Le végétarisme dans l’Antiquité grecque. Entretien avec Alexandra Kovacs

Spécialiste des questions sur l’alimentation aux époques anciennes, Alexandra Kovacs a récemment soutenu une thèse à l’Université de Franche-Comté sur la question du végétarisme.

Reainfo : Vous avez soutenu votre thèse sur le végétarisme en janvier dernier. Sur quoi portent vos recherches ?

Alexandra Kovacs : Il s’agit d’aborder la question de l’intégration civique à travers le végétarisme, autrement dit l’abstinence de viande et le rejet du sacrifice sanglant. L’historiographie envisage la consommation de viande dans un cadre uniquement religieux, à travers le sacrifice sanglant de type alimentaire. Ce sacrifice comprend deux temps : la mise à mort d’un animal et la consommation des chairs lors d’un banquet qui réunit les citoyens et qui sont tenus d’y participer. Le sacrifice, ainsi que la consommation de viande, fédèrent les citoyens et s’imposent comme la norme civico-religieuse. De fait, ceux qui refusent de participer au sacrifice et de consommer de la viande ont été qualifiés de marginaux par les historiens. Mon travail a pour but de revenir sur cette approche et de la nuancer en m’interrogeant sur la place de ces citoyens « végétariens » dans la cité. Pour cela, mon étude porte sur une large période allant du VIe siècle avant J.-C. au Ve siècle après J.-C.

Reainfo : Votre sujet participe-t-il au renouvellement des études dans le domaine de l’histoire de l’alimentation ?

Alexandra Kovacs : Mon travail est plutôt une continuité des études en histoire de l’alimentation car il se construit largement par les food studies, c’est-à-dire qu’il s’appuie sur les différents domaines liés à l’alimentation. J’ai, en effet, dû prendre en considération des études modernes en sociologie de l’alimentation, en médecine, etc. qui sont de précieux outils d’analyse. C’est par cette approche pluridisciplinaire que mon travail participe au renouvellement des études sur la vie civico-religieuse grecque, notamment le sacrifice.

Reainfo : À quand remonte une première forme de végétarisme ?

Alexandra Kovacs : Il est très difficile de définir avec certitude le début de la pratique. Dès le VIe siècle avant J.-C., l’abstinence de viande serait pratiquée par les orphiques et les pythagoriciens, mais les sources qui attestent cela sont soit trop opaques (dans le cas de l’orphisme), soit tardives puisqu’elles datent du IIIe siècle après J.-C. (dans le cas des pythagoriciens). À l’époque classique, nous avons des témoignages directs d’un régime non carné, mais il faut sans cesse rester prudent sur leur analyse. En effet, le végétarisme est une idéologie et il faut bien distinguer le « manger végétarien » (qui relève seulement d’une alimentation carnée sans que ce soit par engagement) du « être végétarien ».

Reainfo : Peut-on définir pendant l’Antiquité le végétarisme comme une absence totale de consommation de viande, ainsi que se pratique le végétarisme contemporain ?

Alexandra Kovacs : Parfaitement. Mais attention, le terme « végétarisme » est contemporain et ne connaît pas d’équivalent dans la langue grecque ancienne. Nous trouvons d’autres termes qui laissent apparaître une absence de consommation de viande, qui se traduisent par « abstinence d’êtres animés ». J’ai volontairement utilisé et gardé le terme « végétarisme » dans l’intitulé de ma thèse, tout en mettant des distances avec cette notion contemporaine, car c’est le mot employé par l’historiographie pour parler des pratiques qui rejettent le sacrifice sanglant de type alimentaire.

Reainfo : Le végétarisme est-il perçu pendant l’Antiquité comme une conviction idéologique, voire politique ?

Alexandra Kovacs : L’historiographie a considéré que cela relevait d’une contestation politique. En vérité, le végétarisme est une idéologie mais qui comprend des aspects plus complexes. Il s’inscrit notamment dans une ascèse qui est le mode de vie affirmé par les philosophes et leur permet ainsi d’affirmer leur identité. L’aliment est un marqueur identitaire et la viande ne déroge pas à cette règle.

Reainfo : L’alimentation carnée fait-elle partie du régime alimentaire régulier des Grecs ?

Alexandra Kovacs : La viande n’est pas l’alimentation de base des Grecs. Mais contrairement à ce que l’historiographie a laissé entendre durant plusieurs décennies, elle n’est pas consommée uniquement dans un cadre religieux. La viande n’était pas consommée quotidiennement pour des raisons économiques, mais elle faisait pleinement partie de l’alimentation. Ainsi, elle ne revêtait pas uniquement une valeur religieuse.

Reainfo : Le végétarisme est-il fréquemment adopté dans la société grecque ? Quelles sources permettent d’appréhender cette pratique alimentaire ?

Alexandra Kovacs : Il est très difficile, voire impossible, d’estimer la part des végétariens dans la société grecque. On peut seulement affirmer que le végétarisme existe car les sources littéraires, spécifiquement philosophiques, l’attestent. Les arguments qui sont exposés ont le plus souvent été relayés à une jouxte philosophique. Pour autant, n’oublions pas que les philosophes sont avant tout des citoyens, même s’ils sont parfois itinérants ou installés à l’étranger, et que leurs discours sont aussi à étudier dans cette perspective. Par conséquent, sous une apparente rhétorique, on constate pleinement des divergences de la société sur ce qui a longtemps été présenté comme la norme civico-religieuse grecque, à savoir le sacrifice sanglant et la consommation de viande qui s’ensuit.

Reainfo : Quel regard portait le reste de la société sur les végétariens ?

Alexandra Kovacs : De façon globale, un regard plutôt neutre, dans le sens où les végétariens n’ont pas été attaqués pour leur pratique ou mis en marge de la société. Toutefois, suivant les périodes, on constate parfois des tensions ou bien des polémiques entre les abstinents et les « carnivores », qui sont davantage le résultat d’un contexte politique, social tendu, que d’une attaque réelle de la pratique. Par conséquent, l’étude du végétarisme permet d’établir une histoire sociale.

Entretien réalisé par Séverine Garat.

À lire dans la R.E.A. :

Mehl (V.), « Au plus près de l’autel, la circumambulation au cours des sacrifices »R.E.A. 104-1/2, 2002, p. 25-49.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Le végétarisme dans l’Antiquité grecque. Entretien avec Alexandra Kovacs, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/09/2017, https://reainfo.hypotheses.org/9209.

Crédits image : sacrifice d’un jeune sanglier et inscription kalos (ΕΠΙΔΡΟΜΟΣ ΚΑΛΟΣ). Médaillon d’une coupe attique à figures rouges, v. 510–500 av. J.-C. © Musée du Louvre, G 112.

Une réflexion au sujet de « Le végétarisme dans l’Antiquité grecque. Entretien avec Alexandra Kovacs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *