Médée est-elle encore un monstre ?

Médée 1. L’Ombre d’Hécate, 2013 ; 2. Le Couteau dans la plaie, 2015 ; 3. L’Épouse barbare, 2016, Casterman. Nancy Peña (dessin) et Blandine le Callet (scénario).

Médée la scandaleuse, Médée la sorcière, la meurtrière.
Médée le monstre.

Voilà ce qu’on dit de moi.

Les gens ne veulent retenir que ce qui les arrange.

Au milieu de ces voix qui m’accablent,
il est temps que je fasse entendre la mienne ;

il est temps que je raconte mon histoire.
Pour rétablir enfin la vérité.

(4e de couverture des trois tomes parus)

Si pour Sénèque Médée représente le monstre absolu, c’est une Médée bien différente (au moins jusqu’au dernier tome paru à ce jour) que nous offre la série de Nancy Peña et de Blandine le Callet, qui débarrasse la Colchidienne de ses oripeaux merveilleux. Elle n’est pas magicienne, elle est savante, prêtresse d’Hécate, initiée dès l’adolescence à son culte, mais surtout à la connaissance des animaux, des végétaux et des minéraux. Grâce à son père, le roi Aiétès, qui pratique la dissection de corps morts pour en comprendre le fonctionnement, elle découvre l’anatomie humaine. Éprise de liberté, elle court, enfant, vêtue d’une tunique régulièrement couverte de terre, puis d’une robe sommairement remontée pour ne pas entraver ses mouvements à travers bois, lorsqu’à la puberté les normes sociales rappelées par sa nourrice l’obligent à changer d’apparence. Mais c’est de nuit et nue qu’elle court le plus souvent, à la lumière de la lune, ivre de liberté, accompagnée seulement d’un loup. Nous découvrons l’histoire de cette enfant innocente devenue une jeune fille, une amante, une épouse, mais aussi une traîtresse et une meurtrière.

Et c’est une Médée âgée de mille ans, cachée dans une grotte située sur une île désertique, qui nous raconte cette histoire extraordinaire : « Cette île est comme moi : presque morte. » (t. I, p. 5) La vieille femme apparaît dans le récit-cadre et sa voix se fait encore entendre sur certaines planches, pour commenter a posteriori des situations du récit encadré qui se déroulent sous nos yeux : elle s’apprête à écrire sa vie et nous lirons ses paroles : « Cela fait si longtemps que j’attends ce moment, quelques jours de solitude, pour me souvenir avant de crever. Mais ce n’est pas si simple. Il y a tous ces souvenirs. Mille ans, dix siècles passés sur moi. Trop d’images et de mots entassés, trop de bruits, de visages. Si je les laisse revenir tous ensemble, je sais qu’ils me tueront. N’aie pas peur, vieille carne : c’est la dernière épreuve. Elle sera pénible, c’est sûr, mais la vieillesse t’a rendue coriace. N’aie pas peur. Ce sera comme le reste, tu iras jusqu’au bout. » (t. I, p. 6). Lorsque la vieille Médée disparaît de l’image, seule la couleur de sa bulle narrative la distingue discrètement des bulles dialoguées pour s’apparenter à une voix over de cinéma, et faire percevoir – dans le présent vécu par les personnages du récit encadré – un passé déjà condamné, irrémédiablement tissé par le destin : « Il n’y a pas eu d’enfance plus belle que la mienne. Je jouais dans le jardin. J’étudiais avec mon précepteur… ou par moi-même. […] Les années passaient sans que je m’en rende compte, insouciantes, heureuses. Je n’imaginais pas que cela cesserait un jour. » (t. I, p. 14). La voix de la nostalgie narre les moments insouciants de l’enfance, que troublent seulement la violence et la folie du roi, qui veut construire des bateaux et guérir à tout prix son héritier Absyrtos de cette maladie inconnue envoyée par les dieux, l’épilepsie. Un bonheur qui prend fin à la dernière planche du premier tome, L’Ombre d’Hécate, lorsque le navire de Jason arrive en Colchide pour obtenir la Toison d’or exigée par son oncle Pélias pour récupérer le trône d’Iolchos. La Médée hors du temps, dont l’image en insert, et la voix, s’impriment dans la dernière planche, raconte l’instant où la jeune Médée face à la mer, apercevant de loin les voiles et la proue à figure et buste de femme, comprend que son destin est ailleurs : « De loin, on aurait dit une créature mi-femme, mi-poisson, mi-oiseau, ses grandes ailes rouges déployées sur la mer. Mais j’ai tout de suite compris que c’était un bateau… … et qu’il allait à jamais bouleverser ma vie. » (t. I, p. 64).

De couverture en couverture, Médée se couvre de plus en plus de sang, celui des autres. Si elle regardait ailleurs sur la couverture de L’Ombre d’Hécate, vers l’intérieur du livre, elle regarde désormais vers l’extérieur, vers le lecteur, qui est comme pris à témoin des crimes qu’elle commet pour Jason. Du Couteau dans la plaie à l’Épouse barbare, elle a gagné un corps de femme dont l’accomplissement se fera dans les dernières planches publiées en 2016, où elle annonce sa grossesse à Jason. Sur chaque couverture, on voit bondir son médaillon représentant son ancêtre le dieu Hélios et on discerne le couteau qu’elle garde en main et qui l’accompagne depuis le meurtre accidentel de son frère Absyrtos à la fin du tome II. Médée trahit sa patrie et son père pour aider celui qu’elle aime à se débarrasser des gardiens de la toison d’or (les taureaux, le dragon) ; dans le tome III, elle va duper les filles de Pélias en les poussant à tuer leur père, leur faisant croire qu’il retrouvera ainsi la même ardeur que le vieux bélier devenu agneau entre ses mains. Ces moments clés du mythe de Médée sont repris dans les albums mais subissent un traitement intéressant. Blandine Le Callet, la scénariste, qui est romancière (Une pièce montée, La Ballade de Lila K, Dix rêves de pierre) mais aussi universitaire, latiniste (auteure d’une thèse sur Rome et ses monstres. Naissance d’un concept philosophique et rhétorique publiée en 2005) et surtout traductrice d’une nouvelle édition de la Médée de Sénèque en « Folio théâtre » en 2014, fait le choix de démythifier l’histoire de Médée : puisque cette dernière n’est pas magicienne mais savante, c’est en utilisant une poudre corrosive mêlée à un somnifère qu’elle va tuer les taureaux et l’homme de haute stature qui garde l’arbre où pend la toison d’or. Un homme qui se nomme Drago mais n’a rien d’un serpent. La couleur dorée de la toison du bélier qui aurait transporté Phrixos jusqu’en Colchide reçoit aussi une explication rationnelle : « Moi qui ai pu la toucher, je peux dire que la toison d’or n’était pas celle d’un bélier, mais l’œuvre d’un artiste au talent quasi surnaturel. Une maille de métal précieux, fine et souple, plus moelleuse que la laine. » (t. II, p. 47). Phrixos, beau-frère de Médée, est simplement présenté comme un étranger (puisqu’il est Grec) expatrié, qui se serait attiré les faveurs du roi pour épouser sa fille Calcioppé, en lui offrant cet objet de prix. Le roi utilise l’aura de la Toison (en la dissimulant et en la faisant garder) pour mieux manipuler son peuple, comme en témoigne cet échange entre le roi et son conseiller : « Tout le pays est persuadé du pouvoir magique de la toison d’or. » « Les gens sont stupides, Mégalès. Tu sais aussi bien que moi que la toison n’a pas le moindre pouvoir. » « Mais ce qui compte, seigneur, c’est que les gens le croient. » (t. I, p. 21).

Médée tue pour Jason et elle est perçue par les Argonautes et les habitants d’Iolchos comme « une vraie sauvage » (t. III, p. 5), une barbare « à l’air farouche » (t. III, p. 60) qui devra changer pour avoir une chance de s’intégrer à Corinthe, où le couple veut fuir après le meurtre de Pélias. Selon Jason, elle devra « faire oublier ses origines barbares » et se dépouiller de « [s]es cheveux en bataille, [de s]es airs de lionne prête à bondir, [de s]es robes bariolées, [de s]es bijoux trop voyants » (ibid.). Cette féminité orientale que l’on a vue se développer graduellement à l’arrivée de Jason devra être étouffée : « Il te faudra […] baisser les yeux. Oui, baisser les yeux toujours. Les Grecs aiment les femmes aux yeux baissés. » Mais les liens se délitent et la confiance fait place au mensonge. À Jason qui lui demande même de jeter son coffre contenant ses diverses potions, elle fait mine d’obéir mais conserve soigneusement cachées ses fioles « prêtes à [lui] servir à nouveau, en cas de besoin. » (t. III, p. 64). Le tome 3 s’achève sur ces mots de la vieille Médée, qui annoncent déjà le désastre à venir à la cour du roi Créon. Ces meurtres prendront sans doute place dans le prochain tome, dont le titre nous est déjà donné comme un programme de la violence à venir : La Chair et le Sang. La chair de sa chair, ses enfants, qui baigneront dans le sang.

Cette série revisite le mythe de Médée en conférant au personnage un statut humain tout en permettant au lecteur de s’interroger : l’épopée mythologique naît-elle de la transformation de la vérité ? Le mensonge engendre-t-il le merveilleux ? Médée elle-même dit qu’il faut douter des récits trop héroïques car « la vérité est moins reluisante » (t. III, p. 3, fig. 1).

Fig. 1 : Le mensonge, élément fondateur pour l’épopée ? Médée 3. L’Épouse barbare, Nancy Peña et Blandine le Callet, Casterman, 2016, p. 3, case 3.
Fig. 1 : Le mensonge, élément fondateur pour l’épopée ? Médée 3. L’Épouse barbare, Nancy Peña et Blandine le Callet, Casterman, 2016, p. 3, case 3. © Casterman S.A./Peña et le Callet

Le scénario est nourri des textes antiques. Sont ainsi cités dans les remerciements les Grecs Euripide (Médée) et Apollonios de Rhodes (Les Argonautiques), et les Latins Valerius Flaccus (Les Argonautiques), Ovide (Les Métamorphoses, VII, 1-452 ; Les Héroïdes, épître XII de Médée à Jason), Sénèque (Médée)[1], « et bien d’autres, qui ont transmis la mémoire du beau personnage de Médée, dont cette série prétend raconter la véritable histoire. » (t. I, p. 65). La synthèse qui en est faite pour donner vie à cette histoire en bande dessinée ne cherche nullement à asséner des informations lourdement pédagogiques. Le lecteur est emporté par la fiction.

Le dessin s’appuie sur des mises en page variées et parfois assez audacieuses, telle cette case en forme de P avec une Médée multipliée qui se mêle au serpent métaphorisant ses pensées de vengeance, avec deux sortes de bulles (t. III, p. 31). De nombreuses planches sont muettes, laissant à la force des images le soin de prendre le relais des mots, comme dans cette séquence du tome 1 qui s’étend de la page 49 au milieu de la page 52, pour mieux confronter le lecteur à l’horreur que constitue le sacrifice inutile des Colchidiens noyés. Il faut aussi noter combien les représentations traditionnelles de Médée, notamment celles des poteries antiques, permettent une inscription de la série dans le patrimoine gréco-romain. Dans la 4e planche du premier tome (fig. 2), Médée, avant de se mettre à l’écriture de ses souvenirs, semble les réactiver devant leur représentation picturale, et ces cases sont visiblement inspirées d’œuvres mettant en scène Médée : on retrouve sur le premier vase le motif d’une sculpture sur sarcophage du Ier siècle de notre ère représentant l’union entre Jason et Médée ; une première amphore du IVe siècle avant J.-C. avec la scène du vol par Jason de la Toison d’or gardée par le serpent que Médée va droguer ; le détail d’un cratère célébrant sa fuite finale sur un char tiré par des serpents ailés, après le meurtre de ses enfants. Et l’on aperçoit enfin, à rebours de la chronologie, comme si Médée avait repoussé le moment où il lui faut voir en face l’atrocité commise, une deuxième amphore où elle poignarde son fils. Certaines images sont indiquées comme sources pour l’œuvre par la dessinatrice elle-même sur son blog[2], ce qui montre bien le souci qu’ont eu les auteures d’ancrer Médée dans une réalité antique (fig. 3).

Fig. 2 : Mise en abyme de l’histoire de Médée. Médée 1. L’Ombre d’Hécate, Nancy Peña et Blandine le Callet, Casterman, 2013, p. 6, cases 3-7.
Fig. 2 : Mise en abyme de l’histoire de Médée. Médée 1. L’Ombre d’Hécate, Nancy Peña et Blandine le Callet, Casterman, 2013, p. 6, cases 3-7. © Casterman S.A./Peña et le Callet

 

Fig. 3 : L’art antique comme source iconographique pour la bande dessinée Médée
Fig. 3 : L’art antique comme source iconographique pour la bande dessinée Médée

Nous ignorons ce qu’a prévu la scénariste comme horizon pour la fin de la série : l’apothéose de Médée sur le char envoyé par le Soleil (une hypothèse peu probable en raison du traitement réaliste du mythe) ? Ou sa fuite à la cour du roi Égée, puis son mariage royal et sa tentative pour se débarrasser de Thésée revenu auprès de son père ? Cette série de grande qualité (à lire dans l’ordre, vous l’aurez compris) mérite d’être mieux connue. Espérons qu’il lui sera donné, dans un contexte éditorial difficile pour de nombreux auteurs de BD, d’aller au bout de son histoire, celle d’un personnage capable de dire « je vais m’attaquer aux dieux, je vais tout bouleverser[2] » sans finir aux Enfers.

Julie Gallego

Maître de conférences en langue et littérature latines, Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique, Université de Pau et des Pays de l’Adour

NB : les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des Éditions Casterman S.A. et toute reproduction ou utilisation non autorisée est constitutive de contrefaçon et passible de poursuites pénales.

Autorisation de reproduction accordée par les Éditions Casterman pour les trois figures ci-dessus et la couverture des tomes de la bande dessinée Médée.

[1] Nous avons précisé les sources exactes car les remerciements ne comportaient que les noms.

[2] https://medeebd.wordpress.com/category/medee-et-lantiquite/ (consulté le 13 septembre  2017).

À lire dans la R.E.A. :

Dugas (C.), « Le premier crime de Médée »R.E.A. 46-1, 1944, p. 5-11.

Citer cet article comme : Julie Gallego, Médée est-elle encore un monstre ?, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/10/2017, https://reainfo.hypotheses.org/7800.

Crédits image : première de couverture. © Casterman S.A.

Une réflexion sur « Médée est-elle encore un monstre ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *