Actualités : colloque « L’animal et l’homme »

Date / lieu : 11-16 avril 2016 / Rouen

Étude des sources, évolution des connaissances, diffusion du savoir, identification des espèces 

Les problématiques éthologiques dans les documents antiques et médiévaux (textes, images) : étude des sources, évolution des connaissances, diffusion du savoir, identification des espèces.

Ce sujet large et interdisciplinaire est devenu ces dernières années source de réflexions voire matière à discussions politiques et sociales. Le débat s’étend désormais au cœur même de nos sociétés trouvant parfois un écho au sein des instances parlementaires pour tenter de refonder le statut juridique de l’animal considéré maintenant comme un être sensible. Cette prise de conscience reflète le lent processus en cours d’évolution des relations entre les êtres vivants sur une planète aux ressources limitées.

L’animal et l’homme sont issus d’un même patrimoine génétique, mais grâce aux progrès de la science, l’homme en prend meilleure conscience. Sur le plan étymologique, le mot « animal », dérive d’une forme latine qui évoque la vie en mouvement et l’âme. Parmi les êtres vivants, les animaux se sont développés pendant une très longue période sans que la question de la relation avec l’homme n’intervienne.

À contrario, dès l’apparition de l’homme, celui-ci n’a eu de cesse de multiplier les contacts avec le monde animal. Probablement aux premiers temps, au-delà de la simple perception de menace ou de ressource que peut représenter l’animal pour l’homme, et avec l’évolution des sociétés humaines, les rapports entre l’un et l’autre se complexifient au fur et à mesure que se développent les notions d’amis et d’ennemis, de bon et de mauvais, d’utile et de nuisible, de domestique et de sauvage.

La compagnie des animaux est, depuis des temps immémoriaux, à la base d’attitudes diverses et complexes où s’affirment les caractères de la nature humaine qui iront parfois jusqu’à la transposition et à la symbolique. Témoignage de cette ambiguïté constante, l’animal, souvent exploité, utilisé, rentabilisé, sera tantôt perçu comme « meilleur ami de l’homme » pour ce qui est du chien, « plus noble conquête de l’homme » pour le cheval, voire, au contraire de l’animal Fables sauvage, comme objet rassurant, à l’instar de l’ours en peluche donné aux enfants. L’animal est peut-être aussi un « double » de l’homme.

Les rencontres de Rouen devront donc s’attacher à la réflexion sur la relation dynamique vivante entre l’animal et l’homme. Elle concerne l’ensemble des disciplines et tous les domaines de nos civilisations. Cette dynamique a été développée en quatre volets détaillés dans le cadre de notre argumentaire. Le premier va de l’exploitation à la sauvegarde de l’animal, le deuxième le considère comme objet d’étude ou sujet de loisir, le troisième s’intéresse à sa dimension inspiratrice pour l’homme et enfin le quatrième explore sa dimension symbolique.

Pour en savoir plus…

Crédits image : affiche du colloque, site internet des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.