Privation de sépulture et dépôts humains non sépulcraux dans la Méditerranée antique

Date / lieu : 13 novembre 2017 / Rome, École française de Rome

Date limite d’inscription : 5 juin 2017

La majorité des dépôts de restes humains découverts en contexte archéologique correspondent à des sépultures, c’est-à-dire qu’ils manifestent un ensemble de gestes funéraires accomplis par un ou plusieurs individus avec une intention positive à l’égard du défunt. Tous les morts ne faisaient cependant pas l’objet d’un traitement funéraire dans la Méditerranée antique : si la privation de sépulture comme châtiment ultime est le cas le plus souvent évoqué de devenir non sépulcral d’un cadavre, il pouvait également arriver que les cadavres soient perdus ou inaccessibles (noyade, chute, mort au combat, etc.) et ne puissent être récupérés, interdisant l’accomplissement de gestes funéraires autour du corps (morts sans sépultures) – mais suscitant parfois la construction de cénotaphes (sépultures sans mort).

→ Source : École française de Rome.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *