Jésus, les Juifs et les Romains

Taillandier (Fr.), Jésus. – Paris : Perrin, 2016. – 240 p. – ISBN : 978.2.262.03581.5. 

9782262035815Dans la vague d’ouvrages qui, mois après mois, ont Jésus pour sujet, le Jésus de François Taillandier apporte une note de fraîcheur sereine, d’assurance tranquille et d’apparente simplicité. L’auteur, romancier talentueux, auteur, entre autres livres, d’une trilogie consacrée à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Age, pose une question toute simple : ce Jésus, qui est-il ? Il refuse de se perdre dans la nécessaire mais aride – et souvent vaine – érudition historique, pas plus que dans l’affirmation théologique – certes respectable – d’une foi sans faille.

Ce livre est un livre de foi – et FT le revendique discrètement – mais c’est aussi un livre de bonne foi. Il y a du Montaigne chez FT ! Sans s’acharner à retrouver les « vraies » paroles de Jésus à travers les écrits évangélistes, ces logai que l’informatique aide la critique biblique à traquer, sans accepter d’un bloc tout ce qu’ils disent, FT, par fines touches, avance dans le méandre du vraisemblable et de l’impossible, du vrai possible et du faux assuré. Il est convainquant quand il montre que – malgré la distance chronologique, deux générations – certains récits n’avaient pas de raison d’être inventés ou que d’autres ne doivent pas être pris en compte. Mais là où sa démarche est la plus fructueuse, c’est quand il s’appuie sur la langue : il montre bien que la traduction d’un mot grec peut, parfois, n’être pas la plus appropriée et, par là, fausse l’interprétation. Certes, FT est bien conscient du contexte politique et social de la Judée occupée par les Romains, mais il s’attache surtout à dessiner une vie, mouvementée, dont on ne connaît que les derniers épisodes, à quelques exceptions près. Mais, prenons-y garde, il ne décrit pas Jésus à la manière d’un Renan, dont l’ouvrage subit les foudres de la censure impériale, il essaie simplement d’ajuster les détails qu’on trouve dans les textes et d’en faire une sorte de mosaïque, le portrait d’un homme d’exception, qui n’a jamais douté de son message mais qui n’imaginait sans doute pas les répercussions qu’il aurait. Il faut lire ce livre tranquillement, en prenant son temps. Comme il semble avoir été écrit.

Merle (O.), Urbi et Orbi. – Paris : Éditions De Fallois, 2016. – 496 p. –  ISBN  : 978.287706.957.1.

urbi-orbi-706x1024Après l’essayiste, le romancier, après Jésus, l’histoire des premières communautés chrétiennes. Dans Urbi et Orbi, Olivier Merle raconte l’histoire des premiers chrétiens – qui ne s’appellent pas d’ailleurs encore chrétiens – après la mort de Jésus. C’est le temps où ses disciples se dispersent. Les uns, comme Jacques et Pierre, restent à Jérusalem, les autres, comme Paul, vont voyager à travers l’Empire Romain pour aller prêcher la « bonne nouvelle » (c’est le sens du mot : « Évangile ») dans la diaspora juive. Non sans difficultés d’ailleurs. C’est aussi le temps des querelles : que faut-il demander, imposer à tous ceux qui, venus du monde païen, de la « gentilité », veulent les rejoindre ? Doivent-ils suivre tous les préceptes de Moïse, se faire circoncire ? Peuvent-ils, selon les mots mêmes des Paul, se contenter d’une « circoncision du cœur » ? Faut-il simplement les accepter sans rien leur demander ? Bref, entre Pierre, Paul et Jacques les choses ne sont pas simples…

OM raconte, avec vivacité et limpidité, cette histoire complexe, il cite souvent les Actes de Apôtres et si on peut lui reprocher une animosité, parfois peu fondée, envers le roi Agrippa Ier, le petit-fils d’Hérode et son fils Agrippa II, après tout, il en a le droit : il écrit une sorte de roman historique. Certes, il omet parfois d’importants détails : pourquoi, n’avoir pas mentionné, par exemple, la visite que reçoit Paul, lorsqu’il est emprisonné à Césarée, d’Agrippa II – au début bienveillant – et de Bérénice, sa sœur et non son épouse, comme il est dit en page 474 ? Détails qui ne gâchent pas le plaisir de la lecture d’un roman bien documenté (encore que je ne vois pas en quoi, comme le dit la 4ème de couverture, il est « basé sur les plus récents travaux des chercheurs », la plupart des ouvrages cités étant déjà anciens), qui n’hésite pas à plonger le lecteur dans le contexte historique, les règnes de Claude et de Néron. On aura cependant intérêt à commencer par la lecture du Fils de l’Homme[1], du même auteur, qui commence par le commencement. Ce qui doublera le plaisir de la lecture !

Claude Aziza

Maître de conférence honoraire de langue et littérature latines à la Sorbonne Nouvelle (Paris III)

[1] Merle (O.), Le Fils de l’Homme. – Paris : Éditions De Fallois, 2015. – 493 p. – ISBN : 978.2.877069441.

À lire dans la R.E.A. :

Colin (J.), « Sur le procès de Jésus devant Pilate et le peuple »R.E.A. 67-1, 1965, p. 159-164.

Citer cet article comme : Claude Aziza, Jésus, les Juifs et les Romains, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/05/2017, https://reainfo.hypotheses.org/7868.

Crédits image : première de couverture « Jésus » de Fr. Taillandier. © Perrin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *