Appel à communication « Une monnaie pour le mort, des monnaies pour les vivants. L’obole à Charon : la fin d’un mythe ? »

Date Lieu : 23-24 novembre 2017 / Athènes, École belge d’Athènes/Institut hollandais d’Athènes

Date limite d’envoi : 30 avril 2017

Grâce au développement de nouvelles méthodes d’investigation, le domaine de l’archéologie funéraire s’est particulièrement illustré ces dernières années. La finesse des fouilles, la précision de l’archivage des données contextuelles et la multiplication des études pluridisciplinaires ont abouti à la mise en place d’une véritable «archéologie du rituel ». Loin du simple ramassage de mobilier auquel fut longtemps limitée la fouille de sépultures, la discipline prend désormais en compte deux données essentielles : l’anthropologie biologique et l’étude des phénomènes taphonomiques. Les objets déposés dans les tombes sont dès lors considérés comme des éléments constituant le dispositif au cœur duquel se place le défunt : en d’autres termes, ils sont à même de nous renseigner sur les gestes funéraires. 

→ Source : Compitum.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *