La truelle & le phylactère

Coudière (B.), La truelle & le phylactère. La proximité des images. – Bordeaux : Fedora, 2017. – 230 p. – (Détourages). – ISBN : 979.10.96137.04.6.

Rapprocher l’outil phare de l’archéologue, la truelle, à celui de l’auteur de bd, le phylactère est une belle idée à la fois dans le choix de l’objet étudié et dans la manière de l’aborder. Pour le choix du sujet, il faut semble-t-il en féliciter l’éditeur, Fedora, qui, pour lancer sa collection « Détourages », a voulu faire dialoguer leur spécialité, l’archéologie, avec la bande dessinée. Quant à la manière de traiter la question, annoncée dans le titre et confirmée dans le sous-titre « La Proximité des images », c’est vers l’auteure de cette étude, Bénédicte Coudière, qu’il faut se tourner. De fait, la réussite de l’ouvrage tient dans le rapprochement opéré entre le travail de l’archéologue, qui restitue le passé à travers ses recherches, et de celui de l’auteur de BD, qui utilise pour se faire son talent et son imagination. C’est ce geste créateur d’images qui fait le lien entre les deux domaines.

Ainsi, après une introduction qui présente de manière expéditive l’histoire de la BD puis les différents genres du voyage dans le temps, c’est dans le premier chapitre « Revivre le passé et combler les blancs par les bulles » que l’on trouve le plus beau paragraphe de l’ouvrage : « une uchronie perpétuelle » présente le travail de l’archéologue comme une création uchronique sans cesse réécrite à partir des éléments, toujours épars, dont il dispose. Vu sous cet angle, le travail de l’archéologue et celui de l’auteur de BD sont étonnamment proches et une tension inhérente à la BD historique, qui en rend la critique si difficile, se résout comme d’elle-même : cette forme de représentation de l’Histoire est certes condamnée à être historiquement « fausse », en tout cas toujours dépassée par les recherches en cours et à venir, mais c’est en fait également le propre de la recherche et particulièrement de l’archéologie, sans cesse réécrite au fil des découvertes.

Hélas, en dehors de ce paragraphe stimulant, la couverture ne tient pas ses promesses.

Pour revenir sur l’introduction, elle souffre d’abord d’un défaut majeur : l’absence de définition de l’objet de l’étude, qui mine ensuite l’ensemble de la réflexion. De fait, le sujet n’est jamais vraiment traité : à quelques passages près, Bénédicte Coudière parle bien plus d’histoire et de bande dessinée historique que d’archéologie et de « bande dessinée archéologique ». Cette dernière expression, qui ne va absolument pas de soi, est d’ailleurs régulièrement employée sans jamais être définie. Et l’on comprend pourquoi : à part quelques rares titres qui frappent par leur originalité, l’archéologie ne bénéficie pas d’un traitement spécifique dans la BD. Certains albums, comme la série Cassio[1], partent de l’archéologie pour croiser histoire du présent et histoire du passé ; d’autres, tels Arelate ou Le Casque d’Agris[2], se nourrissent de trouvailles archéologiques pour créer dessins et intrigues ; mais cela suffit-il à définir une catégorie spécifique, qui se différencierait de la bande dessinée historique ? La question aurait mérité d’être posée.

À défaut de proposer une réflexion sur l’objet d’étude, Bénédicte Coudière s’essaye dans l’introduction à une « petite histoire de la bande dessinée » présentée, de manière fort élégante, comme un voyage remontant le temps des différentes strates : « le présent », « le XIXe siècle, le strip et la caricature », « l’imprimerie et la démocratisation des livres », les « enluminures » et enfin « l’origine des images ». Se trouve ici résumée, en moins de six pages, toute l’histoire de la bande dessinée (voire, plus largement, des images). Autant dire que l’exercice était impossible et ne permet que des raccourcis historiques, au mieux vides, au pire faux. Ainsi, sur l’art pariétal, l’affaire est réglée en cinq lignes (dans un ouvrage dédié à l’archéologie !) : « Difficile de ne pas évoquer les toutes premières images, les grottes de Lascaux et l’art pariétal de manière générale. Depuis des siècles, les images ont une vocation forte : celle de raconter des histoires, que ce soit sur la vie quotidienne, sur des légendes et des croyances. » (p. 21). Et c’est tout. Peut-être aurait-il mieux valu ne pas s’aventurer sur ce terrain et renvoyer à des ouvrages sur l’histoire de la bande-dessinée[3].

Après ce bref historique, Bénédicte Coudière propose une typologie des bandes dessinées historiques. Le critère principal, tel qu’il ressort des cinq catégories définies, semble être le rapport entre histoire et fiction. C’est en tout cas ce qui distingue la première catégorie « Le héros (fictif) évolue dans un contexte historique très bien décrit » de la deuxième « la vie des personnages historiques ou de grands événements réels » puis des troisième « les témoignages de certains auteurs sur des épisodes historiques qu’ils vécus et les autobiographies » et quatrième « les reportages réalisés par les auteurs en interrogeant les acteurs des aventures réelles qu’ils ont vécues. » La dernière catégorie est plus énigmatique : « sur la vie actuelle entre proches, montrant la réalité des personnages importants » et semble en partie recouper la deuxième sur les personnages historiques. Cette typologie a en tout cas l’intérêt de proposer des éléments de définition de ce qu’est, pour Bénédicte Coudière, la bande dessinée historique. Mais, là encore, où est l’archéologie ? Le malaise de l’auteure, qui confond sans cesse histoire et archéologie, est ici patent. Ainsi, sur les autobiographies écrit-elle « Oui, il s’agit d’un type de bande dessinée historique ! (…) Sans réellement être des bandes dessinées archéologiques, elles peuvent représenter une future forme d’archives et de connaissances pour les historiens. » On tourne vite en rond.

Les chapitres qui tentent une réflexion sur « la bande dessinée archéologique » sont donc condamnés à traiter, beaucoup plus largement, de bande dessinée historique. Étant donné que ce n’est ni le sujet de l’ouvrage, ni à l’évidence la spécialité de l’auteure, les développements qui en résultent sont très (trop) rapides. Ainsi, de la deuxième moitié du chapitre 1, « L’archéologie dans la BD : le monopole de l’Antiquité » qui, contrairement à ce qu’annonce le titre ne traite que d’histoire et non d’archéologie et s’essaye donc, en une vingtaine de pages, de résumer ce qu’est la préhistoire, l’Antiquité, le Moyen Âge, « la Renaissance et la modernité » et enfin l’époque contemporaine dans la BD. Autant dire que chacun de ces paragraphes aurait pu faire l’objet d’un livre entier à lui tout seul, voire a déjà fait l’objet de ce type de publication[4]. Cela dit, le postulat de départ était là encore intéressant : rappeler que l’archéologie s’intéresse à l’ensemble des sociétés du passé, toutes périodes confondues.

Le second chapitre, « La bande dessinée comme outil de transmission » propose une réflexion sur les usages pédagogiques de la bande dessinée. Il est enfin réellement question d’archéologie autour des quiz du site internet de l’INRAP. Mais la bande dessinée disparaît ici : le seul lien est un renvoi, dans les dossiers pédagogiques de la série Arelate, à ces fameux quiz. D’ailleurs, Bénédicte Coudière souligne l’absence d’utilisation du média BD par l’institution : « l’INRAP ne développe pas vraiment l’interaction entre la bande dessinée et l’archéologie » ; Alain Genot, dans son entretien, rappelle d’ailleurs que sa coopération avec Laurent Sieurac, qui a donné vie à Arelate, reste une initiative personnelle et exceptionnelle.

Les liens entre la bande dessinée et le monde scientifique font quant à eux l’objet d’une sous-partie au titre aussi flou que son contenu : « Guides, fouilles, colloques et autres titres » (p. 135). Il y est question, pêle-mêle, d’ouvrages à vocation pédagogique (comme les guides de fouilles rédigés sous forme de bande dessinée), d’ouvrages scientifiques (deux colloques sur la bande dessinée historique y sont cités), et des bandes dessinées « ultra documentées » (p. 138) que seraient Dans la Rome des Césars de Gilles Chaillet et L’Âge de Bronze d’Eric Shanower[5]. La comparaison entre ces deux ouvrages est symptomatique du mélange des genres que propose ce livre : la série d’Eric Shanower est bien une bande dessinée et pourrait être comparée à Arelate ou Le Casque d’Agris cités et commentés ailleurs dans l’ouvrage. Ce n’est pas le cas de Dans la Rome des Césars de Gilles Chaillet qui n’a rien d’une bande dessinée : c’est une œuvre hybride, dans la lignée des Voyages d’Alix, qui, sous la forme d’un récit illustré, propose un guide de la Rome du IVe siècle à partir de dessins reprenant la maquette de Gismondi[6]. L’ouvrage a sûrement sa place ici et pourrait permettre de réfléchir sur les marges de la production BD et de redéfinir, en retour, la bande dessinée historique. Mais Bénédicte Coudière se limite à commenter rapidement le travail de Gilles Chaillet (« Le travail effectué sur ces plans est titanesque, et a demandé à Gilles Chaillet un temps infini » p. 140) puis à passer à la série d’Eric Shanower après une rapide transition (« Le livre de Chaillet n’est pas le seul à s’appuyer sur une importante somme de recherches documentaires », p. 140) sans confrontation réelle entre les deux productions.

Les usages pédagogiques de la bande dessinée sont plus directement traités dans les paragraphes consacrés aux musées : « La bande dessinée dans les musées : à chaque BD son public » (p. 165). Après un rapide tour d’horizon des collaborations entre musées et auteurs de bande dessinée (notamment à travers l’exemple du Louvre) puis des expositions de bande dessinée dans les musées (d’Astérix à Alesia à Hergé au Grand Palais[7]), sont rapportés sur une dizaine de pages les propos d’auteurs de bande dessinée à qui a été posée la question suivante : « Quelle est, selon vous, la place de la bande dessinée dans les musées dits d’histoire ? ».

Ces entretiens avec des acteurs du monde de la bande dessinée sont une des forces de l’ouvrage. Ils émaillent le propos à intervalle régulier et évitent que les réflexions restent uniquement théoriques. On trouve ainsi une interview de Francis Giroux, le fondateur du festival international de la bande dessinée d’Angoulême, d’Edouard Cour, auteur de la trilogie Héraklès, d’Alain Genot et Laurent Sieurac, scénaristes et dessinateur d’Arelate, d’Emmanuel Rouvier pour Vo’hounâ, de Jens Harder pour Alpha, Bêta et Gamma ou encore du scénariste Thierry Lemaire. À chaque fois, des questions précises leur sont posées qui font avancer la réflexion globale en offrant un point de vue matériel – celui des créateurs. Pour parfaire ce tableau des acteurs du monde de la BD, il aurait pu être intéressant de donner également la parole à des éditeurs, qui jouent un rôle clé, au moins dans le choix de publier ou non une histoire, dans l’écriture de l’Histoire par la bande dessinée.

L’ouvrage se termine avec des portraits d’archéologues de papier : Indiana Jones et Lara Croft, Tintin et Blake & Mortimer ou encore Adèle Blanc-Sec. Là encore, le sujet aurait mérité plus que la dizaine de pages qui lui est dédié, mais le propos est intéressant. C’est notamment un des rares moments où, avec les personnages d’Indiana Jones et de Lara Croft, Bénédicte Coudière interroge vraiment les rapports entre le support BD et d’autres médias qui forgent l’imaginaire collectif, dont bien sûr le cinéma.

La principale faiblesse de l’ouvrage tient sûrement de ce qu’il s’attaque à un sujet beaucoup trop large pour les quelques 200 pages qui le couvre, et ce parce que l’objet d’études n’ayant jamais été correctement défini, Bénédicte Coudière balaye au-delà même du spectre, déjà très large, de la bande dessinée historique. Elle tente de passer d’études de cas où sont présentés des albums – sous une forme qui tient plus de la critique que de la réflexion scientifique – à des paragraphes très généraux, qui ne revêtent pas vraiment la forme de synthèses mais plus d’introductions ou de conclusions qui permettent d’habiller le texte. La difficulté, réelle, de jouer entre la singularité de ces productions qui ne forment pas un véritable objet cohérent, et des réflexions synthétiques, n’a pas pu être surmontée. Mais peut-être était-elle trop grande et aurait-il fallu accepter d’abandonner toute volonté d’exhaustivité pour se concentrer sur quelques points-clés, quelques idées maîtresses qui auraient permis de faire le pont entre la bande dessinée et l’archéologie.

Une autre faiblesse de ce livre vient de qu’il ignore largement – volontairement ou non – la production scientifique certes encore restreinte mais néanmoins existante sur la bande dessinée historique. Ainsi la distinction opérée par Pascal Ory entre BD historique et BD historienne[8] n’est-elle pas même citée, alors qu’elle aurait pu être largement utilisée et discutée pour éviter des jugements de valeur et des hiérarchies qui ne semblent reposer, sous la plume de Bénédicte Coudière, que sur « l’effort de documentation » dont font plus ou moins preuve scénaristes et illustrateurs. De fait, la littérature scientifique est noyée, en fin d’ouvrage, dans une bibliographie générale qui mêle BD, ouvrages de fiction et travaux de recherche.

Il faut enfin noter que le travail d’édition est à l’image du reste de l’ouvrage, à la fois séduisant et extrêmement décevant. L’objet-livre est de très bonne qualité : la couverture comme la mise en page du texte sont à la fois élégants, sobres et pleins de petites trouvailles (les numéros des pages sont même insérés, côté pair, dans des bulles et, côté impair, dans des truelles) et la lecture en est rendue très agréable. Par contre, la relecture du texte n’a pas bénéficié de la même attention : on relève au moins une coquille par double page, des fautes d’accord à répétition, des erreurs de syntaxe, des phrases qui n’ont pas de sens… Les enseignants qui viendraient à le lire risquent de vouloir se munir d’un stylo pour corriger cette copie bâclée !

Pauline Ducret

Doctorante en histoire romaine, Université Paris 8

Page Academia de Pauline Ducret

[1] Stephen Desberg et Henri Reculé, Cassio, série en 9 tomes, Le Lombard, 2007-2015.

[2] Laurent Sieurac et Alain Genot, Arelate, série en cours (6 tomes parus), Cleopas puis 100bulles, 2009-2017.

Silvio Luccisano et Laurent Libessart, Le Casque d’Agris, série en cours (4 tomes parus), Assor BD, 2005-2016.

[3] Voir par exemple Gérard Blanchard, La Bande dessinée : histoire des histoires en images, de la Préhistoire à nos jours, Marabout, 1969 ; Odette Mitterrand (dir.), L’Histoire par la bande, Syros, 1993 ; ou Thierry Groensteen, La Bande dessinée, son histoire et ses maîtres, Flammarion, 2009.

[4] Pour l’Antiquité, voir les actes d’un colloque cité en bibliographie : Julie Gallego (dir.), La Bande dessinée historique. 1er cycle : Antiquité, Presses de l’Universitaire de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, 2015. Pour le Moyen Âge voir récemment Tristan Martine (dir.), Le Moyen Âge en bande dessinée, Karthala, 2016 ; chez le même éditeur, voir également Paul Chopelin et Tristan Martine (dir.), Le siècle des lumières en bande dessinée. De poudre et de dentelles, Karthala, 2014. Ces deux derniers ouvrages ne figurent pas dans la bibliographie de fin d’ouvrage.

[5] Gilles Chaillet, Dans la Rome des Césars, Glénat, 2004 ; Eric Shanower, L’Âge de bronze, série en cours (4 tomes parus), Akileos, 2004-2010.

[6] Il Plastico, maquette au 1/250e réalisée par Italo Gismondi entre 1935 et 1971 conservée au Museo della Civiltà romana, Rome.

[7] Exposition Astérix à Alésia. Du mythe à la réalité, 25 avril-30 novembre 2015, MuséoParc Alésia ; exposition Hergé, 28 septembre 2016-15 janvier 2017, Grand Palais.

[8] Notamment dans Odette Mitterand (dir.), L’Histoire par la bande, op. cit.

À lire dans la R.E.A. :

Aziza (C.), « L’image de Rome dans la BD », R.E.A. 119-1, 2017, p. 181-195.

 

Citer cet article comme : Pauline Ducret, La truelle & le phylactère, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/12/2017, https://reainfo.hypotheses.org/8953.

Crédits image : première de couverture. © Fedora.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search