Dieux. 40 dieux et héros grecs

Baussier (S.), Almasty, Dieux. 40 dieux et héros grecs. – Paris : Gallimard Jeunesse, 2017. – 96 p. – (Bam !). – ISBN : 978.2070603855.

La collection documentaire « Bam ! » des éditions Gallimard jeunesse permet de traiter de sujets divers, des thèmes issus aussi bien de la culture pop comme la musique – rock, pop ou black music[1] – ou le foot[2], que de l’histoire générale, tels les rois ou les artisans de la paix[3]. Parmi cette dernière catégorie, Dieux. 40 dieux et héros grecs aborde les différents dieux, déesses, héros et héroïnes de la mythologie grecque antique. Sylvie Baussier qui l’a rédigé est l’auteure de nombreux ouvrages documentaires pour la jeunesse, dont beaucoup traitent de la mythologie grecque[4].

Le principe de la collection « Bam ! » est de présenter des personnages ou des événements historiques sur une double page parsemée de résumés succincts mais précis, le tout illustré par un dessin en flat design, autrement dit par une image minimaliste, colorée, simple et attractive (fig. 1). Ainsi, la page de gauche expose un petit résumé du mythe attaché au personnage, avec une courte généalogie – ascendance, époux ou épouse, frère et sœurs, descendance –, deux anecdotes classées dans des catégories définies – filiation, lutte, humains, amours, culte, alliance et mort –, ainsi que deux autres épisodes-clés du mythe. La page de droite, quant à elle, présente une image stylisée qui reprend les attributs ou symboles de chaque personnage – animal, objet ou élément qui lui est lié –, ainsi que son nom en latin et sa fonction en tant que dieu (dieu de la mort, de l’océan, etc…) ou héros (prince, reine, etc…).

Fig 1: Exemple de double page, p. 3.

I – Un aperçu détaillé et précis de la mythologie grecque

L’ouvrage est organisé selon différentes parties. Dans un premier temps, ce sont les dieux et les déesses qui nous sont présentés. Gaia, Cronos et Thétis, la génération originelle des dieux, ceux qui ont participé à la création du monde, apparaissent en premier (fig. 2). Ils sont suivis des Olympiens – Zeus, Héra, Hestia, Hadès, Déméter, Poséidon –, et de leurs enfants : Perséphone, Héphaïstos, Aphrodite, Arès, Athéna, Apollon, Artémis, Asclépios, Hermès et Dionysos. La filiation complexe des dieux et des déesses grecs apparaît simplifiée à travers une brève généalogie à la fin de l’ouvrage.

Figure 2: Généalogie des dieux et déesses grecs, p. 41.

Puis, c’est la création de l’humanité qui est abordée via les mythes de Prométhée et Pandore. Les différents âges de l’humanité de la mythologie grecque surgissent d’ailleurs à travers divers mythes : la race d’or caractérisée par l’insouciance au temps de Cronos, la race d’argent qui connaît le mal et la douleur et qui est conçue après le vol du feu par Prométhée et l’ouverture de la boîte de Pandore. La race des héros est introduite avec la présentation des mythes de Persée, Héraclès, Orphée, Jason et Médée, Thésée, le Minotaure, Ariane et Phèdre. Viennent ensuite les grandes familles de héros condamnées par le destin – Œdipe et Antigone, Agamemnon, Iphigénie et Electre – ainsi que les deux héros maudits que sont Sisyphe et Tantale. Enfin, sont présentés les grands héros de la guerre de Troie : Hélène par qui tout commença, et les Grecs Agamemnon, Achille et Ulysse. Les histoires les plus célèbres de la mythologie grecque comme les douze travaux d’Héraclès, la quête de la Toison d’Or menée par Jason ou encore le voyage d’Ulysse à travers les mers sont ainsi abordés, tout comme les mythes qui ont été à la source des grandes tragédies grecques et qui mettent en avant l’importance de l’amour filial – Antigone, Eurydice, Phèdre, Electre, Iphigénie[5].

À travers les différents mythes des dieux, déesses, héros et héroïnes mentionnés dans Dieux. 40 dieux et héros grecs, c’est une vue d’ensemble de la mythologie grecque qui apparaît de manière tacite. À chaque personnage nommé dans l’ouvrage est associé différents autres mythes grecs dans lequel il apparaît et joue un rôle. Ainsi, les légendes de Danaé, Léda, Europe ou encore Io sont relatées à travers le mythe de Zeus puisqu’elles ont toutes été des conquêtes du roi de l’Olympe. De la même manière, la vie de Daphnée, conquête d’Apollon, ou encore celle de Sémélée, mère de Dionysos, nous sont contées à travers les mythes de ces dieux. La figure d’Oreste, quant à elle, apparaît à la fois dans les mythes d’Iphigénie et d’Electre, tandis que celle d’Hippolyte est associée au mythe de Phèdre et celle de Dédale et Icare au mythe du Minotaure. Médée paraît à travers les histoires de Jason et Thésée, et Méduse à travers celles de Persée et Asclépios. Il en va de même pour certains mythes, comme celui de la pomme d’or de la discorde, celui de la guerre de Troie ou encore celui de la guerre de Thèbes qui opposa les deux fils maudits d’Œdipe, Etéocle et Polynice, qui sont relatées de manière tacite à travers les présentations des personnages dans l’ouvrage.

Des personnages, héros ou dieux, moins célèbres et presque oubliés, sont également présentés à travers ces mythes, tels Ilithye, la déesse des enfantements, Hélios, le dieu-soleil, Triptolème qui apprit l’agriculture aux hommes grâce à la déesse Déméter, Penthésilée, la reine des Amazones ou encore Erichthorion, cet être mi-homme, mi-serpent et grand roi de la cité d’Athènes.

Enfin, l’ouvrage a la particularité de faire connaître un grands nombres d’animaux mythiques antiques tels les satyres, les centaures, les Gorgones, Pégase le cheval ailé, les sirènes, le Minotaure, ou encore le chien en or qui a gardé la chèvre ayant élevé Zeus. Les Heures, les Muses, les Pléiades ou encore les Erinyes, ces déesses vengeresses, mi-femmes mi-oiseaux qui incarnent la colère des Dieux, sont également présentées par Sylvie Baussier.

II – L’apprentissage de la civilisation grecque antique à travers la mythologie

 Avec Dieux. 40 héros et dieux grecs, Sylvie Baussier nous donne à voir différents éléments de la civilisation grecque antique. L’ouvrage permet, par exemple, un apprentissage de la géographie grecque dans l’Antiquité, notamment à travers la carte détaillée qui se situe à la fin du livre (fig. 3).

Fig 3 : Carte de la Grèce antique, p. 41.

Les grandes cités antiques sont mentionnées, à la fois sur la carte mais également à travers les mythes de chaque personnage. C’est le cas de Mycènes, Athènes ou Thèbes par exemple. Le lecteur apprend, pour certaines cités, quels étaient leurs dieux protecteurs – Athéna pour Athènes, Héra pour Argos, Hélios pour Corinthe –, leurs fondateurs – Persée a crée Mycènes, Sisyphe Corinthe – ou encore leurs bienfaiteurs – Athéna a fait pousser l’olivier à Athènes, Sisyphe a fait jaillir une source à Corinthe. Dans l’article consacré au Minotaure, Sylvie Baussier explique même que la Crète était une étape importante pour les marins qui faisaient du commerce entre l’Égypte et la Grèce continentale. À travers le mythe de Dionysos qui, frappé de folie par Héra, erre dans une partie du monde connu, c’est la Lydie, l’Égypte et même l’Asie qui apparaissent. Des peuples mythiques comme les Amazones côtoient des peuples qui ont réellement existé comme les Crétois ou les Athéniens. Enfin, l’étymologie de certains lieux est expliquée dans l’ouvrage. Le lecteur y apprend, par exemple, que la mer Égée se nomme ainsi d’après le père de Thésée, Égée, qui se jeta dans cette mer après que le bateau de son fils arriva au port avec des voiles noires, symbole de la mort de ce dernier.

Outre la géographie, Dieux. 40 héros et dieux grecs permet d’appréhender la vie courante des Grecs à l’époque antique. L’ouvrage fait, en effet, référence à pléthore de symboles ou de pratiques antiques. Par exemple, les pages illustrées donnent un aperçu de certains vêtements grecs comme le voile, symbole des femmes mariées (cf. p. 5), le pilos (p. 13), ce couvre-chef typique des citoyens Grecs ou encore le pétase (p. 20), un chapeau rond à bord large porté principalement par les voyageurs grecs. Sont mentionnés également des éléments typiques de l’habillement – sandales, diadème –, de l’équipement guerrier – épée, lance, massue, arc, bouclier, char –, et de la cuisine – chaudron, outre à vin. Les bases de la civilisation grecque antique sont citées, chacune étant attribuée à un dieu en particulier : l’agriculture pour Déméter, le tissage et la poterie pour Athéna, l’astronomie pour Hermès, le théâtre pour Dionysos. D’ailleurs, de grands poètes et savants grecs sont mentionnés tout au long du documentaire : Hésiode, Aristote, Homère ou encore Hippocrate, père de la médecine moderne. Des pratiques courantes des cités grecques comme les jeux olympiques, les Panathénées, ces compétitions sportives et musicales qui se tenaient à Athènes, ou encore les banquets sont également expliquées tout au long de l’ouvrage, tout comme le lot de malheurs qui frappaient les Grecs continuellement : la guerre, l’esclavage, la peste, le brigandage.

Sylvie Baussier aborde, tout au long de son ouvrage, en arrière-plan, le système de croyances grec. Les principaux temples grecs sont nommés, comme celui d’Athènes, celui de Thessalie, celui de Corinthe, ou encore le sanctuaire d’Epidaure, dédié à Asclépios et dans lequel les malades dormaient parmi les serpents avant de recevoir les interprétations de leurs rêves par les devins du temple. Le feu sacré dédié à Hestia qui brûlait dans chaque foyer est décrit. L’auteure explique certaines cérémonies particulières comme les mystères d’Eleusis rendus à Déméter, la déesse qui a appris l’agriculture aux hommes, ou encore les mystères d’Orphée. Cette dernière pratique est l’une des plus énigmatiques de la Grèce antique. Elle est apparue au VIe siècle avant J.-C. et consistait apparemment à prôner une voie de salut, à croire en la réincarnation et à la purification de l’âme et à remettre en question la religion officielle de la cité grecque[6]. La pratique religieuse – les oracles, la divination, la pythie de Delphes –, tout comme la symbolique sont détaillées dans l’ouvrage. Ainsi, des symboles héroïques ou divins sont mentionnés comme le caducée, symbole d’Asclépios, dieu de la médecine, et qui est encore le symbole de la médecine moderne aujourd’hui, la peau de lion d’abord portée par Héraclès et qui permet ensuite de reconnaître un héros dans l’iconographie grecque, ou encore le thyrse, ce bâton orné de vignes et de lierre et surmonté d’une pomme de pin qui est l’attribut principal de Dionysos. La symbolique animale attribuée à chaque dieu est également spécifiée, qui permet notamment d’avoir un aperçu des espèces animales vivantes ou connues en Grèce ancienne : le paon, symbole d’Héra, la colombe celui d’Aphrodite, l’aigle de Zeus, le serpent de Déméter, le dauphin de Poséidon, la biche d’Artémis. Enfin, l’ouvrage aborde la pratique religieuse des sacrifices : Iphigénie est sacrifiée par Agamemnon pour permettre aux Grecs de partir pour la guerre de Troie, Iphigénie pratique elle-même le sacrifice des étrangers qui font naufrage dans le temple d’Artémis en Tauride dans lequel elle est prêtresse, sept filles et sept garçons athéniens sont sacrifiés tous les neuf ans au Minotaure. Il faut toutefois préciser, ce qui n’est pas mentionné dans le documentaire, que si les sacrifices humains sont très présents dans la mythologie grecque, il n’en va pas de même dans la réalité. Ce meurtre paraît abject pour les Grecs, c’est le crime le plus terrible, une faute inexpiable, malgré le fait qu’il fasse partie intégrante de la culture grecque[7].

Sylvie Baussier indique également l’importance que donnait les Grecs à la mort. En effet, ils avaient mis en place un système de croyances complexe lié à cette étape cruciale. La mort était considérée comme une délivrance puisque le défunt rejoignait les Enfers si les rites funéraires étaient bien respectés. Les funérailles jouaient un rôle essentiel dans ces cérémonies et c’est pourquoi ceux qui les refusaient à leurs ennemis étaient châtiés. Ainsi, Achille fut-il obligé d’enterrer dignement son ennemi Hector après qu’il eut réveillé la colère divine en traînant son cadavre derrière son char. Cette pratique funéraire fut également à l’origine des malheurs d’Antigone, la sœur de Polynice, qui voulut l’inhumer et se retrouva emmurée par Créon pour ce geste. Après les funérailles, l’âme du mort était accompagnée par Hermès aux Enfers. Celui-ci la confiait ensuite à Charon, le passeur des Enfers, pour la traversée du Styx, si toutefois le défunt avait bien été enterré avec un obole sous la langue pour le payer. Puis son âme était envoyée soit aux Champs Élysées, le lieu des héros, dans lequel l’âme d’Orphée chantait de sa voix mélodieuse, soit était condamnée au Tartare si le défunt avait fauté. Le nom d’Hadès, dieu des Enfers, était maudit, comme nous l’indique Sylvie Baussier. Aucun Grec ne le prononçait et chacun préférait l’appeler Plouton, autrement dit « le riche ». Du reste, aucun culte n’était dédié à Hadès.

Enfin, Sylvie Baussier offre, à travers son ouvrage, une pléthore d’explications étymologiques. Ainsi, le sens de certains noms communs est-il expliqué : Prométhée qui signifie « pense avant d’agir », Épiméthée qui veut dire « agit avant de réfléchir », Pandore qui pourrait se traduire par « celle qui possède tous les dons », Hadès, l’invisible, Héraclès, la gloire d’Héra. Quelques expressions sont éclaircies comme la boîte de Pandore, le talon d’Achille, un travail de Sysiphe ou encore le supplice de Tantale. Enfin, les origines symboliques de différentes constellations sont détaillées. Le lecteur découvre ainsi la constellation de la lyre qui serait celle d’Orphée, la constellation du diadème – ou couronne boréale – qui serait celui que Dionysos aurait offert à Ariane, la constellation d’Orion avec ses sept étoiles fort brillantes ou encore la constellation du Serpentaire qui viendrait du mythe d’Asclépios, foudroyé parce qu’il connaissait les techniques pour faire revivre les morts puis transformé en constellation.

En résumé, Dieux. 40 dieux et héros grecs est un ouvrage ludique, extrêmement bien développé. Nous pourrions toutefois émettre quelques critiques. D’une part, le vocabulaire est parfois compliqué. Ainsi, certains termes, comme « un faisceau de dards enflammés » (p. 3), « panse » (p. 7), ou encore « duper » (p. 7), ne sont parfois pas évidents à comprendre pour les plus jeunes. Il est également difficile d’appréhender le sens de lecture de l’ouvrage. En effet, nous aurions tendance à ne pas voir de sens et à vouloir lire n’importe quelle case. Or, les cases se lisent de haut en bas, et de gauche à droite, et elles se suivent toutes. De plus, certains articles font double emploi et se répètent. Les articles des personnages, dieux, déesses, héros ou héroïnes, qui ont des mythes correspondants, se succèdent dans l’ouvrage. Nous observons alors des répétitions entre le mythe de Déméter et celui de Perséphone par exemple, ou encore entre ceux d’Agamemnon, d’Electre et d’Iphigénie, ou ceux du Minotaure, de Thésée et d’Ariane. En outre, Dieux. 40 dieux et héros grecs aborde parfois des personnages moins célèbres comme Hestia ou Asclépios, ou encore des épisodes moins connus comme l’épisode des Lotophages pendant le voyage d’Ulysse, ce peuple chaleureux aux premiers abords et qui offre des fruits aux marins d’Ulysse qui ont la particularité de faire oublier à ceux qui les mangent d’où ils viennent. Au contraire, certains personnages comme Méduse, Pâris, Dédale, Pénélope ou encore Hector, ou certains épisodes comme le passage d’Ulysse chez la magicienne Circée ou son retour à son foyer auraient mérités d’être mentionnés. D’ailleurs, une seule double page est consacrée à Ulysse, célèbre héros de l’Odyssée d’Homère, tandis que trois double pages sont accordées à la tragédie de la famille d’Agamemnon. Enfin, la question de l’âge à qui est destiné l’ouvrage pose problème. Si les résumés succincts, l’attractivité des images colorées, les textes brefs et l’édulcoration de certains mythes – Ouranos enferme ses enfants en prison dans la Terre et non dans le ventre de leur mère, l’union sexuelle de Pasiphaé, l’épouse de Minos, avec le taureau blanc de Poséidon, n’est pas mentionnée – en font un ouvrage voué aux enfants âgés de dix ans et plus, la violence crue des mythes peuvent les dérouter – Antigone est emmurée vivante, Cronos tranche le sexe de son père Ouranos, Tantale sert son enfant en ragoût à l’assemblée des dieux, Médée assassine son frère et disperse son corps en morceaux.

Outre ces petits défauts, Dieux. 40 dieux et héros grecs est un ouvrage ludique et attractif qui constitue un excellent point de départ pour les néophytes de la mythologie grecque, mais qui permet également d’enrichir les connaissances de ceux qui en sont déjà adeptes. Ses résumés brefs et synthétiques, ses images colorées et attractives, sa pagination en font un ouvrage attrayant pour les plus petits comme pour les plus grands.

Émilie Druilhe

[1]   Guillemot (H.), Masi (J.), Rock pop. 40 artistes et groupes de légende – Paris : Gallimard jeunesse, 2017 – (Bam !), 96 p. – ISBN : 9782070603961 ; Cachin (O.), Masi (J.), Black Music. 40 artistes de la musique noire – Paris : Gallimard jeunesse, 2017 – (Bam !), 92 p. – ISBN : 9782075089128.

[2]   Billioud (J.-M.), Almasty, Foot. 40 joueurs de légende – Paris : Gallimard jeunesse, 2017 – (Bam!), 96 p. – ISBN : 9782070603862.

[3]   Billioud (J.-M.), Le Duo, Rois. 40 souverains du monde – Paris : Gallimard jeunesse, 2017 – (Bam!), 92 p. – ISBN : 9782075089036 ; MIRZA (S.) LE DUO, Paix. 40 artisans de la paix – Paris : Gallimard jeunesse, 2017 – (Bam!), 96 p. – ISBN : 9782070603978.

[4]   La mythologie en BD. Jason et la Toison d’Or – Casterman, 2017 – 48 p. – ISBN : 9782203122796 ; La mythologie grecque – Fleurus, 2017 – (Voir. 6-9 ans), 48 p. – ISBN : 9782215156758 ; Le Kididoc de la mythologie – Nathan, 2017 – (Kididoc), 44 p. – ISBN : 9782092571101 ; La mythologie grecque – Gallimard jeunesse, 2014 – 96 p. – ISBN : 9782070660810 ; Animaux et créatures de la mythologie – Milan, 2014 – 174 p. – ISBN : 9782745966469 ; Imagia Mythologies (en collaboration avec d’autres auteurs) – Fleurus, 2010 – (Imagia. Découverte du monde) 128 p. – ISBN : 9782215104896 ; Mythologies – Milan, 2013 – 190 p. – ISBN : 9782745960993.

[5]   Sophocle, Irigouin (J.) (trad.), Tragédies, vol.1, Les Trachiniennes, Antigone – Paris : Belles Lettres, 2002 – (C.U.F.), 123 p. – ISBN : 9782251003061 ; SOPHOCLE, MAZON (P.) (trad.), Tragédie, vol. 2, Ajax, Œdipe roi, Electre – Paris : Belles Lettres, 2002 – (C.U.F.), 194 p. – ISBN : 978225100307 ; EURIPIDE, GREGOIRE (H.), PARMENTIER (L.) (trad.), Tragédies, vol. 4, Les Troyennes, Iphigénie en Tauride, Electre – Paris : Belles Lettres, 1925 – (C.U.F.), 415 p. – ISBN : 9782251001239 ; EURIPIDE, MERIDIER (L.) (trad.), Tragédies, vol. 6, Oreste – Paris : Belles Lettres, 1959 – (C.U.F.), 170 p. – ISBN : 9782251001255 ; EURIPIDE, JOUAN (F.) (trad.), Tragédies, vol. 7, Iphigénie à Aulis – Paris : Belles Lettres, 1983 – (C.U.F.), 225 p. – ISBN : 9782251001271 ; ESCHYLE, MAZON (P.) (trad.), Tragédies, vol. 2, Agamemnon, Les Choéphores, Les Euménides – Paris : Belles Lettres, 1983 – (C.U.F.), 416 p. – ISBN : 9782251001166.

[6]   Detienne (M.), « Orphisme », Encyclopædia Universalis, [en ligne], consulté le 12/12/2017, http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphisme/

[7]   Bonnechere (P.), Le sacrifice humain en Grèce ancienne – Liège : Presses universitaires de Liège, 1994 – [en ligne], consulté le 12/12/2017, http://books.openedition.org/pulg/1031

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, Dieux. 40 dieux et héros grecs, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/05/2018, https://reainfo.hypotheses.org/8433.

Crédits image : première de couverture. © Gallimard jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.