Le changement : conceptions et représentations

Le colloque international Jeunes Chercheurs « Le changement : conceptions et représentations dans l’Antiquité gréco-romaine », organisé par les doctorants de l’association Antheia à Paris-Sorbonne (N. Assan, F. Cailleux, J. Desiderio, E. Fournel, M. Glénisson et V. Mussa), s’est déroulé les 14 et 15 octobre 2016 à l’Université Paris-Sorbonne. L’objectif de ces deux journées était d’étudier la manière dont les Anciens concevaient la notion de changement, en tant que transformation ponctuelle, que ce soit au niveau personnel, social, culturel ou historique, ainsi que d’analyser les représentations qu’ils en proposaient. L’événement a été introduit par Janyce Desiderio, qui en a exposé les enjeux, et par Paul Demont (directeur de l’ED 1 à Paris-Sorbonne), qui a présenté l’université avant de prendre la présidence de la matinée.

La première session était dédiée à l’étude des mots du changement. Milena Anfosso[1] (Univ. Paris-Sorbonne), à partir des théories modernes du code-switching et du code-mixing, a analysé les changements de langue (grec, phrygien, latin) dans les inscriptions du corpus néo-phrygien (Ier-IIIe s. ap. JC). Puis Maria Luigia Dambrosio[2] (Univ. Bari) s’est penchée sur les termes du changement (commutatio) chez Cicéron, remède à la crise politique en cours au Ier siècle av. J.-C. Après la pause, trois interventions ont examiné la manière dont les représentations pouvaient évoluer. Lydia Pelletier-Michaud[3] (Univ. Laval) a exploré les expressions du changement de teint en grec et en latin et les relations qu’entretiennent ces témoignages littéraires avec la médecine antique, avant que Damian Miszczynski[4] (Univ. Jagielloński) ne présente un aperçu du changement de statut du végétarisme (du religieux à l’éthique) en Grèce. Cécile Dubois[5] (Univ. Paris-Sorbonne) a conclu en étudiant dans les représentations littéraires et picturales des premiers siècles de notre ère le dévoilement d’Achille à Scyros, qui passe d’une position féminine à un statut guerrier.

Marie-Christine Marcellesi a présidé la séance de l’après-midi, consacrée à la fois à l’interprétation des effets du changement et à l’analyse des réactions aux transformations intervenues au cours de plusieurs moments-clés de l’histoire du monde grec et du monde romain. Jack Schropp[6] (Univ. Innsbruck) a montré comment l’année 133 avant J.-C. constitue à bon droit une date charnière dans l’histoire romaine républicaine, en mettant en relation trois évènements distincts mais provoquant des transformations profondes pour la res publica  : l’assassinat du tribun de la plèbe Ti. Gracchus à Rome, la prise de Numance par Scipion Emilien et le legs par testament du royaume de Pergame aux Romains. Alexandra Bartzoka[7] (Univ. Paris-Ouest) a présenté les transformations (μεταβολαί) vécues sur le plan économique, social et politique par l’Etat athénien pendant la seconde moitié du IVe siècle – de l’abandon d’une politique impérialiste à l’instauration d’un nouveau type d’hégémonie fondé sur la prospérité résultant d’une politique de paix – à travers l’analyse du vocabulaire employé par les auteurs de la période se rapportant nettement à la notion du changement. Par la suite, l’attention a été portée sur les formes de la réaction au changement et sur l’émergence d’une identité spécifique face aux transformations du cadre géopolitique dans le monde grec ancien. Roy Van Wijk[8] (Univ. Fribourg) a démontré que les habitants de la polis d’Oropos, située aux confins de l’Attique et de la Béotie, n’ont jamais joué un simple rôle de spectateur passif dans la longue dispute opposant Athènes, Erétrie et Thèbes pour le contrôle sur la région : les « Oropiens » ont, au contraire, réagi aux fréquents changements d’influence politique en s’assurant toujours les meilleures conditions possibles face à leurs puissants conquérants. Eloisa Paganoni[9] (Univ. Padova) a clôturé la première journée en illustrant comment la rupture représentée par la conquête de l’Asie Mineure par Alexandre et, ensuite, par les luttes de pouvoir entre ses successeurs a été l’élément décisif pour la constitution du royaume de Bithynie en tant qu’entité politique autonome et dotée d’une forte identité culturelle.

La troisième séance, présidée par Michèle Ducos, était consacrée d’une part à mettre en évidence les manifestations du changement dans les textes littéraires, d’autre part, à observer comment ces derniers avaient pu être mis au service d’une idéologie nouvelle. Ambra Russotti[10] (Univ. Bologna) a montré comment la mort de Domitien et l’avènement de Nerva avaient contraint le poète Martial à réviser radicalement la deuxième édition de ses Épigrammes pour y effacer toute trace de flatterie envers l’empereur disparu (abolitio memoriae). Carlamaria Lucci[11], analysant de près le texte de L’Iliade, a démontré que les changements d’âge des personnages sont le reflet des changements sociaux et culturels qui affectèrent la protohistoire de la Grèce. Les intervenants de la seconde session se sont interrogés à la fois sur le poids idéologique des changements affectant les pratiques politiques et sur les emplois variés d’un même concept historique. Benoît Lefebvre[12] (Univ. Montpellier 3) a montré comment la « barbarisation » de leurs ennemis avait permis aux Romains de délégitimer systématiquement leurs adversaires. Juliana Gendron[13] (Univ. Montpellier 3) a souligné la complexité de la naissance d’une institution comme l’apothéose impériale, à la fois nouvelle mais aussi héritière des réticences de l’époque républicaine à diviniser les dirigeants. Valérie Gamache[14] (Univ. de Montréal) enfin, a attribué l’émergence de la vertu d’humilitas dans le De obitu Theodosii d’Ambroise de Milan à l’influence du christianisme qui implique la soumission de l’empereur à Dieu.

Le dernier après-midi a traité tout d’abord des liens entre changement et immutabilité, sous l’égide d’Alain Billault. Francesca Simeoni[15] (Univ. Padova) a analysé la position de Philon d’Alexandrie sur le changement, marque de faiblesse mais aussi d’ordonnancement, et, principalement, élément de distinction entre l’homme, le monde et un dieu qui se caractérise progressivement comme transcendant. À sa suite, Sara Fascione[16] (Univ. Napoli Federico II) a relevé dans les textes de Sidoine Apollinaire, qui représentent pourtant une société plongée dans une dimension intemporelle, les termes marquant les transformations majeures touchant son époque, afin de trouver une définition adaptée à un monde changeant. Luca Austa[17] (Univ. Torino), enfin, s’est penché sur la question de l’innovation en musique en Grèce : en réponse au conservatisme spartiate face à Timothée et à celui de la comédie athénienne (Agathon, dans le prologue des Thesmophories d’Aristophane), une « Nouvelle Musique », plus libre, prend toutefois une importance certaine. Sur la question des changements d’identité, José Puebla Moron[18] (Univ. Madrid) a montré comment l’apparition d’un nouveau type iconographique caractérisant le monnayage indigène des cités de la Sicile durant les Ve et IVe siècles était le symptôme de la volonté des communautés non grecques d’affirmer une identité propre, nouvelle et indépendante, issue du mélange entre culture locale, coutumes grecques et influences puniques.

Le colloque a été clôturé par Fanny Cailleux et Nathalie Assan, qui ont présenté un bilan des deux journées : la notion de changement était sujette à de nombreuses réflexions chez les Anciens, dans des domaines divers, ce qu’a mis en évidence la variété des communications présentées au cours de cet événement. Ainsi, examiner cette question paraît essentielle pour s’approcher au plus près de la mentalité antique, qui peut sembler tournée vers le passé, angoissée par un progrès avant tout perçu comme une promesse de décadence, mais qui est aussi capable d’assimiler le changement à son échelle, comme une force dynamique présidant à son évolution.

Fanny Cailleux, Janyce Desiderio, Valentina Mussa

http://antheia.hypotheses.org

[1] Thèse en cours « Problèmes linguistiques du rapport entre grec et phrygien », sous la direction de Markus Egetmeyer.

[2] Thèse soutenue en 2014 « Commento storico ai libri X, XI e XII delle Epistulae ad familiares di Cicerone », sous la direction de Marcella Chelotti.

[3] Thèse en cours « Évolution du sens des termes de couleur et de leur traitement poétique : du lyrisme grec à l’élégie romaine », sous la direction d’Alban Baudou et d’Adeline Grand-Clément.

[4] Thèse en cours « Vegetarianism in antiquity. Religious and ethical sources of the idea », sous la direction de Krzysztof Bielawski.

[5] Thèse en cours « Achille à Rome : les métamorphoses de la figure d’Achille dans le monde romain à l’époque impériale », sous la direction de Sylvie Franchet d’Espèrey.

[6] Thèse soutenue en 2015 « Spielräume von Konkurrenz und Konsens in den Wettbewerbskulturen der frühen Kaiserzeit », sous la direction de Christoph Ulf et Lawrence Kim.

[7] Post-doctorat en cours « Le tribunal de l’Héliée : Justice et Politique dans l’Athènes du VIe au IVe siècles avant J.-C. ».

[8] Thèse en cours « Old and New Powers : Boiotian International Relations from Philip II to  Augustus », sous la direction de Fabienne Marchand.

[9] Thèse en cours « Bithynia. Politics of a Hellenistic Kingdom », sous la direction de Luisa Prandi et Thomas Corsten.

[10] Thèse en cours « Studi sulla presunta variantistica d’autore negli Epigrammaton libri di Marziale », sous la direction de Federico Condello.

[11]  Post-doctorat achevé sur « Les fonctions de l’espace dans l’épopée grecque archaïque ».

[12] Thèse en cours « Les armes de jet dans les armées des Romains et de leurs adversaires, pratiques et représentations. De la bataille de Carrhas (53 avant J.-C.) à la mort de l’empereur Aurélien (275 après J.-C.) », sous la direction d’Agnès Bérenger et de Catherine Wolff.

[13] Thèse en cours « Les origines de l’apothéose impériale  », sous la direction d’Agnès Bérenger.

[14] Thèse en cours « Relations de pouvoir et communication politique dans l’Empire romain d’Occident à l’époque tardive : une étude de la “Collectio Auellana” », sous la direction de Christian R. Raschle.

[15] Thèse en cours « D’Ex. 3,14 au Dieu métaphysique. Immuabilité et changement dans l’interprétation de Philon d’Alexandrie », sous la direction de M.G. Crepaldi.

[16] Thèse en cours « I barbari nelle Epistole di Sidonio Appolinare », sous la direction de Marisa Squillante et Christian Nicolas.

[17] Thèse en cours « Histoire littéraire et anthropologique de la voix dans la Grèce antique », sous la direction de Francesco Carpanelli.

[18] Thèse soutenue en 2016 « Iconography of the Greek coinage of Sicily (VI-III centuries BC) », sous la direction de Javier De Santiago Fernández.

[1] Thèse en cours « Problèmes linguistiques du rapport entre grec et phrygien », sous la direction de Markus Egetmeyer.

[2] Thèse soutenue en 2014 « Commento storico ai libri X, XI e XII delle Epistulae ad familiares di Cicerone », sous la direction de Marcella Chelotti.

[3] Thèse en cours « Évolution du sens des termes de couleur et de leur traitement poétique : du lyrisme grec à l’élégie romaine », sous la direction d’Alban Baudou et d’Adeline Grand-Clément.

[4] Thèse en cours « Vegetarianism in antiquity. Religious and ethical sources of the idea », sous la direction de Krzysztof Bielawski.

[5] Thèse en cours « Achille à Rome : les métamorphoses de la figure d’Achille dans le monde romain à l’époque impériale », sous la direction de Sylvie Franchet d’Espèrey.

[6] Thèse soutenue en 2015 « Spielräume von Konkurrenz und Konsens in den Wettbewerbskulturen der frühen Kaiserzeit », sous la direction de Christoph Ulf et Lawrence Kim.

[7] Post-doctorat en cours « Le tribunal de l’Héliée : Justice et Politique dans l’Athènes du VIe au IVe siècles avant J.-C. ».

[8] Thèse en cours « Old and New Powers : Boiotian International Relations from Philip II to  Augustus », sous la direction de Fabienne Marchand.

[9] Thèse en cours « Bithynia. Politics of a Hellenistic Kingdom », sous la direction de Luisa Prandi et Thomas Corsten.

[10] Thèse en cours « Studi sulla presunta variantistica d’autore negli Epigrammaton libri di Marziale », sous la direction de Federico Condello.

[11]  Post-doctorat achevé sur « Les fonctions de l’espace dans l’épopée grecque archaïque ».

[12] Thèse en cours « Les armes de jet dans les armées des Romains et de leurs adversaires, pratiques et représentations. De la bataille de Carrhas (53 avant J.-C.) à la mort de l’empereur Aurélien (275 après J.-C.) », sous la direction d’Agnès Bérenger et de Catherine Wolff.

[13] Thèse en cours « Les origines de l’apothéose impériale  », sous la direction d’Agnès Bérenger.

[14] Thèse en cours « Relations de pouvoir et communication politique dans l’Empire romain d’Occident à l’époque tardive : une étude de la “Collectio Auellana” », sous la direction de Christian R. Raschle.

[15] Thèse en cours « D’Ex. 3,14 au Dieu métaphysique. Immuabilité et changement dans l’interprétation de Philon d’Alexandrie », sous la direction de M.G. Crepaldi.

[16] Thèse en cours « I barbari nelle Epistole di Sidonio Appolinare », sous la direction de Marisa Squillante et Christian Nicolas.

[17] Thèse en cours « Histoire littéraire et anthropologique de la voix dans la Grèce antique », sous la direction de Francesco Carpanelli.

[18] Thèse soutenue en 2016 « Iconography of the Greek coinage of Sicily (VI-III centuries BC) », sous la direction de Javier De Santiago Fernández.

Citer cet article comme : Fanny Cailleux, Janyce Desiderio, Valentina Mussa, Le changement : conceptions et représentations, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/03/2017, http://reainfo.hypotheses.org/8446.

Crédits image : « Vertumne et Pomone », du peintre flamand Cornelis de Vos, musée des Augustins. Ressource Musée du Louvre-Lens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *