qui, bien qu’antérieure à Milman Parry, trouve en lui, à travers sa publication de 1928, sa formulation la plus achevée. Un dogme qui résiste, en dépit de l’existence de travaux comme ceux d’Arie Hoekstra et J. Bryan Hainsworth qui ont mis en évidence la souplesse insoupçonnée des schémas formulaires. Un dogme qui génère aussi une vision très réductrice des mécanismes de la poésie orale, aussi bien que du processus créateur à l’œuvre dans le texte homérique. David Bouvier, précise qu’il n’a pris en compte que les travaux antérieurs aux années quatre-vingt et annonce une seconde partie qu’on attend avec impatience !

Autres approches concernant les questions formulaires : – l’étude de Michel Briand : « Sur la formule ἐς πατρίδα γαῖαν dans l’Odyssée : pour une poétique du νόστος. », – celle de Pascale Brillet-Dubois : « ‘Hector tueur d’hommes’ ou ‘Hector dompteur de chevaux’. L’art formulaire au service du récit de l’Iliade ».

Dans une autre perspective, Nicolas Bertrand analyse les usages et la portée « du pronom anaphorique ὅγε », Bernhard Forssmann : « Ein Textproblem bei Homer : E 293 », reprend les vers 290 à 296 du chant 5 de l’Iliade, qui évoquent la mort de Pandare tué par Diomède et scrute plus particulièrement au vers 293 les multiples variantes que livrent les manuscrits de la forme verbale ἐξεσύθη qui renvoie au mouvement de la lance qui transperce le menton du guerrier. Seth L. Schein enfin : « The Interpretation of Iliad, I, 1-2 : Language, Meter, Style, an Myth », explore dans toutes ses dimensions la portée à la fois mythique et épique des célébrissimes premiers vers de l’Iliade qui invoquent la mènis, la colère d’Achille que le poète se dispose à chanter.

L’insistance mise par la recension à expliciter les études qui portent sur le texte homérique lui-même, ne saurait occulter la pertinence des analyses qui, au sein de cette même section, explorent d’autres aspects de la poésie archaïque, liés de près ou de loin à la poésie homérique. C’est le cas des études qui portent sur les Hymnes Homériques : – celle de Bruce Heiden : « Imagination versus Necessity in the Homeric Hymn to Apollo », – celle d’Anastasia Maravela : « Demeter ‘Nods’ to Aphrodite ? Narrative Interactions between the ‘Homeric’ Hymn to Aphrodite and the Hymn to Demeter ». Ainsi que celles qui touchent la poésie hésiodique, comme l’étude de Christine Hunzinger : « L’énigme de Calchas : un étonnement fatal (Hésiode, fragment 278 MW) », ou encore celle de Jocelyne Peigney : « Γαῖα et l’action humaine dans la Théogonie ».

Ce sont des perspectives touchant Pindare et Simonide qu’ont retenues Pura Nieto Hernandez, « Pindar’s Other Sources : Catalogue and Advice Poetry », et Carlo Brillante, « La memoria e il tempo nella testimonianza di Simonide (fr. 645 P. ; fr.adesp. 947 P) ».

Trois interventions élargissent leur champ d’analyse à la littérature postérieure : – celle de Julie Sorba : « Variations sémantiques autour de la mer, d’Homère à Eschyle », – de Frédéric Junqua : « Homère et le κυνικὸς τρόπος », – de Michelle Lacore : « L’anthropologie homérique au cœur de la polémique anti-chrysippéenne dans le De placitis Hippocratis et Platonis de Galien ».

Trois autres textes pointent la source d’inspiration que peuvent constituer les textes homériques pour les créateurs contemporains : il s’agit de l’analyse de Caroline Eades : « Du cinéaste à l’aède : spécularité et circularité dans l’œuvre de Théo Angelopoulos », – de celle de Giuseppe Lentini : « La cicatrice di Odisseo e il ‘riffletore’ di Erich Auerbach », – de celle enfin d’Anne Gabrièle Wersinger : « Aidôs. Ce qu’Homère apprend au philosophe contemporain ».

Cette première section se termine par l’étude de John C. Franklin : « THEIOS AOIDOS. A new Reading of the Lyre Player Group of seals », dans laquelle l’auteur expose sa lecture de l’ensemble des sceaux représentant un joueur de Lyre. Cet ensemble iconographique qui est volontiers rapproché de la représentation qu’on se plaît à faire de l’aède homérique a son origine en Cilicie au VIIIe siècle. Il s’agit d’une figure divinisée liée à la fois à Kinnaru, la lyre divinisée attestée à Ougarit, à la fin de l’âge du bronze, et à la figure du roi musicien Kinyras de Chypre. Une tradition qui, du fait de sa présence, lie la Syrie et Chypre.

Le deuxième ensemble du volume réunit un ensemble de huit contributions regroupées sous le titre : Entre mythe et anthropologie : d’Homère à Shakespeare, et qui concernent aussi bien des thèmes iconographiques que des formules ou des récits mythiques explorées par la littérature, tous liées de près ou de loin à la tradition homérique. Il s’agit des contributions de :

– Jean Alaux : « Hélène-allégorie : d’Homère à Platon »,

– Maria Paola Castiglioni : « Il Palladion e la statua di Atena a Troia : riflessioni su due temi iconografici e sulla loro fusione »,

– Malcolm Davies : « ‘All’ and ‘Nothing’ : existential riddles and cosmic pessimism in ancient literature and Shakespeare »,

– Charles Delattre : « Marques et signes dans le mythe de Philomèle »,

– Laurent Gourmelen : «  Les traditions relatives aux filles d’Anios. Peut-on reconstituer un mythe fragmentaire ? »,

– Gérard Lambin : « ‘Je suis tombé dans du lait’. A propos de formules dites orphiques »,

– Francesca Marzari : « L’alphos delle Pretidi fra mito et tradizione medica »,

– Elvira Pataki : « Variations sur l’immortalité. Tithon et la cigale chez Sappho (fr.58) et dans la tradition homérique ».

Le troisième ensemble : Le roman et les jeux narratologiques, réunit deux contributions. Celle de : – Magdeleine Clo : « ‘Comme dans un miroir’, l’objet et le reflet dans le roman d’Achille Tatius », – et celle de Donald Lateiner : « Weeping in Heliodoros’ Aithiopika ».

Un dernier ensemble concerne la réception de l’Antiquité dans ses multiples dimensions. Il s’agit des analyses de : – Bernard Pouderon : « Un nouvel exemple de réception d’une figure paléo-chrétienne dans le roman français : Athénagore d’Athènes et le Vray et parfait amour de Martin Fumée (1599) », – Michael Paschalis : « Alexandre Dumas’ Queen Margot and the Actaeon Myth ».

Enfin l’intervention d’André Hurst clôt le volume en questionnant le rôle que l’Antiquité peut jouer comme dialogue des cultures : « Ezéchiel le tragique et Lycophron : vers un dialogue des cultures ? ».

Evelyne Scheid

Maître de conférence en Histoire grecque, Université Paris 13

Citer cet article comme : Evelyne Scheid, Compte rendu GAIA 18, 2015, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/01/2017, https://reainfo.hypotheses.org/7222.

Crédits image : première de couverture. © Gaia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *